Il n’y a plus aucune raison de croire à une pandémie

Un collectif de citoyens Allemand, prenant conscience de l’impact insignifiant du Covid 19 sur la mortalité et la démographie du pays, matérialise les données et chiffres véritables de façon originale et c’est alors qu’apparaît les mensonges criminels du gouvernement. Qu’en est-il pour la France ? Sensiblement la même chose…

https://odysee.com/@LiBERTY_VOICE:b/2021-03-29_Quantumleap—IL-N-apos-Y-A-PLUS-AUCUNE-RAISON-DE-CROIRE-%C3%80-UNE-PAND%C3%89MIE_720:6

Pas de fin à la pandémie: la vakxination libère le virus

La vidéo censurée de la rédactrice en chef du magazine Wochenblick fait le tour du monde : «La vakxination est la vraie « pandémie »
Cette vidéo fait le tour du monde : la semaine dernière, la rédactrice en chef de Wochenblick, Elsa Mittmannsgruber, a incité les gens à prendre conscience de ses craintes concernant les vakxinations corona. Avec sa vidéo, elle a réussi à faire connaître la thèse du Dr Geert Vanden Bossche, que les statistiques internationales suggèrent depuis longtemps : seules les vakxinations déclenchent vraiment le virus corona ! La vidéo de Mme Mittmannsgruber a déjà été visionnée des millions de fois, partagée d’innombrables fois sur différentes plateformes et traduite dans plus de dix langues.

https://odysee.com/@JeanneTraduction:a/Elsa:9
Pas de fin à la pandémie: la vakxination libère le virus

Cela a longtemps été considéré comme une loi d’airain : les mesures totalitaires sont absolument hors de proportion avec le danger posé par le coronavirus. Cela continue de s’appliquer comme ceci : le virus est un bouc émissaire bienvenu pour ceux qui sont au pouvoir pour augmenter la surveillance des citoyens à l’extrême et restreindre arbitrairement leurs droits et libertés fondamentaux. Cependant, il y a de plus en plus de preuves que Corona n’a pas « perdu son horreur » dans les mois qui ont suivi le début de la vakxination — mais pourrait seulement devenir vraiment dangereuse.

La thèse selon laquelle les campagnes de vakxination dans de nombreux pays conduisent Corona à devenir progressivement un « monstre » n’a été suggérée par personne la semaine précédente. Comme l’a rapporté Wochenblick, ce n’est nul autre que l’initié de Gates Geert Vandenbossche qui a mis en garde contre la vakxination contre une pandémie. Et en fait, Covid-19 affecte soudainement des patients de plus en plus jeunes, qui se plaignent également de plus en plus de progrès sévères. Dans un message vidéo, la rédactrice en chef de Wochenblick, Elsa Mittmannsgruber, a commenté la question de savoir en quoi consistaient ces premiers signes.

La vakxination n’est pas une clé de la liberté – bien au contraire

La Haute-Autriche avertit les citoyens de mettre trop d’espoir dans la promesse de Kurz & Co. que la vakxination est la clé de la liberté. « Espérez-vous que la vakxination sera bientôt terminée ? Ensuite, je dois les décevoir. Ça s’empire. La soi-disant pandémie est maintenue en vie artificiellement et n’aura vraiment d’impact que cet automne / hiver – précisément à cause de la vakxination … ».

Le gouvernement a déjà agi de manière arbitraire et sans logique, rejetant les avertissements de nombreux scientifiques ainsi que les protestations des citoyens. Cela se produit parce que les dirigeants « n’ont  aucun intérêt à mettre fin à l’état d’urgence » — à savoir, parce qu’ils veulent gagner avec ce temps. Le fouillis de règles, de cas, d’incidences et de chiffres confondent et accablent les gens — et les mesures de plus en plus strictes conduisent, selon Mme Mittmannsgruber, à « la résignation et un sentiment d’impuissance » pour beaucoup.

Les élites tyranniques ont besoin de moutons orientables

Cette perte de stabilité et d’orientation est voulue par ceux qui sont au pouvoir. Parce qu’ils avaient besoin de « personnes affaiblies et désorientées pour reconstruire la société dans l’esprit de la Grande Réinitialisation sans résistance. » Ce n’est que par l’isolement social, la dégradation et le sentiment d’impuissance que les gens se briseraient et deviendraient plus faciles à diriger. Mais ce n’est pas la seule raison du long état d’urgence.

Car, comme le rappelle le sociologue : « Puisque les humains sont des créatures d’habitude, il y a aussi un effet d’accoutumance à cet égard. Il s’habitue à un régime tyrannique et de contrôle sur lequel on peut bâtir à l’avenir. » Les tests, les masques et les vakxinations créent des dépendances qui rendent impossible une vie libre et autodéterminée. Quiconque ne participe pas sera marginalisé : pour les élites, cela a l’avantage que les têtus sont éliminés.

La vakxination fait-elle vraiment du virus un monstre?

Un danger ici n’est pas seulement la censure et les mesures difficiles contre les manifestations, mais aussi le nombre croissant de vakxinations. Si Covid-19 ne devient un danger tangible que par la vakxination, alors « la vraie pandémie est juste devant ». Des experts comme l’immunologiste et biologiste moléculaire irlandais, le professeur Dr. Dolores Cahill avertit, par exemple, que son propre système immunitaire combat le corps si la personne vakxinée entre en contact avec des coronavirus sauvages.

Les conséquences peuvent parfois être fatales. Et le non-vakxiné est menacé par ce que Vanden Bossche a mis en garde : un virus réellement inoffensif devient un « monstre incontrôlable ». Cela devient de plus en plus contagieux, plus agressif et rend également les jeunes plus souvent malades. Surtout les chiffres d’Israël, le pays avec le taux de vakxination le plus élevé, indiquent que les deux théories sont plus que plausibles.

Le virus « a changé de nature en quelques semaines »

Selon Mme Mittmannsgruber, il apparaît que « le virus a changé de nature en quelques semaines à peine après les vakxinations de masse ». Du coup, cela n’affecterait plus seulement les personnes âgées ayant des maladies antérieures, mais aussi chez les garçons jusqu’aux nouveau-nés, une augmentation massive des cours critiques de Covid-19 a été observée depuis lors. Et : « Plus nous vakxinerons, plus cela nous arrivera en Autriche ou en Allemagne. »

C’est pourquoi les personnes qui sont maintenant vakxinées contre Covid-19 « sans besoin, mais purement par pression des pairs, par complaisance ou par besoin de liberté, ne sont pas des héros — elles sont seulement abandonnées à la propagande ». Cela ne contribuerait pas à mettre fin à la pandémie — bien au contraire. Même l’OMS et le Forum économique mondial admettraient que la vakxination n’empêchera pas le virus de se propager. Au lieu de l’immunité naturelle du troupeau, on va avec vue sur une « spirale sans fin de dépendance aux conséquences dévastatrices pour notre liberté et notre santé ».

Conseil: résistez à la propagande vakxinale et à la pression!

Une majorité en Autriche est encore sceptique quant aux vakxinations corona. Mais tout serait fait pour changer cela. En fait, « avec une propagande incroyable et une pression psychologique ». Le gouvernement loue le « Green Pass » comme un ticket pour la liberté, et il y a un risque qu’il change les esprits de nombreuses personnes. Wochenblick a déjà expliqué quels autres dangers existent.

Mme Mittmannsgruber, d’autre part, indique clairement qu’elle ne sera pas attirée par ces promesses creuses. Concrètement, cela signifie : « Pour ma part, je le dis avec une clarté absolue : je ne serai certainement pas vakxiné! » Avec cela, elle espère également envoyer le signal que les Autrichiens se demandent davantage ce que le gouvernement leur sert. (Wochenblick, 18 mars 2021)

Sources:

https://guyboulianne.com/
Réseau international

Les clauses d’exonération des contrats vakx1s sont illégales.

D’après Isabelle Duchâteau de l’association belge Notre bon droit, dans les contrats passés par la commission européenne et soumis au droit belge, les clauses d’exonération de responsabilité des fabricants de vakx1s sont illégales.

Cet avis met notamment en évidence la possible charge financière que de telles clauses pourraient faire porter aux contribuables belges et européens, dans un climat économique qui s’annonce extrêmement problématique.

Il est anormal qu’en plus des énormes coûts liés à la gestion de la crise sanitaire, les contribuables doivent également supporter le coût des éventuels effets secondaires causés par les vaccins contre la C0VlD-19, sachant que certaines firmes annoncent de beaux bénéfices suite à la vakxination anti-covid.

Rendez-vous sur le site de l’association et agissez vis-à-vis de votre gouvernement.

Vakx1 Pfizer : chronique d’un fléau annoncé

 Publié sur France Soir le 17/03/2021 à 22:24 – Mise à jour le 18/03/2021 à 09:11

Si vous ne faites pas vakxiner pour vous, faites-le pour les autres…. Est-ce bien vrai ? L’injection d ARN messager à visée immunogène, serait-elle une baguette magique face au SARS-CoV2 qui est un virus ARN ? Rien dans la littérature, ni dans les faits ne semble le démontrer. Selon l’ANSM, pendant la semaine du 26 février au 4 mars, 1528 effets secondaires ont été déclarés officiellement en France après injection du vakx1s PFIZER-BioNtech, parmi lesquels 24% ont été considérés comme graves, soit près d’une personne sur 4. Depuis le début de la vakxination, 8487 effets secondaires ont été enregistrés pour ce même vakx1, dont 22% sont évalués comme graves. Nombre de personnes vakxinées depuis le 31 décembre 2020 avec PFIZER-BioNtech : plus de 4 566 000, ce qui fait environ 0,19% des personnes vakxinées victimes d’effets secondaires, et 0,04% victimes d’effets secondaires graves (dont 251 personnes décédées). Cela commence à faire beaucoup tout de même.
 Penchons-nous sur la cohorte des victimes collatérales des vakx1s et levons l’omerta.

Vakxination, désinformation et extorsion de consentement

A la guerre comme à la guerre

Rappel des faits : lors du discours d’investiture de la crise, le président de notre République nous l’a annoncé à six reprises : « nous sommes en guerre » ! Un an plus tard, la liste des morts identifiés covid s’est allongée ; liste à laquelle nous pouvons désormais rajouter les victimes collatérales des vakx1s censés protéger les populations du virus. 46 décès dans une maison de retraite en Espagne, 23 morts de plus de 85 ans en Norvège, 10 de plus de 79 ans en Allemagne, un médecin d’une cinquantaine d’années mort aux USA tout aussi mystérieusement que d’autres personnes censées être en bonne santé avant l’injection, de nombreuses personnes incapables de reprendre leurs activités professionnelles. Si vous avez prêté l’oreille, vous aurez très certainement eu vent des conséquences délétères du « vakx1 » Pfizer dès ses premières administrations fin 2020. Nous nous sommess penchés sur le rapport confidentiel fourni par ce fabricant à la FDA en décembre dernier. Et sur l’actualité récente dont les chiffres semblent confirmer ce que ce rapport prédisait en filigrane…

Quand un labo vend en toute connaissance de cause et de marché

Premier coup bas, à la lecture de l’étude réalisée par Pfizer sur une cohorte de 44 000 personnes en deux mois, il fallait dès le départ repérer ce qui n’y était pas dit : nulle part, les effets secondaires à moyen et à long terme ne sont étudiés ! Évidemment puisque le temps manquait… De plus, ce fameux rapport ne donne aucune donnée sur la diminution de la contagiosité. Nous avons donc à l’heure actuelle un ratio de 11,1 chocs anaphylactiques par million de vakxinés (ce qui est environ dix fois plus que pour le vakx1s contre la grippe), et de 2,8% d’effets secondaires dans les cinq premiers jours selon le CDC (Center for Diagnostic Disease) provoqués par ce type de vakxination !

