L’empire de la haute finance avale les institutions supranationales et s’installe. Au nom du climat

par Liliane Held-Khawam.

Quand les PDG de BlackRock, de la Citi, de la Bank of America, de Banco Santander, de HSBC, du London Stock Exchange Group, Singapore Exchange, et du Fonds David Rockefeller se réunissent en 2021, ils s’entendent sur la nouvelle structure de Planète Finance post-Covid. Et idéalement, ils fusionnent avec les institutions supragouvernementales qu’ils ont manipulées à l’envi depuis les Accords de Bretton Woods.

Les banquiers centraux se sont joints à la fête de la City-Wall Street !

Et les banquiers centraux profitant de la méconnaissance du grand public de leurs tours de passe-passe, ont servi de courroie de transmission des liquidités locales vers ces ultra-puissants qui sont finalement leurs futurs patrons. Je vous remets des graphiques incroyablement scandaleux qui n’émeuvent pas grand monde qui montrent comment elles ont récupéré les réserves des banques sous prétexte de sécurité. En clair, on a forcé les banques à se doter de montagnes de liquidités et de titres de très haute qualité, puis à les déposer auprès de la banque centrale.

Regardez comment les banques centrales influencent les capitalisations boursières et l’enrichissement démesuré d’une poignée d’élus

Forte d’immenses volumes à la fois de liquidités et d’actifs financiers, Planète Finance se dote d’une gouvernance financière mondiale ultra-puissante.

Une idéologie fasciste décrite par Mussolini

• lilianeheldkhawam.com/2020/12/04/leurope-entre-dans-une-ere-fasciste-et-dit-adieu-aux-libertes-individuelles-france

La gouvernance mondiale du Nouveau Modèle est centrée sur la finance

Ces individus cités ci-dessus, leurs associés et alliés forment LA gouvernance mondiale. Le pouvoir politique de gouvernants est « has been » dans la mesure où les États, les territoires, les compagnies, les individus ont perdu le contrôle de leurs outils de production, de leurs richesses, de leurs ressources naturelles, etc. Regardez ce qu’écrivait en 1970 Zbigniew Brzezinski :

« BETWEEN TWO AGES, America’s Role in the Technetronic Era », Zbigniew Brzezinski, 1970

La 1WorldCompany, l’aboutissement d’une guerre livrée aux États publics et aux citoyens

Cette idéologie qui met la finance au centre de la vie publique est en train de finir de faire la guerre aux États, aux marchés ouverts, aux citoyens. Et cette idéologie d’essence nazie a mis à terre la démocratie et avec elle le principe de la dignité humaine.

Vous n’avez plus rien et ils ont tout.

La Dépossession est à un tel stade qu’il est à craindre même pour la suffisance alimentaire décente, autre que des asticots et autres ignominies vantées par les suppôts du système baalien.

• lilianeheldkhawam.com/2020/11/04/bill-gates-a-un-projet-alimentaire-sain-pour-vous-a-base-dexcrements-humains-lexemple-de-swiss-food-valley

Bref, l’élite financière anglo-saxonne n’a plus besoin de se cacher derrière le tigre américain pour conquérir le monde. Elle est en train de le laisser tomber pour assumer enfin aux yeux de tous son immense puissance qui a été installée grâce à la techno-usure portée à son paroxysme.

Un grand merci aux banques centrales sans lesquelles ceci n’aurait jamais pu avoir lieu.

LHK

*

L’Alliance des banquiers soutenue par l’ONU annonce un plan « vert » pour transformer le système financier mondial

par Whitney Webb.

Les intérêts financiers privés les plus puissants du monde, sous le couvert de la COP26, ont élaboré un plan visant à transformer le système financier mondial en fusionnant avec des institutions comme la Banque mondiale et en les utilisant pour éroder davantage la souveraineté nationale dans les pays en développement.

