Dr. Richard Fleming : Event 2021 – Tout ce que vous devez savoir sur le C0VlD

Le Dr Richard Fleming présente « Event 2021 », une présentation scientifique sur la pandémie de COVlD, du virus aux vakx1s, aux traitements et à la réponse de la santé publique. Cette présentation de 4 heures et demie est un MUST SEE pour chacun. La vérité sur C0VlD 19 avec des preuves scientifiques.

https://rumble.com/vlfyif-dr.-richard-fleming-event-2021-tout-ce-que-vous-devez-savoir-sur-le-covid.html

Prêtez une attention particulière à cet extrait de la minute 2h33 à 2h40. Il s’agit d’une présentation de Bill Gates à des hauts gradés de l’armée américaine où il expose son projet de modifier le comportement de populations grâce à la diffusion de virus ou par des vaccins. Projet en développement et en test déjà en 2005 ! Edifiant et glaçant ! Cela n’expliquerait-il pas cet acharnement des gouvernements à ce que leur population soit vaccinée mais peut-être aussi ce que ce virus artificiel était censé faire ? Rien de tel qu’une population soumise, amorphe et atone pour avoir les mains libres ? Ne serait-ce déjà pas le cas ?

Variant Delta, tests PCR et dissonance cognitive

par F. William Engdahl. (sur Réseau International)

Pour paraphraser une célèbre boutade de Bill Clinton, alors candidat à la présidence, lors d’un débat avec son adversaire républicain en 1992, « C’est le vaccin, idiot ! » Le récit quotidien des médias grand public et du gouvernement dont nous sommes inondés dans le monde entier est déroutant pour la plupart, et c’est un euphémisme. Le variant dit Delta ou « indien » se propage comme la varicelle, nous dit-on, mais sans préciser ce que signifie cette « propagation ». Les personnes non vaccinées sont accusées de transmettre le C0VlD-19 à celles qui sont censées être vaccinées. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne sont à la tête de ce récit confus et mortel.

Des responsables politiques disent aux enfants de se faire vacciner malgré les recommandations officielles de l’OMS et des autorités médicales nationales, comme le STIKO en Allemagne, qui préconisent d’attendre. Les tests PCR qui définissent la politique, mais qui ne disent rien sur la présence d’un virus spécifique chez une personne, sont traités comme un « Gold Standard » de l’infection.

Pourtant, à ce jour, aucun laboratoire n’a réussi à isoler des échantillons purifiés du prétendu virus SRAS-CoV-2 qui serait à l’origine de la maladie C0VlD-19. Comment les tests PCR peuvent-ils être calibrés si l’agent pathogène revendiqué n’est pas clair ? Si nous prenons un peu de recul, il apparaît clairement que nous sommes soumis à une opération mondiale délibérée de dissonance cognitive dont les conséquences prévues pour l’avenir de notre civilisation ne nous sont pas révélées.

Résoudre la dissonance

La dissonance cognitive est un terme utilisé en psychologie pour désigner l’expérience d’une personne qui vit deux expériences contradictoires ou incohérentes dont l’incohérence lui cause un grand stress. Le stress est résolu dans le cerveau par la personne se jouant des tours inconscients pour résoudre la contradiction. Le syndrome de Stockholm vient à l’esprit.

Dans le cas présent, il s’agit de la confiance traditionnelle dans les autorités – gouvernements, OMS, CDC, Institut Robert-Koch, Bill Gates et autres experts épidémiologiques autoproclamés, souvent sans diplôme médical. Ces autorités imposent des mesures draconiennes de confinement, de masquage et de restriction des déplacements et ce qui devient rapidement une vakxination forcée de facto avec des vakx1s non testés dont les effets indésirables se comptent désormais par millions dans l’UE et aux États-Unis.

Le cerveau ordinaire se dit : « Pourquoi les autorités voudraient-elles nous faire du mal ? Ne veulent-elles pas le meilleur pour nous et pour le pays ou le monde ? » Les expériences réelles des 18 derniers mois, depuis que l’Organisation mondiale de la Santé a déclaré une pandémie à cause d’un prétendu virus annoncé pour la première fois à Wuhan, en Chine, suggèrent que soit les politiciens et les responsables de la santé du monde entier ont perdu la tête, soit ils sont délibérément mauvais, soit ils sont volontairement destructeurs, soit ils sont tout simplement corrompus.

Pour résoudre cette effrayante contradiction, des millions d’entre nous prennent une concoction expérimentale connue sous le nom de substance génétiquement modifiée ARNm en supposant qu’ils sont alors protégés contre l’infection ou la maladie grave d’un prétendu pathogène mortel appelé C0VlD-19. Certains attaquent même ceux qui, autour d’eux, voient la dissonance différemment et qui refusent un vakx1 par méfiance et prudence.

Pourtant, même le Dr Fauci, omniprésent à Washington, admet que les nouveaux vakx1s à ARNm n’empêchent pas de contracter la prétendue maladie ou d’être infectieux, mais qu’ils contribuent peut-être à en atténuer l’impact. Ce n’est pas un vakx1, mais plutôt quelque chose d’autre.

Variant Delta ?

À ce stade, il est utile d’examiner plusieurs faits avérés concernant ce coronavirus et ses « variants » apparemment illimités. La crainte actuelle au Royaume-Uni, dans l’Union européenne et aux États-Unis concerne un variant dit Delta du coronavirus. Le seul problème est que les autorités compétentes ne nous disent rien d’utile sur ce variant.

Étant donné que le prétendu variant Delta d’un nouveau coronavirus prétendu mais nulle part scientifiquement prouvé, est utilisée pour justifier une nouvelle série de mesures draconiennes de confinement et de pressions en faveur de la vakxination, il est utile d’examiner le test permettant de déterminer si un variant Delta est présent chez une personne testée à l’aide du test PCR standard recommandé par l’OMS.

En mai dernier, le variant Delta était initialement appelé variant indien. Il a rapidement été accusé d’être à l’origine de jusqu’à 90% des nouveaux tests positifs au C0VlD-19 au Royaume-Uni, qui compte également une importante population indienne. Ce que l’on ne dit pas, c’est qu’en deux mois seulement, les prétendus positifs au variant Delta en Inde ont chuté de façon spectaculaire, passant de 400 000 par jour en mai à 40 000 en juillet. Les symptômes ressemblant étrangement à ceux du rhume des foins ordinaire, l’OMS s’est empressée de le rebaptiser variant Delta selon l’alphabet grec, afin de brouiller davantage les pistes.

Des baisses similaires du variant Delta ont été observées au Royaume-Uni. Les « experts » ont prétendu que c’était parce que les Indiens terrifiés étaient restés chez eux, car seul un petit 1-3% de la population avait été vakxiné. Au Royaume-Uni, les experts ont prétendu que c’était parce que tant de gens avaient été vakxinés que les cas Delta avaient chuté. Si vous avez l’impression qu’ils inventent des explications pour alimenter le discours sur les vakx1s, vous n’êtes pas les seuls.

Et ce n’est pas tout. Pratiquement personne au Royaume-Uni, en Inde, dans l’Union européenne ou aux États-Unis, dont on prétend qu’il a été testé positif au variant Delta, n’a subi un test spécifique au variant Delta, car un tel test direct de variant n’existe pas. Des tests complexes et très coûteux sont censés exister, mais aucune preuve n’est apportée qu’ils sont utilisés pour affirmer des choses telles que « 90% des cas britanniques sont des ces Delta… ».

Les laboratoires du monde entier se contentent d’effectuer les tests PCR standard, très imprécis, et les autorités sanitaires déclarent qu’il s’agit du « Delta ». Il n’existe pas de test simple pour le Delta ou tout autre variant. Si ce n’était pas vrai, le CDC ou l’OMS ou d’autres instituts de santé devraient expliquer en détail ces tests. Ils ne l’ont pas fait. Demandez aux « experts » de la santé concernés comment ils prouvent la présence d’un variant Delta du virus. Ils ne le peuvent pas.
Les laboratoires d’analyse aux États-Unis admettent qu’ils ne testent pas les variants.

Tests PCR sans valeur

Le test PCR lui-même ne permet pas de détecter un virus ou une maladie. Le scientifique qui a obtenu un prix Nobel pour avoir inventé le test PCR, le Dr Kary Mullis, est passé à la télévision pour attaquer nommément le chef du NIAID, Tony Fauci, en le qualifiant d’incompétent pour avoir prétendu que les tests PCR pouvaient détecter n’importe quel agent pathogène ou maladie. Il n’a pas été conçu pour cela, mais plutôt comme un outil d’analyse de laboratoire pour la recherche. Les tests PCR ne peuvent pas déterminer une infection aiguë, une infectiosité continue, ni une maladie réelle. Le test PCR n’est pas réellement conçu pour identifier une maladie infectieuse active, il identifie plutôt du matériel génétique, qu’il soit partiel, vivant ou même mort.

Un article publié le 21 janvier 2020 par deux Allemands, Corman et Drosten, a été utilisé pour créer le test PCR immédiatement adopté par l’OMS comme norme mondiale pour détecter les cas de coronavirus. À ce moment-là, six personnes seulement avaient été identifiées comme porteuses du nouveau coronavirus. En novembre 2020, un groupe de pairs scientifiques externes a examiné l’article de Drosten et a découvert un nombre incroyable de failles scientifiques majeures ainsi qu’un conflit d’intérêts flagrant de la part de Drosten et de ses collègues.

Les scientifiques ont noté que le modèle de PCR de Drosten et l’article souffraient de « nombreuses erreurs techniques et scientifiques, notamment une conception insuffisante des amorces, un protocole RT-qPCR problématique et insuffisant, et l’absence d’une validation précise du test. Ni le test présenté ni le manuscrit lui-même ne remplissent les conditions d’une publication scientifique acceptable. En outre, les graves conflits d’intérêts des auteurs ne sont pas mentionnés. Enfin… un processus systématique d’examen par les pairs n’a pas été effectué ici, ou alors il était de mauvaise qualité ».

Pourtant, le modèle PCR de Drosten a été immédiatement recommandé par l’OMS comme le test mondial du coronavirus.

La PCR amplifie le matériel génétique en utilisant des cycles d’amplification jusqu’à ce qu’elle atteigne ce que l’on appelle le seuil de cycle (Ct), le nombre d’amplifications permettant de détecter le matériel génétique avant que l’échantillon ne devienne sans valeur. Mullis a dit un jour que si l’on amplifie par un nombre suffisant de cycles, on peut trouver n’importe quoi chez n’importe qui, car notre corps est porteur d’un grand nombre de virus et de bactéries différents, la plupart inoffensifs.

Même le Dr Fauci, dans une interview de 2020, a déclaré qu’un Ct à 35 ou plus n’a aucune valeur. Pourtant, le CDC recommanderait aux laboratoires de tests d’utiliser un Ct de 37 à 40 ! À ce niveau, peut-être 97% des C0VlD positifs sont probablement faux.

Ni le CDC ni l’OMS ne rendent publiques leurs recommandations en matière de Ct, mais on rapporte que le CDC recommande désormais un seuil de Ct plus bas pour les tests des personnes vakxinées, de manière à minimiser les C0VlD positifs chez les personnes vakxinées, tout en recommandant un Ct supérieur à 35 pour les personnes non vakxinées, une manipulation criminelle si elle est avérée.

Pour ceux qui s’intéressent à l’évolution de la perversion des tests PCR pour soi-disant diagnostiquer la présence spécifique d’une maladie, il faut se pencher sur l’histoire sordide qui a commencé dans les années 1980 lorsque Fauci et son subordonné de l’époque, le Dr Robert Gallo, au NIAID, ont utilisé la technologie PCR de Mullis pour affirmer à tort qu’une personne était séropositive, une entreprise criminelle qui a entraîné la mort inutile de dizaines ou de centaines de milliers de personnes.

Notamment, presque tous les défenseurs éminents du vakx1 anti-C0VlD, de Fauci au chef de l’OMS Tedros, sont sortis du marécage du VIH/SIDA et de ses faux tests PCR. Toutes les mesures de panique imposées depuis 2020 dans le monde entier sont basées sur la fausse prémisse que le test RT-PCR « positif » signifie que l’on est malade ou infecté par le C0VlD.

La peur du C0VlD-19 qui a émané de Wuhan, en Chine, en décembre 2019, est une pandémie de tests comme l’ont souligné de nombreux médecins. Il n’y a aucune preuve qu’un virus pathogène est détecté par le test. Il n’y a pas non plus de valeur de référence prouvée, ou « étalon-or » pour déterminer la positivité. C’est purement arbitraire. Faites les recherches nécessaires et vous le constaterez.

Promouvoir des vakx1s expérimentaux

Si nous avons gaspillé des milliers de milliards de dollars dans l’économie mondiale depuis le début de l’année 2020 et ruiné d’innombrables vies sur la base de tests PCR sans valeur et que maintenant la même fraude étend la folie à un prétendu variant Delta, la conclusion évidente est que certains acteurs très influents utilisent cette peur pour promouvoir des vakx1s génétiques expérimentaux qui n’ont jamais été testés sur des humains ni sur des animaux.

Pourtant, le nombre officiel de décès liés aux vakx1s dans l’UE et aux États-Unis continue de battre des records. À l’heure où nous écrivons ces lignes, selon la base de données officielle de l’UE pour l’enregistrement des blessures liées aux vakx1s, EudraVigilance, à la date du 2 août, un total de 20 595 décès avaient été signalés chez des personnes ayant déjà reçu les vaccins génétiques expérimentaux à ARNm ! De tels chiffres n’ont jamais été observés auparavant.

En outre, 1 960 607 effets indésirables ont été signalés, dont 50% sont graves, notamment des caillots sanguins, des crises cardiaques, des irrégularités menstruelles, des paralysies, toutes consécutives à des injections d’ARNm. Les données américaines de la base de données VAERS des CDC sont ouvertement manipulées, mais même, elles montrent plus de 11 000 décès post-vakx1s ARNm. Les grands médias n’en parlent jamais.

Les autorités et les politiciens répondent qu’il n’y a aucune preuve que les décès ou les blessures étaient liés aux vakx1s. Mais ils ne peuvent pas prouver qu’ils ne l’étaient pas parce qu’ils interdisent aux médecins de pratiquer toute autopsie. Si l’on nous dit de suivre la science, pourquoi les autorités sanitaires disent-elles aux médecins de ne pas faire d’autopsie sur les patients qui sont morts APRÈS avoir reçu deux vaccins à ARNm ?

Après des milliers de décès liés aux vakx1s, une seule autopsie a été pratiquée, en Allemagne, et les conclusions étaient terribles. La protéine Spike s’était répandue dans tout le corps. Le CDC a cessé de surveiller les cas non graves de C0VlD-19 chez les personnes vakxinées en mai. Cela cache le nombre alarmant de vakxinés qui tombent gravement malades.

