Une réflexion interpellante de Slobodan Despot

LE BRUIT DU TEMPS par Slobodan Despot

Extrait du n° 250 du magazine Antipresse.

LES YEUX GRANDS FERMÉS

A quoi bon fouiller le dessous des cartes quand leur face visible vous dit déjà tout? Ou comment notre esprit se laisse séduire par des récits qui prétendent donner un sens au chaos ambiant. Et comment s’arracher à cette séduction…

Le soir du dimanche 6 septembre, une correspondante m’envoyait un lien vers un site d’apparence administrative, accompagné d’un simple mot: «énorme!». Intrigué, je l’ai ouvert. Le site WITS (World Integrated Trade Solution) appartient à la Banque mondiale. Il répertorie les transactions à l’export et à l’import des Etats. Mon lien renvoyait à la statistique d’export-import de la France concernant un produit répertorié par le code 902780 et libellé «Instruments et appareils de test et diagnostic COVID-19».

Enoooorme!… ou pas?

Un résumé d’en-tête précisait que les exportations françaises de ces équipements totalisaient un montant de 411.410 dollars, et étaient principalement dirigées vers l’Allemagne. Le problème était que ces transactions dataient de 2018! On pouvait même trouver des chiffres pour 2017.

En attendant de comprendre, j’ai mis de côté une copie d’écran, et informé quelques contacts à la tête froide. L’un de ces contacts a également effectué une sauvegarde sur Wayback Machine, l’archive des sites internet.

«La pandémie du coronavirus a été anticipée, et même planifiée sous le nom de COVID-19 par la majorité des gouvernements du monde. Et ce, depuis au moins trois ans!» Telle était la conclusion immédiate qu’on pouvait tirer à la lecture de ces listes. Car la désignation COVID-19 affectait bien d’autres pays et d’autres produits.

Cette impression d’être tombé sur une «preuve capitale» était encore renforcée par le fait que, dans la soirée même, vers 23h, les administrateurs du site avaient complètement reformulé la désignation de ces matériels pour éliminer l’étiquette COVID. J’ai vu cette modification s’effectuer pratiquement sous mes yeux, et l’on m’a même transmis la vidéo d’un écran filmé où l’opération se faisait magiquement en temps réel, par simple rafraîchissement du navigateur.

Et soudain, plus de «matériel de test COVID-19»! Une note d’en-tête stipule sobrement, en anglais, que «Les données ici affichées répertorient les dispositifs médicaux existants qui sont désormais classés par l’Organisation mondiale des douanes comme essentiels pour lutter contre la COVID-19» et renvoyait sur la nomenclature correspondante de ladite organisation.

Inutile de préciser que la rectification n’a pas refroidi les esprits suspicieux qui se multiplient par ces temps d’absurdité. Le seul moyen d’en avoir le cœur net eût été de retrouver quelque part sur l’internet une archive de ce site remontant à une date antérieure à 2020. Il n’y en avait pas (ou du moins je n’en ai pas trouvé). Le doute profite à la paranoïa et le très technique site WITS était soudain devenu mondialement célèbre.

J’ai soumis cette curieuse «révélation» à un examen rationnel. Que pouvait signifier un tel «aveu». J’ai abouti à trois hypothèses possibles.

a) Le complot

L’appellation COVID-19 est antérieure à l’apparition de l’infection et les gouvernements se sont coordonnés pour mettre en place une dictature mondiale en utilisant comme alibi une pandémie planifiée.

b) La reclassification

Dans le cadre d’une coordination internationale pour la lutte contre la pandémie, la BM a appliqué l’étiquette «COVID-19» a posteriori à des matériels pouvant être utilisés à cet effet, mais qui avaient été vendus ou achetés en 2017–2018.

c) L’appât

Le site a été délibérément piégé pour susciter une rumeur complotiste 1 qu’il serait aisé par la suite de démentir — compromettant au passage ses propagateurs. Le procédé est assez routinier en matière de propagande et dans les opérations de manipulation des masses.