Pour ce qui est du mécanisme de ce vakx1 ce sont des voix anciennement salariées par le labo qui se lèvent. Parmi elles, Mickeal Yeadon, ancien directeur de recherche chez Pfizer et médecin, lance l’alarme: spike qui est la cible de l’injection immunogène nous amène à faire des anticorps contre cette dernière; or celle-ci ressemble à une molécule naturelle de notre corps appelée la syncytine qui sert normalement à la placentation… Ainsi, des troubles de stérilité pourraient émerger puisque les anticorps fabriqués par notre organisme contre spike pourrait reconnaître la syncytine et aboutir à sa destruction. Selon Mikael Yeadon, cette potentielle reconnaissance de la syncytine par les anticorps fabriqués suite à l’injection vakxinale pourrait entraîner des troubles de la fertilité ! Alléchant…

Attendez, ce n’est pas fini ; on ne sait pas si cette « thérapie génique » appelée à tort « vakx1 » ne comporte pas un risque d’intégration de l’ARNm vakxinal dans le matériel ADN du sujet. Il pourrait être transmissible génétiquement d’une génération à l’autre; si cette intégration se produisait dans les cellules germinales. Pourtant c’est l’objection principale, dont le professeur Peronne ainsi que la généticienne Alexandra Henrion-Caude, ont parlé très clairement dès le départ. Face à cela, le rapport ne comporte que des formules vagues, telles que « nous n’avons pas eu le temps d’évaluer les risques à long terme, étant donnée la période courte de l’essai du vakx1 ». La solution serait donc, d’après le laboratoire, de les autoriser à faire la vakxination de masse, et advienne que devra en terme de conséquences à plus ou moins long terme… Ceci m’évoque tristement les expériences faites lors de la Seconde guerre mondiale dont le procès de Nuremberg a fait émerger le « code de Nuremberg » qui est considéré comme le premier texte international de référence sur l’éthique de l’expérimentation humaine, et du consentement éclairé ; mais dont le chercheur Robert Barker dit qu’il a très peu d’effet sur la communauté médicale qui ne se sent guère concernée. Selon ce dernier : « Nuremberg apparait comme « un code bon pour les barbares »mais pas pour les nations civilisées ».

Bien sûr, l’utilité d’une vakxination de masse pour une épidémie qui statistiquement tue aussi peu de gens – rappelons-le, 0,05 % – n’est pas du tout discutée : à la guerre comme à la guerre ; la logique de marché fait loi !

Quand l’absence totale de recul fait de la vakxination une campagne d’essai vakxinal de stade 3 à l’échelle planétaire aux risques et périls des cobayes

Deuxième uppercut, le rapport révélait aussi quelque chose qui dès le départ n’était clairement pas rassurant. Nulle part n’y était précisé que des maladies causées par la vakxination ne se développeraient pas une fois que l’immunité baisserait. Ainsi, les morceaux de vakx1s ayant été introduit dans le génome du sujet lui-même pourraient avoir l’effet d’une bombe à retardement. Car comment savoir si l’on va fabriquer la bonne quantité de « spike » après vakxination ? Nulle part le laboratoire Pfizer n’a affirmé qu’il maîtrisait totalement la dose d’ARNm. Que se passera t-il si l’organisme en fabrique trop, par exemple ; dans le cas où la machine se dérègle ? On n’en sait rien ; dans ce tour de passe-passe, on joue donc avec le feu… C’est ce qui était sous entendu, et tristement l’actualité parle d’elle même…

La deuxième dose de vakxination interrompue après le décès de 46 pensionnaires dans une maison de retraite du sud de l’Espagne. Une hécatombe qui pour autant s’annonçait en filigrane dès le départ de la campagne au travers des cas suivants : mort du médecin Grégory Michael qui, alors qu’il était en bonne santé à vu, suite à la vakxination, une hémorragie d’abord mineure le conduire aux urgences du centre médical de Mount Sinaï pour y décéder 16 jours plus tard, début janvier… Il y a aussi le décès inexpliqué d’une infirmière portugaise deux jours après sa vakxination fin décembre. Ou encore le décès d’un volontaire brésilien qui est mort après avoir participé aux tests du vakx1 contre le Covid-19 élaboré par l’université d’Oxford. La victime a été identifiée par plusieurs médias brésiliens comme un médecin de 28 ans, décédé des suites de complications liées au virus. Bon cette fois-ci, nous étions sur le vax1s Astra-Zénaca. Mais de toute façon et jusqu’à nouvel ordre les pays (14 européens dont la France; mais aussi la Thaïlande et le Congo) les uns après les autres suspendent son utilisation. Faut-il penser que le vakx1 Pfizer est quant à lui plus sur? Au vu des faits, et de l’aveu même du labo, cela laisse à désirer.

Toujours dans ce fameux rapport, il est précisé que « l’étude des effets du vakx1 sur des personnes immuno-déprimées n’est pas précise en l’absence de sujets identifiés comme tels dans l’étude ». Tel que nous l’a expliqué Louis Fouché lors du grand entretien qu’il a offert au magazine Nexus dans le numéro 132, la particularité des patients HIV est que le virus du HIV possède une rétrotranscriptase et une intégrase qui sont les 2 enzymes-clés permettant l’intégration d’ARN dans un génome. C’est d’ailleurs ce que fait le virus du VIH qui s’intègre dans le génome du malade. En conséquence, les patients atteints de VIH auront peut-être au sein d’une même cellule l’ARNm vakxinal et les deux enzymes permettant d’intégrer cet ARNm dans leur génome. La probabilité que cela se produise est faible mais ne peut pas être complètement exclue ! D’ailleurs Pfizer a testé son vakx1 sur des sujets VIH dont l’infection est maîtrisée ; et qui donc ne produise plus ces 2 enzymes clés. Mais que se passera-t-il chez les patients ayant le VIH sans le savoir ?

Pour ce qui est de l’aspect expérimental de cette thérapie génique, nous renvoyons par ailleurs nos lecteurs au nombre croissant d’étude corrélant une explosion du nombre de covid positif dans les pays ayant pratiqué en masse la vakxination. En Israël, la vakxination a commencé le 20 décembre et a été suivie d’une augmentation de 400% des contaminations ! Pour ce qui est de l’Angleterre, un groupe de chercheurs indépendants à étudié la sur-concentration de virus dans les gouttelettes nasales des personnes vakxinées en s’interrogeant sur une corrélation possible avec la mutation du virus survenue suite à la campagne de vakxination à l’échelle nationale (Nexus numéro 133). Toutes ces données semant le doute on peut donc parler tel que le dénonce la généticienne Alexandra Henrion-Caude d’un « vakx1 génique expérimental » ! Tel que l’a répèté le médecin Louis Fouché lors d’un entretien filmé avec la chaîne Nexus: « Rappelons-le, nous sommes en phase 3 pour toutes les personnes pour lesquelles l’efficacité du vakx1 n’est pas prouvée, notamment les personnes de plus de 75 ans… Il faut bien comprendre que ce vakx1 n’a reçu qu’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle. Cela signifie que le laboratoire Pfizer n’a pas encore complètement fini les études de sécurité et d’efficacité qui ne se finiront qu’en 2023 ! Et si vous vous faites vakxiner vous ferez partie des cobayes, seulement personne n’est renseigné de cette façon lors de son consentement… A méditer. » Autre point: « l’essai n’a pas démontré à ce jour une baisse des hospitalisations ». On en reste pantois.

Quand la vaste définition de limmuno-dépression fait courir un risque encore plus grand quon ne limagine

Troisième coup bas, outre tous ces dysfonctionnements, et tel que le précise le docteur Jacques Vigne interrogé pour France Soir, se pose en filigrane le problème de la définition de l’immuno-dépression qui n’est pas toujours bien claire. L’affaiblissement du système immunitaire n’est pas facile à déceler: « plus évidente lors d’HIV, diabète ou cancer diagnostiqué; ceci étant la plupart du temps, les signes cliniques de la maladie semblent bénins et courants. Il peut s’agir d’otites, de diarrhées, d’infections pulmonaires ou encore de mycoses ». Quand on voit les effets de cette thérapie sur les personnes âgées, et plus jeunes diagnostiquées en bonne santé on peut redouter le pire si elle était propagée à l’ensemble de la population…

Rappelons que dès début décembre, on a vu des sujets faire des chocs anaphylactiques lors de la campagne de vakxination lancée en Angleterre auprès des soignants et des personnes âgées. Dès le premier jour, au moins deux Britanniques ont développé, mercredi 9 décembre, une forte réaction allergique après avoir reçu une injection du nouveau vakx1 de Pfizer. Dans la foulée, l’Agence britannique de régulation du médicament a publié une mise en garde, déconseillant aux personnes ayant des antécédents de crises allergiques aiguës de se faire vakxiner. D’après le site Allergy UK, une personne sur 1 000 risque de subir un choc anaphylactique après avoir été exposé à un allergène auquel elle est sensible. Ce type de crise « affecte le système cardiovasculaire, respiratoire, gastrique et entraîne des éruptions cutanées graves. La pression sanguine peut baisser et la personne peut avoir des difficultés à respirer ». C’est ce qui explique qu’une circulaire française a indiqué aux Ehpad de se fournir en l’Adrénaline, à injecter en cas de choc anaphylactique. Rappelons pour les populations actives aux USA fin décembre une étude dénombrait 3150 vakxinés sur 113 000 “incapables d’effectuer leurs activités quotidiennes normales” suite au vakx1 anti-covid ; ce qui est l’un des critères scientifiques de la définition des effets indésirables du stade 3.

Rappelons-le, du côté des bataillons français, moins d’une semaine après ses premières administrations en France, l’autre formule miracle qu’est le vakx1s d’AstraZeneca a suscité « surprise » voire « inquiétude ». Réservé aux professionnels de santé et du médico-social de moins de 65 ans, le produit du groupe anglo-suédois a fait l’objet de 149 déclarations de pharmacovigilance en cinq jours. Au bout d’une semaine, les hôpitaux de Brest et de Morlaix ont décidé d’interrompre la vakxination suite à une campagne qui a obligé 20 à 25 % des soignants à se mettre en arrêt de travail. Précisons que ces populations ont elles été soumises au vakx1 Astra-Zénaca qui ne fonctionne pas par ARN messager mais par une chimère génétique qui introduit le vakx1 selon « un vecteur viral », c’est-à-dire qu’il prend comme support un autre virus, en l’occurrence un adénovirus commun chez le chimpanzé. Ce dernier a été affaibli et génétiquement modifié pour empêcher le nouveau coronavirus de se répliquer dans l’organisme humain. La manière qu’il a de délivrer du matériel génétique dans les cellules, leur ordonnant d’attaquer le Covid-19, a été présenté comme un « cheval de Troie », et un autre artefact tout aussi nouveau et novateur que le vakx1 à ARN messager; on est au top… Ce vakx1 d’AstraZeneca n’était dès le départ pas recommandé en France pour les plus de 65 ans, faute de données actuellement disponibles sur son efficacité dans cette classe d’âge. Nous y sommes quand même allés, avec la multitude de morts désormais identifiés. Où est le principe de précaution? Jusqu’ou ira-t-on ?