Quelque chose ne va pas du tout lorsque des experts médicaux expérimentés et respectés sont bannis pour avoir suggéré des hypothèses alternatives à l’ensemble du drame du C0VlD.

Lorsque d’autres scientifiques adhérant à la ligne officielle réagissent à toute critique de Tony Fauci ou d’autres médecins traditionnels du C0VlD, ils doivent être désignés comme auteurs d’un « crime de haine ». Ou lorsque des remèdes bon marché et éprouvés sont interdits en faveur des vakx1s à ARNm coûteux et mortels dans lesquels le NIAID de Fauci détient un intérêt financier.

Les défenseurs des vakx1s tels que Fauci parlent déjà de la nécessité d’injections de rappel d’ARNm et mettent en garde contre l’apparition d’un nouveau « variant Lambda ». Comment vont-ils le tester ? Ou devons-nous le croire sur parole parce qu’il ou elle est considéré(e) par CNN ou la BBC comme une « autorité respectée » ? Jusqu’où des citoyens sains d’esprit vont-ils permettre à cette dissonance cognitive de détruire nos vies ?


source : https://journal-neo.org

traduit par Réseau International

Le CDC et la FDA auraient falsifié le protocole de test C0VlD en utilisant des cellules humaines mélangées à des fragments de virus du rhume…

ALERTE : Les tests PCR ne feraient que détecter le rhume.

Par Cogiito -1 août 2021

Vendredi 30 juillet 2021 par : Mike Adams

https://www.afinalwarning.com/540271.html

Dans une révélation choquante rapportée pour la première fois par Dan Dicks de Press for Truth (Canada), un document de la FDA admet que les CDC et la FDA ont conspiré pour fabriquer un protocole de test du C0VlD-19 en utilisant des cellules humaines combinées à des fragments du virus du rhume parce qu’ils n’avaient pas d’échantillons physiques du virus « C0VlD » SRAS-CoV-2 disponibles.

Sans matériel de référence physique à utiliser pour l’étalonnage et la confirmation, le test n’a aucune base scientifique dans la réalité physique. Et toutes les analyses PCR basées sur ce protocole sont totalement frauduleuses, signalant des personnes comme « positives » au C0VlD alors qu’elles possèdent simplement de minuscules quantités de fragments d’ARN d’autres souches de coronavirus circulant dans leur sang.

Le document de la FDA, disponible sur le site FDA.gov, est intitulé « CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV) à télécharger ici :


Le document admet de manière étonnante : (c’est nous qui soulignons)

Étant donné qu’aucun isolat quantifié du virus 2019-nCoV n’était disponible pour l’utilisation par les CDC au moment où le test a été développé et cette étude réalisée, les tests conçus pour la détection de l’ARN du 2019-nCoV ont été testés avec des stocks caractérisés d’ARN complet transcrit in vitro (gène N ; accession GenBank : MN908947.2) de titre connu (copies d’ARN/µL) injectés dans un diluant composé d’une suspension de cellules humaines A549 et d’un milieu de transport viral (VTM) pour imiter l’échantillon clinique.

En d’autres termes, ils n’avaient pas de virus C0VlD à partir duquel développer et calibrer le test, ils ont donc mélangé un cocktail de cellules humaines et de fragments d’ARN d’un virus du rhume commun, puis l’ont appelé « C0VlD ».

La séquence GenBank à laquelle il est fait référence dans ce paragraphe n’est qu’une définition de bibliothèque numérique étiquetée « C0VlD » mais qui n’a pas non plus de matériaux de référence dans la réalité physique.

C’est parce qu’aucun médecin ou chercheur n’a isolé le « C0VlD » d’un patient infecté et symptomatique. Par conséquent, aucun instrument de laboratoire ne peut être étalonné par rapport au C0VlD réel, et les tests s’appuient simplement sur les bibliothèques numériques diffusées par le CDC et l’OMS, en utilisant le terme « C0VlD » comme étiquette.

Les tests PCR sont ensuite chargés de rechercher ces séquences génétiques obtenues à partir des bibliothèques numériques fabriquées :

CE QUI SIGNIFIE QUE L’ENSEMBLE DU SYSTÈME EST UNE LOGIQUE CIRCULAIRE DE SCIENCE FRAUDULEUSE SANS AUCUN FONDEMENT DANS LA RÉALITÉ PHYSIQUE.

Pourquoi les laboratoires ne disposent-ils apparemment d’aucun matériau de référence certifié pour le C0VlD pour l’étalonnage des instruments ?

Je suis le fondateur et le propriétaire d’un laboratoire d’analyse qui effectue régulièrement des analyses quantitatives de contaminants alimentaires, produisant des résultats d’analyse de haute précision pour les pesticides, les herbicides et les métaux lourds. Dans tous les cas dès que nous effectuons des analyses en laboratoire, nous étalonnons les instruments par rapport à des échantillons physiques connus appelés « normes externes » ou « matériaux de référence certifiés ». (CRM)

Tout laboratoire peut acheter des CRM pour le mercure, l’arsenic, le glyphosate et même la salmonelle. Par exemple, ce lien sur Biosisto répertorie les MRC pour diverses souches de salmonelles. Les laboratoires peuvent acheter ces matériaux de référence et les utiliser pour étalonner leurs instruments, afin de s’assurer que leur analyse correspond à des échantillons physiques, réels, d’un matériau purifié. Ces MRC, à leur tour, doivent être traçables par le NIST afin de confirmer leur origine et leur authenticité. Tous les MRC sont donc étiquetés avec des numéros de lot et des dates d’expiration.

Alors que les laboratoires peuvent acheter des matériaux de référence pour les microbes, les métaux lourds, les pesticides, etc. – tous des matériaux physiques –

J’AI CHERCHÉ PARTOUT ET JE N’AI PU TROUVER AUCUN MATÉRIAU DE RÉFÉRENCE CERTIFIÉ POUR LE SRAS-COV-2 OU MÊME UNE VERSION AFFAIBLIE ET NON VIABLE DE CELUI-CI.

Pour autant que je sache, il ne semble pas y avoir de spécimens physiques de virus C0VlD isolés disponibles pour l’étalonnage des instruments et le contrôle de qualité des protocoles d’essai.

Pour être clair, je ne dis pas que les virus n’existent pas, et il est tout à fait clair que l’Institut de virologie de Wuhan a collaboré avec Fauci, Daszak, le NIH, Baric et d’autres pour développer une protéine spike armée.

Mais la protéine spike n’est pas un virus en soi. Il s’agit simplement d’une nanoparticule toxique qui peut être synthétisée en quantité puis déversée sur les villes ou ajoutée aux vakx1s et injectée aux personnes via des protocoles d’immunisation.

JE POSE LA GRANDE QUESTION DE TOUT CELA DANS MA VIDÉO DE DÉNONCIATION DU LABORATOIRE SCIENTIFIQUE ICI, QUI PRÉSENTE PLUS DE DÉTAILS SUR TOUT CE QUI VOUS FERA TOURNER LA TÊTE.

En substance, si le « C0VlD-19 » est un vrai virus qui peut être isolé, pourquoi n’existe-t-il apparemment aucun matériel de référence physique pour calibrer les instruments de laboratoire pour la détection des covidés ?

Et pourquoi de tels matériaux n’ont-ils pas été utilisés lors de l’élaboration des protocoles de test PCR approuvés par la FDA et le CDC ?

Le CDC retire son propre protocole frauduleux de test PCR pour le C0VlD, en laissant entendre qu’il ne peut pas différencier le C0VlD de la grippe.

CE QUI AJOUTE AU MYSTÈRE DANS TOUT CELA, C’EST LE FAIT QUE LE CDC VIENT DE PUBLIER UNE « ALERTE DE LABORATOIRE », ANNONÇANT SON INTENTION DE RETIRER LE PROTOCOLE DE TEST PCR DÉFECTUEUX D’ICI LA FIN DE L’ANNÉE.

Dans le cadre de leur annonce, ils ont laissé entendre que le test PCR actuel – le même que celui mentionné par la FDA ci-dessus, qui a été développé sans aucun échantillon physique de C0VlD pour l’étalonnage – ne peut pas faire la différence entre la grippe et le C0VlD.

Extrait du document du CDC :

En préparation de ce changement, les CDC recommandent aux laboratoires cliniques et aux sites d’essai qui utilisaient le test RT-PCR CDC 2019-nCoV de sélectionner et de commencer leur transition vers un autre test C0VlD-19 autorisé par la FDA. Les CDC encouragent les laboratoires à envisager l’adoption d’une méthode multiplexée qui puisse faciliter la détection et la différenciation des virus du SRAS-CoV-2 et de la grippe.

Pourquoi serait-il important de différencier le C0VlD de la grippe ?

Parce que, à ce qu’il semble, les cas de grippe ont presque disparu en 2020, la grippe ayant été ré-étiquetée « C0VlD » en raison des tests défectueux.

« Le pourcentage de positivité de la grippe a diminué de 64 % (p = 0,001) et le nombre quotidien estimé de cas de grippe a diminué de 76 % (p = 0,002) au cours des semaines épidémiologiques 5-9 de 2020 par rapport aux années précédentes », a rapporté le CDC en 2020.

https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/8/20-1229_article

En substance, l’establishment médical a simplement pris toutes les personnes qui auraient normalement été diagnostiquées avec des rhumes et des grippes, et les a déplacées dans la catégorie « C0VlD » afin de pousser un récit d’hystérie de masse C0VlD qui pousserait les gens à se faire vakxiner.

Les vakx1s, ensuite, ont été formulés avec des nanoparticules toxiques à base de protéines de pointe pour provoquer la vague de panique « delta », qui se produit en grande partie chez les personnes vakxinées.

A partir de là, l’arnaque de la plandémie se déroule comme une horloge : Les gens tombent malades à cause des vakx1s, alors on demande plus de rappels de vakx1s, ce qui perpétue la maladie. Rincer et répéter. Cela ne s’arrête jamais jusqu’à ce que les auteurs soient arrêtés et que les gens prennent conscience de l’arnaque.

Le CDC vient de publier un document scientifique qui confirme toute l’arnaque. Cliquez ici pour voir le PDF sur nos serveurs.

Il est intitulé « Outbreak of SARS-CoV-2 Infections, Including COVID-19 Vaccine Breakthrough Infections, Associated with Large Public Gatherings – Barnstable County, Massachusetts, July 2021 » et il admet de manière choquante que 74% des infections sont survenues chez des personnes entièrement vakxinées (double dose) :

Au cours du mois de juillet 2021, 469 cas de C0VlD-19 associés à de multiples événements estivaux et grands rassemblements publics dans une ville du comté de Barnstable, Massachusetts, ont été identifiés parmi les résidents du Massachusetts ; la couverture vakxinale parmi les résidents éligibles du Massachusetts était de 69%. Environ trois quarts (346 ; 74 %) des cas sont survenus chez des personnes entièrement vakxinées (celles qui avaient suivi un traitement de 2 doses de vakx1 ARNm [Pfizer-BioNTech ou Moderna] ou qui avaient reçu une dose unique de vakx1 Janssen [Johnson & Johnson] ?14 jours avant l’exposition).

Vous voyez, le vakx1 est la pandémie.

Le vakx1 diffuse la protéine de pointe, et les faux tests PCR fournissent le carburant nécessaire pour entretenir l’hystérie de masse.

Je donne plus de détails sur tout cela dans le podcast d’aujourd’hui via Brighteon.com :

Brighteon.com/dfb235d4-f0d6-4d7d-af06-d1f4e391c4f5

Voir également cette vidéo de Dan Dicks, qui couvre également les faux tests PCR :

Brighteon.com/a8ef9e25-cdd3-453e-b4dc-97d2faada2b2

Aucune institution au monde n’a de trace de virus isolé

Message urgent du Dr Sucharit Bhakdi

https://odysee.com/@Toutadire:a/Dr.SucharitBhakdiOracleFilms:5

⁣Les sources scientifiques de la présentation du Dr. Bhakdi’s :
https://www.sciencedirect.com/….science/article/pii/
(v important DK)
https://journals.plos.org/plos….one/article?id=10.13
(v. imp. IgG IgA)
réponse au vaccin à ARNm +++
https://academic.oup.com/cid/a….dvance-article/doi/1
(spike et IgG après vacc)
https://doi.org/10.1016/j.cell.2021.06.005
(troisième réponse IgG au vaccin)

En complément (18/7/21): autre vidéo urgente du Dr Bhakdi:
https://odysee.com/@reseau-influence:a/Pr.-Sucharit-Bhakdi,-un-des-plus-grands-microbiologistes-au-monde-qui-a-publi%C3%A9-plus-de-300-articles:7?

D’éminents experts ont comparé le « variant Delta » au rhume des foins et au rhume classique.

Selon divers rapports, des experts britanniques ont comparé les symptômes « Variant Delta » du C0VlD-19 à ceux du rhume des foins et du rhume ordinaire. La nouvelle souche serait à l’origine de 99 % de tous les nouveaux cas de C0VlD-19 au Royaume-Uni. « Les principaux symptômes du C0VlD-19 semblent avoir changé, les maux de tête et de gorge étant désormais plus fréquents que la fièvre et la toux, selon une mise en garde des experts britanniques », note le New York Post.

« Les personnes souffrant d’allergies peuvent ressentir certains des mêmes symptômes que celles atteintes de C0VlD, ce qui peut provoquer d’énormes niveaux d’anxiété », a déclaré le Dr Connor Bryant, cofondateur de la technologie de l’air pur MedicAir, selon le Mirror
« Le C0VlD agit différemment maintenant, c’est plus comme un rhume », a déclaré Tim Spector, professeur d’épidémiologie génétique. « Tous ces symptômes ne sont pas les anciens symptômes classiques. »

Le Dr Fauci continue d’affirmer que « le variant Delta est actuellement la plus grande menace aux États-Unis pour notre tentative d’éliminer le C0VlD-19 », qui aurait représenté 20 % de tous les nouveaux cas de C0VlD-19 aux États-Unis. Fauci maintient que les vakx1s contre le C0VlD-19 peuvent protéger les gens contre le « variant Delta », ajoutant que les jeunes non vakxinés sont « plus vulnérables que jamais ».