Mercredi, une alliance d’institutions bancaires et financières privées « dirigée par l’industrie et convoquée par l’ONU » a annoncé, lors de la conférence COP26, son intention de remanier le rôle des institutions financières mondiales et régionales, notamment la Banque mondiale et le FMI, dans le cadre d’un plan plus large visant à « transformer » le système financier mondial. Selon les membres de l’alliance, l’objectif officiellement déclaré de cette proposition de refonte est de promouvoir la transition vers une économie « zéro net ». Cependant, la « réimagination » des institutions financières internationales (IFI) proposée par le groupe, selon le « rapport d’avancement » récemment publié, viserait également à fusionner ces institutions avec les intérêts bancaires privés qui composent l’alliance ; à créer un nouveau système de « gouvernance financière mondiale » ; et à éroder la souveraineté nationale des pays en développement en les forçant à mettre en place des environnements commerciaux jugés « amicaux » aux intérêts des membres de l’alliance. En d’autres termes, les puissants intérêts bancaires qui composent ce groupe font pression pour recréer l’ensemble du système financier mondial à leur profit, sous couvert de promouvoir la durabilité.

Cette alliance, appelée Glasgow Financial Alliance for Net Zero (GFANZ), a été lancée en avril par John Kerry, envoyé spécial du président américain pour le Changement climatique, Janet Yellen, secrétaire américaine au Trésor et ancienne présidente de la Réserve fédérale, et Mark Carney, envoyé spécial des Nations unies pour l’Action climatique et la Finance et ancien président de la Banque d’Angleterre et de la Banque du Canada. Carney, qui est également le conseiller financier du premier ministre britannique pour la conférence COP26, copréside actuellement l’alliance avec le milliardaire américain et ancien maire de New York, Michael Bloomberg.

Leadership de GFANZ ; source : GFANZ

Lors de sa création, la GFANZ a déclaré qu’il allait « fournir un forum pour la coordination stratégique entre les dirigeants des institutions financières de l’ensemble du secteur financier afin d’accélérer la transition vers une économie zéro net » et « mobiliser les milliers de milliards de dollars nécessaires » pour atteindre les objectifs du groupe en matière d’émissions de CO2. Au moment du lancement de l’alliance, le premier ministre britannique Boris Johnson a décrit la GFANZ comme « unissant les banques et les institutions financières du monde entier derrière la transition mondiale vers le zéro net », tandis que John Kerry a noté que « les plus grands acteurs financiers du monde reconnaissent que la transition énergétique représente une vaste opportunité commerciale ». En analysant ces deux déclarations ensemble, il semble clair que la GFANZ a uni les banques privées et les institutions financières les plus puissantes du monde derrière ce qu’elles considèrent comme, avant tout, « une vaste opportunité commerciale », dont elles présentent l’exploitation comme un « impératif planétaire ».

John Kerry en conversation avec Christine Amanpour de CNN à la COP 26 ; source : CNN

La GFANZ est composé de plusieurs « alliances de sous-secteurs », dont l’initiative Net Zero Asset Managers (NZAM), l’alliance Net Zero Asset Owner (NZAOA) et l’alliance Net Zero Banking (NZBA). Ensemble, elles représentent une part considérable des intérêts bancaires et financiers privés mondiaux, la NZBA représentant à elle seule 43% de tous les actifs bancaires mondiaux. Cependant, les « plus grands acteurs financiers » qui dominent la GFANZ comprennent les PDG de BlackRock, Citi, Bank of America, Banco Santander et la HSBC, ainsi que David Schwimmer, PDG du London Stock Exchange Group et Nili Gilbert, présidente du comité d’investissement du David Rockefeller Fund.

Notamment, une autre entité liée à Rockefeller, la Fondation Rockefeller, a récemment joué un rôle central dans la création des Natural Asset Corporations (NAC) en septembre. Ces NAC cherchent à créer une nouvelle classe d’actifs qui mettrait en vente le monde naturel, ainsi que les processus écologiques qui sous-tendent toute vie, sous couvert de les « protéger ». Les dirigeants de la GFANZ, dont Larry Fink de BlackRock, sont depuis longtemps enthousiasmés par les perspectives des NAC et d’autres efforts connexes visant à financiariser le monde naturel. Il a également joué un rôle clé dans la promotion de cette financiarisation comme étant nécessaire pour lutter contre le changement climatique.