Dépôt de plainte à la Cour pénale internationale pour violation du code de Nuremberg

Le week-end dernier, une plainte de l’organisation « People of Truth » a été déposée auprès du Tribunal de La Haye par les avocats Ruth Makhachovsky et Aryeh Suchowolski concernant des violations du Code de Nuremberg du gouvernement israélien et d’autres parties. Or, si la plainte déposée la semaine dernière devant la Cour pénale internationale a été reçue, elle reste dans l’attente d’une décision de recevabilité. Elle est maintenant en attente d’une décision. L’avocate Ruth Makhchowolski a déclaré le 5 mars dernier à Israel News que « dans le même temps, la plainte sera également déposée devant le tribunal de Nuremberg, avec l’avocat allemand Reiner Fullmich. Lundi, la plainte sera déposée à la Haute Cour par Aryeh Suchowolski en Israël, concernant la violation du Code de Nuremberg ». L’avocate a ajouté six jours plus tard : « L’expérience que Pfizer mène dans l’État d’Israël a été menée en violation du Code de Nuremberg, qui appartient au droit pénal international et est sous la juridiction du tribunal de La Haye. Nous attendons maintenant une décision ». Comprenez bien : cette plainte est recevable, puisqu’il n’y a aucun consentement éclairé. Dans cette guerre d’un genre nouveaun, les populations ne savent pas qu’elles sont l’objet du stade 3 de l’évaluation du vakx1s.

Vakxiné tous les quatre mois, avec un port de masque à perpétuité 

Quatrième coup déjà annoncé avant de monter sur le ring: toujours selon les dires de l’étude Pfizer, avec les deux mois de recul qu’ils avaient lors de la publication, les chiffres semblaient démontrer une efficacité du vakx1, ou plutôt de la thérapie génique : dans le groupe qui avait reçu les deux injections à trois semaines d’intervalle, il n’y avait que 18 cas d’infection, alors que dans l’autre il en avait 169. La question reste entière de savoir si cette immunité donnée par le vakx1 persisterait plus de trois ou quatre mois ? Par conséquent, ceci laisse sous-entendre que cette vakxination de masse devrait être faite tous les quatre mois ! Avec le coût considérable que cela implique. Le laboratoire suppose que si le vakx1 est efficace pour réduire les symptômes, il le sera aussi pour réduire les séquelles, mais il n’en est pas sûr ! Pourtant, ce sujet est central, on a par exemple remarqué que chez les patients traités pour le covid qui allaient apparemment mieux, 60 % avaient des lésions sur le coeur dite lésions de myocardite.

Au passage deux derniers point flous : selon l’étude, 10 % des sujets vakxinés attrapent quand même la maladie. En outre le cas des asymptomatiques (porteur du virus sans même s’en rendre compte) est non négligeable : est-ce-que le vakx1 les prévient ? S’il ne prévient pas, est-ce que ces cas a-symptomatiques seront contagieux, autant que s’ils n’avaient pas eu le vakx1s auparavant ? Tout cela n’est pas clair et peut mener à ce que des gens vakxinés soient convaincus de ne pas être contagieux et du coup ne respectent pas les gestes barrières et contaminent pour de bon les autres. C’est ce qu’on appelle une « fausse sécurité »; qui implique tel que le sous-entend ce rapport de continuer le port du masque et le respect de la distanciation sociale. La bonne blague ! C’est ce qui fait dire à Louis Fouché dans l’interview precedement citée que « comme avec le masque on mêle la psychose de l’un à la psychose de l’autre… C’est un retour du refoulé, qui n’a aucune valeur scientifique. Puisque la personne vakxinée ou masquée serait protégée de ceux qui ne le seraient pas ».

Au mépris de l’éthique et du bon sens, jusquoù irons-nous ?

Toujours en forme ? Voici le petit résumé du champ de bataille : dans l’état actuel des choses, nous voyons donc une partie des vakxinés tomber comme des mouches et un labo qui selon sa propre analyse ne confirme pas l’utilité concrète de sa thérapie ! Laboratoire Pfizer, qui en 2009, fut contraint de payer une amende de 2,3 milliards de dollars pour pratiques frauduleuses de communication sur 13 médicaments, pour falsification de données, publicité mensongère et commissions occultes ! Même labo qui, comme l’actualité nous le démontre, vient de repousser ses livraisons de deux mois.

Afin d’inviter nos lecteurs à mieux se positionne, nous rappelons au passage que début janvier Alain Fischer, le président du Conseil d’orientation de la stratégie vakxinale, a prévenu qu’elle allait «bouger en fonction de la situation épidémique», notamment à cause des «nouveaux variants». «Peut-être un jour faudra-t-il vakxiner les enfants», a-t-il déclaré, expliquant que la Grande-Bretagne étudiait le taux d’infection chez les jeunes. «Si […] les enfants transmettent le virus, la question se posera». Puisqu’une campagne de test vient d’être annoncée à l’échelon national à hauteur de un million d’enfants nous lançons l’alarme!!! Et vous joignons un avenant à fournir aux établissements scolaires, si vous ne souhaitez pas que cette campagne de test massif, contribue par une épidémie de cas positifs mais néanmoins non malades ; puis à la mise en oeuvre d’une telle stratégie vakxinale dont les effets ont déjà démontré une catastrophe annoncée. Depuis, dernier uppecut, le 9 mars, l’Académie nationale de médecine décrète que la vakxination doit devenir obligatoire pour les soignants. La bataille risque donc d’être féroce. Conscients de cette guerre, nous vous offrons en lien la primeur d’un travail d’un groupe d’avocats pénalistes qui, revue de droit et revue de presse à l’appui, offre des clefs qui vous permettront en toute légalité de refuser tout traitement, au motif que cette obligation, ou contrainte « vakxinale », est en violation totale avec l’éthique médicale et les droits fondamentaux nationaux et internationaux. [voir annexe]



Suite et fin : tempête de cytokine, qui veut être le cobaye?

Toujours d’attaque ? On résume… Tel que le dit en filigrane ce rapport et tels que nous le démontrent les faits d’actualité sans cesse concordants : en-dehors de perpétuer la politique du port du masque et de distanciation sociale, d’engrosser Big Pharma, de créer des troubles physiques pouvant entraîner la mort, ainsi qu’une modification de l’ADN transmissible aux générations futures, quel est l’intérêt de la thérapie vakxinale par modification génique ? Nous en perdons notre latin et renvoyons notre lecteur aux travaux de Dolores Cahill, immunologue de l’Institut Conway, qui lance un cri désespéré. Citant un article de 2012 publié chez PLOS One (revue scientifique) qui indique que la vakxination, conduit à une immuno-pathologie pulmonaire lorsqu’elle est adressée au coronavirus, et qui particulièrement faite sur les animaux a engendré des décès… Cette dernière craint donc la mise en place d’une telle stratégie vakxinale chez l’homme, puisque le risque mortel avec l’administration d’une vakxination à ARN messager pour de tels virus serait augmenté. « Si le message visant la protéine Spike s’intègre dans nos cellules , il sera exposé aux cellules immunitaires lorsque le virus meurt. Dans un deuxième temps il pourrait y avoir une montée en puissance de ce phénomène au travers de la multiplication d’anticorps. Le phénomène s’appelle tempête de cytokines, ou super amorçage immunitaire, car la réponse immunitaire naturelle est contournée; et le corps réagit à une information qui ne devrait pas être là. Le risque serait que votre corps devenu un OGM exprime la protéine virale de façon indéfinie sans plus jamais s’en débarrasser ». Alors qu’aucune vakxination dans les épidémies de virus ARN n’a jamais endigué une épidémie… Qui a envie d’essayer ? Pour ma part j’avoue très sincèrement jeter l’éponge, et penser à nourrir et défendre ma santé ; bien avant l’idée folle de tomber malade et d’entrer en guerre…

Caroline Escartefigues est psychologue clinicienne, et travaille à Hossegor au moyen de l’art thérapie, de l’EMDR et d’autres approches psycho-énergétiques.
Elle soutient son action de guérison par un travail journalistique et est l’auteur du Petit livre du silence et de la paix intérieure (Larousse, 2018).


De l’obligation ou de la contrainte vakxinale : lire ou télécharger en version PDF 

Un médecin explique que le coronavirus n’est pas ce que l’on croit.

Vous allez peut-être trouver que j’insiste beaucoup sur le faux concept de virus. Mais comme constaté à travers mes autres articles sur ce sujet, je ne peux cacher que je suis assez convaincu de cette approche.
Voici cette fois une vidéo courte, percutante et sous-titrée en français dans laquelle le Dr Cowan explique l’origine de cette maladie appelée C0VlD.

https://odysee.com/@SEMINERIOSalvatore:5/mediaport-un-m%C3%A9decin-explique-pourquoi-le-coronavirus-nest-PAS:5

En complément vous trouverez ci-dessous un lien de téléchargement vers le livre du Dr Cowan Le Mythe de la Contagion (disponible librement sur le net en anglais) et que j’ai traduit en français pour son intérêt.

Pourquoi se faire vakxiner ?

● Si je me fais vakxiner, puis-je cesser de porter un masque ?
Le gouvernement : « NON »
● Si je me fais vakxiner, les restaurants, les bars, les écoles, les clubs de fitness, les salons de coiffure, etc. rouvriront-ils et les gens pourront-ils reprendre le travail comme d’habitude ?
Le gouvernement : « NON »
● Si je me fais vakxiner, est-ce que je serai résistant au C0VlD ?
Gouvernement : « Peut-être. Nous ne savons pas exactement, mais probablement pas. »
● Si je me fais vakxiner, au moins je ne serai pas contagieux pour les autres – n’est-ce pas ?
Gouvernement : « NON. Le vakx1 n’arrête pas la transmission. »
● Si je me fais vakxiner, combien de temps le vakx1 durera-t-il ?
Le gouvernement : « Personne ne le sait. Tous les « vakx1 » C0VlD sont encore au stade expérimental ».
● Si je me fais vakxiner, puis-je arrêter la distanciation sociale ?
Le gouvernement : « NON« 
● Si mes parents, mes grands-parents et moi-même nous faisons tous vakxiner, pouvons-nous nous embrasser à nouveau ?
Le gouvernement : « NON »
● Quel est donc l’intérêt de se faire vakxiner ?
Le gouvernement : « cela permet d’espérer que le virus ne vous tuera pas. »
● Êtes-vous sûr que le vakx1 ne me blessera pas ou ne me tuera pas ?
Gouvernement : « NON »
● Si, statistiquement, le virus ne me tue pas (taux de survie de 99,7 %), pourquoi devrais-je me faire vakxiner ?
Le gouvernement : « Pour protéger les autres ».
● Si je me fais vakxiner, je peux donc protéger 100 % des personnes avec lesquelles je suis en contact ?
Le gouvernement : « NON
● Si je subis une réaction indésirable grave, des effets à long terme (encore inconnus) ou si je meurs à cause du vakx1, est-ce que je (ou ma famille) serai indemnisé par la fabrication du vakx1 ou par le gouvernement ?
Le gouvernement : « NON – le gouvernement et les fabricants de vakx1 ont une responsabilité zéro à 100% concernant ce médicament expérimental »


Donc, pour résumer, le « vakx1 » C0VlD19…
N’offre pas d’immunité
N’élimine pas le virus
N’empêche pas la mort
Ne garantit pas que vous n’aurez pas le C0VlD
N’empêche pas de le transmettre à d’autres
Ne supprime pas la nécessité d’interdire les voyages
Ne supprime pas la nécessité de fermer des entreprises
Ne supprime pas la nécessité de verrouiller les installations
Ne supprime pas la nécessité de mettre un masque

Ministère israélien de la santé: Le vakx1 Pfizer a tué “environ 40 fois plus de personnes âgées que la maladie elle-même n’en aurait tué”.