Cependant, de nombreux Américains sont sceptiques quant aux vakx1s contre le C0VlD-19 qu’ils ont reçus, car on rapporte que le « variant Delta » infecte des personnes alors qu’elles ont été entièrement vakxinées. Comme l’a rapporté le Wall Street Journal« Environ la moitié des adultes infectés lors d’une épidémie du variant Delta du C0VlD-19 en Israël avaient été entièrement vakxinés avec le vakx1 Pfizer Inc., ce qui a incité le gouvernement à réimposer l’obligation de porter un masque à l’intérieur et d’autres mesures pour contenir la souche hautement transmissible. »

Le 13 mai, Joe Biden a dit à l’Amérique de « se faire vakxiner ou de porter un masque jusqu’à ce que ce soit le cas », ce qui a incité des centaines de millions d’Américains à recevoir leur vakx1s contre le C0VlD-19.

L’Organisation mondiale de la santé exhorte maintenant les personnes entièrement vakxinées à continuer à porter des masques, à prendre leurs distances socialement et à appliquer les mesures de sécurité du C0VlD-19. « Le vakx1s ne suffira pas à stopper la transmission communautaire », a déclaré le Dr Mariangela Simao, sous-directrice générale de l’OMS pour l’accès aux médicaments et aux produits de santé. 
« Les gens doivent continuer à utiliser systématiquement des masques, à se trouver dans des espaces ventilés, à se laver les mains… la distance physique, éviter la promiscuité. Cela continue à être extrêmement important, même si vous êtes vakxiné lorsque vous avez une transmission communautaire en cours. »

EN COMPLEMENT:

10/7/21: Article de Nicole Délépine sur France Soir: Rien à craindre du variant Delta : il donne le rhume, curable par traitements précoces

Les autorités « de santé » et les gouvernements ont-ils créé cette crise sanitaire de toutes pièces ? Analyse de la vérité des chiffres.

Pour cette 6ème émission « Science en Conscience » pour ReinfoCovid présentée par Jérémie Mercier, l’invité est Pierre de la chaîne « Décoder l’éco », statisticien. Nous nous interrogerons sur la réelle dangerosité du SARS-CoV-2 et de celle des mesures prises pour « lutter contre le virus », suite à une analyse détaillée de la mortalité toutes causes et aussi à une analyse de l’évolution des prescriptions de médicaments.

L’article de Pierre sur ce sujet : https://www.mondialisation.ca/la-mort…

Conclusions de l’article de Pierre:

Pour la quasi-totalité des pays d’Europe dont nous disposons des données, il apparaît nettement une reprise de la mortalité (cf. annexes). Il convient alors de se poser la question du ratio bénéfices/risques de la politique actuelle.

Une politique sanitaire dont on questionne les liens avec la santé

Nous observons que la mortalité observée depuis un peu plus d’un an partout en Europe est à un niveau comparable au reste de notre décennie. Il existe des variations entre les différents Etats, mais le lien entre les politiques affichées et le niveau de mortalité ne semble pas évident, voire dans le sens inverse de l’attendu. Pour la France, les différentes mesures identifiées participent mécaniquement à une augmentation des décès sans que l’on puisse quantifier un quelconque impact bénéfique. Dès lors, si la mortalité n’est finalement pas exceptionnelle, est-il raisonnable d’entretenir un climat de peur, de maintenir les règles liberticides en place et de lancer des campagnes de vakxinations d’une ampleur jamais connue réalisées à partir de produits expérimentaux ? Nous observons que les campagnes de vakxination en période hivernale sont liées à des augmentations de mortalité. Il conviendrait d’analyser en profondeur ce lien avant de continuer à promouvoir des produits dans des périodes où la santé des européens baisse cycliquement. Nous observons que tous les pays européens ayant démarré en masse une campagne de vakxination contre la Covid-19 ont des taux de mortalité inhabituels pour la saison. Les pays ayant le plus massivement vakxinés ont des taux de mortalité chez leurs jeunes jamais égalés jusqu’à maintenant.

Est-il raisonnable de continuer cette politique sanitaire inconnue dans ces conditions ? N’est-il pas urgent de reprendre le cours normal des consultations pour retrouver l’usage des médicaments que nous avions avant 2020 avec une mortalité plus faible au lieu de faire le pari de l’efficacité de nouveaux produits miracles ?

Enfin, cette analyse est une analyse statistique. Aucune analyse statistique ne permet jamais d’obtenir une certitude. C’est d’ailleurs l’arme utilisé en permanence par tous les producteurs pour se défendre contre les plaignants ayant perdu un proche. Il appartient à chaque fois au juge de se contenter d’une vraisemblance de causalité en revenant à du “bon sens” pour statuer22. Jamais nous ne pourrons être “certains” par l’analyse des statistiques, ni de la dangerosité de la Covid-19, ni du vakx1s. Jamais même, nous ne pourrons être certains de la qualité et de l’exactitude des données que nous manipulons.

Cependant, si nous ne sommes pas sûrs du lien de causalité entre la vakxination massive en cours et la hausse de la mortalité, alors nous ne sommes pas sûrs non plus du lien de causalité entre la remontée de tests positifs Covid-19 et la hausse mortalité.

Si nous ne sommes pas sûrs de la qualité des données de mortalité, alors la nouvelle politique sanitaire ne repose sur aucune base solide. Inversement, si nous sommes sûrs de la qualité des données de mortalité, alors leur analyse approfondie montre qu’il faut cesser immédiatement la stratégie actuelle.

Dans tous les cas, il est urgent de retrouver ce qui manque cruellement depuis plus d’un an, et qui doit primer devant tout le reste : du bon sens.

Chez les moins âgés, l’obésité est associée à presque TOUT le risque que le C0VlD entraîne des soins intensifs ou le décès

Extrait de l’article de Aube Digitale: Pourquoi le C0VlD est comme le SIDA

Le SARS-COV-2 n’est même pas dans la même zone de temps que le VIH en tant que tueur. Mais il est comme le VIH sur un point crucial. Il a des préférences.

Après un an, la plupart d’entre nous savent que les personnes âgées sont beaucoup plus exposées au coronavirus (bien que même les personnes bien informées ne sachent pas toujours à quel point ce risque est élevé).

Mais ce que les autorités de santé publique se sont évertuées à occulter, c’est à quel point l’obésité – en particulier l’obésité extrême – augmente le risque de coronavirus chez les jeunes.

En avril, des chercheurs britanniques ont publié un article définitif sur le sujet dans The Lancet Diabetes & Endocrinology, une revue à comité de lecture. Les chercheurs ont examiné les dossiers médicaux de près de 7 millions de personnes en Angleterre pour étudier le lien entre l’obésité et les conséquences graves du C0VlD, notamment l’hospitalisation et le décès.

Les résultats de base ne montrent qu’un lien modéré entre le surpoids et le risque de C0VlD. Mais en y regardant de plus près, les chercheurs ont constaté que cela s’explique par le fait que chez les personnes âgées, le surpoids n’entraîne PAS de risque excessif.

Les chercheurs ont donc divisé les patients en quatre tranches d’âge : 20-39 ans, 40-59 ans, 60-79 ans et plus de 80 ans. Ils ont constaté que dans les deux groupes les plus jeunes – y compris les adultes jusqu’à 60 ans – l’obésité était associée à presque TOUT le risque que le C0VlD entraîne des soins intensifs ou le décès. Ces résultats sont restés valables même après correction de nombreux facteurs de confusion potentiels, comme le tabagisme, les maladies non liées au poids et la richesse.

L’excès de risque était extrêmement élevé même pour les personnes qui n’étaient pas atteintes d’obésité morbide – définie par un indice de masse corporelle de 40 ou plus. Une personne âgée de 40 à 60 ans ayant un IMC de 35 – c’est-à-dire pesant 104 kg et mesurant 1,80 m – avait environ cinq fois plus de risques de mourir du C0VlD qu’une personne de poids normal. Pour les jeunes adultes, le risque excédentaire était encore plus élevé, et pour les personnes souffrant d’obésité morbide, encore plus.

En revanche, les personnes de poids normal de moins de 40 ans ne courent pratiquement aucun risque de mourir du C0VlD. Les chercheurs ont constaté que leur taux était inférieur à 1 sur 10 000 par an. Même dans la tranche d’âge de 40 à 59 ans, les adultes de poids normal avaient un risque annuel bien inférieur à 1 sur 1 000.

Les chercheurs n’ont pas inclus ces résultats étonnants dans le corps principal de l’article, mais uniquement dans son annexe. Néanmoins, ils ont été clairs dans leur discussion sur les résultats globaux :

« Nos conclusions tirées de cette vaste cohorte basée sur la population soulignent que l’excès de poids est associé à une augmentation substantielle des risques de résultats sévères C0VlD-19, et constitue l’un des facteurs de risque modifiables les plus importants identifiés à ce jour.« 

En fait, les résultats suggèrent que pour les personnes de moins de 60 ans, la perte de poids serait le meilleur moyen de réduire le risque de C0VlD – probablement même plus qu’un vakx1 (et sans effets secondaires).

Mais bien sûr, vous n’avez pas entendu parler de cet article.

Personne n’en a entendu parler. L’establishment de la santé publique a décidé qu’une discussion honnête sur les personnes réellement menacées par le C0VlD pourrait ressembler à une condamnation des victimes, comme ce fut le cas il y a une génération avec le VIH.

Cette fois, cependant, nous n’avons pas seulement effrayé un groupe de personnes qui ne courent pratiquement aucun risque. Notre théâtre d’enfermement viral a été beaucoup plus destructeur, pour les enfants qui ont perdu une année d’école et pour tous les autres. Ironie du sort, la prise de poids liée au lockdown a peut-être même aggravé les risques l’année dernière.

Il est grand temps de dire la vérité.

Traduction de Unreported Truths par Aube Digitale

Interview très pédagogique de Christian Velot

L’équipe de BAM! (Belgian Alternative Media) rencontre Christian Vélot, Docteur en biologie, généticien moléculaire à l’Université Paris-Saclay et Président du Conseil scientifique du CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie génétique). Connu pour son expertise dans les OGM, Christian Vélot avait produit une vidéo y a 6 mois avec le CRIIGEN pour expliquer les différents mécanismes de vaccins contre la Covid-19. (https://www.youtube.com/watch?v=tYwCx…)

Interview de Zach Bush par Robert F. Kennedy, Jr. (FRENCH): « Nous devons nous éloigner du paradigme Santé Big Pharma »

Dans le dernier épisode de la deuxième saison de « TRUTH » avec Robert F. Kennedy Jr, ce dernier a interviewé le Dr Zach Bush, de renommée internationale.

Kennedy et Bush abordent un large éventail de sujets, notamment :

– le rôle crucial de l’inflammation dans la maladie
– comment le glyphosate perturbe le microbiome intestinal
– l’histoire largement incomprise du virus de la polio
– la prise de contrôle par l’industrie pharmaceutique du système de réglementation de la santé
– Bill Gates et ses amis scientifiques qui jouent sur un échiquier en 2 dimensions alors que notre microbiome est un système tridimensionnel
– la C0VlD-19

Zach Bush MD est un médecin spécialisé en médecine interne, en endocrinologie et en soins palliatifs. C’est un éducateur de renommée internationale et un leader d’opinion sur le microbiome en relation avec la santé, la maladie et les systèmes alimentaires. Le Dr Zach Bush a fondé le *Seraphic Group et l’organisation à but non lucratif Farmer’s Footprint afin de développer des solutions pour la santé humaine et écologique. Sa passion pour l’éducation touche de nombreuses disciplines, notamment des sujets tels que le rôle des écosystèmes du sol et de l’eau dans la génomique humaine, l’immunité et la santé intestinale et cérébrale. Son enseignement a mis en évidence la nécessité de s’écarter radicalement de l’agriculture et de la pharmacie chimiques, et ses efforts continus ouvrent la voie aux consommateurs, aux agriculteurs et aux méga-industries pour travailler ensemble à un avenir sain pour les personnes et la planète.

Devenez membre de https://childrenshealthdefense.eu/

La vérité sur les « variants » avec Luc Montagnier

D’où viennent les variants?
C’est très simple, ils viennent des vakx1s. Mais scientifiquement plus complexe à expliquer. Ce que Montagnier tente de faire. Les faits semblent en train de lui donner raison.

https://lbry.tv/@holdup_ledoc:9/lucmontagnierfocus:2

Le message urgent du Dr Vernon Coleman sur les injections.

Prenant de plus en plus au sérieux ces risques spécifiques de cette fausse vakxination, je me décide enfin à publier la version FR de la déclaration du Dr Vernon Coleman prédisant que les vakxinés mourront lorsqu’il seront en contact avec le virus lors de l’automne et l’hiver prochains.
Il y dénonce également le danger de génération et de propagation par les vakxinés d’autres virus plus dangereux (voire même de la protéine « S » elle-même).
Je pense que cette campagne d’injections est tout sauf nette d’intentions frauduleuses et que chacun doit pouvoir être confrontés à toutes les sources d’information avant de prendre sa décision.

https://gloria.tv/post/3uyKXbVfAdeK23VS3xWwJ678L

Nous ne savions rien sur les variants du C0VlD… jusqu’à maintenant

par Michel de Lorgeril sur Réseau International

Prenez du plaisir, ce n’est pas tous les jours dimanche, disait Fernand Bourvil…

Selon la célèbre « Agence européenne du Médicament » (ou EMA) mais qu’il faudrait plutôt appeler « Agence européenne de l’Industrie des Produits de Santé » ou EIPSA), de nouveaux variants sont en train d’apparaître.

Voici quelques conseils pour les différencier :

– Le variant Travolta donne toujours de la fièvre, mais seulement le samedi soir;

– Le variant Suisse reste neutre, quel que soit le test PCR, antigénique ou sérologique ;

– Pour le Bordelais, pas de souci on a les Médoc ;

– Le variant Normand est difficile à prévoir : « p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non » ;

– Le variant Belge est redoutable, ça finit généralement par une mise en bière ;

– Ne craignez pas le variant Chinois, il est cantonné ;

– Bonne nouvelle : le variant SNCF arrivera plus tard que prévu ;

– Contrairement aux apparences, le variant du Bénin serait dangereux ;

– En ce qui concerne le variant Italien, vous en prenez pour Milan ;

– De son côté, le variant Écossais se tient à carreau ;

– Apparemment avec le variant Japonais, il y a du sushi à se faire ;

– On annonce l’émergence d’un variant Colombien, mais il semblerait que ce soit de la « poudre » aux yeux ;

– N’attrapez surtout pas le variant Russe, c’est un méchant ViRusse ;

– Pour sa part, le variant Corse s’attrape au bouleau et il est transmis par l’écorce ;

– Le premier symptôme du variant Breton, c’est quand on commence à entendre le loup, le renard et la belette chanter !

Je lance un concours : qui peut mieux faire ?