Dans le cadre de la COP26, la GFANZ – un groupe clé de cette conférence – publie un plan visant à augmenter « les flux de capitaux privés vers les économies émergentes et en développement ». Selon le communiqué de presse de l’alliance, ce plan se concentre sur « le développement de plates-formes nationales pour connecter l’énorme capital privé engagé dans le zéro net avec les projets nationaux, l’augmentation des financements mixtes par le biais des BMD [banques multilatérales de développement] et le développement de marchés mondiaux du carbone crédibles et de haute intégrité ». Le communiqué de presse note que cet « énorme capital privé » est l’argent que les membres de l’alliance cherchent à investir dans les pays émergents et en développement, estimé à plus de 130 000 milliards de dollars, et que – afin de déployer ces billions d’investissement – « le système financier mondial est en train d’être transformé » par cette même alliance en coordination avec le groupe qui les a convoqués, les Nations unies.

Proposer une prise de contrôle

Les détails du plan de la GFANZ visant à déployer des milliers de milliards d’investissements de ses membres dans les marchés émergents et les pays en développement ont été publiés dans le « Rapport d’avancement » inaugural de l’alliance, dont la publication a été programmée pour coïncider avec la conférence COP26. Le rapport détaille le « plan de travail et les ambitions à court terme » de l’alliance, que l’alliance résume succinctement comme un « programme de travail pour transformer le système financier ».

Le rapport note que l’alliance est passée de la phase d’« engagement » à la phase d’« implication », l’objectif principal de la phase d’implication étant la « mobilisation de capitaux privés dans les marchés émergents et les pays en développement par le biais du leadership du secteur privé et de la collaboration public-privé ». Ce faisant, selon le rapport, GFANZ cherche à créer « une architecture financière internationale » qui augmentera les niveaux d’investissement privé des membres de l’alliance dans ces économies. Leurs principaux objectifs à cet égard tournent autour de la création de « plateformes nationales ambitieuses » et d’une collaboration accrue entre les BMD et le secteur financier privé.

Rapport d’avancement de la GFANZ

Selon la GFANZ, une « plate-forme nationale » est définie comme un mécanisme qui réunit et aligne les « parties prenantes », c’est-à-dire un mécanisme de partenariat public-privé/capitalisme des parties prenantes, « autour d’une question ou d’une géographie spécifique ». Parmi les exemples proposés, citons la Climate Finance Leadership Initiative (CFLI) de Mike Bloomberg, qui est associée à Goldman Sachs et la HSBC, entre autres institutions du secteur privé. Bien qu’elles soient présentées comme étant dirigées par les « parties prenantes », les exemples existants de « plateformes nationales » proposées par la GFANZ sont soit des initiatives dirigées par le secteur privé, comme la CFLI, soit des partenariats public-privé dominés par de puissantes multinationales et des milliardaires. Comme l’a récemment expliqué le journaliste et chercheur Iain Davis, ces modèles de mécanismes de « capitalisme des parties prenantes » – bien qu’ils soient présentés comme offrant une forme de capitalisme « plus responsable » – permettent au contraire aux entreprises et aux entités privées de participer à l’élaboration des réglementations qui régissent leurs propres marchés et leur confèrent un rôle considérablement accru dans la prise de décision politique en les plaçant sur un pied d’égalité avec les gouvernements nationaux. Il s’agit essentiellement d’une manière créative de commercialiser le « corporatisme », la définition du fascisme fournie par le dictateur italien Benito Mussolini.