Une nouvelle analyse du ministère de la santé israélien a conclu que le vakx1 COVID de Pfizer avait tué « environ 40 fois plus de personnes (âgées) que la maladie elle-même n’aurait tué » au cours d’une récente période de vakxination de cinq semaines, et 260 fois plus de jeunes que le virus n’en aurait tué.

Independent doctors concluded that experimental COVID-19 vaccines are “not safer” than the virus itself.

Alors qu’en janvier, un groupe de médecins indépendants a conclu que les vakx1s expérimentaux COVID-19 ne sont “pas plus sûrs” que le virus lui-même, une nouvelle analyse des taux de mortalité liés aux vakx1s en Israël démontre que cela pourrait bien être le cas à des niveaux dramatiques.

Une réanalyse des données publiées par le ministère israélien de la santé par le Dr Hervé Seligmann, membre de la faculté de médecine des maladies infectieuses et tropicales émergentes de l’université d’Aix-Marseille, et l’ingénieur Haim Yativ révèlent, en résumé, que le vakx1 expérimental à ARNm de Pfizer a tué “environ 40 fois plus de personnes (âgées) que la maladie elle-même n’en aurait tué” au cours d’une récente période de vakxination de cinq semaines. Chez les plus jeunes, ces chiffres s’ajoutent à un taux de mortalité 260 fois supérieur à celui que le virus COVID-19 aurait déclaré dans le laps de temps donné.

Bien que l’analyse mathématique complète se trouve dans l’article lui-même, les auteurs démontrent que “parmi les personnes vakxinées et âgées de plus de 65 ans, 0,2% … sont mortes pendant la période de trois semaines entre les doses, soit environ 200 morts sur 100 000 vakxinés. Ceci est à comparer aux 4,91 morts sur 100 000 qui sont morts de la COVID-19 sans avoir été vakxinés”.

“Ce tableau effrayant s’étend également aux moins de 65 ans”, ont poursuivi les chercheurs. Au cours des cinq semaines de vakxination, “0,05 %, soit 50 sur 100 000, sont morts. Il faut comparer ce chiffre au 0,19 morts pour 100 000 personnes qui meurent des suites de la COVID-19 (qui) ne sont pas vakxinées … Ainsi, le taux de mortalité de ce groupe d’âge a augmenté de 260 (fois) au cours de cette période de cinq semaines du processus de vakxination, par rapport à leur taux de mortalité naturel de la COVID-19”.

Comme le rapporte IsraelNationalNews (INN), Seligmann est de nationalité israélo-luxembourgeoise, a un diplôme de biologie de l’Université hébraïque de Jérusalem et a écrit plus de 100 publications scientifiques. Le DCI rapporte que les chercheurs “n’ont pas de conflits ou d’intérêts autres que celui d’avoir des enfants en Israël”.

Yativ et Seligmann stipulent que même ces “nombres estimés de décès dus au vakx1 sont probablement bien inférieurs aux chiffres réels car ils ne tiennent compte que des décès définis comme COVID-19 pour cette courte période et n’inclut pas les événements AVC et cardiaques (et autres) résultant des réactions inflammatoires”.

Ces chiffres ne “tiennent pas compte non plus des complications à long terme”, écrivent-ils.

En outre, ils s’attendent à ce que, dans les mois qui suivent, “les effets indésirables à moyen et long terme de la vakxination, quand la facilitation de l’infection par des anticorps commence à se manifester chez ceux qui ont reçu le vakx1 expérimental de Pfizer.

Comme l’expliquent les America’s Frontline Doctors (AFLDS), la facilitation de l’infection par des anticorps a lieu “lorsque les anticorps anti-CoVID, créés par un vakx1, provoquent, au lieu de protéger la personne, une maladie plus grave ou plus mortelle lorsque la personne est ensuite exposée au SRAS-CoV-2 sauvage. Le vakx1 amplifie l’infection plutôt que de prévenir les dommages”.

L’AFLDS fournit un exemple de vakx1 produit pour lutter contre la dengue (grippe tropicale), qui a entraîné la mort de 600 enfants aux Philippines à cause de la facilitation de l’infection par des anticorps, et le dépôt de poursuites pénales contre les décideurs en 2019.

Pour ces raisons et bien d’autres encore, l’AFLDS et de nombreux autres médecins découragent fortement l’utilisation de ces vakx1s expérimentaux pour la plupart des personnes, tout en reconnaissant que cela peut être plausible pour les personnes de plus de 70 ans, mais en admettant que ces injections présentent “un risque plus élevé qu’un traitement précoce ou prophylactique avec des médicaments établis” (sources iciiciici, et ici).

Compte tenu de ces taux de mortalité, Yativ et Seligmann critiquent aussi sévèrement la forte pression exercée sur la population par les autorités israéliennes pour qu’elle reçoive ces injections. Selon l’INN, les chercheurs qualifient ces efforts draconiens de “nouvel Holocauste”.

Ces dernières semaines, le gouvernement israélien a fait la une des journaux en adoptant un système de “passe vert”, permettant aux personnes qui ont reçu une injection de recevoir un code vert, qui leur permet ensuite d’entrer dans des lieux tels que des installations de divertissement et de loisirs.

À la réouverture du pays après deux mois de fermeture, le laissez-passer vert ne sera accordé qu’aux personnes qui se sont fait injecter le virus, et non à celles qui ont été testées négatives. Les avantages proposés comprennent l’accès aux entreprises “non essentielles” ainsi que le fait de ne pas avoir à s’isoler si l’on est identifié comme un contact proche d’un cas confirmé de COVID-19, et de ne pas avoir à s’isoler après un retour de ce que le gouvernement appelle un “lieu rouge”.

Bien qu’il n’ y ait aucune preuve que ces vakx1s expérimentaux empêchent réellement la transmission du virus, le ministre israélien de la santé, Yuli Edelstein, a déclaré lors de la publication du “passeport” vakxinal que “se faire vakxiner est un devoir moral. Cela fait partie de notre responsabilité mutuelle”. Il est allé plus loin en déclarant : “Celui qui ne se fait pas vakxiner sera laissé pour compte.”

Le laissez-passer vert doit être renouvelé tous les six mois, et bien qu’il en détienne un, un individu doit toujours respecter les règles de masquage et d’éloignement physique. Le Jerusalem Post a également signalé qu’une législation est envisagée pour accorder aux employeurs le droit de refuser l’entrée sur le lieu de travail aux personnes non vakxinées.

Ces mesures ont incité Business Insider à décrire le pays comme “faisant la guerre aux non-vakxinés”. Pendant ce temps, le Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef du président Joe Biden, a qualifié la réponse d’Israël en matière de vakxination d’”extraordinairement bonne”.

Source: The Defender Children’s Health Defense

Publié à l’origine par LifeSite News.

Une revue originale de tous les aspects de la crise actuelle par Denis Rancourt et Louis Fouché

Je recommande chaudement cette vidéo (malgré sa longueur de près de 3 heures) des interventions croisées de Louis Fouché et Denis Rancourt, 2 personnalités très brillantes qui donnent leurs points de vue, très documentés, pas toujours convergents mais toujours très instructifs, sur une série d’aspects de cette crise comme la légitimité des restrictions gouvernementales, l’inefficacité des mesures sanitaires (masque, distanciation sociale, confinements, les tests PCR, etc.), de la manière dont se transmettent les virus (qui ne correspond pas à ce que l’on nous martèle chaque jour dans les médias), le rôle de la maladie, les vakx1, et pas mal d’autres sujets de société, sociologiques et philosophiques tels que les hiérarchies de dominance, les professionnels de santé, les stratégies de désobéissance civile et le pouvoir du conformisme, la censure, …
C’est le live le plus important que Quartier Libre a organisé autour du C0VlD. Des informations peu connues et originales mais pourtant essentielles seront dévoilées dans cette vidéo et vous verrez que TOUT CECI repose sur des faits scientifiques totalement FAUX. Vous aurez TOUS les arguments pour faire comprendre à votre entourage que tout ceci ne peut plus, ne DOIT plus durer !

https://odysee.com/@reussirmaviespirituelle:a/QL22—On-met-les-choses-au-point-sur-le-COVID:6


Comment les « vakx1s » C0VlD-19 pourraient détruire la vie de millions de personnes

Extraits de l’ article dans Réseau International

par Dr Joseph Mercola.

En avril 2020, j’ai interviewé Judy Mikovits, médecin, sur le rôle potentiel que joue dans le Covid-19 les gamma-rétrovirus humains. Judy Mikovits est biologiste moléculaire1 et chercheuse, et a été la directrice de recherche fondatrice du Whittemore Peterson Institute au Nevada.

Son livre, « Plague of Corruption » [« Le fléau de la corruption », non traduit en français, et (préfacé par Robert Jr. F. Kennedy – NdT], a fini par être en 2020 un best-seller dans les listes du New York Times, de USA Today et du Wall Street Journal. Son nouveau livre, « Ending Plague : A Scholar’s Obligation in an Age of Corruption » [« Mettre fin au fléau – Le devoir d’un universitaire à l’ère de la corruption », non traduit en français – NdT], sera, espérons-le, un grand succès aussi. Il est disponible en précommande sur Amazon.

Elle est peut-être à l’heure actuelle l’une des chercheuses les plus censurées de la planète, notamment en raison de sa large participation au documentaire Plandemic, qui a largement été diffusé (plandemicseries.com) [voir notre article avec la vidéo sous-titrée en anglais archivée par nos soins, et celui incluant « Plandemic II – Indoctornation », avec la vidéo sous-titrée en français – NdT].

Les « vakx1s » Covid-19 ne sont pas des vakx1s

Le « vakx1s » Covid-19 n’est pas vraiment un vakx1s au sens médical du terme. Il n’améliore pas votre réponse immunitaire à l’infection, ni ne vous empêche de contracter l’infection. Il s’agit en fait d’une thérapie génique expérimentale qui pourrait tuer prématurément une grande partie de la population et entraîner une augmentation exponentielle du nombre d’invalidités. Judy Mikovits déclare ce qui suit :

« Je suis juste hors de moi, en colère contre cette « thérapie » génique synthétique, ce poison chimique, et ce qu’ils font dans le monde entier. Nous voyons déjà des décès dus à cette injection. C’est illégal. Cela ne devrait pas être fait. Il faut y mettre fin tout de suite. Elle n’aurait jamais dû être autorisée, et pourtant nous voyons qu’elle est imposée aux populations les plus à risque ».