Le gagnant aura le droit d’écouter et réécouter « Time to say Good bye »

C0VlD • La piste vasculaire confirmée. Cela induit que la protéine « S » générée par les vakx1s est dangereuse

Les chercheurs de l’illustre Salk Institute en Californie, réputé pour ses travaux dans les domaines de la génétique, des neurosciences ou de l’immunologie, ont publié un article montrant comment la protéine « S » du coronavirus endommage les cellules, confirmant que le COVID-19 est une maladie essentiellement vasculaire.

Cet article, publié le 30 avril 2021 dans Circulation Research, montre de manière concluante que C0VlD-19 est une maladie vasculaire. Il illustre avec précision comment la protéine S du virus SRAS-CoV-2 endommage et attaque le système vasculaire au niveau cellulaire. Ces résultats permettent d’expliquer la grande variété de complications apparemment sans lien entre elles de la C0VlD-19 et pourraient ouvrir la voie à de nouvelles recherches sur des thérapies plus efficaces.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont créé un «pseudovirus» entouré des protéines classiques de la couronne de pointes du SRAS-CoV-2, mais qui ne contenait pas de véritable virus. L’exposition à ce pseudovirus a entraîné des lésions des poumons et des artères d’un modèle animal, ce qui prouve que la protéine de pointe seule suffit à provoquer la maladie.
Or des vakx1s qui forcent le corps à produire des trillions de protéines « S » ne semblent pas être très indiqués pour éviter ce genre de risque.

Sur le même sujet mais avec une source scientifique suisse, voir aussi cet article de synthèse présenté sur Insolentia, la lettre d’informations de Charles Sannat, reproduit ci-dessous.

« Le Covid n’est pas une pneumonie. C’est une endothélite et cela peut tout changer ! »

par Charles Sannat | 11 Mai 2021 | A la uneChronique de l’effondrement | 28 commentaires

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Les preuves s’accumulent progressivement et les autorités de santé françaises devront répondre de leur incurie car c’est bien de cela qu’il s’agit alors que cela fait plus d’un an que nous sommes confrontés à une pandémie sans précédent accompagnée d’une épidémie hallucinante de mensonges d’Etat. Masques, risques du virus, etc…

C’est du côté des chercheurs zurichois que nous pouvons confirmer ce que beaucoup pensaient, ou présentaient mais que l’on ne pouvait pas dire sans risquer l’excommunication médiatique. D’ailleurs cela continue allègrement encore.

Il y a tellement de questions à poser, il y a un évident débat à avoir pour éclairer le consentement des gens et remettre la science et la connaissance au cœur de la politique et des choix qui engagent collectivement toute la société.

Je vais donc partager avec vous deux informations clefs, et je vous invite à votre tour à partager également ces informations et la question finale qui concerne chacun de nous confrontés au choix vaccinal.

Voici un article de la très sérieuse Tribune de Genève, source ici.

Non, le Covid-19 n’est pas qu’une pneumonie virale

« Des chercheurs zurichois ont analysé les tissus de personnes décédées du nouveau coronavirus. Ils estiment qu’il s’agit d’une inflammation vasculaire systémique et non d’une pneumonie.
Bien plus qu’une pneumonie, la maladie COVID-19 est une inflammation vasculaire systémique, selon une étude de chercheurs zurichois. Cela explique pourquoi elle provoque autant de problèmes cardiovasculaires et de défaillances d’organes vitaux.

Les premiers patients présentaient surtout des pneumonies difficiles à traiter, a indiqué l’Hôpital universitaire de Zurich (USZ) dans un communiqué. Par la suite, les médecins ont constaté de plus en plus de cas de troubles cardiovasculaires et de défaillances multiples d’organes sans lien apparent avec la pneumonie.

L’équipe de Zsuzsanna Varga, à l’USZ, a donc examiné au miscroscope des échantillons de tissus de patients décédés et constaté que l’inflammation touchait l’endothélium – la paroi interne des vaisseaux sanguins – de différents organes.
Le virus SARS-CoV-2 a pu être détecté dans l’endothélium lui-même, où il provoque la mort des cellules, puis des tissus et organes touchés. Les chercheurs en déduisent que le virus attaque le système immunitaire non pas par les poumons, mais directement par les récepteurs ACE2 présents dans l’endothélium, qui perd ainsi sa fonction protectrice.

Tous les organes touchés

« La maladie Covid-19 peut toucher les vaisseaux sanguins de tous les organes », résume Frank Ruschitzka, directeur de la clinique de cardiologie de l’USZ, qui suggère désormais de baptiser ce tableau clinique « Covid-endothélite ».
Il s’agit d’une inflammation systémique des vaisseaux sanguins pouvant toucher le cœur, le cerveau, les poumons, les reins ou encore le tube digestif. Elle entraîne de graves microperturbations de la circulation sanguine qui peuvent endommager le cœur ou provoquer des embolies pulmonaires, voire obstruer des vaisseaux sanguins dans le cerveau ou le système gastro-intestinal, souligne l’USZ.

Si l’endothélium des jeunes patients se défend bien, ce n’est pas le cas de celui des groupes à risque souffrant d’hypertension, de diabète ou de maladies cardiovasculaires, dont la caractéristique commune est une fonction endothéliale réduite.
Au niveau thérapeutique, cela signifie qu’il faut combattre la multiplication du virus et en même temps protéger et stabiliser le système vasculaire des patients, conclut le Pr Ruschitzka, cité dans le communiqué. Ces travaux sont publiés dans la revue médicale britannique «The Lancet ».

Un virus à nul autre pareil
D’autres recherches publiées dans la revue « Science » vont dans le même sens, évoquant une maladie systémique et un virus qui agit d’une manière différente de tous les autres pathogènes vus jusqu’ici.
Des dommages aux reins, au cerveau et au système nerveux central ont été signalés, de même que crises épileptiques, encéphalites et AVC chez des patients ayant récupéré. Les intestins, riches en récepteurs ACE2, sont un autre front d’attaque : la moitié des patients souffre de diarrhée. Les yeux et le foie sont également touchés ».

Le rôle de la protéine Spike. 

Voici un autre article à relier au précédent source SantéLog.com ici

« La protéine de pointe du nouveau coronavirus joue un rôle clé supplémentaire, actif dans la maladie, révèle cette équipe de virologues du Salk Institute (La Jolla). Plus largement décrite comme une infection respiratoire, en décryptant comment la protéine Spike endommage les cellules, l’équipe documente la maladie COVID-19 comme une maladie principalement vasculaire. Ces conclusions, publiées dans la revue Circulation Research de l’American Heart Association (AHA) permettent de mieux comprendre toute une série de symptômes cardiovasculaires aujourd’hui associés à la maladie.

On sait aujourd’hui que les protéines « spike » du SRAS-CoV-2 aident le virus à infecter son hôte en se fixant sur des cellules hôtes, via le récepteur ACE2. Cette étude révèle que Spike joue également un rôle actif dans la maladie elle-même, en provoquant une fragmentation mitochondriale dans les cellules vasculaires. « Beaucoup de chercheurs et de médecins considèrent le COVID comme une maladie respiratoire, mais c’est vraiment une maladie vasculaire », le Dr Uri Manor, co-auteur principal de l’étude : « Cela permet d’expliquer pourquoi certains patients développent un accident vasculaire cérébral, d’autres une arythmie ou une tachycardie. Le point commun entre ces conditions est leur fondement vasculaire ».

Or les vaccins ciblent la protéine… Spike !

On ne se vaccine pas évidemment pour aller au restaurant ! C’est le degré 0 de l’argumentation médicale ou de santé publique. C’est de la propagande, efficace certes du type « reprendre notre vie d’avant », ou « se retrouver » avec la perversité de la culpabilisation induite, mais ce n’est pas éclairer le choix individuel, ni aider tous les intervenants (y compris les médecins) à mesurer les bénéfices/risques par catégories et par vaccins !

Nous pouvons constater tous les jours et sur tous les sujets que pour « vivre heureux », il ne faut « plus vivre caché ». Non, il faut « vivre avec le cerveau débranché ». Un « bon » citoyen, un « bon » collaborateur, un « bon » manager, est un individu qui désormais ne pose plus aucune question, n’interroge pas la réalité, ne fait plus preuve d’esprit critique. Cerveaux débranchés, tranquillité assurée.

Mais revenons à la question finale qu’il faut bien poser.

Les vaccins ciblent la protéine Spike en codant son ARN, et nombre de réactions aux vaccins posent des problèmes… de circulation de caillots sanguins qui font penser aux effets mêmes produits par le Covid.
Dès lors il faut s’interroger sur les effets même de la protéine Spike.
Et si cette protéine était le problème ?

Ce n’est pas à moi de l’affirmer et je n’ai en aucun cas les compétences ni pour confirmer ni pour infirmer cette hypothèse, mais nous pouvons faire des liens et poser des questions.

D’ailleurs quand bien même la protéine Spike expliquerait les problèmes inflammatoires du virus ou les effets secondaires des vaccins que cela ne voudrait pas forcément dire que le ratio bénéfices/risques ne serait pas en faveur de la vaccination. De la même manière, la chloroquine étant utilisée dans des maladies inflammatoires, c’est peut-être cela qui expliquerait son efficacité lorsqu’elle est administrée dès les tous premiers jours comme l’affirme depuis le départ le Professeur Raoult. Là aussi, il y a évidemment des questions à se poser et des réponses à apporter.

Si nous sommes confrontés à des variants, ne serait-il pas plus pertinent de développer également nos connaissances pour pouvoir soigner et non plus tout miser sur la vaccination, et l’on devrait même dire sur les vaccinations répétées ?

Le problème, généralement, c’est que lorsque les bonnes questions sont posées, elles n’obtiennent jamais de réponse et elles sont confrontées à un silence assourdissant.

Pour éviter toutes « théories du complot », ou plus simplement toute erreur ou rumeur, le plus simple, c’est toujours de dire la vérité et d’expliquer jusqu’à ce que tout le monde comprenne, ou presque ! C’est au prix de la vérité et de la pédagogie que l’on maintient et que l’on alimente la confiance, une confiance qui fait actuellement cruellement défaut dans le processus vaccinal engagé.

Charles SANNAT

Encore un article de Réseau International sur le même sujet

Données réelles de circulation du virus en France, Belgique et Allemagne

Ceci est un extrait de la réunion publique du Conseil Scientifique Indépendant français du 15 avril 2021.
Présentation par Hélène Banoun qui a récolté les données officielles des remontées de médecine de terrain sur les réels cas des syndromes respiratoires et leurs natures diverses et réelles. Cela montre des différences énormes avec les chiffres gouvernementaux, que le virus Sars-Cov2 est tout-à-fait minoritaire et que le rhume commun devient l’élément principal. Très instructif sur l’absence d’épidémie, la manipulation des chiffres et les faux résultats des tests PCR.

https://odysee.com/@Eveilinfo:b/Conseil-scientifique-inde%CC%81pendant-(CSI)-du-15_04_2021-Donne%CC%81es-e%CC%81pide%CC%81miques-officielles:7

Vidéo complète de la réunion publique du CSI du 15 avril 2021.

Un médecin explique que le coronavirus n’est pas ce que l’on croit.

Vous allez peut-être trouver que j’insiste beaucoup sur le faux concept de virus. Mais comme constaté à travers mes autres articles sur ce sujet, je ne peux cacher que je suis assez convaincu de cette approche.
Voici cette fois une vidéo courte, percutante et sous-titrée en français dans laquelle le Dr Cowan explique l’origine de cette maladie appelée C0VlD.

https://odysee.com/@SEMINERIOSalvatore:5/mediaport-un-m%C3%A9decin-explique-pourquoi-le-coronavirus-nest-PAS:5

En complément vous trouverez ci-dessous un lien de téléchargement vers le livre du Dr Cowan Le Mythe de la Contagion (disponible librement sur le net en anglais) et que j’ai traduit en français pour son intérêt.

Le C0VlD n’existe pas: la preuve

« Stanford, Cornell et cinq autres laboratoires universitaires californiens « ont trouvé le C19 imaginaire, fictif, pas un virus et poursuivent le CDC pour fraude concernant le Covid », Rob Oswald, docteur en virologie et immunologie de l’université de Cornell :

« Ce à quoi nous avons affaire est donc juste une autre souche de grippe comme chaque année, le C19 n’existe pas et est fictif. Je crois que la Chine et les mondialistes ont orchestré ce canular de COVID (la grippe déguisée en nouveau virus) pour instaurer une tyrannie mondiale et un État de surveillance totalitaire de la police mondiale, et ce complot incluait une fraude électorale massive ».

« J’ai un doctorat en virologie et immunologie. Je suis un scientifique de laboratoire clinique et j’ai testé 1500 échantillons de C19 « supposés » positifs collectés ici en Californie du Sud. Lorsque mon équipe de laboratoire et moi-même avons effectué les tests selon les postulats de Koch et l’observation au MEB (microscope électronique à balayage), nous n’avons trouvé AUCUN Covid dans ces 1500 échantillons. Ce que nous avons constaté, c’est que les 1500 échantillons étaient pour la plupart des cas de grippe A et certains des cas de grippe B, mais pas un seul cas de Covid, et nous n’avons pas utilisé le test PCR B.S. »

« Nous avons ensuite envoyé le reste des échantillons à Stanford, Cornell et à quelques laboratoires de l’Université de Californie et ils ont trouvé les mêmes résultats que nous, PAS DE COVID. Ils ont trouvé la grippe A et B. Nous avons alors tous parlé au CDC et demandé des échantillons viables de COVID, que le CDC a dit ne pas pouvoir fournir car il n’avait pas d’échantillons ».

« Nous sommes maintenant parvenus à la ferme conclusion, grâce à toutes nos recherches et à notre travail en laboratoire, que le C19 était imaginaire et fictif. La grippe s’appelait Covid et la plupart des 225 000 personnes décédées l’ont été à la suite de comorbidités telles que des maladies cardiaques, le cancer, le diabète, l’emphysème, etc. Je n’ai pas encore trouvé un seul échantillon viable de C19 avec lequel travailler ».

« Nous, les sept universités qui avons effectué les tests de laboratoire sur ces 1500 échantillons, poursuivons maintenant le CDC pour fraude au C19. Le CDC ne nous a toujours pas envoyé un seul échantillon viable, isolé et purifié de C19. S’ils ne peuvent ou ne veulent pas nous envoyer un échantillon viable, je dis qu’il n’y a pas de C19, il est fictif. Les quatre documents de recherche qui décrivent les extraits génomiques du virus C19 n’ont jamais réussi à isoler et à purifier les échantillons. Les quatre articles écrits sur le C19 ne décrivent que de petits morceaux d’ARN qui ne faisaient que 37 à 40 paires de bases, ce qui n’est PAS UN VIRUS. Un génome viral est généralement constitué de 30 000 à 40 000 paires de bases ».

