Covid-19: politisation, «corruption» et suppression de la science

Editorial publié dans sa propre revue par Kamran Abbasi, rédacteur en chef de la revue scientifique BMJ (British Medical Journal)

Quand la bonne science est supprimée par le complexe médico-politique, les gens meurent.

Les politiciens et les gouvernements suppriment la science. Ils le font dans l’intérêt public, disent-ils, pour accélérer la disponibilité des diagnostics et des traitements. Ils le font pour soutenir l’innovation, pour mettre des produits sur le marché à une vitesse sans précédent. Ces deux raisons sont en partie plausibles; les plus grandes déceptions sont fondées sur un grain de vérité. Mais le comportement sous-jacent est troublant.

La science est supprimée à des fins politiques et financières. Covid-19 a déclenché la corruption de l’État à grande échelle et est néfaste pour la santé publique.  Les politiciens et l’industrie sont responsables de ce détournement de fonds opportuniste. Il en va de même pour les scientifiques et les experts en santé. La pandémie a révélé comment le complexe médico-politique peut être manipulé en cas d’urgence – un moment où il est encore plus important de sauvegarder la science.

La réponse pandémique du Royaume-Uni fournit au moins quatre exemples de suppression de la science ou des scientifiques.
Premièrement, la composition, la recherche et les délibérations du Groupe consultatif scientifique pour les urgences (SAGE) étaient initialement secrètes jusqu’à ce qu’une fuite de presse force la transparence.  La fuite a révélé l’ interférence des conseillers gouvernementaux dans SAGE, tout en exposant la sous-représentation de la santé publique, les soins cliniques, les femmes et les minorités ethniques. En effet, le gouvernement a également reçu récemment l’ordre de publier un rapport de 2016 sur les lacunes de la préparation à une pandémie, l’opération Cygnus, à la suite d’un verdict du bureau du commissaire à l’information. 

Ensuite, un rapport de Public Health England sur la covid-19 et les inégalités. La publication du rapport a été retardée par le ministère de la Santé d’Angleterre; une section sur les minorités ethniques a été initialement suspendue puis, à la suite d’un tollé général, a été publiée dans le cadre d’un rapport de suivi.  Les auteurs de Public Health England ont reçu pour instruction de ne pas parler aux médias.

Troisièmement, le 15 octobre, le rédacteur en chef du Lancet s’est plaint qu’un auteur d’un article de recherche, un scientifique du gouvernement britannique, a été empêché par le gouvernement de parler aux médias en raison d’un «paysage politique difficile». 

Maintenant, un nouvel exemple concerne la controverse sur les tests d’anticorps au point de service pour la covid-19.  L’opération Moonshot du Premier ministre dépend de la disponibilité immédiate et généralisée de tests de diagnostic rapide précis.  Il dépend aussi de la logique douteuse de dépistage en masse à l’essai à Liverpool avec un suboptimal test PCR. 

L’incident est lié à une recherche publiée cette semaine par le BMJ , qui révèle que le gouvernement a acheté un test d’anticorps qui, dans les tests du monde réel, est bien en deçà des déclarations de performance faites par ses fabricants. Des chercheurs de Public Health England et des institutions collaboratrices ont raisonnablement poussé à publier les résultats de leur étude avant que le gouvernement ne s’engage à acheter un million de ces tests, mais ont été bloqués par le ministère de la Santé et le bureau du Premier ministre.  Pourquoi était-il important de se procurer ce produit sans examen minutieux? La publication préalable de recherches sur un serveur de pré-impression ou sur un site Web gouvernemental est compatible avec le politique de publication de BMJ. Comme pour prouver un point, Public Health England a ensuite tenté en vain de bloquer le communiqué de presse du BMJ concernant le document de recherche.

Les politiciens prétendent souvent suivre la science, mais c’est une simplification excessive trompeuse. La science est rarement absolue. Cela s’applique rarement à tous les milieux ou à toutes les populations. Cela n’a pas de sens de suivre servilement la science ou les preuves. Une meilleure approche consiste pour les politiciens, les décideurs nommés publiquement, à être informés et guidés par la science lorsqu’ils décident des politiques pour leur public. Mais même cette approche ne retient la confiance du public et des professionnels que si la science est disponible pour examen et sans ingérence politique, et si le système est transparent et n’est pas compromis par des conflits d’intérêts.

La répression de la science et des scientifiques n’est ni nouvelle ni un phénomène particulièrement britannique. Aux États-Unis, le gouvernement du président Trump a manipulé la Food and Drug Administration pour approuver à la hâte des médicaments non prouvés tels que l’hydroxychloroquine et le remdesivir. Globalement, les gens, les politiques et les marchés sont corrompus par les agendas politiques et commerciaux. 

La réponse du Royaume-Uni à la pandémie repose trop fortement sur des scientifiques et d’autres personnes nommées par le gouvernement aux intérêts concurrents inquiétants, y compris des participations dans des entreprises qui fabriquent des tests de diagnostic, des traitements et des vaccins covid-19.  nommées par le gouvernement sont en mesure d’ignorer ou de faire des choix scientifiques spécieux une autre forme d’abus et se livrer à des pratiques anticoncurrentielles qui favorisent leurs propres produits et ceux des amis et associés. 

Comment la science pourrait-elle être sauvegardée en ces temps exceptionnels? La première étape est la divulgation complète des intérêts concurrents du gouvernement, des politiciens, des conseillers scientifiques et des personnes nommées, tels que les responsables des tests et du traçage, de l’approvisionnement en tests diagnostiques et de la livraison des vaccins. La prochaine étape est la transparence totale des systèmes de prise de décision, des processus et de savoir qui est responsable de quoi.

Une fois que la transparence et la responsabilité sont établies en tant que normes, les personnes employées par le gouvernement ne devraient idéalement travailler que dans des domaines sans rapport avec leurs intérêts concurrents. L’expertise est possible sans intérêts concurrents. Si une règle aussi stricte devient irréalisable, la bonne pratique minimale est que les personnes ayant des intérêts concurrents ne doivent pas être associées aux décisions relatives aux produits et aux politiques dans lesquelles elles ont un intérêt financier.

Les gouvernements et l’industrie doivent également cesser d’annoncer une politique scientifique critique par communiqué de presse. De telles mesures mal jugées laissent la science, les médias et les marchés boursiers vulnérables à la manipulation. Une publication claire, ouverte et préalable des bases scientifiques de la politique, des achats et des médicaments miracles est une exigence fondamentale. 

Les enjeux sont élevés pour les politiciens, les conseillers scientifiques et les personnes nommées par le gouvernement. Leur carrière et leurs soldes bancaires peuvent dépendre des décisions qu’ils prennent. Mais ils ont une responsabilité et un devoir plus élevés envers le public. La science est un bien public. Il n’est pas nécessaire de le suivre aveuglément, mais il faut en tenir compte de manière équitable. Il est important de noter que la suppression de la science, que ce soit en retardant la publication, en sélectionnant des recherches favorables ou en bâillonnant les scientifiques, est un danger pour la santé publique, causant des décès en exposant les gens à des interventions dangereuses ou inefficaces et en les empêchant de bénéficier de meilleures. Lorsqu’il est mêlé à des décisions commerciales, il s’agit également d’une mauvaise administration de l’argent des contribuables.

La politisation de la science a été déployée avec enthousiasme par certains des pires autocrates et dictateurs de l’histoire, et elle est malheureusement courante dans les démocraties.  Le complexe médico-politique tend vers la suppression de la science pour agrandir et enrichir ceux qui sont au pouvoir. Et, à mesure que les puissants gagnent en succès, s’enrichissent et s’enivrent davantage de pouvoir, les vérités peu pratiques de la science sont supprimées. Lorsque la bonne science est supprimée, les gens meurent.

Lien vers l’article en anglais avec toutes les références

Un autre médicament efficace pour le Covid revendiqué par un médecin belge

Une lettre ouverte de Marc Wathelet, docteur en Sciences, virologue, spécialiste des coronavirus.

Monsieur le ministre de la Santé publique,

Dans ces temps difficiles, je voudrais attirer votre attention sur un traitement qui pourrait faire une différence énorme pour la santé des personnes qui se retrouvent infectées par le nouveau coronavirus en Belgique.

Il s’agit de l’ivermectine, un médicament bien connu et bien compris, découvert en 1975 et qui est repris sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS. Il est utilisé chez l’homme pour traiter des infections par de nombreux types de parasites et présente également une action antivirale. C’est un médicament qui aurait justifié de bénéficier d’essais cliniques pour tester son efficacité contre le Covid-19, comme je l’avais suggéré en avril dernier. Pourtant, il a été écarté chez nous comme il a été ignoré dans le reste de l’Europe !

Mais, plus loin, ce médicament a été pris en considération : voici qu’une étude qui nous vient d’Égypte, pas encore publiée dans sa forme consolidée (preprint), s’est attachée à comparer les effets de l’ivermectine à ceux de l’hydroxychloroquine. Et les résultats sont spectaculaires!

Le traitement standard du Covid-19 dans plusieurs pays d’Afrique, dont l’Égypte, est la combinaison « hydroxychloroquine, azithromycine et Zinc ». L’étude en question compare ce traitement avec la combinaison « ivermectine, azithromycine et Zinc ». Elle comporte quatre bras de 100 individus chacun, où les formes modérées et les formes sévères de la maladie sont traitées avec l’une ou l’autre de ces deux combinaisons de médicaments.

Dans cette étude les chercheurs mesurent le pourcentage d’amélioration des symptômes couplée à une diminution de la charge virale, d’une part, et le nombre de décès (qui revient à un pourcentage puisqu’il y a 100 patients par bras), d’autre part.


Voici le résumé des résultats obtenus :

Hydroxychloroquine, formes modérées: 74% amélioration, 4 décès
Ivermectine, formes modérées: 99% amélioration, 0 décès
Hydroxychloroquine, formes sévères: 50% amélioration, 20 décès
Ivermectine, formes sévères: 94% amélioration, 2 décès

Avec des résultats aussi clairs, c’est le moment de faire preuve de vision !

Je compte sur les experts qui vous conseillent pour vous confirmer que le rapport bénéfices/risques de cette approche thérapeutique est largement en faveur de son utilisation pour les formes sévères de la maladie. Il est indispensable que ce traitement devienne disponible immédiatement dans les hôpitaux belges pour traiter les formes sévères du Covid-19.

Il ne s’agit pas de vérifier cette étude avec de nouvelles études avant de prendre cette décision, alors que nous avons une moyenne de quelque 200 décès quotidiens dus au Covid-19 en Belgique sur la dernière semaine, et donc une surmortalité d’environ 65% en ce moment. Nous n’en avons pas le temps !

Un « game-changer »

S’agissant des formes modérées de la maladie, l’ivermectine, bien que nécessitant à leur sujet une étude de confirmation, devrait également être disponible pour sa prescription par le personnel de première ligne quand le suivi médical peut être assuré de manière à en surveiller les effets secondaires potentiels.

Malheureusement, pour l’heure, ce médicament n’est disponible dans notre pays que dans sa formulation pour application topique, sous forme d’une crème (Soolantra®). Il est toutefois possible d’obtenir la formulation nécessaire, des comprimés de 3 ou 6 mg pour administration par voie orale, en utilisant la dénomination commune internationale, mais nos pharmacies n’en sont pas approvisionnées.

Je vous recommande dès lors 1) d’autoriser la forme orale de l’ivermectine dans notre pays ; 2) d’assurer l’approvisionnement de nos pharmacies avec ce médicament essentiel ; 3) d’assurer la transmission de cette information aux hôpitaux ; et 4) de faire organiser les essais nécessaires pour confirmer ou infirmer son utilité en première ligne pour les formes modérées.

Il faut avoir la lucidité de reconnaître qu’il s’agit d’un « game-changer » et qu’une réponse très rapide du gouvernement à cet égard permettrait de limiter les conséquences néfastes de la gestion par ailleurs mauvaise de la crise sanitaire dont souffre notre pays.

Je vous rappelle qu’aucun des vaccins en cours de développement n’est conçu pour induire une immunité mucosale, la seule qui soit potentiellement stérilisante et, donc, susceptible d’avoir un effet sur la transmission du virus.

De plus, les critères d’évaluation de ces candidats vaccins sont limités à la question de la réduction des symptômes, sans vérifier leur impact en termes de réduction des décès et de transmission du virus : ainsi la barre est-elle placée très bas pour assurer leur approbation. La réduction des symptômes, si elle peut être obtenue sans effets secondaires sérieux, est certes désirable, mais elle risque fort, dans le même temps, de promouvoir la transmission du virus car c’est bien l’apparition de symptômes qui incite le changement de comportement individuel susceptible de limiter la transmission.

L’importance de la vitamine D

Par ailleurs, les études s’accumulent qui indiquent qu’une carence en vitamine D favorise le développement de la forme sévère de la maladie : il s’agit, dès lors, de mettre en place, sans plus tarder, une large campagne d’information recommandant à chacun de supplémenter son alimentation avec de la vitamine D.

C’est là une mesure très simple et bon marché, qui peut avoir un effet très substantiel sur la morbidité et la mortalité associées au Covid-19. Rappelons que les séquelles inhérentes au Covid-19 sont conséquentes non seulement pour les individus concernés et leurs familles, mais aussi pour le budget public des soins de santé. Qu’attendons-nous alors pour prendre cette mesure simple ? Avons-nous oublié qu’il est plus facile de prévenir que de guérir ?

Agissez, Monsieur le ministre, agissez dès aujourd’hui, ne nourrissez pas la complainte narrative suivant laquelle le gouvernement n’aurait pas à cœur l’intérêt de sa population, mais seulement les desiderata des lobbies !

Je reste à votre disposition.

Marc Wathelet, docteur en Sciences

Voir l’article reprenant la lettre ouverte sur le site web du journal La Libre

Mise-à-jour du 23/12/2020: voir aussi l’article de France Soir consacré à la polémique sur ce médicament

Un entretien plein de richesses avec le Dr Louis Fouché

Un entretien très riche du Dr Louis Fouché interviewé par Louis Vidal (Putsch Live). Louis Fouché un médecin anesthésiste-réanimateur en première ligne avec les malades hospitalisés du Covid mais aussi un homme très cultivé et très intelligent qui s’exprime très librement et avec beaucoup de lucidité et de bon sens sur tous les aspects de cette crise du Covid.
Vraiment à recommander. 57 minutes qui décoiffent.

Le site de réinfo covid.

Virus et immunité: questions de vibrations ?

  • Le virus covid a une vibration de 5,5hz et meurt au-dessus de 25,5hz.
    Pour les humains ayant une vibration plus élevée, l’infection virale est un irritant mineur qui disparaîtra bientôt !
  • Les raisons pour lesquelles il n’y a pas de vibration élevée pourraient être :
    • Fatigue
    • Peur
    • Tension nerveuse.
    • Rage
    • Haine
  • Nous devons vibrer à haute fréquence pour que la fréquence ne diminue pas notre système immunitaire.
  • La fréquence de la terre aujourd’hui est de 27.4hz. mais il y a des endroits qui vibrent très bas comme :
    • Hôpitaux
    • Centres d’assistance.
    • Prisons
    • Métro, etc.
  • C’est là que la vibration tombe à 20hz ou moins.
    Pour les humains à faible vibration, le virus devient dangereux.
    • Douleur 0,1 à 2hz.
    • Peur 0,2 à 2,2hz.
    • Irritation 0,9 à 6,8hz.
    • Bruit 0,6 à 2,2hz.
    • Fierté 0,8hz.
    • Supériorité 1,9 hz.
  • Une vibration plus élevée, en revanche, est le résultat du comportement suivant:
    • Générosité 95hz
    • Gratitude 150 hz
    • Compassion 150 hz ou plus.
    • Amour et compassion pour tous les êtres vivants 150 Hz et plus.
    • Amour inconditionnel et universel à partir de 205hz
  • Qu’est-ce qui nous aide à vibrer plus haut ?
    • Aimer, sourire, bénir, remercier, jouer, peindre, chanter, danser, méditer, faire du yoga, du tai-chi, marcher au soleil, faire de l’exercice, profiter de la nature.
    • Manger les aliments que la Terre nous donne : graines – céréales – légumineuses -fruits et légumes – l’eau potable.
  • Ils nous aident à vibrer haut.
    La vibration d’une seule prière passe de 120 à 350hz
    Alors chantez, riez, aimez, méditez, jouez, remerciez et vivez !

    La source originale de cette information est tirée du livre Power Vs Force.

Basé sur la thèse de doctorat de M.David R. Hawkins

Message d’alerte international de professionnels de la santé aux gouvernements et citoyens du monde