Réfléchissons un instant

L’option c (appât) nous plonge dans la littérature d’espionnage, mais n’est pas entièrement insensée. Il est possible de lancer des «marqueurs» dans le magma des réseaux sociaux — comme on colore un cours d’eau souterrain pour voir où il va émerger — et aider ainsi les algorithmes d’intelligence artificielle à comprendre la rhétorique et les ramifications de la «complosphère» pour mieux la contôler. On peut étudier, dans un domaine parallèle, l’encadrement scientifique du phénomène Greta Thunberg (voir Arnaud Dotézac: «Le test Greta», Antipresse 201 | 06/10/2019).

L’option b (reclassement) apparaissait comme la plus crédible, parce que la plus triviale. La Banque mondiale a confirmé à l’agence AP que les produits étaient disponibles avant le COVID-19 pour d’autres utilisations, mais ont récemment été désignés pour soutenir les efforts liés au COVID-19. Mais la trivialité n’est pas une garantie. En tout cas, cette justification n’a pas mis un frein à la rumeur. On peut d’ailleurs s’interroger sur cette mise à jour précipitée de dimanche soir, mais aussi sur l’immense bourde, ou provocation, qu’il y avait à associer sans explication le mot-clef «COVID-19» avec des opérations vieilles de deux ou trois ans.

Reste l’option du complot. Malgré son absurdité fondamentale (comment aurait-on imposé une telle conjuration du secret à des gouvernements qui se font par ailleurs la guerre?), elle avait quelque chose de séduisant. Elle permettait d’expliquer des phénomènes inexplicables que nous avons observés depuis le déclenchement de l’alerte:

  • le comportement à la fois erratique et contradictoire — mais toujours péremptoir — des autorités;
  • le court-circuitage des plans «pandémie» existants (comme en Suisse);
  • une communication insistant lourdement sur la manipulation de la peur;
  • la mise en quarantaine de populations sans symptômes;
  • la désactivation des médecins de ville et l’entrave mise à leur mission première (aider leurs patients);
  • l’oubli de la prophylaxie traditionnelle des grippes et maladies respiratoires (conseils d’hygiène, grand air, vitamines, etc.);
  • la primauté de l’OMS sur les instances nationales malgré ses compromissions et ses erreurs graves;
  • l’insistance sur la vaccination systématique des populations (sans même qu’on ait un vaccin);
  • la guerre faite à la seule thérapie disponible et à son promoteur le Dr Raoult;
  • le règne des «conseils scientifiques» bardés de modélisations numériques mais sans contact avec les patients;
  • l’hypothèse d’un virus fabriqué (selon le professeur Montagnier);
  • le traitement monstrueux des personnes âgées dans les maisons de retraite, premières victimes du virus allié à l’inhumanité ambiante (comment, avec le peu d’immunité qu’il leur reste après de tels «soins», les survivants du printemps 2020 passeront-ils l’hiver qui vient?);
  • les prophéties arbitraires liées à une deuxième vague ou à la durée de la crise, astrologiquement fixée à un horizon de deux ans,
  • l’absence de discussion critique et publique sur les mesures prises et leur opportunité, etc.

Bref, comment rationaliser ce scénario loufoque, donnant l’impression que nous n’avons plus affaire à des personnes responsables chacune dans son domaine, mais à des automates répercutant un programme écrit d’avance et totalement inaccessible aux démentis de la réalité? L’hypothèse du complot avait, à la rigueur, quelque chose de rassurant: elle nous laissait croire que les dirigeants étaient certes malveillants, mais capables. Capables, par exemple, de planifier un coup d’Etat à l’échelle mondiale sur plusieurs années sans vendre la mèche — et d’affronter du même coup le jugement de l’histoire.

S’il n’y a aucun complot, que nous reste-t-il? La perspective d’une classe dirigeante totalement inapte au service, corrompue matériellement et plus encore mentalement car terrorisée par le «risque zéro» — autre nom du rejet de la responsabilité et du refus de gouverner -, dénuée de tout courage et de toute inventivité, uniquement soucieuse de se couvrir le derrière en faisant comme tout le monde. Et ce, quel qu’en soit le prix pour la communauté dont elle a la charge.2

A quoi ai-je donc perdu mon temps? ai-je fini par me dire. Si cette soirée de vaine investigation m’a servi à quelque chose, ce fut avant tout à traquer les biais et les attentes secrètes de mon propre cerveau, qui avait cédé ne fût-ce que pour quelques minutes à une explication unifiée des événements, qui rassure et qui met de l’ordre dans le chaos. Mais ce fut aussi l’occasion d’une méditation de plus sur le statut de la vérité dans le monde. Si d’aventure j’avais trouvé la preuve irréfutable d’une conjuration «covid» impliquant presque tous les Etats, qu’est-ce que cela aurait changé? Fallait-il la publier?

Le baptême de vérité

Nous sommes dans une société gouvernée par le virtuel, les perceptions de la réalité, non par la réalité elle-même.3 La réalité est dure, mais les perceptions sont malléables, pour peu qu’on s’en donne le pouvoir et la masse critique. Comme le montre Jacques Baud (voir le compte rendu de son livre dans ce même numéro), les Etats et leurs médias affiliés gouvernent donc massivement au moyen des fake news, donc d’une réalité de substitution. Néanmoins, cela veut dire en creux que la vérité des faits existe. Mais la traque des complots — c’est-à-dire des structures cachées — nous distrait de la compréhension des structures évidentes. Le régime d’exception actuellement imposé viole suffisamment de constitutions, de lois et coutumes, de constantes anthropologiques et de droits humains pour qu’on perde son temps à enquêter sur ses mobiles et tireurs de ficelles «cachés». Pendant ce temps, les responsables visibles ne sont pas inquiétés.

En quoi, observeront les stratèges, le complotisme est un allié du pouvoir au même titre que le terrorisme. A ce sujet, le bref et troublant essai de Michel Bounan sur La logique du terrorisme (éd. Allia) remet bien des pendules à l’heure. Clamer les vérités interdites avant l’heure et en position de minorité extrême ne fait que renforcer le mensonge en place en lui offrant des «adversaires» pittoresques et solitaires à combattre.4

Les chercheurs qui tiennent à leur carrière évitent, simplement, de toucher aux sujets minés. On ne peut entièrement leur donner tort. Le fait de contester les mensonges admis, fussent-ils grossiers, vous met au ban de la société – et, du même coup, cela prive cette même société de toute votre contribution intellectuelle, artistique et simplement humaine qui pourrait par ailleurs lui être précieuse. Les contestataires, les éternels dissidents sont en règle générale des personnes de caractère, indépendantes et curieuses qui enrichissent objectivement le monde. Mais par leurs prises de position, ils s’en excluent souvent eux-mêmes. Entre vérité et vie sociale, où se situe la mesure?

Le monde où nous vivons ressemble au film occulte de Kubrick, Eyes Wide Shut. Nous devons louvoyer entre des abîmes en nous persuadant que ce sont nos nouveaux trottoirs, adopter l’absurde comme la nouvelle normalité. Les masques imposés qui n’arrêtent aucun virus n’ont pas une fonction sanitaire, mais une fonction rituelle. Nous participons à un rite thanatolâtre auquel nous a conduit la dégradation progressive de nos raisons de vivre. Le grand historien russe Lev Goumilev reliait d’ailleurs la naissance et la fortune des civilisations au degré d’engagement passionnel de ceux qui la construisaient. Lorsque la passionarité s’étiole et que l’égoïsme prend le dessus, toute une civilisation se pétrifie en rites dépourvus de contenu, développe ses poisons internes (antisystèmes) et se dessèche comme une plante sans eau.

Une certaine fraction de nos contemporains contemplent ce rite de l’extérieur. Certains essaient de lui trouver des mobiles humains ou supra-humains et de les dénoncer. D’autres se contentent d’observer. Chacun assume son baptême de vérité comme il l’entend et comme il le peut. Ils ont pour point commun de ne pas vouloir vivre les yeux grands fermés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s