« Avec un taux d’infection aussi élevé que celui du Covid, comment se fait-il que personne, dans aucun laboratoire du monde, n’ait jamais isolé et purifié ce virus dans son intégralité ? C’est parce qu’ils n’ont jamais vraiment trouvé le virus, tout ce qu’ils ont trouvé, ce sont des petits morceaux d’ARN qui n’ont jamais été identifiés comme le virus de toute façon ».

https://heatherthunderhawk.com/2020/11/01/important-actual-proof-the-virus-does-not-exist-gemma-odoherty/?fbclid=IwAR2fRjtGwsR3IKIc435Y336SN-FFvzOwZmBRhhA4CO6Phh3NiUSdSdQiMSI

En complément vidéo du Dr Kaufman (en anglais) expliquant les protocoles de Koch et Rivers pour prouver l’existence de virus pathogènes.

Autre complément: des scientifiques ne trouvent pas de virus dans 1500 échantillons considérés comme positifs. Cela est confirmé par d’autres collègues. De plus les organismes comme le CDC … avouent n’être pas en mesure de dispose d’échantillons isolés du virus !

Lien sur Bitchute: https://www.bitchute.com/video/9a2mmdnr3jB5/

En complément:

25/8/21: Le virus existe-t-il? Le CoV-2 du SRAS n’a toujours pas été isolé ? « La plus grande fraude de l’histoire de la médecine »

Ce vakx1 est-il nécessaire, sécure et efficient? Fiche d’information par et pour médecins & et les patients intéressés

Traduction d’une fiche d’information complète émise par Preventie Vakxinatieschade

Avec le soutien de: Dr. Anne De Clerck, Dr. Bart Lambert, Dr. Dirk Bultinck, Dr. Eric Beeth, Dr. Gaëtane Beeckaert, Dr. Geert Verhelst, Dr. Hilde De Smet, Dr. Jean-Luc Vanderlinden, Dr. Johan Denis, Dr. Leo Van den Bossche, Dr. Pieter Lanoye, Dr. Steven Devos.
Remarquable :
De nombreux médecins (généralistes) flamands ne veulent pas d’un vakx1 Covid-19 pour eux-mêmes.
Différentes enquêtes parlent de 9 à 30 %1 2 3.
Quelles pourraient être leurs raisons ?


Voici quelques faits, le meilleur remède contre les fausses nouvelles. N’hésitez pas de vérifier vous-même les liens et les autres sources à la fin de cette fiche.

1. Le Covid-19 n’est en moyenne pas très mortel. La plupart des personnes infectées ne présentent aucun symptôme4. Même les personnes au-dessus de 85 ans survivent à l’infection dans plus de 90 % des cas5. Les personnes de moins de 70 ans ont un taux de survie de 99,95 %. En effet, le taux de mortalité par infection est de 0,23% dans l’ensemble et de 0,05% pour les personnes de moins de 70 ans.6

2. Pour réduire le risque de corona (sévère), un système immunitaire robuste est de la plus haute importance. Tout le monde, et en particulier les patients vulnérables (les personnes âgées et les personnes souffrant de troubles sous-jacents), peut soutenir son système immunitaire en adoptant un mode de vie sain : repos, exercice, contacts sociaux, alimentation saine, peu de stress ou d’anxiété7 8 … Des études récentes confirment que la supplémentation en vitamine D peut faire une énorme différence dans le risque d’être atteint de corona et les complications corona et de mortalité : « Nous observons une corrélation très significative entre la prévalence de la carence en vitamine D et l’incidence de Covid-19 »9 10 11 12 13. Les vitamines A et C, le zinc14 15 16 et le sélénium sont également essentiels pour une bonne immunité.17 18

3. En cas de diagnostic de Covid-19, un médecin généraliste peut – contrairement à la croyance populaire – faire beaucoup pour éviter une hospitalisation. L’équipe de Docs4OpenDebate, soutenue par quelques 700 médecins, en donne un aperçu19 , tout comme notre site web20. L’hydroxychloroquine (HCQ) est simplement disponible en pharmacie et peut être utilisée (malgré une couverture médiatique négative) avec grand succès dans les premiers stades de la maladie, comme le prouvent et l’expliquent en détail de nombreuses études (posologie et combinaison avec le zinc et l’azithromycine)21 22 23 24. Il en va de même pour l’Ivermectine25. En mars, la virologiste Anne-Mieke Vandamme (KU Leuven) a même recommandé de fortes doses de vitamine C pour vaincre la maladie26. À l’hôpital, l’administration d’une très forte dose de vitamine D réduit le risque d’admission en soins intensifs de 96 %.27

4. Peu connu mais très important : une grande partie de la population possède déjà une immunité naturelle contre le Covid-19. Ceci est dû au contact avec le Sars-CoV-2 (le virus qui déclenche le Covid-19), ou avec un autre type de coronavirus des dernières années (beaucoup de rhumes sont causés par des coronavirus28, ainsi que par la maladie du SARS de 2003) : c’est ce qu’on appelle « l’immunité croisée ». Cette protection ne repose pas sur des anticorps mais sur l’immunité cellulaire (via les cellules à mémoire T), qui reconnaît les anciens agents infectieux même après de nombreuses années, contrairement aux anticorps qui ne durent que quelques années au plus (ou parfois quelques mois)29 30 31. 30 31. On estime que 70 à 85 % de la population est déjà protégée contre le SRAS-CoV-2 de cette manière32, soit bien plus que les 14 % qui auraient des anticorps33.Ceci fait de l’immunité de groupe un fait. Pour ce groupe la vakxination n’est donc plus nécessaire34.

5. Ceux qui reçoivent le vakx1 peuvent encore transmettre le virus. C’est ce que disent les fabricants35, les chercheurs36, les experts gouvernementaux37 et même notre Premier ministre38. C’est parce que le vakx1 ne protège pas les muqueuses des voies respiratoires, de sorte que la personne vakxinée peut continuer à propager le virus39La vakxination par « solidarité » (pour protéger les autres) n’a donc aucun sens.

6. Efficacité des vakx1 : le marketing de Pfizer qualifie son vakx1 « d’efficace à 95 % », mais ce chiffre est très trompeur : il ne fait référence qu’au nombre total de cas confirmés de Covid-19 et calcule la réduction du risque relatif. Le vakx1 aide-t-il vraiment à prévenir une atteinte du Covid-19 grave? Faites le calcul avec nous :

% = risque absolu ; ( ) = nombre de personnesvakx1Placébovakx1 avantage/désavantage
Risque de Covid-19 non grave0,04% (8)0,88% (162)0,84% moins de risque
Risque de Covid-19 grave0,006% (1)0,016% (3)0,01% moins de risque
Risque de réactions graves au vakx11,1% (240)0,6% (139)0,50% risque plus élevé

Selon ces données issues de l’étude du fabricant Pfizer lui-même40 41, leur vakx1 réduit de 0,01% le risque de Covid-19 grave. Il faudrait alors vakxiner environ 10 000 personnes pour prévenir un seul cas. Mais en réalité, ces chiffres sont trop faibles pour permettre de tirer des conclusions sensées (1 contre 3 cas). Ce qui est significatif, c’est que, sur la base des mêmes chiffres de Pfizer, on peut s’attendre à environ 50 effets secondaires graves du vakx1 sur 10 000 personnes vakxinées, soit environ 55 000 sur l’ensemble de la population belge. 55.000 sur l’ensemble de la population belge. La réalité est probablement encore moins rose, car l’étude est sous le feu des critiques sur de nombreux points :

  • Les sujets n’étaient pas représentatifs pour la population : les personnes en mauvaise santé (maladie chronique instable, déficience immunitaire) étaient exclues, ainsi que les personnes qui avaient déjà des anticorps ; le groupe d’étude comprenait également peu de personnes au-dessus des 75 ans.
  • Le nombre de cas de Covid-19 recensés ne tenait pas compte des 3 410 cas de Covid-19 « suspects mais non confirmés » : 1 594 dans le groupe de vakxination, 1 816 dans le groupe placébo. Si vous les incluez, l’efficacité s’avère encore beaucoup plus faible : une réduction du risque relatif d’à peine 29%, en principe trop faible pour une approbation42.
  • Alors que chez Moderna, le comité qui a dû établir les cas de Covid-19 était composé d’experts indépendants43 , il s’agissait, dans ce cas, d’employés de Pfizer elle-même44. Et ainsi de suite45 46.

7. Ce qui nous amène aux dégâts causés par la vakxination contre le Covid-19.

  • « Alerte en Norvège : 23 personnes meurent après avoir reçu le vakx1 Pfizer ». Les autorités sanitaires norvégiennes l’ont signalé le 15-1-2021. Ils ont averti que chez les personnes âgées et vulnérables, même des effets secondaires relativement légers peuvent être mortels.47 48 49 50.
  • Un document du CDC daté du 19-12-202051 mentionnait déjà 3 150 événements indésirables en cinq jours qui « empêchent le travail ou le fonctionnement normal, et nécessitent des soins médicaux » : sur 112 807 personnes, cela représente 2,79%. Le système de notification VAERS aux États-Unis a enregistré 40 433 « événements indésirables » à la suite de la vakxination Covid-1952 entre le 28 décembre et le 1er janvier, dont des cas graves53. Plusieurs décès ont déjà été signalés dans le monde entier.54 55 56 57 58 59.
  • Les réactions allergiques, y compris l’anaphylaxie (choc mettant la vie en danger), sont importantes : voir le document du CDC mentionné ci-dessus (six cas en cinq jours, soit beaucoup plus qu’avec les vakx1 classiques) et la brochure de l’EMA60.  Suspect est entre autres l’ingrédient PEG (polyéthylène glycol), utilisé ici pour la première fois dans des vakx1 mais déjà présent dans de nombreux médicaments et produits ménagers, ce qui a rendu certaines personnes hypersensibles61 62 63 64. Le CDC et l’EMA considèrent l’hypersensibilité au PEG ou à d’autres ingrédients comme une contre-indication à la vakxination contre le Covid-19.
  • Les effets secondaires à long terme sont de toute façon encore inconnus. En particulier, de nombreux problèmes auto-immuns et neurologiques surviennent souvent plus tard. C’est pourquoi l’approbation européenne de Pfizer et de Moderna est provisoire et les fabricants ont eu deux ans pour rendre compte plus en détail de la sécurité (la phase 3 de leurs essais cliniques est toujours en cours)65. Dans l’intervalle, ces fabricants ont déjà obtenu une exemption légale de responsabilité pour les « effets secondaires inattendus ».66
  • Qu’en est-il de la sécurité quant à la grossesse et l’allaitement ? Dans une pétition adressée à l’EMA, le Dr Wodarg, soutenu par l’ancien vice-président de Pfizer, le Dr Yeadon, a exprimé sa crainte que les anticorps aux protéines de pointe du Sars-CoV-2 puissent également attaquer la syncitine-1, nécessaire à la grossesse, et ainsi rendre les femmes vakxinées infertiles67. Le dépliant provisoire britannique (daté du 10-12-2020) mettait en garde : « Ne pas vakxiner si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Évitez la grossesse pendant au moins deux mois après la vakxination ».68
  • Un risque établi de longue date avec les vakx1 contre les coronavirus69 est la « facilitation de l’infection par des anticorps » (ADE) : une personne vakxinée deviendra alors plus gravement malade en cas d’infection ultérieure par le virus que sans vakxination. Des vakx1 tels que celui contre le SRAS (SRAS-CoV-1) n’ont jamais été approuvés pour cette raison : chez les souris vaccinées, le contact ultérieur avec le coronavirus naturel a provoqué une tempête de cytokines et donc une « maladie pulmonaire immuno-pathologique »70. Des études récentes confirment explicitement : « Le risque d’ADE dans les vakx1 Covid-19- n’est pas théorique et convaincant. (…) Recevoir le vakx1 Covid-19 pourrait convertir un sujet atteint d’une maladie bénigne, en un sujet grièvement malade ».71 Quelles pourraient en être les conséquences en cas de vakxination de masse ?

8. Les vakx1 Covid-19 de Pfizer et Moderna utilisent la technologie de l’ARNm. Cela implique l’insertion du code génétique d’un morceau du virus. Qu’est-ce que cela signifie pour le génome humain (ADN) ? Des recherches récentes (décembre 2020) suggèrent que cet ARNm peut être incorporé dans notre propre ADN via la transcriptase inverse et l’intégrase72 73. Les porteurs du VIH, en particulier, y seraient sensibles. Il s’agit d’une prépublication (pas d’examen par les pairs) mais cette étude donne toutes les raisons d’appliquer le principe de précaution. Le généticien moléculaire Christian Vélot (Université de Paris) est d’accord :« Pourquoi choisir une technologie inconnue et imprévisible? »74 Il développe les risques de cette technique d’ARNm, ainsi que ceux de la variante d’ADN recombinante, utilisant un adénovirus comme vecteur viral, utilisée par Oxford/AstraZeneca. Lorsqu’elle est utilisée à des fins thérapeutiques, cette thérapie génique a déjà provoqué une leucémie chez les enfants traités (comme chez les animaux de laboratoire)75. Une autre question qui se pose est, si ces techniques génétiques ne constituent pas la recette idéale pour les maladies auto-immunes : une réponse immunitaire est déclenchée contre les protéines produites par la cellule elle-même, ce qui fait que le système immunitaire pourrait alors attaquer les cellules saines76. D’autres fabricants utilisent des techniques plus conventionnelles, comme GSK, dont le vakx1 est attendu plus tard dans l’année.
9. De plus en plus d’experts indépendants expriment leur grande inquiétude. Une sélection :