En effet, les informations et les récits des médias sociaux suggèrent que les personnes qui ont reçu l’injection commencent à tomber comme des mouches. Beaucoup meurent de causes inconnues en quelques jours, parfois quelques heures après avoir reçu la première ou la deuxième injection.

Le problème de l’ARN synthétique

L’ARN messager (ARNm) utilisé dans de nombreux « vakx1s » Covid-19 n’est pas naturel. Ils sont synthétiques. Comme l’ARNm produit de manière naturelle se dégrade rapidement, des lipides ou des polymères doivent lui être ajoutés pour éviter que cette dégradation ne se produise. Les « vakx1s » Covid-19 utilisent des nanoparticules lipidiques PEGylées, et le PEG est connu pour provoquer l’anaphylaxie2. Les nanoparticules lipidiques peuvent également causer d’autres problèmes.

En 2017, Stat News a évoqué les difficultés rencontrées par Moderna pour mettre au point un médicament à base d’ARNm pour le syndrome de Crigler-Najjar, une maladie qui peut entraîner la jaunisse, la dégénérescence musculaire et des lésions cérébrales3 :

« Afin de protéger les molécules d’ARNm des défenses naturelles de l’organisme, les développeurs de médicaments doivent les envelopper dans une gaine protectrice. Pour Moderna, cela signifie intégrer sa thérapie Crigler-Najjar dans des nanoparticules faites de lipides.

Et pour ses chimistes, ces nanoparticules représentaient un défi de taille : dosez trop peu, et vous n’obtenez pas assez d’enzyme pour affecter la maladie ; dosez trop, et le médicament est trop toxique pour les patients.

Dès le début, les scientifiques de Moderna savaient que l’utilisation de l’ARNm pour stimuler la production de protéines serait une tâche difficile, ils ont donc parcouru la littérature médicale à la recherche de maladies qui pourraient être traitées avec seulement de petites quantités de protéines supplémentaires.

« Et cette liste de maladies est très, très courte », a déclaré l’ancien employé […] Crigler-Najjar constituait l’enjeu le moins complexe. Pourtant, Moderna n’a pas pu faire fonctionner sa thérapie […] Le dosage sans danger était trop faible, et des injections répétées d’une dose suffisamment forte pour être efficace ont eu des effets troublants sur le foie lors d’études sur des animaux ».

Ces groupes à haut risque devraient éviter le « vakx1s » Covid-19

Selon Judy Mikovits, des recherches montrent que depuis plus de trois décennies, 4 à 6% des Étasuniens ont déjà été infectés par des gamma-rétrovirus XMRV par le biais de vakx1s et de réserves de sang contaminés, ce qui favorise un certain nombre de maladies chroniques. Aujourd’hui, en déclenchant l’encéphalomyélite myalgique, ces thérapies géniques synthétiques (les « vakx1s » dits anti-Covid-19) vont aggraver encore davantage le problème des maladies chroniques.

Pire encore, l’ARNm synthétique contient également une enveloppe du VIH, ce qui peut provoquer un dérèglement du système immunitaire. Judy Mikovits déclare que « C’est un cauchemar. Je suis en colère, car cela ne devrait jamais être permis ».

Comme nous l’avons mentionné lors de précédentes interviews, le Sras-CoV-2 a été mis au point en laboratoire avec une recherche de gain de fonction qui comprenait l’introduction de l’enveloppe du VIH dans la protéine Spike.

« Oui, absolument. Il s’agit de l’une de nos hypothèses. Mais aussi, toute personne souffrant d’une maladie inflammatoire comme l’arthrite rhumatoïde, la maladie de Parkinson, la maladie chronique de Lyme, ou encore quiconque présente une déficience immunitaire acquise due à des agents pathogènes et à des toxines environnementales.

Ceci ne sont que de courts extraits de l’article complet à lire sur Réseau International

Grand Reset : « On assiste à un transfert de richesses qui est voulu par ceux qui nous dirigent »

Philippe Herlin est Docteur en économie du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), spécialiste des cryptomonnaies et essayiste.
Intrigué par le livre « Covid-19 : The Great Reset » coécrit par Klaus Schwab – le fondateur du Forum de Davos – et Thierry Malleret – un consultant et ancien collaborateur de Michel Rocard – paru l’été dernier, Philippe Herlin a décidé de décortiquer cet ouvrage.
Une lecture qui lui a inspiré un commentaire de quelques pages dans lequel M. Herlin s’efforce de décrypter l’idéologie portée par K. Schwab et T. Malleret.
Selon l’économiste, les auteurs du Great Reset entendent notamment profiter des bouleversements induits par la crise sanitaire pour promouvoir un projet « étatiste et socialiste » qui s’appuie sur la surveillance généralisée des populations, l’économie verte et le capitalisme de connivence.
Quels sont les véritables enjeux du Grand Reset ?
Quelle est l’attitude de nos dirigeants vis-à-vis du projet porté par Klaus Schwab et Thierry Malleret ?

Nous sommes dans une crise d’émergence spirituelle

Lors de sa participation à l’émission hebdomadaire de l’Info en questions (à partir de la 11ème minute sur une durée de ±1h), Mika Denissot a fait une intervention très brillante, nous remettant en face de notre vraie responsabilité, celle de notre âme. Il nous amène à prendre conscience des conditionnements qui nous modèlent depuis des dizaines d’années et qui arrivent maintenant à révéler leur vraie nature. Il nous invite à prendre conscience que nous vivons une période d’émergence spirituelle et nous donne une piste de comportement individuel face aux manipulations du grand reset.

Article publié dans Le Lancet par des membres du comité scientifique français plaidant pour une révision des stratégies sanitaires

Les lignes sont peut-être en train de bouger (sans que ce ne soit encore tout-à-fait satisfaisant) !
Voici la traduction (informatique) de l’article publié dans Le Lancet par Laetitia Atlani-Duault, Bruno Lina, Franck Chauvin, Jean-François Delfraissy, Denis Malvy, membres du comité scientifique conseillant le gouvernement français!

Les avantages collectifs de l’immunité de groupe sont devenus semblables à un mantra dans les stratégies de vaccination de masse, répété par les gouvernements et les chercheurs. Toutefois, la place prépondérante de l’immunité collective, présentée comme une solution à la pandémie, pourrait être sur le point de changer avec l’émergence de l’évasion immunitaire, un changement de jeu virologique aussi important que l’arrivée des variantes du CoV-2 du SRAS. La lutte contre l’évasion immunitaire nécessitera une réévaluation des stratégies de santé publique et la création d’un nouveau contrat social fondé sur des preuves.
Des études suggèrent que l’émergence et la propagation des variants du CoV-2 du SRAS sont corrélées à l’absence de protection immunitaire robuste après une première exposition à des virus antérieurs (de type sauvage), voire à un vaccin1, 2 . Cette évolution, associée à l’émergence de mutants d’évasion immunitaire, n’a pas seulement été observée avec le CoV-2 du SRAS, mais aussi avec d’autres virus3. L’arrivée rapide de variantes du CoV-2 du SRAS, telles que celles qui ont été identifiées pour la première fois en Afrique du Sud et au Brésil, suggère une « évasion immunitaire naturelle »2 . En outre, la dynamique de l’immunité collective naturelle ou vaccinale dans les régions où ces variants ont émergé pourrait avoir exercé une pression importante sur l’écosystème viral, facilitant l’émergence d’un variant à transmissibilité accrue.

En cas d’évasion immunitaire importante, les vaccins actuels sont susceptibles d’offrir encore certains avantages aux individus. Au niveau de la population, cependant, ils pourraient induire une sélection virale et une évasion, rendant la perspective d’obtenir une immunité collective de plus en plus éloignée.
Ce changement de jeu virologique a de nombreuses conséquences, non seulement pour les vaccins et les traitements, mais aussi pour les stratégies de prévention et de contrôle. La fin tant attendue de cette crise sanitaire mondiale pourrait être sans cesse repoussée, à mesure que de nouveaux variants apparaissent et que l’évasion immunitaire réduit l’efficacité de la vaccination à court et moyen terme.
Il est donc temps d’abandonner les approches fondées sur la peur, qui reposent sur un confinement généralisé, apparemment aléatoire, de type stop-start, comme principale réponse à la pandémie ; des approches qui attendent des citoyens qu’ils attendent patiemment que les unités de soins intensifs soient renforcées, qu’une vaccination complète soit réalisée et qu’une immunité collective soit atteinte.
Jusqu’à présent, les populations ont été relativement complaisantes, mais leurs doutes et leur méfiance sont visibles dans les mouvements de protestation dans plusieurs pays. L’impact de l’enfermement général sur des économies entières a été dévastateur, et le pire est encore à venir en termes de taux de chômage et de dette nationale.4, 5 Les conséquences sociales et sanitaires (y compris la santé mentale) sont également colossales, en particulier pour les jeunes générations, bien qu’elles soient peu exposées au risque de morbidité et de mortalité lié à l’infection par le SRAS-CoV-2.
Pour garantir au mieux le succès de la vaccination de masse – quel que soit l’impact escompté sur la transmission – et pour ralentir l’émergence de nouveaux variants, tout en évitant le confinement général, les gouvernements doivent intégrer et appliquer les mesures disponibles d’une manière beaucoup plus ciblée sur les différents groupes générationnels. Les différents groupes d’âge ne sont pas touchés de la même manière par le virus ; de mars à juin 2020, 96 % des décès supplémentaires liés à la COVID-19 en Europe sont survenus chez des patients âgés de plus de 70 ans6, 7 .
Il est essentiel que la nouvelle approche soit fondée sur un contrat social clair et transparent, ancré dans les données disponibles et appliqué avec précision à l’ensemble des générations visées. En vertu de ce contrat social, les jeunes générations pourraient accepter la contrainte de mesures de prévention (par exemple, masques, éloignement physique) à condition que les groupes plus âgés et plus vulnérables adoptent non seulement ces mesures, mais aussi des mesures plus spécifiques (par exemple, auto-isolement volontaire selon des critères de vulnérabilité) pour réduire leur risque d’infection. Les mesures visant à encourager l’adhésion des groupes vulnérables à des mesures spécifiques doivent être promues de manière cohérente et appliquées de manière équitable. La mise en œuvre d’une telle approche doit se faire de manière sensible et en conjonction avec le déploiement de la vaccination auprès des différentes cibles de la population, y compris toutes les générations de la société.
Il n’est plus possible d’utiliser le confinement général stop-start comme principale réponse à la pandémie de COVID-19. Bien qu’il soit attrayant pour de nombreux scientifiques et qu’il constitue une mesure par défaut pour les dirigeants politiques qui craignent d’être tenus pour légalement responsables de la lenteur ou de l’indécision des réponses nationales, son utilisation doit être revue, mais uniquement en dernier recours.
Nous, scientifiques qui travaillons contre COVID-19, devons avoir le courage de nous adresser à ceux qui sont au pouvoir, qui portent la responsabilité ultime des politiques choisies et de leurs conséquences. Si cette responsabilité est éludée ou retardée, le jour inévitable du jugement pourrait être terrible.
Nous sommes membres du Conseil scientifique français de COVID-19.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

References:

Voir dans l’article original

En complément voir aussi l’article de Réseau International:
https://reseauinternational.net/lechec-du-confinement-et-des-vaccins-reconnu-par-ceux-qui-les-ont-conseilles-le-pr-delfraissy-et-coll/

La dictature des tests

Cette vidéo très pédagogique revient sur ce qu’est réellement un test. On va voir qu’un test ne permet jamais d’avoir la certitude qu’une personne est saine ou malade. Un test est juste un indice qui fait partie de l’ensemble du diagnostic. Regarder uniquement le résultat d’un test RT-PCR ne permet pas de savoir si une personne est malade ou non, ni même de savoir si une personne est contagieuse ou non.
Sachant cela, on verra qu’il est impossible de se servir des résultats de tests RT-PCR pour savoir ce qu’il se passe dans le pays. Au mieux, ça donne une petite idée des tendances. Dans tous les cas, baser les décisions de mesures aussi radicales que le confinement là-dessus, c’est soit une incompréhension totale de ce chiffre, soit une excuse bidon. Les tests sont un élément pour mieux soigner individuellement les gens.
S’en servir de socle pour un politique générale, c’est stupide et dangereux.

