Pour 3 décès évités par la vakxination, nous devons en accepter 2 infligés par la vakxination (données certifiées).

Publié le 25 juin 2021 par sur le blog de pgibertie

Une étude scientifique germano néerlandaise  remet en question le bénéfice risque  attendu de la vakxination.

« Nous avons calculé le nombre nécessaire à vakxiner (NNTV) à partir d’une grande étude de terrain israélienne pour éviter un décès. Nous avons accédé à la base de données des réactions indésirables aux médicaments (ADR) de l’Agence européenne des médicaments et du registre national néerlandais (lareb.nl) pour extraire le nombre de cas signalant des effets secondaires graves et le nombre de cas ayant des effets secondaires mortels.  Ce manque de bénéfice clair devrait amener les gouvernements à repenser leur politique de vakxination.


Les données néerlandaises, en particulier les cas mortels, ont été certifiées par des médecins spécialistes ( https://www.lareb.nl/media/eacjg2eq/beleidsplan-2015-2019.pdf (consulté le 29 mai 2021)), page 13 : « Tous les rapports reçus sont vérifiés quant à leur exhaustivité et aux éventuelles ambiguïtés. Le cas échéant, des informations complémentaires sont demandées au déclarant et/ou au médecin traitant. Le rapport est saisi dans la base de données avec toutes les informations nécessaires. Les effets secondaires sont codés selon les normes (internationales) applicables. Ensuite, une évaluation individuelle du rapport est effectuée. Les rapports sont transmis à la base de données européenne (Eudravigilance) et à la base de données du Centre collaborateur de l’OMS pour la pharmacovigilance internationale à Uppsala. Les titulaires d’enregistrement sont informés des signalements concernant leur produit . »).

Ainsi, nous devons accepter qu’environ 16 cas développeront des effets indésirables graves des vakx1s COVID-19 pour 100 000 vakx1s administrés, et qu’environ quatre personnes mourront des conséquences de la vakxination pour 100 000 vakx1s administrés

 En adoptant l’estimation ponctuelle de NNTV = 16 000 vakxination nécessaire pour éviter un décès supplémentaire lié au COVID-19, pour six décès évités par la vakxination, nous pouvons encourir quatre décès comme une conséquence ou associée à la vakxination. En termes simples : comme nous évitons trois décès en vakxinant, nous encourons deux décès.

Cependant, il faut considérer le simple fait juridique qu’un décès associé à une vakxination est différent en nature et en statut juridique d’un décès subi à la suite d’une infection accidentelle.

Enfin, nous notons que d’après l’expérience de la déclaration des effets secondaires d’autres médicaments, seule une petite fraction des effets secondaires est signalée dans les bases de données d’événements indésirables]. La sous-déclaration médiane peut atteindre 95 %

Compte tenu de ce fait et du nombre élevé d’effets secondaires graves déjà signalés, la tendance politique actuelle à vakxiner les enfants qui courent un très faible risque de souffrir de COVID-19 en premier lieu doit être reconsidérée.

La présente évaluation soulève la question de savoir s’il serait nécessaire de repenser les politiques et d’utiliser les vakx1s COVID-19 avec plus de parcimonie et avec une certaine discrétion uniquement chez ceux qui sont prêts à accepter le risque parce qu’ils se sentent plus exposés à la véritable infection qu’à la fausse infection. . Peut-être faudrait-il tempérer l’enthousiasme par des faits sérieux ? À notre avis, l’EMA et les autorités nationales devraient lancer un examen de la sécurité dans la base de données de sécurité des vakx1s COVID-19 et les gouvernements devraient examiner attentivement leurs politiques à la lumière de ces données. Idéalement, des scientifiques indépendants devraient effectuer des examens approfondis des cas très graves, afin qu’il puisse y avoir des recommandations fondées sur des preuves sur qui est susceptible de bénéficier d’une vakxination contre le SRAS-CoV2 et qui risque de souffrir d’effets secondaires

https://www.mdpi.com/2076-393X/9/7/693/htm

Harald Walach, PhD, est professeur à l’Université des sciences médicales de Poznan à Poznan, hôpital pédiatrique, Pologne et professeur invité au département de psychologie de l’Université Witten/Herdecke. Il est chercheur en santé avec environ 200 articles évalués par des pairs à son nom et une vaste expertise dans diverses méthodes de recherche clinique, expérimentale et secondaire.

https://harald-walach.de/

Rainer J. Klement est un physicien médical possédant une vaste expérience en analyse de données et en statistiques. Il est basé au service de radio-oncologie de l’hôpital Leopoldina à Schweinfurt, en Allemagne. Il est actif dans la modélisation médicale et l’évaluation de l’effet des régimes cétogènes chez les patients en oncologie.

Wouter Aukema Scientifique indépendant des données et des modèles, Brinkenbergweg 1, 7351 BD Hoenderloo, Pays-Bas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s