  • Professor Sucharit Bhakdi, microbiologue allemand: « [Ces vakx1] sont des expériments sur des humains. »78 79
  • Professor Dr. Luc Montagnier, Prix de Nobel médecine : « Nous savons trop peu sur ces vakx1 , nous sommes des cobayes. »80
  • L’infectiologue français Eric Caumes: « Je n’ai jamais vu autant d’effets secondaires »81.
  • Professor Dr. Theo Schetters, immunologue et développeur de vakx1 : « La vakxination contre la corona n’est pas nécessaire et une vakxination des masses et extrêmement irresponsable vu les effets secondaires et les conséquences inconnus. »82
  • 10. Certains groupes de patients nécessitent une prudence particulière :(1) Ceux qui ont fait l’expérience de Covid-19 ont déjà développé une immunité à long terme, à la fois par le biais d’anticorps comme par les cellules T et B-mémoire. Ces dernières protègent pendant de nombreuses années (voir point 4), même après que les anticorps aient disparu depuis longtemps : ceci est confirmé par une étude récente (Science, 6-1-202183). Ça n’aide pas, ça ne fait pas mal ? En effet, outre les éventuels effets secondaires du vakx1, les personnes qui ont déjà des anticorps courent un risque supplémentaire lorsqu’elles sont vakxinées, appelé « hyperimmunité », qui entraîne des complications supplémentaires84. Le dépistage préalable des anticorps (et même des cellules T, ce qui est moins courant) peut éviter des vakxination inutiles. (2) Si une personne est déjà infectée, mais ne présente pas (encore) de symptômes – c’est-à-dire qu’elle est en « phase d’incubation » – la vakxination constitue un risque supplémentaire85. En cas de suspicion d’infection, il est préférable d’éviter la vakxination. C’est pourquoi les centres de soins résidentiels attendent souvent attendre deux semaines après le dernier foyer de corona pour vakxiner.86 87(3) Les enfants, et ce pour trois raisons :1 – Les enfants ne souffrent presque jamais sévèrement de Covid-19 et ne sont pas de grands propagateurs88.2 – Le vakx1, comme mentionné ci-dessus, n’empêche pas la propagation du virus.3 – Les effets secondaires peuvent frapper les enfants de manière très forte (mêmes doses pour un poids du corps inférieur).
COMMENT ÉVALUER LA SÉCURITÉ DES VAKX1S ?
• Presque tous les vakx1 actuels (bien sûr pas les vakx1 à ARNm Covid-19) contiennent de l’aluminium comme adjuvant : il n’y a absolument aucun consensus sur son innocuité. De nombreuses recherches suggèrent même que des plaintes graves, de type SFC, peuvent être attribuées à cet aluminium vaccinal89 90. En outre, des analyses indépendantes montrent que les vakx1 contiennent de nombreuses autres impuretés : toutes sortes de substances toxiques en quantités parfois bien supérieures aux valeurs limites, y compris de l’ADN animal ou humain complet91.
• Aussi incroyable que cela puisse paraître, les essais de vakx1 impliquent rarement une comparaison avec un vrai placébo, comme cela est en principe exigé pour tous les agents pharmaceutiques92 93. Par exemple, un vakx1 différent (!) est alors utilisé dans le groupe de contrôle94. Dans certains essais du vakx1 Covid-19, un vaccin anti-méningococcique a été utilisé comme « placébo »95.
• Les fabricants passent plus d’une fois sous silence les rapports d’effets secondaires graves. GSK, par exemple, l’a fait en 2014 avec les décès inattendus qui ont suivi l’administration d’Infanrix Hexa96 97.
• Une question importante est l’impact des vakxinations sur l’état de santé général des individus. De plus en plus de recherches sont menées dans ce domaine : un plus grand nombre de vakx1 n’entraîne pas nécessairement une meilleure santé générale, parfois au contraire98 99 100. Plus le nombre de vakx1 administrés simultanément est élevé, plus le risque d’hospitalisation ou de décès est important101. La commission d’enquête parlementaire italienne sur les maladies et les décès des soldats en mission sont également arrivés à cette conclusion en 2018 : Il vaut mieux éviter les vakx1 combinés et prendre au sérieux la surveillance à long terme des effets secondaires102.
• De nombreuses recherches et informations sont faussées par des influences financières. L’OMS est en grande partie financée, directement ou indirectement, par le secteur pharmaceutique103 104 105. Des experts fréquemment cités, tels que le vakxinologue Pierre Van Damme, ont des liens financiers avec l’industrie pharmaceutique (voir le document de l’EMA106).
• Qu’est-ce qu’une information fiable et qu’est-ce qu’une fausse nouvelle ? Pour le déterminer, il faut au moins avoir accès à toutes les sources d’information. L’OMS semble penser différemment : elle demande aux médias (sociaux) de filtrer toute voix critique sur un aspect de la vakxination en tant que « fausse nouvelle »107. Les chercheurs qui souhaitent publier des résultats défavorables sur certains vakx1 se heurtent très probablement à une opposition et à des formes de censure (voir quelques exemples dans le numéro de juin 2020 de De Prikkrant.108

LIRE PLUS SUR CORONA & vakxination ? Vous trouverez les références et hyperliens, tout comme le contenu des notes de fin de page ci-dessous ou dans la version électronique de cette fiche d’information : www.vaccinatieschade.be/content/corona-fact-sheet.
v.u. Preventie Vaccinatieschade vzw (Dr. Kris Gaublomme), Oude Baan 373, 3630 Maasmechelen

Imaginez si le virus n’avait jamais été détecté

John-TamnyJohn Tamny – 4 février 2021 Temps de lecture: 4 minutes

Parmi ceux qui ont regardé les verrouillages tragiques et inutiles se dérouler au cours des 11 derniers mois, une question fréquente s’est posée: et si le coronavirus s’était propagé, mais n’avait jamais été diagnostiqué ou détecté? La vie aurait-elle été différente sans la découverte de ce qui a provoqué une panique mondiale massive parmi les politiciens?

Ce n’est pas une question déraisonnable. Vraiment, demandez-vous ce que les politiciens et les médias acharnés auraient fait il y a 100 ans si le virus s’était révélé. Étant donné que le travail était une destination réaliste pour tout le monde, il n’y avait aucun moyen qu’il y ait eu des verrouillages. Les gens se seraient révoltés.

Quant aux décès, l’espérance de vie était déjà relativement faible dans les années 1920. Cela est pertinent quand on se souvient que le coronavirus dans un sens de la mort a été largement associé aux maisons de retraite. Ces maisons n’étaient pas très courantes il y a cent ans, et elles ne l’étaient pas principalement parce que la pneumonie, la tuberculose et d’autres grands tueurs avaient tendance à nous atteindre bien avant que nous ayons atteint la vieillesse. Traduit, il n’y avait probablement pas assez de personnes âgées dans les années 1920 pour que le virus ait eu un impact mortel. En raison d’un manque de personnes âgées, le virus n’aurait peut-être pas été découvert en premier lieu. Pensez-y.

Comme cette colonne l’a longtemps indiqué, le coronavirus est le virus d’un homme riche. Ce n’est pas seulement que les riches et généralement aisés avaient des emplois portables qui ont surtout survécu aux verrouillages stupides. Que ce n’est que dans un pays et un monde où les personnes âgées sont vraiment âgées que le virus aurait une association notable avec la mort. Les gens vivent plus longtemps aujourd’hui, et ils le font parce que les progrès majeurs de la santé nés de la création de richesse ont rendu la vie plus longue possible. Nous n’aurions pas remarqué ce virus il y a 100 ans. Nous n’étions pas assez riches.Ce qui nous amène à un article récent de Leah Rosenbaum à  Forbes. Elle a écrit à propos d’un article des NIH indiquant que près de 17 millions de cas de coronavirus ont été dénombrés l’été dernier. Selon Rosenbaum, cette découverte «suggère que la pandémie était beaucoup plus répandue aux États-Unis qu’on ne le pensait auparavant». Oui bien sur.

De peur que les lecteurs n’oublient, le virus a commencé à se propager à l’automne 2019, sinon plus tôt. On pense généralement que l’épicentre était la Chine, et les vols entre les États-Unis et la Chine, ainsi que les vols de la Chine vers le reste du monde, étaient plutôt nombreux jusqu’en 2020. 

Compte tenu de la connexion entre la Chine et le reste du monde, la logique veut que le virus infecte les gens dans le monde bien avant que les politiciens ne paniquent. Dans ce cas, il n’est pas surprenant que les estimations faites sur le nombre d’Américains infectés aient toujours été bien trop faibles. On dit que le virus se propage facilement, encore plus facilement que la grippe, et il a recommencé à se répandre dans le monde en 2019.

Sa propagation rapide est remarquable, car la vie a continué à travers le monde. Comme les derniers mois de 2019 le montrent clairement, les gens vivaient avec le virus. Ce qui est le plus mortel pour les personnes âgées n’est pas très remarqué par ceux qui ne sont pas vieux. Un virus à propagation rapide n’était apparemment pas un facteur important jusqu’à ce que les politiciens en fassent inutilement un.

En effet, un virus le plus mortel pour les très vieux a des qualités douces lorsqu’il est rencontré par des personnes plus jeunes. S’ils sont infectés, trop nombreux ne trouvent pas les symptômes suffisamment inquiétants pour qu’ils soient réellement testés.

C’est ce que semble indiquer le rapport de Rosenbaum. L’étude des NIH a couvert les tests sanguins de 11000 Américains qui n’avaient pas été diagnostiqués auparavant avec Covid-19. Parmi les participants, 4,6% avaient des anticorps Covid-19, mais leur phase d’infection réelle ne leur était jamais apparente. C’est ce que Holman Jenkins a toujours souligné. Le nombre de personnes infectées a toujours largement dépassé les estimations, précisément parce que les symptômes de l’infection ne valaient pas la peine d’aller chez le médecin pour la grande majorité des personnes infectées.

En regardant à nouveau 100 ans en arrière, demandez-vous combien auraient alors consulté un médecin si quelque chose ressemblant au coronavirus s’était propagé. Ou mieux encore, demandez-vous combien auraient été testés aux États-Unis qui étaient un peu plus pauvres qu’aujourd’hui. Les questions se répondent. Le virus se serait propagé rapidement au sein d’une population plus jeune dans les années 1920, et les personnes infectées auraient développé une immunité.

D’après le rapport de Rosenbaum, il n’est pas déraisonnable de supposer que bien plus d’Américains sont immunisés contre le virus qu’on ne le sait, et que la meilleure approche depuis toujours aurait été la liberté. Laissez les gens vivre leur vie. Plus important encore, laissez-les être infectés. Pendant des siècles, ils ont poursuivi l’immunité en – halètement – s’infectant les uns les autres.

Alors, que se serait-il passé si le coronavirus n’était pas détecté? Nous ne le saurons jamais, mais il n’est pas irréaliste de conclure que nous avons une idée. Le virus n’a pas soudainement commencé à se propager en mars 2020 juste parce que les politiciens l’ont décidé. Le début le plus probable est 2019. Début 2020 aussi. La vie était plutôt normale, car un virus faisait alors le tour du monde.

Les politiciens l’ont rendu anormal. N’oublions jamais le carnage écœurant qu’ils peuvent créer lorsqu’ils trouvent des raisons de «faire quelque chose».

Réimprimé à partir de RealClearMarkets

Le fantôme du virus: à la recherche du Sars-Cov-2

Pour ceux qui veulent encore creuser la question de l’inexistence réelle du virus …

Traduction de l’article paru dans Off-Guardian du 31/1/21

Torsten Engelbrecht, Dr Stefano Scoglio et Konstantin Demeter

Même l’Institut Robert Koch et d’autres autorités sanitaires ne peuvent pas présenter de preuve décisive qu’un nouveau virus nommé SARS-CoV-2 nous hante. Cela seul transforme les discussions sur les mutations virales dangereuses en alarmistes irresponsables et les soi-disant tests PCR SARS-CoV-2 en une entreprise sans valeur.

Dans une demande d’étude qui montre l’isolement et la purification complets des particules prétendument SRAS-CoV-2, Michael Laue de l’un des représentants les plus importants au monde de la «panicdémique» COVID-19, l’Institut allemand Robert Koch (RKI ), a répondu que [ 1 ]:

Je ne connais pas de papier purifiant le SRAS-CoV-2 isolé.

C’est une déclaration plus que remarquable, elle admet un échec complet. Cette concession est conforme aux déclarations que nous avons présentées dans notre article «Les tests de PCR COVID-19 sont scientifiquement dénués de sens» qu’OffGuardian a publié le 27 juin 2020 – un article qui était le premier au monde décrivant en détail pourquoi la PCR SARS-CoV-2 les tests sont sans valeur pour le diagnostic d’une infection virale.

L’un des points cruciaux de cette analyse était que les études prétendant avoir montré que le SRAS-CoV-2 est un virus nouveau et potentiellement mortel n’ont pas le droit de le revendiquer, en particulier parce que les études revendiquant l ‘«isolement» du soi-disant SRAS-CoV-2 n’a en fait pas réussi à isoler (purifier) ​​les particules dites être le nouveau virus.

Ceci est confirmé par les réponses des scientifiques des études respectives à notre enquête, qui sont présentées dans un tableau de notre article – parmi lesquelles l’article le plus important au monde en ce qui concerne l’affirmation d’avoir détecté le SRAS-CoV-2 (par Zhu et al.), publié dans le New England Journal of Medicine le 20 février 2020 , et maintenant même le RKI.

Soit dit en passant, nous sommes en possession d’une autre réponse confirmative des auteurs [ 2 ] d’une étude australienne .

RECHERCHÉ, EN VAIN: VIRUS SRAS-COV-2

De plus, Christine Massey, une ancienne biostatisticienne canadienne dans le domaine de la recherche sur le cancer, et un de ses collègues en Nouvelle-Zélande, Michael Speth, ainsi que plusieurs personnes dans le monde (dont la plupart préfèrent rester anonymes) ont soumis au Freedom of Information des demandes adressées à des dizaines d’établissements sanitaires et scientifiques et à une poignée de bureaux politiques à travers le monde.

Ils recherchent des dossiers décrivant l’isolement d’un virus SRAS-COV-2 à partir de tout échantillon non altéré prélevé sur un patient malade.

Mais les 46 institutions / bureaux qui ont répondu n’ont absolument pas fourni ou cité aucun document décrivant l’isolement du «SRAS-COV-2»; et le ministère allemand de la Santé a complètement ignoré leur demande d’accès à l’information .

L’entrepreneur allemand Samuel Eckert a demandé aux autorités sanitaires de diverses villes telles que München (Munich), Düsseldorf et Zurich une étude prouvant l’isolement complet et la purification du soi-disant SRAS-CoV-2. Il ne l’a pas encore obtenu .

RÉCOMPENSES POUR PREUVE D’ISOLEMENT ET DE CAUSALITÉ

Samuel Eckert a même offert 230 000 € à Christian Drosten s’il peut présenter des passages de textes de publications qui prouvent scientifiquement le processus d’isolement du SRAS-CoV-2 et de sa substance génétique. La date limite (31 décembre 2020) est passée sans que Drosten ne réponde à Eckert .

Et une autre date limite est passée le 31 décembre sans soumission de la documentation souhaitée. Dans ce cas, le journaliste allemand Hans Tolzin a offert une récompense de 100 000 € pour une publication scientifique décrivant une tentative d’infection réussie avec le SARS-CoV-2 spécifique entraînant de manière fiable une maladie respiratoire chez les sujets de test.

LA VARIATION DE LA TAILLE DES PARTICULES RÉDUIT ÉGALEMENT L’HYPOTHÈSE VIRALE À L’ABSURDe

Récemment, nous sommes effrayés par de nouvelles souches présumées de «SRAS-CoV-2», mais cette affirmation n’est pas fondée sur une science solide.