Qui est responsable? Qui n’est pas responsable ?

Une très intéressante réflexion sur le partage des responsabilités (nous, le peuple responsable de l’épidémie, de nos pensées, …) et les non-responsabilités (des fabricants de vaccins, des gouvernants, les médias, les médecins, les forces de l’ordre, …)

C’est à nous de sortir de notre soumission !

Ceci est un podcast consacré à l’analyse de l’essentiel de l’ouvrage de La Boétie sur la « Servitude volontaire ». Ouvrage écrit à l’âge de 18 ans par La Boétie au XVIème siécle (mais tellement actuel!) et d’une telle profondeur qu’il faut l’écouter (ou le lire) encore et encore pour mesurer le chemin personnel et collectif qu’il nous faut encore parcourir pour pouvoir nous libérer vraiment.

Ingénierie sociale très bien analysée par un jeune

Quel plaisir de voir des jeunes avec un esprit critique, capable de faire des recherches et se poser les bonnes questions. Merci d’éveiller la nouvelle génération pendant que certains d’entre nous, plus vieux, tentons de réveiller ceux qui sont formatés depuis des décennies dans la matrice… Ensemble on y arrivera ! (Copie d’un commentaire à cette vidéo)

Covid : du mythe aux statistiques, les vérités cachées !

Article de Jean-Dominique Michel sur son propre blog

Je n’irai pas par quatre chemins : l’article que je m’apprête à partager avec vous est aussi remarquable qu’explosif ! Il figure au rang de ce que j’ai lu de plus perspicace, rigoureux et éclairant au cours de l’année écoulée.

A partir de sa maîtrise des statistiques ainsi que d’une éthique personnelle et scientifique évidentes, l’auteur extrait des données disponibles certains tenants et aboutissants fondamentaux et occultés de la « crise sanitaire » que nous vivons depuis une année. Et, cela étonnera sans doute peu les lectrices et lecteurs de ce blog, les conclusions de son analyse de haut vol atterrissent à des années-lumière du narratif officiel.

L’auteur est mathématicien et non pas médecin ou chercheur en santé publique. Dans notre mouchoir de poche suisse romand, Fabien Balli Frantz (lui aussi inscrit dans ce domaine d’expertise) a pareillement découvert à partir de sa maîtrise des statistiques des motifs fondamentaux de l’épidémie. Qu’il a fait connaître dans différents articles publiés dans Bon pour la tête, hélas aucunement repris par les médias « mainstream » dont la priorité obsessionnelle paraît être d’affoler la population à tout prix.

….

L’auteur a souhaité rester anonyme, choix que je respecte évidemment. Son article est bien sûr plus ardu que ce dont on a l’habitude, mais reste remarquablement agréable à lire. C’est un autre talent, lui aussi rare, que de savoir restituer clairement le fruit d’analyses complexes. Le résultat, ici,  est ô combien décoiffant. Et rappelle accessoirement l’importance fondamentale de faire bon usage des données et statistiques.
….

Lire la suite de l’article sur le blog de Jean-Dominique Michel

Fin de l’article:

Après avoir présenté les conclusions comparables de l’étude récente de Ioannidis et Battacharya, l’auteur conclut que :

«  (…) d’un point de vue purement épidémiologique, le confinement semble donc inutile. Mais d’un point de vue politique, il répond aux angoisses habituelles des pouvoirs inquiets. Les techniques efficaces pour contrôler les maladies infectieuses sont toutes fondées sur la séparation des personnes saines et des malades. Le but est de diluer le virus et non pas de le concentrer, ce que font les méthodes agrégatives que sont le confinement et le couvre-feu. Le confinement concentre spatialement les personnes dans leur domicile et le couvre-feu concentre temporellement l’activité dans des tranches horaires rigides. Dans les deux cas, ces démarches concentrent le virus en plaçant les populations dans des situations de promiscuité. Elles répondent à un désir de contrôle politique des populations en soumettant les activités individuelles à l’autorité de l’État ; mais elles n’ont ni a priori, ni a posteriori un quelconque rapport avec la médecine. »

Une analyse, donc, remarquable, et dont les conclusions doivent impérativement être reprises et discutées. Certes, l’auteur me l’a indiqué dans notre échange, il serait possible en reproduisant ses calculs de trouver des chiffres différents en raison des variations induites par les techniques d’interpolation et d’extrapolation des données, mais sans que cela ne change quoi que ce soit dans l’analyse qualitative.

De tels questionnements, avec des propositions d’interprétation divergentes, font et doivent naturellement faire partie du débat scientifique. Or ce qu’il y a de tragique à l’heure actuelle, c’est  d’une part que nous faisons bel et bien face à ce qu’il faut bien appeler une prostitution scientifique massive conduisant des chercheurs à produire des résultats à la demande, comme le diagnostic en a été posé de longue date par les éditeurs de revue scientifique eux-mêmes et comme nous en avons vu à nouveau d’innombrables exemples ; d’autre part qu’il y a actuellement une véritable suppression du débat scientifique, avec des autorités (comme le Conseil scientifique en France ou la Task Force en Suisse) qui édictent des dogmes fumeux et ne reposant sur aucune science solide, qui influencent pourtant mécaniquement les politiques et sont repris comme « vérité » absolue par des médias qui débunkeront ensuite de manière forcenée tout ce qui s’éloigne de cette doxa… J’ai eu l’occasion de le relever à de nombreuses reprises : si un pareil fonctionnement s’était maintenu au cours des siècles écoulés, nous en serions restés à la certitude que la Terre est plate !

La Task Force ose ainsi asséner que le confinement a sauvé des milliers de vies ou que la moitié des contaminations sont le fait de porteurs asymptomatiques sans que cela repose sur quoi que ce soit de sérieux, de solide ou de probant. Ce sont des croyances, à fortes connotations superstitieuses, mais qui constituent une imposture évidente dès lors qu’elles sont assénées comme constituant une réalité « scientifique ».

Ce qui nous ramène, sinon à la prostitution, en tout cas à une dérive très grave et aux conséquences désastreuses sur l’ensemble de la population dont il est essentiel qu’elles trouvent tôt ou tard une traduction pénale.

Pour l’instant c’est avec une joie profonde et une vigoureuse gratitude envers son auteur que je rends disponible sont article en fichier pdf, à télécharger ici.

J.D. Michel

En complément une petite vidéo sur le chiffres, plus simple et percutante:

https://odysee.com/@Eveilinfo:b/Les-chiffres-réels

Le C0VlD n’existe pas: la preuve

« Stanford, Cornell et cinq autres laboratoires universitaires californiens « ont trouvé le C19 imaginaire, fictif, pas un virus et poursuivent le CDC pour fraude concernant le Covid », Rob Oswald, docteur en virologie et immunologie de l’université de Cornell :

« Ce à quoi nous avons affaire est donc juste une autre souche de grippe comme chaque année, le C19 n’existe pas et est fictif. Je crois que la Chine et les mondialistes ont orchestré ce canular de COVID (la grippe déguisée en nouveau virus) pour instaurer une tyrannie mondiale et un État de surveillance totalitaire de la police mondiale, et ce complot incluait une fraude électorale massive ».

« J’ai un doctorat en virologie et immunologie. Je suis un scientifique de laboratoire clinique et j’ai testé 1500 échantillons de C19 « supposés » positifs collectés ici en Californie du Sud. Lorsque mon équipe de laboratoire et moi-même avons effectué les tests selon les postulats de Koch et l’observation au MEB (microscope électronique à balayage), nous n’avons trouvé AUCUN Covid dans ces 1500 échantillons. Ce que nous avons constaté, c’est que les 1500 échantillons étaient pour la plupart des cas de grippe A et certains des cas de grippe B, mais pas un seul cas de Covid, et nous n’avons pas utilisé le test PCR B.S. »

« Nous avons ensuite envoyé le reste des échantillons à Stanford, Cornell et à quelques laboratoires de l’Université de Californie et ils ont trouvé les mêmes résultats que nous, PAS DE COVID. Ils ont trouvé la grippe A et B. Nous avons alors tous parlé au CDC et demandé des échantillons viables de COVID, que le CDC a dit ne pas pouvoir fournir car il n’avait pas d’échantillons ».

« Nous sommes maintenant parvenus à la ferme conclusion, grâce à toutes nos recherches et à notre travail en laboratoire, que le C19 était imaginaire et fictif. La grippe s’appelait Covid et la plupart des 225 000 personnes décédées l’ont été à la suite de comorbidités telles que des maladies cardiaques, le cancer, le diabète, l’emphysème, etc. Je n’ai pas encore trouvé un seul échantillon viable de C19 avec lequel travailler ».

« Nous, les sept universités qui avons effectué les tests de laboratoire sur ces 1500 échantillons, poursuivons maintenant le CDC pour fraude au C19. Le CDC ne nous a toujours pas envoyé un seul échantillon viable, isolé et purifié de C19. S’ils ne peuvent ou ne veulent pas nous envoyer un échantillon viable, je dis qu’il n’y a pas de C19, il est fictif. Les quatre documents de recherche qui décrivent les extraits génomiques du virus C19 n’ont jamais réussi à isoler et à purifier les échantillons. Les quatre articles écrits sur le C19 ne décrivent que de petits morceaux d’ARN qui ne faisaient que 37 à 40 paires de bases, ce qui n’est PAS UN VIRUS. Un génome viral est généralement constitué de 30 000 à 40 000 paires de bases ».

« Avec un taux d’infection aussi élevé que celui du Covid, comment se fait-il que personne, dans aucun laboratoire du monde, n’ait jamais isolé et purifié ce virus dans son intégralité ? C’est parce qu’ils n’ont jamais vraiment trouvé le virus, tout ce qu’ils ont trouvé, ce sont des petits morceaux d’ARN qui n’ont jamais été identifiés comme le virus de toute façon ».

En complément vidéo du Dr Kaufman (en anglais) expliquant les protocoles de Koch et Rivers pour prouver l’existence de virus pathogènes.