Outre la création de « plates-formes nationales » « corporatistes » qui se concentrent sur des domaines et/ou des questions spécifiques dans le monde en développement, la GFANZ vise également à « corporatiser » davantage les banques multilatérales de développement (BMD) et les institutions financières de développement (IFD) afin de mieux répondre aux objectifs d’investissement des membres de l’alliance. Selon l’alliance, il s’agit d’accroître la « collaboration entre les BMD et le secteur privé ». Le rapport de la GFANZ note que « les BMD jouent un rôle essentiel dans la croissance des flux d’investissement » dans le monde en développement. Les BMD, comme la Banque mondiale, ont longtemps été critiquées pour avoir accompli cette tâche en piégeant les nations en développement par la dette, puis en utilisant cette dette pour forcer ces nations à déréglementer les marchés (en particulier les marchés financiers), à privatiser les actifs de l’État et à mettre en œuvre des politiques d’austérité impopulaires. Le rapport de la GFANZ indique clairement que l’alliance cherche maintenant à utiliser ces mêmes tactiques controversées des BMD en imposant une dérégulation encore plus grande aux pays en développement afin de faciliter les investissements « verts » des membres de l’alliance.

Le rapport indique explicitement que les BMD doivent être utilisées pour inciter les pays en développement à « créer des environnements favorables de haut niveau et transversaux » pour les investissements des membres de l’alliance dans ces pays. Les niveaux considérablement plus élevés d’investissement en capital privé, qui sont nécessaires pour atteindre le niveau zéro net selon la GFANZ, exigent que les BMD soient utilisées pour inciter les pays en développement à « établir des environnements commerciaux favorables à l’investissement, un cadre reproductible pour déployer les investissements en capital privé et des filières d’opportunités d’investissement rentables ». La GFANZ note ensuite que « les capitaux et les investissements privés afflueront vers ces projets si les gouvernements et les responsables politiques créent les conditions appropriées », c’est-à-dire des environnements favorables aux investissements du secteur privé.

En d’autres termes, par le biais de l’augmentation proposée de la participation du secteur privé dans les BMD, comme la Banque mondiale et les banques régionales de développement, les membres de l’alliance cherchent à utiliser les BMD pour imposer globalement une déréglementation massive et étendue aux pays en développement en utilisant la poussée de la décarbonisation comme justification. Il n’est plus nécessaire que les BMD piègent les pays en développement dans la dette pour imposer des politiques qui profitent aux entités étrangères et multinationales du secteur privé, car les justifications liées au changement climatique peuvent désormais être utilisées aux mêmes fins.

Larry Fink, PDG de BlackRock et directeur de GFANZ, parle à CNBC pendant la COP26 ; source : CNBC

Cette nouvelle modalité pour les BMD, ainsi que leur fusion avec le secteur privé, est finalement ce que la GFANZ propose en termes de « réimagination » de ces institutions. Le directeur de la GFANZ et le PDG de BlackRock, Larry Fink, lors d’un panel de la COP26 qui a eu lieu le 2 novembre, a explicitement fait référence au plan de refonte de ces institutions lorsqu’il a déclaré que : « Si nous voulons prendre au sérieux le changement climatique dans le monde émergent, nous allons devoir vraiment nous concentrer sur la réimagination de la Banque mondiale et du FMI ».

Fink poursuit :

« Ils sont le prêteur principal, et il n’y a pas assez de capitaux privés qui entrent dans le monde émergent aujourd’hui en raison des risques associés au risque politique, en investissant dans des investissements de type brownfield – si nous voulons sérieusement élever le capital d’investissement dans le monde émergent … J’exhorte les propriétaires de ces institutions, les propriétaires d’actions, à se concentrer sur la façon dont nous réimaginons ces institutions et repensons leur charte ».

Les plans proposés par la GFANZ pour réimaginer les BMD sont particulièrement alarmants étant donné que des documents militaires américains qui ont fait l’objet de fuites admettent ouvertement que ces banques sont essentiellement des « armes financières » qui ont été utilisées comme « instruments financiers et instruments diplomatiques de la puissance nationale américaine » ainsi que comme instruments de ce que ces mêmes documents appellent le « système actuel de gouvernance mondiale » qui sont utilisés pour forcer les pays en développement à adopter des politiques qu’ils n’adopteraient pas autrement.

En outre, étant donné les déclarations de Fink, il n’est pas surprenant que le rapport de la GFANZ indique que leur effort pour établir des « plates-formes nationales » et modifier le fonctionnement et les chartes des BMD est un élément clé de la mise en œuvre des recommandations pré-planifiées visant à « saisir le moment du nouveau Bretton Woods » et à refaire le système de « gouvernance financière mondiale » afin qu’il « favorise la stabilité économique et la croissance durable ».

Comme indiqué dans d’autres documents de la GFANZ et sur leur site Internet, l’objectif de l’alliance est la transformation du système financier mondial et il est assez évident, d’après les déclarations des membres et les documents de l’alliance, que le but de cette transformation est de faciliter les objectifs d’investissement des membres de l’alliance au-delà de ce qui est actuellement possible en utilisant les diktats liés au changement climatique, par opposition à la dette, comme moyen d’y parvenir.

L’ONU et la « révolution tranquille »

À la lumière des membres de la GFANZ et de leurs ambitions, certains peuvent se demander pourquoi les Nations Unies soutiendraient une telle initiative prédatrice. Après tout, les Nations unies ne travaillent-elles pas principalement avec les gouvernements nationaux, par opposition aux intérêts du secteur privé ?

Bien que ce soit certainement la perception publique dominante de l’ONU, l’organisation suit – depuis des décennies – un modèle de « capitalisme des parties prenantes » qui privilégie le secteur privé et les « philanthropes » milliardaires par rapport aux gouvernements nationaux, ces derniers étant simplement chargés de créer des « environnements favorables » aux politiques créées par et au profit des premiers.

S’adressant au Forum économique mondial en 1998, Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations unies, a explicité ce changement :

« Les Nations unies ont été transformées depuis notre dernière rencontre ici à Davos. L’Organisation a subi un remaniement complet que j’ai décrit comme une « révolution tranquille »… Un changement fondamental s’est produit. Autrefois, les Nations unies ne s’occupaient que des gouvernements. Nous savons désormais que la paix et la prospérité ne peuvent être obtenues sans des partenariats impliquant les gouvernements, les organisations internationales, le monde des affaires et la société civile… Les affaires des Nations unies impliquent les entreprises du monde entier ».

L’ONU étant devenue essentiellement un véhicule de promotion du capitalisme des parties prenantes, il n’est que normal qu’elle « convoque » et soutienne les efforts d’un groupe comme la GFANZ pour étendre ce modèle capitaliste des parties prenantes à d’autres institutions impliquées dans la gouvernance mondiale, en particulier la gouvernance financière mondiale. Permettre aux membres de la GFANZ, c’est-à-dire à un grand nombre des plus grandes banques et institutions financières privées du monde, de fusionner avec les BMD, de refaire le « système de gouvernance financière mondiale » et d’obtenir un contrôle accru sur les décisions politiques dans le monde émergent est un rêve de banquier devenu réalité. Pour en arriver là, il leur a suffi de convaincre une partie suffisante de la population mondiale que de tels changements sont nécessaires en raison de l’urgence perçue du changement climatique et de la nécessité de décarboniser rapidement l’économie. Pourtant, s’ils sont mis en pratique, il n’en résultera guère un monde plus « vert », mais un monde dominé par une petite élite financière et technocratique qui est libre de profiter et de piller le « capital naturel » et le « capital humain » comme bon lui semble.

Aujourd’hui, les BMD sont utilisées comme des « instruments de pouvoir » qui utilisent la dette pour forcer les pays en développement à mettre en œuvre des politiques qui profitent aux intérêts étrangers et non à leurs intérêts nationaux. Si la GFANZ parvient à ses fins, les BMD de demain serviront essentiellement à éliminer la souveraineté nationale, à privatiser les « actifs naturels » (par exemple, les écosystèmes, les processus écologiques) du monde en développement et à imposer des politiques de plus en plus technocratiques conçues par des institutions de gouvernance mondiale et des groupes de réflexion à des populations de plus en plus privées de leurs droits.

Bien que la GFANZ se soit drapé dans la noble rhétorique du « sauvetage de la planète », ses plans équivalent en fin de compte à un coup d’État mené par les entreprises qui rendra le système financier mondial encore plus corrompu et prédateur et réduira encore davantage la souveraineté des gouvernements nationaux dans le monde en développement.

source : https://unlimitedhangout.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s