Tout d’abord, vous ne pouvez pas déterminer une variante d’un virus si vous n’avez pas complètement isolé l’original.

Deuxièmement, il existe déjà des dizaines de milliers de nouvelles souches supposées , «trouvées» depuis l’hiver dernier dans le monde entier. En fait, la banque de données virales GISAID compte désormais plus de 452 000 séquences génétiques différentes qui prétendent représenter une variante du SRAS-Cov2 .

Donc, prétendre qu’il y a maintenant soudainement de «nouvelles souches» est de la pure folie, même d’un point de vue orthodoxe, parce que de ce point de vue, les virus mutent constamment. Ainsi, ils peuvent constamment proclamer avoir trouvé de nouvelles souches, perpétuant la peur.

Une telle peur est d’autant plus absurde que l’on jette un coup d’œil aux micrographies électroniques imprimées dans les études pertinentes, qui montrent des particules censées représenter le SRAS-CoV-2. Ces images révèlent que ces particules varient extrêmement en taille. En fait, la bande passante varie de 60 à 140 nanomètres (nm) . Un virus qui a une telle variation de taille extrême ne peut pas réellement exister.

Par exemple, on peut dire des êtres humains qu’ils varient d’environ 1,50 mètre à 2,10 mètres, car il y a plusieurs individus de différentes hauteurs. Maintenant, dire que les virus dans leur ensemble vont de 60 à 140 nm – comme l’ont fait Zhu et al. – peut éventuellement avoir un sens; mais dire que les virions individuels du SRAS-Cov2 varient autant serait comme dire que John varie sa taille de 1,60 à 2 mètres selon les circonstances!

On pourrait répondre que les virus ne sont pas des individus humains, mais il est également vrai que, selon la virologie, chaque virus a une structure assez stable. Ainsi, avec SARS-Cov2, ils prennent des libertés de définition qui confirment en outre que tout sur ce virus spécifique est encore plus aléatoire que d’habitude. Et cette licence de définition illimitée a conduit au fait que l’entrée de Wikipédia sur le coronavirus a été modifiée, et rapporte maintenant que «chaque virion du SRAS-CoV-2 a un diamètre d’environ 50 à 200 nm» .

Ce serait comme dire que John varie sa taille de 1 à 4 mètres selon les circonstances!

Ce que l’on fait passer pour le SRAS-Cov2 sont en fait des particules de toutes sortes, comme le montrent également les images fournies par l’article mentionné par Zhu et al. Ci-dessous, la photo que Zhu et al. présent comme la photo du SRAS-Cov2:

Grâce à un mètre de taille d’écran (FreeRuler), les particules que les auteurs attribuent au SARS-CoV-2 peuvent être mesurées. Les particules agrandies de la photographie de gauche mesurent environ 100 nm chacune (sur une échelle de 100 nm). Mais dans l’image de droite, toutes les petites particules indiquées par des flèches comme SARS-CoV-2, mesurées à une échelle de 1 MicroM (1000 nm), ont des tailles totalement différentes.

Les flèches noires indiquent en fait des vésicules. En mesurant certaines de ces particules avec la règle, le résultat est que dans la vésicule centrale, la particule la plus élevée au centre mesure près de 52 nm, donc en dessous de la gamme proposée par Zhu et al (60 à 140 nm); la particule immédiatement à sa droite mesure un peu plus, environ 57,5 ​​nm, mais toujours en dessous de la limite; tandis que, presque au centre de la vésicule la plus basse, la plus grosse particule (flèche jaune) mesure environ 73,7 nm, s’inscrivant dans les larges marges de Zhu et al .; enfin, dans la vésicule inférieure gauche, la plus grosse particule mesure un bon 155,6 nm, c’est-à-dire bien au-dessus de la limite maximale définie par Zhu et al. (140 nm).

Il est probable que la correction apportée récemment sur Wikipédia visait précisément à couvrir ce problème.

Il y a d’autres indications fortes que les particules appelées SARS-CoV-2 peuvent en fait être des particules inoffensives ou même utiles, appelées «vésicules extracellulaires» (VE), qui ont des dimensions extrêmement variables (de 20 à 10 000 nm), mais qui pour la plupart vont de 20 nm à 200 nm, et qui comprennent, en tant que sous-catégorie, celle des «exosomes».

Les exosomes sont des particules produites par nos cellules et contiennent des acides nucléiques, des lipides et des protéines , et sont impliqués dans diverses activités utiles à notre corps, telles que le transport de molécules immunitaires et de cellules souches, ainsi que l’élimination des débris cataboliques de la cellule .

Les exosomes représentent peut-être la plus grande part des véhicules électriques et font l’objet de nombreuses études depuis plus de 50 ans. Bien que peu d’entre eux aient entendu parler de ces particules bénéfiques, la littérature scientifique à leur sujet est énorme, et uniquement sur PubMed, si l’on tape «exosome», plus de 14 000 études sont fournies! Nous ne pouvons pas entrer dans les détails sur les VE et les exosomes ici, mais il est important de souligner comment ils sont indiscernables des virus, et plusieurs scientifiques pensent qu’en réalité ce qui est défini comme un virus dangereux n’est rien d’autre qu’un exosome bénéfique.

Ceci est immédiatement visible au microscope électronique [ 3 ]:

Comme on peut le voir, le plus grand des exosomes est de la même taille et de la même structure que le prétendu SRAS-CoV-2, et il est donc plausible de croire que, dans la grande mer de particules contenues dans le surnageant du COVID-19 liquide broncho-alvéolaire du patient, ce qui est considéré comme le SRAS-CoV-2 n’est qu’un exosome.

POURQUOI LA PURIFICATION EST VITALE POUR PROUVER QUE SARS-COV-2 EXISTE

Donc, logiquement, si nous avons une culture avec d’innombrables particules extrêmement similaires, la purification des particules doit être la toute première étape afin de pouvoir véritablement définir les particules que l’on pense être des virus comme des virus (en plus de la purification des particules, bien sûr , il faut alors aussi déterminer parfaitement, par exemple, que les particules peuvent provoquer certaines maladies dans des conditions réelles et pas seulement de laboratoire).

Par conséquent, si aucune «purification» de particules n’a été faite nulle part, comment peut-on prétendre que l’ARN obtenu est un génome viral? Et comment un tel ARN peut-il alors être largement utilisé pour diagnostiquer une infection par un nouveau virus, que ce soit par des tests PCR ou autrement? Nous avons posé ces deux questions à de nombreux représentants du récit officiel corona dans le monde entier, mais personne n’a pu y répondre.

D’où, comme nous l’avons indiqué dans notre article précédent, le fait que les séquences de gènes d’ARN – que les scientifiques ont extraites d’échantillons de tissus préparés dans leurs études in vitro et auxquelles les tests SRAS-CoV-2 RT-PCR ont finalement été  » calibré ”- appartenir à un nouveau virus pathogène appelé SARS-CoV-2 est donc basé sur la foi seule, pas sur des faits.

Par conséquent, il ne peut être conclu que les séquences génétiques d’ARN «extraites» des échantillons de tissus préparés dans ces études, sur lesquels les tests PCR sont «calibrés», appartiennent à un virus spécifique, en l’occurrence le SARS-CoV-2.

Au lieu de cela, dans toutes les études prétendant avoir isolé et même testé le virus, quelque chose de très différent a été fait: les chercheurs ont prélevé des échantillons dans la gorge ou les poumons de patients, les ultracentrifugés (lancés à grande vitesse) pour séparer le plus gros / lourd du plus petit / molécules plus légères, puis a pris le surnageant, la partie supérieure du matériel centrifugé.

C’est ce qu’ils appellent «isoler», auquel ils appliquent ensuite la PCR. Mais ce surnageant contient toutes sortes de molécules, des milliards de micro et nanoparticules différentes, y compris les vésicules extracellulaires (VE) et les exosomes susmentionnés, qui sont produits par notre propre corps et sont souvent tout simplement indiscernables des virus:

De nos jours, il est presque impossible de séparer les VE et les virus au moyen de méthodes canoniques d’isolement des vésicules, telles que l’ultracentrifugation différentielle, car ils sont fréquemment co-granulés en raison de leur dimension similaire

… Comme il est dit dans l’étude The Role of Extracellular Vesicles as Allies of HIV, HCV and SARS Viruses publiée en mai 2020 dans la revue Viruses .

Ainsi, les scientifiques «créent» le virus par PCR: vous prenez des amorces, c’est-à-dire. les séquences génétiques déjà existantes disponibles dans les banques génétiques, vous les modifiez sur la base d’un raisonnement purement hypothétique, et les mettez en contact avec le bouillon surnageant, jusqu’à ce qu’elles se fixent (s’annelent) à un certain ARN dans le bouillon; puis, grâce à l’enzyme Reverse Transcriptase, vous transformez l’ARN ainsi «pêché» en un ADN artificiel ou complémentaire (ADNc), qui peut alors, et seulement alors, être traité par PCR et multiplié par un certain nombre de cycles de PCR.

(Chaque cycle double la quantité d’ADN, mais plus le nombre de cycles nécessaires pour produire du matériel de «virus» détectable est élevé, plus la fiabilité de la PCR est faible, c’est-à-dire sa capacité à «obtenir» réellement quelque chose de significatif du surnageant. 25 cycles, le résultat a tendance à être dénué de sens, et tous les tests ou protocoles de PCR en circulation actuels utilisent toujours bien plus de 25 cycles, en fait généralement 35 à 45.)

Pour aggraver les choses, les amorces sont constituées de 18 à 24 bases (nucléotides) chacune; le virus SARS-Cov2 est censé être composé de 30 000 bases; si l’amorce ne représente que 0,08 pour cent du génome du virus . Cela rend encore moins possible de sélectionner le virus spécifique que vous recherchez sur un terrain aussi minuscule, et de plus dans une mer de milliards de particules très similaires.

Mais il y a plus. Comme le virus que vous recherchez est nouveau, il n’y a manifestement pas d’amorces génétiques prêtes à correspondre à la fraction spécifique du nouveau virus; donc vous prenez des amorces qui, selon vous , peuvent être plus proches de la structure du virus hypothétique , mais c’est une supposition, et lorsque vous appliquez les amorces au bouillon surnageant, vos amorces peuvent se fixer à l’un des milliards de molécules présentes, et vous n’ont aucune idée que ce que vous avez ainsi généré est le virus que vous recherchez . Il s’agit en fait d’une nouvelle création faite par des chercheurs, qui l’appellent alors SARS-CoV-2, mais il n’y a aucun lien avec le virus présumé «réel» responsable de la maladie.

LE «GÉNOME DU VIRUS» N’EST RIEN D’AUTRE QU’UN MODÈLE INFORMATIQUE

Le génome complet du virus SARS-CoV-2 n’a jamais été séquencé et a plutôt été «reconstitué» sur l’ordinateur. Le médecin californien Thomas Cowan a qualifié cela de «fraude scientifique». Et il n’est pas le seul de loin!

Cowan a écrit le 15 octobre 2020:

Cette semaine, ma collègue et amie Sally Fallon Morell a porté à mon attention un article étonnant publié par le CDC , publié en juin 2020. Le but de l’article était pour un groupe d’une vingtaine de virologues de décrire l’état de la science de l’isolement, purification et caractéristiques biologiques du nouveau virus SRAS-CoV-2, et de partager ces informations avec d’autres scientifiques pour leurs propres recherches.

Une lecture approfondie et attentive de cet article important révèle des résultats choquants.

La section de l’article avec le sous-titre «Whole Genome Sequencing» a montré que «plutôt que d’avoir isolé le virus et de séquencer le génome de bout en bout» , le CDC «a conçu 37 paires de PCR imbriquées couvrant le génome sur la base de la référence du coronavirus séquence (numéro d’accès GenBank NC045512).

Alors, on peut se demander comment ont-ils séquencé le virus, c’est-à-dire. l’analyser génétiquement?

Eh bien, ils n’ont pas analysé tout le génome, mais ont plutôt pris des séquences trouvées dans les cultures, ont affirmé sans preuve qu’elles appartenaient à un nouveau virus spécifique, puis ont fait une sorte de puzzle informatique génétique pour remplir le reste. « Ils utilisent la modélisation informatique pour créer essentiellement un génome à partir de rien », comme le dit le biologiste moléculaire Andrew Kaufman .

Il n’est peut-être pas surprenant que l’une des amorces du test développé par l’ Institut Pasteur corresponde exactement à une séquence du chromosome 8 du génome humain .

AUCUNE PREUVE QUE SARS-COV-2 PEUT VOLER

Soi-disant pour arrêter la propagation du prétendu nouveau virus, nous sommes obligés de pratiquer diverses formes de distanciation sociale et de porter des masques. Derrière cette approche se cache l’idée que les virus et en particulier le SRAS-CoV-2, supposé être responsable de la maladie respiratoire Covid-19, se transmettent par voie aérienne ou, comme on l’a dit plus souvent, par les gouttelettes nébulisées dans ceux qui toussent, éternuent ou, selon certains, parlent simplement.

Mais la vérité est que toutes ces théories sur la transmission du virus ne sont que des hypothèses qui n’ont jamais été prouvées.

La preuve en était absente depuis le début. Comme le rapporte Nature dans un article d’avril 2020 , les experts ne sont pas d’accord pour dire que le SRAS-CoV-2 est aéroporté et, selon l’OMS elle-même, «les preuves ne sont pas convaincantes».

Même d’un point de vue orthodoxe, les seules études dans lesquelles la transmission d’un coronavirus (et non le SRAS-Cov2) par voie aérienne a été au préalable «prouvée» ont été menées dans des hôpitaux et des maisons de retraite , dans des lieux qui seraient tous responsables types d’infections dues aux conditions d’hygiène.

Mais aucune étude n’a jamais prouvé qu’il y avait transmission de virus dans des environnements ouverts, ou dans des environnements fermés mais bien ventilés. Même à supposer qu’il y ait cette transmission par voie aérienne, il a été souligné que, pour que la «contagion» se produise, il est nécessaire que les personnes entre lesquelles se produit la transmission présumée soient en contact étroit pendant au moins 45 minutes .

Bref, toutes les mesures radicales de distanciation n’ont aucun fondement scientifique.

AUCUNE «INFECTION» ASYMPTOMATIQUE

Étant donné que la purification des particules est la condition préalable indispensable pour les étapes ultérieures, c’est-à-dire la preuve de causalité et «l’étalonnage» des tests, nous avons un test insignifiant sur le plan diagnostique et donc le mantra «test, test, test» par Tedros Adhanom Ghebreyesus de l’OMS, mentionné dans notre article du 27 juin, doit être qualifié de non scientifique et trompeur.

Cela est particulièrement vrai pour les tests de personnes sans symptômes. Dans ce contexte même une étude chinoise de Wuhan publiée dans Nature le 20 novembre 2020, dans laquelle près de 10 millions de personnes ont été testées et tous les cas positifs asymptomatiques, les cas re-positifs et leurs contacts étroits ont été isolés pendant au moins 2 semaines jusqu’à la PCR résultat négatif, a révélé que:

Tous les contacts étroits des cas positifs asymptomatiques se sont révélés négatifs, ce qui indique que les cas positifs asymptomatiques détectés dans cette étude étaient peu susceptibles d’être infectieux.

Même le British Medical Journal orthodoxe s’est récemment joint à la critique.

Peu avant Noël, le magazine scientifique a publié l’article « COVID-19: les tests de masse sont inexacts et donnent un faux sentiment de sécurité, admet le ministre » expliquant comment les tests déployés dans certaines régions du Royaume-Uni ne sont tout simplement pas précis pour les personnes asymptomatiques arguant qu’il ne peut pas déterminer avec précision si l’un est positif ou négatif, comme l’écrit Collective Evolution . (L’OMS elle-même l’a depuis admis Deux fois )

Déjà quelques semaines auparavant, vous pouviez lire dans The BMJ que :

Les tests de masse pour COVID-19 est un désordre non évalué, sous-conçu et coûteux,

Et:

Le dépistage du COVID-19 dans la population en bonne santé est d’une valeur inconnue, mais est en cours d’introduction à l’échelle nationale

Et que:

«La riposte du Royaume-Uni à la pandémie repose trop largement sur des scientifiques et d’autres personnes nommées par le gouvernement aux intérêts concurrents inquiétants, y compris des participations dans des sociétés qui fabriquent des tests de diagnostic, des traitements et des vaccins covid-19

En dehors de cela, l’avocat Reiner Füllmich, membre de la commission d’enquête extra-parlementaire allemande «Stiftung Corona Ausschuss», a déclaré que Stefan Hockertz, professeur de pharmacologie et de toxicologie, lui avait dit qu’aucune preuve scientifique n’avait été trouvée pour une infection asymptomatique .

Lorsqu’on lui a posé la question, l’Institut Robert Koch n’a pas été en mesure de nous envoyer une seule étude démontrant que (a) les personnes asymptomatiques «positives» rendaient quelqu’un d’autre malade (pas seulement «positives»), que (b) les personnes «positives» présentant des symptômes de maladie quelqu’un d’autre malade (pas seulement «positif»), et que (c) toute personne qui a été testée «positive» pour le SRAS-CoV-2 a rendu une autre personne «positive». [ 4 ]

« SI VOUS NE TESTIEZ PLUS, LE CORONA DISPARAÎTRAIT »

Même en mai, une publication majeure telle que le Journal of the American Medical Association a déclaré qu’un résultat de PCR «positif» n’indique pas nécessairement la présence d’un virus viable », tandis qu’une étude récente dans The Lancet indique que « la détection d’ARN ne peut pas être utilisée pour déduire la contagiosité. « 

Dans ce contexte, on ne peut qu’être d’accord avec Franz Knieps, responsable de l’association des caisses d’assurance maladie des entreprises en Allemagne et depuis de nombreuses années en contact étroit avec la chancelière allemande Angela Merkel, qui a déclaré mi-janvier que «si vous ne testiez plus , Corona disparaîtrait. « 

Fait intéressant, même le virus-tsar allemand hyper-orthodoxe et principal conseiller du gouvernement sur les verrouillages et autres mesures, Christian Drosten, s’est contredit sur la fiabilité des tests PCR. Dans une interview de 2014 concernant les tests PCR pour le soi-disant MERS-CoV en Arabie saoudite, il a déclaré:

La méthode [PCR] est si sensible qu’elle peut détecter une seule molécule héréditaire du virus. Par exemple, si un tel agent pathogène se trouve juste à traverser la membrane nasale d’une infirmière pendant une journée sans qu’elle tombe malade ou ne remarque rien, alors elle est soudainement un cas de MERS. Là où des décès étaient précédemment signalés, les cas désormais bénins et les personnes en parfaite santé sont soudainement inclus dans les statistiques de déclaration. Cela pourrait également expliquer l’explosion du nombre de cas en Arabie saoudite. De plus, les médias locaux ont porté l’affaire à des niveaux incroyables. »

Cela vous semble vaguement familier?

Et même Olfert Landt critique les résultats des tests PCR, affirmant que seulement la moitié environ des personnes «infectées par corona» sont contagieuses . Ceci est plus que remarquable car Landt n’est pas seulement l’un des co-auteurs de Drosten dans Corman et al. papier – le premier protocole de test PCR accepté par l’OMS, publié le 23 janvier 2020 dans Eurosurveillance – mais aussi le PDG de TIB Molbiol, la société qui produit les tests selon ce protocole .

Malheureusement, ce conflit d’intérêts n’est pas mentionné dans l’étude Corman / Drosten et al. article, comme 22 scientifiques – parmi eux l’un des auteurs de cet article, Stefano Scoglio – ont critiqué dans une récente analyse approfondie .

Au total, Scoglio et ses collègues ont trouvé «de graves conflits d’intérêts pour au moins quatre auteurs», dont Christian Drosten, ainsi que diverses failles scientifiques fondamentales. C’est pourquoi ils ont conclu que «le comité de rédaction d’Eurosurveillance n’a d’autre choix que de retirer la publication».

Le 11 janvier 2021, la rédaction d’Eurosurveillance a répondu à l’e-mail de Torsten Engelbrecht demandant un commentaire sur cette analyse:

Nous sommes au courant d’une telle demande [de rétractation du Corman / Drosten et al. paper] mais nous espérons que vous comprendrez que nous ne faisons actuellement aucun commentaire à ce sujet. Cependant, nous travaillons à une décision d’ici la fin janvier 2021.

Le 27 janvier, Engelbrecht s’est de nouveau adressé au journal pour lui demander: «C’est maintenant la fin du mois de janvier. Alors permettez-moi de vous demander à nouveau: quel est votre commentaire sur l’analyse mentionnée de votre Corman / Drosten et al. papier? Et allez-vous retirer le Corman et al. papier – ou qu’allez-vous faire? Deux jours plus tard, la rédaction d’Eurosurveillance a répondu comme suit:

Cela prend du temps car plusieurs parties sont impliquées. Nous communiquerons notre décision dans l’un des prochains numéros réguliers de la revue.

DES MILLIARDS ET DES MILLIARDS GASPILLÉS SUR DES TESTS QUI NE PEUVENT PAS SIGNIFIER MOINS

Compte tenu du manque de faits pour la détection du nouveau virus présumé et pour que les tests PCR SARS-CoV-2 aient un sens, il est d’autant plus scandaleux que les coûts des tests ne sont pas discutés publiquement , car ils sont énormes. Souvent, nous entendons des politiciens et des chefs qui disent que répondant à certains critères, les tests sont gratuits, mais c’est un mensonge pur et simple. Ce qu’ils veulent dire, c’est que vous ne payez pas sur place mais avec vos impôts .

Mais quel que soit le mode de paiement, en Suisse, par exemple, le coût d’un test PCR est compris entre 140 CHF et 200 CHF (117 £ à 167 £). Alors, faisons le calcul. Au moment de la rédaction de cet article, la minuscule Suisse, avec une population de 8,5 millions d’habitants, a effectué environ 3 730 000 tests PCR SARS-CoV-2, en plus d’environ 500 000 tests antigéniques, qui sont un peu moins chers .

Compte tenu d’un prix moyen de 170 CHF par test PCR, cela représente un montant stupéfiant de 634 millions de CHF, soit 521 millions de £. Et malgré l’absurdité de tester des personnes asymptomatiques, la semaine dernière, le 27 janvier, le Conseil fédéral suisse a de nouveau appelé les personnes à se faire dépister. Annonçant que, dès le lendemain, les Suisses devront également payer avec leurs impôts pour des tests de masse sur des personnes asymptomatiques. Le Conseil fédéral suisse estime que cela coûtera environ 1 milliard de francs suisses .

L’épidémiologiste Dr Tom Jefferson a déclaré dans une interview au Daily Mail :

La plupart des kits PCR coûtent toujours plus de 100 £ à obtenir par le secteur privé, par exemple, et le gouvernement [britannique] dit qu’il en livre désormais 500 000 par jour. Mais même ces chiffres sont éclipsés par les 100 milliards de livres sterling que le Premier ministre est prêt à dépenser pour un rêve «  lunaire  » de fournir à la population des tests [PCR et autres types – ndlr.] Plus ou moins à la demande – seulement 29 milliards de livres de moins que le budget annuel de l’ensemble du NHS.

En Allemagne, le prix varie considérablement, selon également si le test est payé en privé ou non, mais en moyenne, il est similaire à ceux en GB, et à ce jour, ils ont effectué environ 37,5 millions de tests PCR .

C’est-à-dire que des milliards et des milliards sont dépensés – ou carrément «brûlés» – sur des tests qui ne peuvent pas signifier moins et qui alimentent la «chasse au cerf» moléculaire et numérique du monde entier pour un virus qui n’a jamais été détecté.

Torsten Engelbrecht est un journaliste d’investigation de Hambourg, en Allemagne. La nouvelle édition considérablement élargie de son livre «Virus Mania» (co-écrit avec le Dr Claus Köhnlein MD, le Dr Samantha Bailey MD et le Dr Stefano Scolgio BSc PhD) sera disponible début février. En 2009, il a remporté le prix allemand des médias alternatifs . Il était membre du personnel du Financial Times Deutschland et a également écrit pour OffGuardian, The Ecologist, Rubikon, Süddeutsche Zeitung et bien d’autres. Son site Web est www.torstenengelbrecht.com .


Le Dr Stefano Scoglio, BSc PhD, est un expert en microbiologie et naturopathie et coordonne la recherche scientifique et clinique sur les extraits d’algues Klamath et sur les probiotiques à base de microalgues, en coopération avec le Centre national de recherche italien et diverses universités. Depuis 2004, il a publié de nombreux articles dans des revues scientifiques internationales. En 2018, Scoglio a été nominé pour le prix Nobel de médecine.

Konstantin Demeter est photographe indépendant et chercheur indépendant. Avec le journaliste Torsten Engelbrecht, il a publié des articles sur la crise du «COVID-19» dans le magazine en ligne Rubikon, ainsi que des contributions sur le système monétaire, la géopolitique et les médias dans des journaux suisses italiens.

REMARQUES:-

  • [1] E-mail du 4 septembre 2020 [RETOUR]
  • [2] Courriel du 5 octobre 2020 [RETOUR]
  • [3] Les images sont tirées d’une présentation du Dr Andrew Kaufman, Ohio, l’un des principaux partisans de la théorie selon laquelle les virus sont en fait des exosomes. [ARRIÈRE]
  • [4] Courriel du 3 décembre 2020 [RETOUR]

Image d’en-tête: Alfred Abel, Rudolf Klein-Rogge et Gertrude Welcker dans Dr.Mabuse, der Spieler (1922)

En compléments:

– une vidéo de l’interview (en anglais) du Professeur Stefano Scoglio
– un article de Réseau International intitulé « Une nouvelle souche de coronavirus ou tromperie colossale. Un mirage peut-il en cacher un autre? « 

Une nouvelle étude du Dr Steven Quay conclut que le Sars-CoV-2 provient d’un laboratoire

D’après un article de France Soir du 31/1/2021

Ce 29 janvier 2021, dans un article publié par le Dr Steven Quay, MD, PhD., le PDG d’Atossa Therapeutics, conclut «une analyse bayésienne conclut au-delà d’un doute raisonnable que le Sars-CoV-2 ne soit pas une zoonose naturelle, mais plutôt un dérivé de laboratoire. ». Rapporté par PrNewswire

L’article fait 193 pages et peut être téléchargé à partir de Zenodo, un dépôt général en libre accès géré par le CERN et une courte vidéo explicative est mise en ligne.

Le but de l’analyse était de déterminer l’origine du SARS-CoV-2, le virus responsable du C0VID-19. Commençant avec une probabilité de 98,2% qu’il s’agissait d’un saut zoonotique de la nature avec seulement 1,2% de probabilité qu’il s’agissait d’une évasion de laboratoire, vingt-six faits et preuves différents et indépendants ont été examinés systématiquement. La conclusion finale est qu’il y a une probabilité de 99,8% que le Sars-CoV-2 provienne d’un laboratoire et seulement une probabilité de 0,2% qu’il provienne de la nature.

«Comme beaucoup d’autres, je suis préoccupé par ce qui semble être des conflits d’intérêts importants entre les membres de l’équipe de l’OMS et les scientifiques et médecins en Chine et à quel point cela empêchera un examen impartial de l’origine du SARS-CoV-2», a déclaré Dr Quay.

«En ne prenant que des preuves scientifiques disponibles publiquement sur le SARS-CoV-2 et en utilisant des estimations très prudentes dans mon analyse, je conclus néanmoins qu’il ne fait aucun doute raisonnable que le SARS-CoV-2 s’est échappé d’un laboratoire. Les preuves supplémentaires de ce qui semble être des séquences génétiques de vaccins adénovirus dans des échantillons de cinq patients de décembre 2019 et séquencées par l’Institut de virologie de Wuhan nécessitent une explication. Vous verriez ce genre de données dans un essai de provocation vaccinale, par exemple. J’espère que l’équipe de l’OMS pourra obtenir des réponses à ces questions. »

Le Dr Steven Quay a publié plus de 360 ​​contributions à la médecine et a été cité plus de 10 000 fois, le plaçant dans le top 1% des scientifiques du monde entier. Il détient 87 brevets américains et a inventé sept produits pharmaceutiques approuvés par la FDA qui ont aidé plus de 80 millions de personnes. Il est l’auteur du livre à succès sur la survie à la pandémie, Restez en bonne santé : Le guide d’un médecin pour survivre le Coronavirus.

Pour aider à trouver la vérité et obtenir des commentaires sur les méthodologies utilisées et les conclusions tirées dans cet article, une copie de prépublication de ce document a été envoyée à vingt-six scientifiques dans le monde, y compris les chercheurs de l’OMS actuellement à Wuhan, Wuhan Institute of Virology scientifiques, ainsi que d’autres virologues de premier plan.

Rappelons qu’en mai 2020 le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, avait fait une déclaration identique avant de se faire lyncher par les médias.

Le Pr Tritto publiait un livre « La chimère qui a changé le monde » début aout 2020 confirmant cette thèse.