Autre complément: des scientifiques ne trouvent pas de virus dans 1500 échantillons considérés comme positifs. Cela est confirmé par d’autres collègues. De plus les organismes comme le CDC … avouent n’être pas en mesure de dispose d’échantillons isolés du virus !

Lien sur Bitchute: https://www.bitchute.com/video/9a2mmdnr3jB5/

Ce vakx1 est-il nécessaire, sécure et efficient? Fiche d’information par et pour médecins & et les patients intéressés

Traduction d’une fiche d’information complète émise par Preventie Vakxinatieschade

Avec le soutien de: Dr. Anne De Clerck, Dr. Bart Lambert, Dr. Dirk Bultinck, Dr. Eric Beeth, Dr. Gaëtane Beeckaert, Dr. Geert Verhelst, Dr. Hilde De Smet, Dr. Jean-Luc Vanderlinden, Dr. Johan Denis, Dr. Leo Van den Bossche, Dr. Pieter Lanoye, Dr. Steven Devos.
Remarquable :
De nombreux médecins (généralistes) flamands ne veulent pas d’un vakx1 Covid-19 pour eux-mêmes.
Différentes enquêtes parlent de 9 à 30 %1 2 3.
Quelles pourraient être leurs raisons ?


Voici quelques faits, le meilleur remède contre les fausses nouvelles. N’hésitez pas de vérifier vous-même les liens et les autres sources à la fin de cette fiche.

1. Le Covid-19 n’est en moyenne pas très mortel. La plupart des personnes infectées ne présentent aucun symptôme4. Même les personnes au-dessus de 85 ans survivent à l’infection dans plus de 90 % des cas5. Les personnes de moins de 70 ans ont un taux de survie de 99,95 %. En effet, le taux de mortalité par infection est de 0,23% dans l’ensemble et de 0,05% pour les personnes de moins de 70 ans.6

2. Pour réduire le risque de corona (sévère), un système immunitaire robuste est de la plus haute importance. Tout le monde, et en particulier les patients vulnérables (les personnes âgées et les personnes souffrant de troubles sous-jacents), peut soutenir son système immunitaire en adoptant un mode de vie sain : repos, exercice, contacts sociaux, alimentation saine, peu de stress ou d’anxiété7 8 … Des études récentes confirment que la supplémentation en vitamine D peut faire une énorme différence dans le risque d’être atteint de corona et les complications corona et de mortalité : « Nous observons une corrélation très significative entre la prévalence de la carence en vitamine D et l’incidence de Covid-19 »9 10 11 12 13. Les vitamines A et C, le zinc14 15 16 et le sélénium sont également essentiels pour une bonne immunité.17 18

3. En cas de diagnostic de Covid-19, un médecin généraliste peut – contrairement à la croyance populaire – faire beaucoup pour éviter une hospitalisation. L’équipe de Docs4OpenDebate, soutenue par quelques 700 médecins, en donne un aperçu19 , tout comme notre site web20. L’hydroxychloroquine (HCQ) est simplement disponible en pharmacie et peut être utilisée (malgré une couverture médiatique négative) avec grand succès dans les premiers stades de la maladie, comme le prouvent et l’expliquent en détail de nombreuses études (posologie et combinaison avec le zinc et l’azithromycine)21 22 23 24. Il en va de même pour l’Ivermectine25. En mars, la virologiste Anne-Mieke Vandamme (KU Leuven) a même recommandé de fortes doses de vitamine C pour vaincre la maladie26. À l’hôpital, l’administration d’une très forte dose de vitamine D réduit le risque d’admission en soins intensifs de 96 %.27

4. Peu connu mais très important : une grande partie de la population possède déjà une immunité naturelle contre le Covid-19. Ceci est dû au contact avec le Sars-CoV-2 (le virus qui déclenche le Covid-19), ou avec un autre type de coronavirus des dernières années (beaucoup de rhumes sont causés par des coronavirus28, ainsi que par la maladie du SARS de 2003) : c’est ce qu’on appelle « l’immunité croisée ». Cette protection ne repose pas sur des anticorps mais sur l’immunité cellulaire (via les cellules à mémoire T), qui reconnaît les anciens agents infectieux même après de nombreuses années, contrairement aux anticorps qui ne durent que quelques années au plus (ou parfois quelques mois)29 30 31. 30 31. On estime que 70 à 85 % de la population est déjà protégée contre le SRAS-CoV-2 de cette manière32, soit bien plus que les 14 % qui auraient des anticorps33.Ceci fait de l’immunité de groupe un fait. Pour ce groupe la vakxination n’est donc plus nécessaire34.

5. Ceux qui reçoivent le vakx1 peuvent encore transmettre le virus. C’est ce que disent les fabricants35, les chercheurs36, les experts gouvernementaux37 et même notre Premier ministre38. C’est parce que le vakx1 ne protège pas les muqueuses des voies respiratoires, de sorte que la personne vakxinée peut continuer à propager le virus39La vakxination par « solidarité » (pour protéger les autres) n’a donc aucun sens.

6. Efficacité des vakx1 : le marketing de Pfizer qualifie son vakx1 « d’efficace à 95 % », mais ce chiffre est très trompeur : il ne fait référence qu’au nombre total de cas confirmés de Covid-19 et calcule la réduction du risque relatif. Le vakx1 aide-t-il vraiment à prévenir une atteinte du Covid-19 grave? Faites le calcul avec nous :

% = risque absolu ; ( ) = nombre de personnesvakx1Placébovakx1 avantage/désavantage
Risque de Covid-19 non grave0,04% (8)0,88% (162)0,84% moins de risque
Risque de Covid-19 grave0,006% (1)0,016% (3)0,01% moins de risque
Risque de réactions graves au vakx11,1% (240)0,6% (139)0,50% risque plus élevé

Selon ces données issues de l’étude du fabricant Pfizer lui-même40 41, leur vakx1 réduit de 0,01% le risque de Covid-19 grave. Il faudrait alors vakxiner environ 10 000 personnes pour prévenir un seul cas. Mais en réalité, ces chiffres sont trop faibles pour permettre de tirer des conclusions sensées (1 contre 3 cas). Ce qui est significatif, c’est que, sur la base des mêmes chiffres de Pfizer, on peut s’attendre à environ 50 effets secondaires graves du vakx1 sur 10 000 personnes vakxinées, soit environ 55 000 sur l’ensemble de la population belge. 55.000 sur l’ensemble de la population belge. La réalité est probablement encore moins rose, car l’étude est sous le feu des critiques sur de nombreux points :

  • Les sujets n’étaient pas représentatifs pour la population : les personnes en mauvaise santé (maladie chronique instable, déficience immunitaire) étaient exclues, ainsi que les personnes qui avaient déjà des anticorps ; le groupe d’étude comprenait également peu de personnes au-dessus des 75 ans.
  • Le nombre de cas de Covid-19 recensés ne tenait pas compte des 3 410 cas de Covid-19 « suspects mais non confirmés » : 1 594 dans le groupe de vakxination, 1 816 dans le groupe placébo. Si vous les incluez, l’efficacité s’avère encore beaucoup plus faible : une réduction du risque relatif d’à peine 29%, en principe trop faible pour une approbation42.
  • Alors que chez Moderna, le comité qui a dû établir les cas de Covid-19 était composé d’experts indépendants43 , il s’agissait, dans ce cas, d’employés de Pfizer elle-même44. Et ainsi de suite45 46.

7. Ce qui nous amène aux dégâts causés par la vakxination contre le Covid-19.

  • « Alerte en Norvège : 23 personnes meurent après avoir reçu le vakx1 Pfizer ». Les autorités sanitaires norvégiennes l’ont signalé le 15-1-2021. Ils ont averti que chez les personnes âgées et vulnérables, même des effets secondaires relativement légers peuvent être mortels.47 48 49 50.
  • Un document du CDC daté du 19-12-202051 mentionnait déjà 3 150 événements indésirables en cinq jours qui « empêchent le travail ou le fonctionnement normal, et nécessitent des soins médicaux » : sur 112 807 personnes, cela représente 2,79%. Le système de notification VAERS aux États-Unis a enregistré 40 433 « événements indésirables » à la suite de la vakxination Covid-1952 entre le 28 décembre et le 1er janvier, dont des cas graves53. Plusieurs décès ont déjà été signalés dans le monde entier.54 55 56 57 58 59.
  • Les réactions allergiques, y compris l’anaphylaxie (choc mettant la vie en danger), sont importantes : voir le document du CDC mentionné ci-dessus (six cas en cinq jours, soit beaucoup plus qu’avec les vakx1 classiques) et la brochure de l’EMA60.  Suspect est entre autres l’ingrédient PEG (polyéthylène glycol), utilisé ici pour la première fois dans des vakx1 mais déjà présent dans de nombreux médicaments et produits ménagers, ce qui a rendu certaines personnes hypersensibles61 62 63 64. Le CDC et l’EMA considèrent l’hypersensibilité au PEG ou à d’autres ingrédients comme une contre-indication à la vakxination contre le Covid-19.
  • Les effets secondaires à long terme sont de toute façon encore inconnus. En particulier, de nombreux problèmes auto-immuns et neurologiques surviennent souvent plus tard. C’est pourquoi l’approbation européenne de Pfizer et de Moderna est provisoire et les fabricants ont eu deux ans pour rendre compte plus en détail de la sécurité (la phase 3 de leurs essais cliniques est toujours en cours)65. Dans l’intervalle, ces fabricants ont déjà obtenu une exemption légale de responsabilité pour les « effets secondaires inattendus ».66
  • Qu’en est-il de la sécurité quant à la grossesse et l’allaitement ? Dans une pétition adressée à l’EMA, le Dr Wodarg, soutenu par l’ancien vice-président de Pfizer, le Dr Yeadon, a exprimé sa crainte que les anticorps aux protéines de pointe du Sars-CoV-2 puissent également attaquer la syncitine-1, nécessaire à la grossesse, et ainsi rendre les femmes vakxinées infertiles67. Le dépliant provisoire britannique (daté du 10-12-2020) mettait en garde : « Ne pas vakxiner si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. Évitez la grossesse pendant au moins deux mois après la vakxination ».68
  • Un risque établi de longue date avec les vakx1 contre les coronavirus69 est la « facilitation de l’infection par des anticorps » (ADE) : une personne vakxinée deviendra alors plus gravement malade en cas d’infection ultérieure par le virus que sans vakxination. Des vakx1 tels que celui contre le SRAS (SRAS-CoV-1) n’ont jamais été approuvés pour cette raison : chez les souris vaccinées, le contact ultérieur avec le coronavirus naturel a provoqué une tempête de cytokines et donc une « maladie pulmonaire immuno-pathologique »70. Des études récentes confirment explicitement : « Le risque d’ADE dans les vakx1 Covid-19- n’est pas théorique et convaincant. (…) Recevoir le vakx1 Covid-19 pourrait convertir un sujet atteint d’une maladie bénigne, en un sujet grièvement malade ».71 Quelles pourraient en être les conséquences en cas de vakxination de masse ?

8. Les vakx1 Covid-19 de Pfizer et Moderna utilisent la technologie de l’ARNm. Cela implique l’insertion du code génétique d’un morceau du virus. Qu’est-ce que cela signifie pour le génome humain (ADN) ? Des recherches récentes (décembre 2020) suggèrent que cet ARNm peut être incorporé dans notre propre ADN via la transcriptase inverse et l’intégrase72 73. Les porteurs du VIH, en particulier, y seraient sensibles. Il s’agit d’une prépublication (pas d’examen par les pairs) mais cette étude donne toutes les raisons d’appliquer le principe de précaution. Le généticien moléculaire Christian Vélot (Université de Paris) est d’accord :« Pourquoi choisir une technologie inconnue et imprévisible? »74 Il développe les risques de cette technique d’ARNm, ainsi que ceux de la variante d’ADN recombinante, utilisant un adénovirus comme vecteur viral, utilisée par Oxford/AstraZeneca. Lorsqu’elle est utilisée à des fins thérapeutiques, cette thérapie génique a déjà provoqué une leucémie chez les enfants traités (comme chez les animaux de laboratoire)75. Une autre question qui se pose est, si ces techniques génétiques ne constituent pas la recette idéale pour les maladies auto-immunes : une réponse immunitaire est déclenchée contre les protéines produites par la cellule elle-même, ce qui fait que le système immunitaire pourrait alors attaquer les cellules saines76. D’autres fabricants utilisent des techniques plus conventionnelles, comme GSK, dont le vakx1 est attendu plus tard dans l’année.
9. De plus en plus d’experts indépendants expriment leur grande inquiétude. Une sélection :

  • Professor Sucharit Bhakdi, microbiologue allemand: « [Ces vakx1] sont des expériments sur des humains. »78 79
  • Professor Dr. Luc Montagnier, Prix de Nobel médecine : « Nous savons trop peu sur ces vakx1 , nous sommes des cobayes. »80
  • L’infectiologue français Eric Caumes: « Je n’ai jamais vu autant d’effets secondaires »81.
  • Professor Dr. Theo Schetters, immunologue et développeur de vakx1 : « La vakxination contre la corona n’est pas nécessaire et une vakxination des masses et extrêmement irresponsable vu les effets secondaires et les conséquences inconnus. »82
  • 10. Certains groupes de patients nécessitent une prudence particulière :(1) Ceux qui ont fait l’expérience de Covid-19 ont déjà développé une immunité à long terme, à la fois par le biais d’anticorps comme par les cellules T et B-mémoire. Ces dernières protègent pendant de nombreuses années (voir point 4), même après que les anticorps aient disparu depuis longtemps : ceci est confirmé par une étude récente (Science, 6-1-202183). Ça n’aide pas, ça ne fait pas mal ? En effet, outre les éventuels effets secondaires du vakx1, les personnes qui ont déjà des anticorps courent un risque supplémentaire lorsqu’elles sont vakxinées, appelé « hyperimmunité », qui entraîne des complications supplémentaires84. Le dépistage préalable des anticorps (et même des cellules T, ce qui est moins courant) peut éviter des vakxination inutiles. (2) Si une personne est déjà infectée, mais ne présente pas (encore) de symptômes – c’est-à-dire qu’elle est en « phase d’incubation » – la vakxination constitue un risque supplémentaire85. En cas de suspicion d’infection, il est préférable d’éviter la vakxination. C’est pourquoi les centres de soins résidentiels attendent souvent attendre deux semaines après le dernier foyer de corona pour vakxiner.86 87(3) Les enfants, et ce pour trois raisons :1 – Les enfants ne souffrent presque jamais sévèrement de Covid-19 et ne sont pas de grands propagateurs88.2 – Le vakx1, comme mentionné ci-dessus, n’empêche pas la propagation du virus.3 – Les effets secondaires peuvent frapper les enfants de manière très forte (mêmes doses pour un poids du corps inférieur).
COMMENT ÉVALUER LA SÉCURITÉ DES VAKX1S ?
• Presque tous les vakx1 actuels (bien sûr pas les vakx1 à ARNm Covid-19) contiennent de l’aluminium comme adjuvant : il n’y a absolument aucun consensus sur son innocuité. De nombreuses recherches suggèrent même que des plaintes graves, de type SFC, peuvent être attribuées à cet aluminium vaccinal89 90. En outre, des analyses indépendantes montrent que les vakx1 contiennent de nombreuses autres impuretés : toutes sortes de substances toxiques en quantités parfois bien supérieures aux valeurs limites, y compris de l’ADN animal ou humain complet91.
• Aussi incroyable que cela puisse paraître, les essais de vakx1 impliquent rarement une comparaison avec un vrai placébo, comme cela est en principe exigé pour tous les agents pharmaceutiques92 93. Par exemple, un vakx1 différent (!) est alors utilisé dans le groupe de contrôle94. Dans certains essais du vakx1 Covid-19, un vaccin anti-méningococcique a été utilisé comme « placébo »95.
• Les fabricants passent plus d’une fois sous silence les rapports d’effets secondaires graves. GSK, par exemple, l’a fait en 2014 avec les décès inattendus qui ont suivi l’administration d’Infanrix Hexa96 97.
• Une question importante est l’impact des vakxinations sur l’état de santé général des individus. De plus en plus de recherches sont menées dans ce domaine : un plus grand nombre de vakx1 n’entraîne pas nécessairement une meilleure santé générale, parfois au contraire98 99 100. Plus le nombre de vakx1 administrés simultanément est élevé, plus le risque d’hospitalisation ou de décès est important101. La commission d’enquête parlementaire italienne sur les maladies et les décès des soldats en mission sont également arrivés à cette conclusion en 2018 : Il vaut mieux éviter les vakx1 combinés et prendre au sérieux la surveillance à long terme des effets secondaires102.
• De nombreuses recherches et informations sont faussées par des influences financières. L’OMS est en grande partie financée, directement ou indirectement, par le secteur pharmaceutique103 104 105. Des experts fréquemment cités, tels que le vakxinologue Pierre Van Damme, ont des liens financiers avec l’industrie pharmaceutique (voir le document de l’EMA106).
• Qu’est-ce qu’une information fiable et qu’est-ce qu’une fausse nouvelle ? Pour le déterminer, il faut au moins avoir accès à toutes les sources d’information. L’OMS semble penser différemment : elle demande aux médias (sociaux) de filtrer toute voix critique sur un aspect de la vakxination en tant que « fausse nouvelle »107. Les chercheurs qui souhaitent publier des résultats défavorables sur certains vakx1 se heurtent très probablement à une opposition et à des formes de censure (voir quelques exemples dans le numéro de juin 2020 de De Prikkrant.108

LIRE PLUS SUR CORONA & vakxination ? Vous trouverez les références et hyperliens, tout comme le contenu des notes de fin de page ci-dessous ou dans la version électronique de cette fiche d’information : www.vaccinatieschade.be/content/corona-fact-sheet.
v.u. Preventie Vaccinatieschade vzw (Dr. Kris Gaublomme), Oude Baan 373, 3630 Maasmechelen

Enfin un documentaire belge sur la gestion médiatique et politique de la crise.

« Comment les médias racontent le Covid ».
Un film de Bernard Crutzen sur le traitement médiatique de la crise par les médias belges francophones. Ce qu’ils disent, comment ils le disent, et ce qu’ils taisent. Avec une attention particulière à la notion de « complot ».

Partagez largement, pour faire bouger les lignes !
Commentaire de Yves Rasir (Bio Santé)

Vous n’avez pas oublié ?  Il y a quelques mois, je vous ai invités à participer au financement du documentaire  « CECI N’EST PAS UN COMPLOT », du  réalisateur belge Bernard Crutzen. Vous avez réagi de manière fantastique car beaucoup d’entre vous figurent parmi les 1488 contributeurs qui ont permis que ce projet se concrétise.  Non seulement le budget minimal a été rapidement bouclé mais les moyens ont été suffisants pour rémunérer (modestement) l’équipe de tournage et de montage !

Le film vient d’être achevé et je peux vous annoncer une très bonne nouvelle :  les télés mainstream n’ont manifesté aucun intérêt pour le diffuser et la seule chaîne qui était prête à le faire exigeait que certains passages soient supprimés, ce que le cinéaste a courageusement refusé. Il a dès lors décidé de « balancer » son œuvre sur le net en accès LIBRE et GRATUIT. C’est un  joli pied de nez au système médiatique et un beau cadeau pour le public qui verra ainsi le film  tel que son auteur l’a voulu et conçu.

Comme je vous l’avais précisé en son temps, ce documentaire n’est pas une version belge de « HOLD-UP » ou de « PLANDEMICS ».  Il n’examine pas les causes  de l’épidémie et n’aborde pas la controverse médicale sur ses origines et sa réalité. Le film nous raconte seulement la manière dont les médias de Belgique ont raconté le covid. Mais c’est déjà énorme car ce travail de 9 mois dévoile justement que la narration  de la crise sanitaire s’est distanciée  de la vérité par un alarmisme débridé, une surenchère sensationnaliste et une occultation systématique des discours rassurants. Dans son film, Bernard Crutzen évoque aussi la manipulation des chiffres, les conflits d’intérêt des experts médiatisés, leurs incohérences et contradictions, tout en donnant des exemples précis de mensonge et d’exagération.  Pour l’avoir visionné il y a 15 jours lors d’une avant-première réservée aux plus gros contributeurs, je peux vous assurer que ce docu va déranger et secouer le cocotier !

Mais laissons la parole au réalisateur :

« J’ai consacré de longues journées et de nombreuses insomnies à chercher le pourquoi d’une communication anxiogène opérée par les autorités et reprises par les médias. Et si c’était l’inverse ? Dès le départ, j’ai confronté mes intuitions à une enquête compliquée, menant parfois à des impasses, parfois à des révélations. Je me suis nourri des textes et vidéos de nombreux journalistes indépendants, bloggeurs ou youtubeurs, parfois taxés de complotistes, qui ont effectué un travail remarquable et abondamment sourcé. À travers ce film, je voudrais donner la parole à celles et ceux qu’on n’entend pas, ou plus. Ouvrir le débat sur les plateaux et dans les rédactions. Interpeller les juristes sur les entorses à l’état de droit. Réveiller nos élus pour remettre de la démocratie là où je ne constate plus qu’autoritarisme, menaces, chantage. J’aimerais aussi partager cette inquiétude, trop lourde à porter seul : le coronavirus ne serait qu’un écran de fumée qui masque une crise beaucoup plus systémique, à laquelle les gouvernements nous préparent sous couvert de crise sanitaire. »

C’est en effet sur un soupçon de machination que se termine « Ceci n’est pas un complot ».  Et c’est dans doute pourquoi le film sera taxé de « complotiste » et vivement critiqué dès sa sortie officielle ce lundi 8 février.  Les médias subsidiés vont probablement se déchaîner contre le documentaire et tenter d’en discréditer l’auteur. Il n’est donc pas certain que son travail demeure accessible longtemps sur internet, vu que les géants du web censurent tout ce qui déplaît aux gouvernements et à la presse soumise.  Je vous conseille donc de le visionner sans tarder en cliquant sur l’affiche-ci-dessous.  Vous faites partie des privilégiés qui ont 2 jours pour regarder le film à leur aise avant que la meute des menteurs et des manipulateurs puisse faire intervenir les censeurs.

  Bonne vision et encore merci à tous ceux qui ont financièrement contribué au projet, ils ne seront pas oubliés !

Yves RASIR

En complément, l’interview du réalisateur Bernard Crutzen par BAM: