L’avertissement de Vera Sharav survivante de l’holocauste

Vera Sharav

Vera Sharav avait trois ans lorsqu’elle et sa famille ont été déportées dans un camp de concentration. Elle a survécu à l’Holocauste et s’engage depuis de nombreuses années en faveur des personnes qui sont utilisées, consciemment ou non, dans des expérimentations médicales, avec des conséquences dramatiques. Dans cette interview, Vera Sharav parle de son inquiétude : l’Holocauste peut se répéter parce que l’esprit de l’eugénisme perdure et que la participation du corps médical est à nouveau acquise.
Vera Sharav parle d’un « crime contre l’humanité » qui se répète sous nos yeux. Beaucoup y participent volontairement…

Son témoignage, qu’elle devait prononcer à Bruxelles lors du rassemblement à l’issue de la manifestation brutalement interrompue (sabotée?) par l’action de (volontairement?) orientée de la police, est remplacé par cette interview qu’elle a accordé à Richard Boutry et à BAM à Bruxelles.

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/vera-charave-rescapee-dauschwitz-entretien-exclusif/

Une autre interview de Vera Sharav par Uwe Alschner, pour un magazine allemand, avec la traduction en français dans le texte plus bas.

Uwe Alschner : Merci beaucoup, Vera Sharav. C’est un grand honneur de vous avoir dans ce numéro de Klartext. Vous êtes une survivante des périodes les plus sombres, les plus sinistres de l’histoire allemande, et par là je veux dire l’Holocauste. Je suis historien, c’est donc une situation très particulière. Il n’est pas facile pour moi d’avoir cette conversation, mais je sais qu’il est important que nous en parlions parce que la situation actuelle présente certaines analogies avec ce que nous savons de l’histoire.
Mais avant cela, ayez l’amabilité de nous donner un bref aperçu de qui vous êtes et de ce qui vous a conduit à devenir un défenseur des droits des personnes confrontées à la recherche médicale. Si je peux me permettre.

Vera Sharav : Oui, je suis une enfant qui a survécu à l’Holocauste. J’avais trois ans et demi lorsque ma famille en Roumanie a été chassée de notre patrie et déportée dans un camp de concentration. Mon père y est mort d’une maladie infectieuse, probablement la typhoïde. J’ai passé trois ans et demi dans ce camp et, bien qu’il ne s’agisse pas d’un camp de la mort, la mort était toujours présente, notamment parce qu’il pouvait arriver chaque jour que l’on soit transféré dans un camp de la mort. Notre camp était un camp où la famine a emporté la plupart des détenus. J’ai appris ce qu’est la vie dans de telles circonstances et ce que c’est que d’être un paria méprisé. Les enfants perçoivent beaucoup plus que les adultes ne le pensent. Les enfants voient beaucoup plus de choses que ce que beaucoup d’adultes croient ne pas remarquer.
À un moment donné, j’ai fait quelque chose que j’ai appris à l’âge de six ans : désobéir aux autorités. Je pense que c’est quelque chose que j’ai bien fait en tant que défenseur du public face à l’establishment très puissant. L’expérimentation médicale est l’une de ces zones d’ombre. L’un des sujets que les gens ne se posent pas vraiment est le suivant : à qui appartiennent les enfants qu’ils utilisent comme sujets humains pour tester de nouveaux médicaments et vaccins ? Quels parents lucides mettraient leur enfant à la disposition d’un cobaye pour quelque chose qui peut être très dangereux ?

Personne ne se le demande. Mais ce sont les enfants de ceux qui sont méprisés par la société comme une sous-classe. En effectuant de nombreuses recherches en tant qu’adulte, j’ai appris que tant que nous ne considérerons pas les autres et l’humanité dans son ensemble, l’Holocauste peut se répéter ! La différence entre l’Holocauste et les autres génocides est la participation active de l’establishment médical. C’est la grande différence. Cela en fait un crime complètement différent et, à mon avis, bien pire ! Certains médecins ont d’ailleurs été condamnés pour crimes contre l’humanité. Mais il est vraiment effrayant de voir que la mentalité de l’establishment médical allemand n’a jamais vraiment changé.

Elle a infecté la profession médicale, en particulier les institutions. Nous assistons actuellement à une utilisation de la médecine pour nous priver de nos droits humains et de notre liberté. Les responsables de la santé publique peuvent avoir une formation médicale. Ils ne sont pas pour autant des médecins généralistes. Un médecin a prêté serment de ne pas nuire au patient, avant tout. Les responsables de la santé publique sont des agents du gouvernement. Ce sur quoi ils sont censés se concentrer s’appelle le « bien commun ». Le problème est le suivant : qu’est-ce que le bien commun ? Qui décide de ce qu’est le bien commun ? Et que se passe-t-il s’ils ont tort et que cela nuit à l’individu ? Les droits civils résultent de la reconnaissance que les gens ont des droits qui ne sont pas accordés par la grâce des gouvernements. Ces droits sont fondés sur notre humanité. Et lorsque les scientifiques médicaux commencent à considérer les gens comme une simple matière biologique, ils sont assurés de causer beaucoup de dommages parce qu’ils ne respectent pas l’individu.

L’eugénisme a été la source principale de l’holocauste nazi. L’eugénisme n’a jamais été éradiqué. Il continue à se répandre et à affecter l’establishment académique en particulier. Je sais que c’est très difficile à comprendre, mais après l’Holocauste, après les procès médicaux de Nuremberg, une nouvelle espèce est apparue, les « bioéthiciens », les bioéthiciens et la bioéthique sont nés dans les institutions eugénistes… En fait, la société eugénique américaine est le terreau de la « bioéthique ». Les bioéthiciens sont essentiellement les hommes de main du gouvernement et de l’industrie médicale. Ils donnent leur bénédiction à des expériences non éthiques et à la politique de santé. Ils sont à l’avant-garde de cette pandémie, ce sont eux qui aident à formuler les politiques qui nous ont été imposées.

La science est utilisée comme si elle était « sacrée ». Il n’y a rien de « sacré » dans la science ! La science n’est pas plus sacrée que les droits individuels de l’homme. Bien au contraire ! En fait, la science est aujourd’hui très gravement corrompue par des groupes d’intérêt, des groupes d’intérêt très puissants.

Cela inclut les journaux scientifiques et les médias en général. Cela a commencé il y a longtemps, probablement il y a 30 ou 40 ans, mais c’est pleinement développé aujourd’hui.

La Fondation Bill [et Melinda] Gates exerce une influence considérable sur les grands médias et les maisons d’édition du New England Journal [of Medicine] ou du Lancet. Les meilleures revues scientifiques deviennent essentiellement des porte-voix du type de politique que Bill Gates souhaiterait. Bill Gates a même déclaré publiquement que la « solution finale », … il a utilisé ce mot exact [solution finale], [qui a également été utilisé par les nazis pour la solution finale de la question juive], la solution finale pour la pandémie de Covid serait un vaccin, et un vaccin seulement.

Eh bien, Bill Gates est un homme qui utilise ce terme en pleine connaissance de sa signification. Il est monté sur la scène publique lors d’une des conférences TED et a expliqué exactement comment la population humaine dans le monde peut être réduite de 10 à 15 % grâce à nos nouveaux vaccins et au contrôle des naissances ! Gates a de grands projets pour éradiquer une partie de la population. Mais je ne crois pas que ceux qu’il a en tête en seront informés afin de donner ensuite leur consentement sans être  conscients des conséquences.

Uwe Alschner : Laissez-moi, Vera, vous décrire l’image de soi d’une grande partie de la société allemande : L’Allemagne moderne est très fière que le pays soit devenu une démocratie modèle. C’était vraiment l’image de soi et ça l’est toujours. L’Allemagne est donc consciente de son héritage et de sa responsabilité lorsqu’il s’agit de l’Holocauste et de la guerre, ou des deux guerres et de la destruction qui en a découlé. C’est pourquoi les Allemands ont été pacifiques pendant longtemps, même si l’Allemagne est maintenant largement impliquée militairement. Néanmoins, il est vrai que l’Allemagne se tient fermement aux côtés d’Israël et défend le droit à l’existence de l’État d’Israël. L’antisémitisme est donc un interdit absolu dans la société allemande ! Il est même devenu une sorte d’arme politique.
Récemment, cela a également été utilisé contre les critiques des mesures Corona, qui ont été qualifiées d’ »antisémites ». Pour une grande partie de la population allemande, il s’agissait d’une sorte de moyen de dissuasion pour ne pas s’attaquer aux protestations, aux mesures Corona ou à la vaccination. Que pensez-vous de cela, Vera ?

Vera Sharav : Eh bien, il a fallu trois générations pour que le peuple allemand comprenne. N’oublions pas que seuls 23 professionnels de la santé ont été traduits en justice à Nuremberg, alors que des milliers de personnes étaient impliquées. Et ils sont retournés directement à leurs postes dans les universités et les laboratoires. Il a même été possible qu’un médecin nazi prenne la tête de l’Organisation médicale mondiale.

Il n’y avait aucune volonté réelle de prendre conscience de la monstruosité du nombre de personnes impliquées dans les machinations du régime nazi. Ce n’était pas seulement une affaire militaire. La population civile était impliquée, même si beaucoup prétendaient ne pas le savoir. Mais je pense que dans la mesure où les postes les plus élevés ont été repris par la génération suivante, puis par la génération suivante, d’abord les collègues des principaux responsables, par des personnes de la même génération. Il était alors clair qu’ils ne porteraient pas plainte. Mais leurs élèves, la deuxième génération, non plus. Ce n’est qu’avec l’arrivée de la troisième génération – j’ai lu de nombreux ouvrages de recherche allemands sur lesquels les recherches ont vraiment fleuri – que beaucoup plus d’informations ont été traitées sur le rôle des médecins et de la science dans la réalisation de l’Holocauste. De nombreux historiens ont fait des recherches à ce sujet. Il est donc clair que les Allemands, les jeunes Allemands, n’ont rien à voir avec l’Holocauste.

Et une partie de ce que je voudrais vous dire – et qui ne s’adresse pas tellement à l’Allemagne, mais surtout à l’adresse du public israélien : Quelle sera votre réponse lorsque vos petits-enfants vous demanderont un jour : « Où étais-tu alors ? ? … De quel côté étiez-vous ? « Parce que ce n’est pas encore fini. Nous ne savons pas ce que le vaccin va réellement faire. C’est une question qui se pose pour les vaccins, et il s’agit d’une technologie expérimentale qui n’a jamais été appliquée aux humains auparavant. Mais d’après les quelques recherches effectuées sur les animaux, nous savons que les animaux ne se sont pas bien comportés lorsqu’ils ont été exposés au véritable virus. Le vaccin ne les dérangeait pas, ils allaient bien. Mais quand ils ont été exposés au vrai virus…

C’est en effet un énorme crime contre l’humanité qui se déroule sous nos yeux ! L’Holocauste n’est pas non plus apparu du jour au lendemain. Il a commencé avec l’ »Opération T4″ (programme d’euthanasie), et je n’accepte pas que quelqu’un prétende ne pas voir la ressemblance avec le carnage actuellement perpétré sur les personnes âgées, en particulier celles qui se trouvent dans des centres de soins de longue durée et des maisons de retraite. Il s’agissait d’ordonnances et de lois des gouvernements des pays industriels les plus riches et les plus développés du monde occidental. Ce sont ces pays qui tentent aujourd’hui de vider leurs maisons, comme l’a fait Hitler. Il a commencé par les bébés et les jeunes enfants, les handicapés. Mais peu après, il a ciblé les résidents des maisons de retraite. On les appelait les « mangeurs inutiles ».

Les gens ! Cela se produit à nouveau aujourd’hui. C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui ! Et ce qui est vraiment incroyable : cela se passe dans les pays les plus avancés. C’est donc un grand pas. C’est un signal. Quel est l’objectif ? A quoi cela se résume-t-il ? Bill Gates et Klaus Schwab, ils décrivent la fin du jeu ! C’est un monde totalement dystopique dans lequel à mon avis aucun d’entre nous ne veut vivre !

Le moment est venu pour les gens d’enlever leurs œillères et de regarder les choses en face ! Je trouve révélateur que les moins instruits, ceux qui ont des emplois manuels, semblent comprendre ce qui se passe. Ils ont compris, ils n’ont pas d’illusions, ils n’ont pas subi de lavage de cerveau !

Le fait que la majorité du public israélien ne se rebelle pas contre la vente de leur terre comme laboratoire d’essai qui transforme la population en cobayes humains est… De toute façon, la peur et la propagande ont prévalu. Les nazis ont également utilisé la peur et la propagande, chaque régime totalitaire utilise plus ou moins de propagande pour forcer les gens à faire ce qu’on leur demande. Le fait que les gens aient su – et il y a eu de nombreuses révélations sur les pratiques commerciales sans scrupules de l’industrie pharmaceutique et des gouvernements aussi – [rend la chose si incroyable].

Alors comment se fait-il que la plupart des gens ne soient pas disposés à au moins s’interroger et à dire « Stop ! Pouvez-vous vraiment faire confiance à cela ? « … La peur est l’état qui permet d’éteindre tout jugement. C’est le travail des adultes de prendre des décisions raisonnables. Une démocratie est construite sur des adultes qui remettent les choses en question et sont d’accord ou non avant qu’une mesure ne soit conçue. Aujourd’hui, nous avons un État où la politique se fait à huis clos, sans aucune transparence. Et ensuite, les mesures nous sont simplement annoncées et nous devons les suivre.
La ligne directrice qui a conduit au meurtre des personnes âgées est précisément la politique de triage qui a été formulée par des bioéthiciens et qui a ensuite été simplement adoptée.
Andrew Cuomo, le gouverneur de New York, a même déclaré qu’il savait exactement ce que cela allait donner. Il a donné des instructions pour que les personnes âgées des maisons de retraite ne soient pas traitées dans les hôpitaux, qu’elles soient transférées dans les maisons de retraite, qui bien sûr n’étaient absolument pas préparées à une telle chose. Et il a dit que le virus dans les maisons de retraite était comme un feu dans une herbe sèche. Je pense que ça ne pourrait pas être plus imagé : « Un feu dans l’herbe sèche ». Et c’est exactement ce qu’il a fait.

Le fait que cela se soit produit dans tous les pays occidentaux signifie que c’était coordonné. Quelqu’un l’a fait, derrière des portes closes bien sûr, en secret, mais tout le monde s’est impliqué : Canada, États-Unis, Grande-Bretagne, Espagne, Italie, partout, Israël aussi… C’était un effort concerté pour se débarrasser du bagage économique.

Suite de l’interview par Uwe Alschner

Vera Sharav milite depuis longtemps en faveur des droits de l’homme dans le contexte des expérimentations médicales. Elle est la fondatrice et la présidente de l’Alliance for Human Research Protection. Elle y défend les intérêts des personnes qui participent à des expériences médicales contre leur gré ou à leur insu.
L’une de ces expériences est la vaccination contre le virus SRAS-COV2, explique Vera Sharav. Plus encore, la militante des droits de l’homme place la crise actuelle dans le contexte des notions idéologiques d’eugénisme et de contrôle de la population. Les principaux représentants de la « Grande Réinitialisation » ont – comme le fondateur du WEF, Klaus Schwab – des liens familiaux avec le national-socialisme ou, comme Bill Gates, des brevets sur des techniques de marquage indélébile de données personnelles sous la peau (« Quantum Dot Tattoo »). Lorsque le débat sur ces questions n’est pas ouvert mais supprimé, il est clair, selon Vera Sharav, que la vérité est dissimulée.

Vera Sharav : Le fait que cela se soit produit dans tous les pays occidentaux signifie que cela a été coordonné ! Quelqu’un a organisé cela, bien sûr, encore une fois derrière des portes closes, en secret. Mais tout le monde a suivi le mouvement : Canada, États-Unis, Grande-Bretagne, Espagne, Italie, partout où cela a été fait. En Israël aussi… C’était une action concertée pour se débarrasser évidemment du lest économique.

Les gens ne doivent pas se leurrer : ce n’est que le premier pas. Après, ce sera le tour de qui ? J’ai entendu dire qu’il y a des ordres de ne pas réanimer les enfants handicapés en cas d’arrêt cardiaque.
Si, en tant que citoyens, nous permettons à cet agenda et à son calendrier de se poursuivre, l’espèce humaine sera perdue. Ceux qui dirigent cet agenda l’envisagent de manière globale.
Ici, aux États-Unis, une part disproportionnée des décès dus à la Covid19, en plus du groupe des gens âgés à risque, provient des groupes noirs et latinos.
Donc, quand on dit « Black Lives Matter », cela ne s’applique pas à la santé publique ! La politique de santé publique est raciste ! Elle est biaisée et unilatérale. Il y a un racisme institutionnalisé dans la santé publique. Et ce, depuis des décennies.
Avec l’Alliance pour la protection de la recherche humaine [Alliance for Human Research Protection] que j’ai fondée, et dans mon travail avant cela, j’ai….

Laissez-moi le dire autrement :

J’ai surmonté l’horreur de l’Holocauste et je suis venue aux États-Unis à l’âge de onze ans.
L’une des premières questions que je me suis posées est la suivante : Où étaient tous ces gens [quand nous avions besoin d’eux] ? Comment ont-ils pu laisser cela arriver [à nous] ? Pourquoi mon père devait-il mourir ? J’étais hors de moi, en colère.

Parce que ce que je voyais, c’était une vie très confortable, New York était assez luxueux à cette époque. Je ne pouvais pas comprendre cela. Comment cela avait-il pu arriver ?

Bien sûr, avec le temps et l’âge, j’ai appris comment va la vie : de mauvaises choses arrivent, mais la vie continue ailleurs. Mais il y avait aussi un autre côté de la médaille : beaucoup de gens gagnaient magnifiquement leur vie grâce à la guerre. Chaque guerre a ses profiteurs de guerre.

J’ai sans doute compris alors que je ne pouvais pas devenir, que je ne pouvais pas devenir le même. Si j’étais si indigné par l’indifférence des gens, il était clair pour moi que je ne devais pas détourner le regard lorsque l’injustice se produisait.

C’est ainsi que, depuis de nombreuses années, je garde un œil critique sur la recherche médicale. Et je continuerai à le faire. Aussi parce que les vaccins prennent de plus en plus d’importance.
Il faut le savoir :
En médecine, il y a deux domaines où la coercition est acceptée. L’un est la psychiatrie, et c’est comme ça que ça se passait dans l’Allemagne nazie à l’époque : après les bébés venaient les malades mentaux, ils étaient médicamentés de force. Une personne atteinte d’une maladie mentale est désavantagée car elle ne peut pas témoigner devant un tribunal pour cause de démence.

Je me suis donc concentré sur ce domaine parce que j’ai découvert un grand nombre d’études destinées à prouver que les jeunes enfants noirs deviennent des délinquants violents. Quel genre de « science » est-ce là ?

Les institutions scientifiques, comme l’Institut national de la santé mentale, ont parrainé de telles expériences, qui visaient à confirmer l’idéologie eugéniste. Oui, on a administré à des bébés noirs un vaccin qui n’est pas autorisé aux États-Unis et qui s’était déjà révélé dangereux aux Philippines, surtout pour les jeunes garçons, mais on l’a quand même fait à Los Angeles. Et des bébés noirs ont également été maltraités lors d’essais de vaccins et de médicaments contre le sida.
C’est évident : en matière de santé publique, les vies noires ne comptent pas. Elles sont consommables.

Grâce à mon expérience, cependant, j’ai développé des antennes très fines. Si cela a pu m’arriver à moi, alors cela peut arriver à n’importe qui d’autre. C’est ainsi que je l’ai interprété. Il est malheureusement vrai que la plupart des gens se sentent plus en sécurité lorsqu’ils ont la même opinion que leurs collègues et amis.

C’est une attitude très dangereuse car elle ouvre la porte aux tyrans criminels. L’un des problèmes avec Pfizer, par exemple, est que cette société possède désormais les informations médicales de toute la population israélienne, ce qui est en soi extrêmement extraordinaire, car Israël a toujours été confronté à des menaces existentielles et a donc toujours essayé de protéger sa population. Comment diable pouvez-vous remettre les données médicales de la population à une société qui possède un tel catalogue de casiers judiciaires ? Celui de l’Amérique du Sud… L’Argentine y a résisté aux demandes de la société.

Les demandes comprenaient la mise en gage des actifs du pays, y compris ses bases militaires, comme garantie. Une garantie qui protège absolument Pfizer de toute poursuite en justice pour les dommages causés par le vaccin.

Ma première pensée à ce sujet a été : en dehors de la méthode commerciale scandaleuse d’une revendication aussi effrontée, la question vraiment intrigante est la suivante :
Quelles informations doivent-ils avoir sur leur propre vaccin pour exiger une protection aussi étendue ? Cela devrait certainement déclencher une sonnette d’alarme pour tout le monde ! Ils savent mieux que quiconque à quel point le risque est élevé, car ils connaissent toutes les données. Ce n’est pas notre cas ! Si je vivais en Israël, j’exigerais des informations sur ce que le [chef du gouvernement] Netanyahou a reçu pour cet accord.

Même si vous ne soupçonnez pas que quelque chose puisse être fait avec les données médicales, la valeur économique des informations sur les problèmes de santé de la population israélienne est incommensurable pour une entreprise pharmaceutique. Sur cette base, on peut imaginer toutes sortes de recherches qui ouvriront un incroyable flux de revenus. Nous parlons de huit millions de personnes, avec les enfants, qui seront aussi bientôt en ligne de mire, bientôt neuf millions de personnes.

Il y a tellement de questions qu’il est impératif de se poser :
Je ne suis pas un scientifique, les vrais scientifiques peuvent très bien expliquer les choses dans leur contexte. Ils n’ont pas vraiment besoin de ce jargon. Et la signification statistique n’est pas le seul facteur en médecine.
Ce qui compte, c’est l’effet clinique d’un produit. Ce qu’il fait chez les gens. Et c’est pourquoi le serment d’Hippocrate est si important et si juste ! Si vous considérez les gens comme un troupeau, alors vous êtes à côté de la plaque !

Et vous ne pouvez même pas empêcher la science de conduire à la fraude scientifique sur une telle base. Les individus forment ensemble la société. Il n’est pas vrai que la société est autre chose et que l’individu ne compte pas. Le bien commun n’a jamais été spécifiquement nommé. Qu’est-ce que le bien commun ? Qui le définit ?

Je voudrais aborder une autre question : j’ai parlé de Klaus Schwab.

Uwe Alschner : S’il vous plaît, continuez !

Vera Sharav : Jusqu’à présent, il n’y avait absolument aucune information sur Internet, ou dans les encyclopédies, « Who’s Who » ou autres, sur Klaus Schwab avant 1970. Rien du tout ! Il est né à Ravensburg en 1938.

Aujourd’hui, le 20 février dernier, un journaliste d’investigation a documenté ce qui n’a pas été mentionné jusqu’à présent : je ne peux que recommander à tout le monde de lire ce rapport. Il explique ce que je soupçonnais depuis longtemps, mais pour lequel je n’avais aucune preuve. Le rapport s’intitule « Schwab Family Values ». On peut le lire en ligne dès maintenant. Le rapport contient les réponses qui indiquent que cela pourrait être le début d’un « Quatrième Reich » !

Il y a une continuité qui est incroyable ! Je ne veux même pas… Tout est là. Il est aussi question de son père, Eugen Schwab, qui dirigeait la branche de Ravensburg d’une entreprise suisse qui produisait toutes sortes d’armements pour les nazis. Une médaille nazie a également été décernée pour cela, pour services exceptionnels rendus aux nazis, voyons si je peux trouver quelle était la désignation… [National Socialist Muster Betrieb].

Je reviens maintenant à l’actualité.

Les Cartes Vertes de Vaccination… Israël a été le premier pays à en annoncer l’introduction. Cela m’a bien sûr choqué ! Pourquoi ? Eh bien, qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Cela signifie l’apartheid !

Cela signifie la division des citoyens entre ceux qui méritent et ceux qui sont dégradés. Ceux qui ne méritent pas et ceux qui devraient être récompensés. C’est l’abolition de l’égalité démocratique. La vaccination obligatoire par la porte de derrière !

Et c’est un vaccin entièrement expérimental !
Nous parlons donc d’une énorme expérience, 8 millions…, une expérience sur 8 millions de personnes qui sont prêtes … c’est-à-dire : si elles sont vraiment prêtes, à mettre en place un système d’apartheid à deux vitesses. S’il vous plaît, que quelqu’un arrête cela !

Il est également ironique qu’une partie importante de la résistance vienne des Juifs ultra-orthodoxes. Ils se sont opposés au confinement parce qu’il a empêché la pratique du culte.

J’ai vérifié :
Même à l’époque de la grippe espagnole en 1918, on n’a pas fermé les lieux de culte. On n’a certainement pas fermé toute la société. Les vrais scientifiques qui étudient la propagation des maladies infectieuses ont prévenu : il n’est pas nécessaire de fermer la société. Il ne faut jamais isoler les personnes en bonne santé. Il faut seulement isoler les malades ! Vous devez isoler les malades en quarantaine et vous devez les traiter. Dans ce cas, il faut les traiter tôt.

Mais pas tous les autres ! Ne fermez pas l’économie locale ! La plupart d’entre elles ne seront pas en mesure de rouvrir.
Elles feront faillite, sauf les très grandes, Amazon et toutes les autres sociétés de vente par correspondance sur Internet, où il n’y a aucun contact humain avec le client. Mais bien sûr, ils ont des milliers d’employés, mais ça n’a pas d’importance là-bas.

Tout cela fait partie de ce que Klaus Schwab appelle la « Grande Réinitialisation ». Il en a écrit les instructions. Comment cela doit être fait. Les gens deviennent du « capital humain ». Je pense que nous avons atteint un point où nous devons réfléchir sérieusement :
Comment arrêter l’émergence du 4ème Reich ? Parce que nous avons déjà cédé tellement de contrôle à ceux qui sont sérieux ! Ils s’y préparent depuis très longtemps !

Bill Gates a déjà… il a financé des recherches que le M.I.T. a faites pour lui. Il y a fait développer un tatouage qui, au lieu d’une carte d’identité imprimée, stocke des informations dans la peau qui peuvent être lues avec un iPhone. Que pensez-vous de cela ?

Je pense que… bon, cela va paraître absurde, et certaines personnes vont penser « la vieille dame est un peu perdue ».
Mais je pense que les gens sont devenus dépendants de la technologie. Et c’est ce qui causera leur perte ! Parce que si vous n’étiez pas aussi accro à l’iPhone et à tous les autres jouets numériques, alors ils ne vous suivraient pas si facilement. Mais les gens ne voient pas comment ces « grandes choses » pourraient être utilisées pour exercer un contrôle sur eux. Contre leur gré !

Les gens sont… C’était une manipulation psychologique qu’ils n’ont pas remarquée.
Et c’est ce qui se passe maintenant aussi avec le verrouillage. Chaque État, chaque pays le fait à sa manière, toujours légèrement différente. Comment pouvez-vous sérieusement dire que c’est scientifiquement fondé ? C’est du pur arbitraire ! Il y a maintenant 16 États américains sans masquage obligatoire. Je ne vois pas de grandes épidémies. C’est un gigantesque… lavage de cerveau.

J’aimerais que l’Allemagne prenne le leadership sur cette question ! Parce que nous ne devons pas nous retrouver dans une situation où nos petits-enfants nous regardent dans les yeux en se demandant : « Qu’est-ce qui n’allait pas chez toi ? Comment as-tu pu être aussi stupide pour laisser cela se reproduire ? »
Comment dire… Je comprends que j’ai l’air très dur. Et ça peut ne pas être bien perçu. C’est juste que : Je vois juste les dangers si clairement dans mon esprit ! Et petit à petit, une autre pierre s’ajoute à la mosaïque.

Comment ils ont « joué » avec les restaurateurs, par exemple. C’est vraiment absurde ! A l’extérieur. 1,50 mètres. Distance. Les restaurants de New York qui peuvent se le permettre – ce sont généralement ceux qui ont déjà une petite chaîne, ils ont pu se construire un peu plus – ont installé des tentes sur le trottoir. Pouvez-vous m’expliquer quelle différence cela fait qu’une table soit à l’intérieur, ou entourée de plexiglas ou de toile ? C’est absurde ! Tout cela n’a aucun sens ! Mais c’est le monde dans lequel nous vivons !
Ou la terrible décision de fermer toutes les institutions culturelles !
Et le fait de priver les enfants de leur éducation. C’est le deuxième plus grand crime après les expériences médicales. Priver une génération entière de son droit à l’éducation. C’est tout simplement inconcevable !

Et les enfants. Oui, ils aiment appeler les enfants des virus. « Même s’ils n’ont aucun symptôme, ils répandent le virus partout ! » Ceux qui disent cela n’ont aucune preuve pour cette affirmation ! Les dictats n’ont pas besoin de preuves ! C’est si incroyablement triste ! Croyez-moi, je n’ai jamais pensé que j’aurais à revivre une telle expérience. Avoir peur une fois de plus.

Laissez-moi vous parler du vaccin : Je n’ai pas l’intention de me faire vacciner ! Et c’est pourquoi j’y ai déjà pensé : que se passerait-il s’ils sonnaient à ma porte ? Les médecins et la police. J’ai entendu dire que c’est exactement ce qui s’est passé dans une maison de retraite en Allemagne. C’est exactement comme ça que le GESTAPO a fait. Eh bien, qu’est-ce que je peux faire alors ? Je vais réveiller la petite fille de six ans qui est en moi, développer une tête de défi et crier pour ma vie. Qu’est-ce que je peux faire d’autre ?

Nous sommes vraiment … à un carrefour important ! Soit la société va s’en sortir et survivre, soit elle ne survivra pas !
Il y avait tellement de signes significatifs. La Chine a été louée comme un modèle. Quelle personne saine d’esprit voudrait vivre dans la Chine communiste ? C’est comme vivre dans un état STASI ! Mais les gens auraient pu remarquer qu’un troupeau obéissant est le but. Un peuple qui dit « oui » et « amen » à tout.
Ce qui est drôle, c’est qu’il y avait une mentalité parmi le peuple américain, et aussi parmi les Israéliens, qui croyait en leur propre force. « Nous sommes assez forts et nous pouvons le faire. » Où est passée cette attitude ? La croyance en soi, où est-elle ?

Uwe Alschner : Vera, merci beaucoup pour cet aperçu très précieux et important sur la comparabilité des événements terribles du passé et des événements actuels, qui pourraient encore évoluer vers un monde beaucoup plus sombre. Vous avez dit que nous étions à la croisée des chemins. Je suis d’accord avec vous. Nous sommes à la croisée des chemins.
Beaucoup d’entre nous n’ont pas encore été capables de réfléchir et de réaliser ce qui se passe. Les Warner ont été accusés de ne rien faire de bon. C’est le contraire qui est vrai !
C’est pourquoi il était important que vous, en tant que survivants de l’Holocauste, souligniez les similitudes. Vous êtes appelés à faire ces comparaisons. De même, la comparaison entre la carte verte de vaccination et l’apartheid.
Ce sont des mots forts que je trouve très utiles. Ils peuvent être utilisés pour faire comprendre aux gens que nous n’avons pas seulement besoin de l’aide divine, mais que nous devons aussi redécouvrir notre dignité humaine et notre intelligence pour réaliser ce qui doit être fait maintenant. A savoir : résister pacifiquement mais résolument à la propagande, mais aussi aux mesures qui ont été prises et qui sont aussi injustes qu’inhumaines.

Vera Sharav : Permettez-moi d’ajouter, s’il vous plaît, au sujet de l’étoile juive :
J’ai suggéré d’utiliser ce symbole. Mais je comprends que d’autres personnes qui n’ont pas été personnellement touchées l’utilisent comme une attaque. Ils vous dépeignent comme l’ennemi et l’arriéré. On prétend que les détracteurs veulent revenir à l’histoire. En fait, porter l’étoile de David signifie un signe :
l’étoile a marqué le début, bien avant les déportations ! Ceux qui suppriment le débat, empêchent la discussion, l’échange d’idées, même les réunions.

Il est tout à fait normal de se disputer ! C’est bien aussi d’avoir un débat animé. Quand ils censurent et traitent les dissidents de « théoriciens de la conspiration », c’est un signal d’alarme : il y a une dissimulation en cours ! Ils dissimulent ce qui ne doit pas être discuté et évoqué par les gens et ce qui ne doit pas être connu ! C’est ce qui se cache derrière les mesures de censure. C’est un réflexe de défense.

Oh, et les « théories du complot »… S’il ne s’agissait que de théories, il n’y aurait pas besoin de les censurer.
Il n’y aurait pas besoin de persécuter et de supprimer tous ceux qui disent quelque chose de différent du récit officiel. Ce serait complètement inutile. Ils le font uniquement parce que la propagande est un mensonge. Et ils veulent vendre ce mensonge comme la seule vérité.

Uwe Alschner : Vera Sharav, merci beaucoup pour le temps que vous nous avez accordé ! C’était un grand honneur !
Je vous souhaite le meilleur ! Je souhaite pour nous que votre courage et votre détermination grandissent de façon exponentielle et nous inspirent tous ! Car nous devons prendre courage et prendre position ! Merci beaucoup !

Vera Sharav: Merci !

Originellement publié par le Blog allemand  Vitalstoff.Blog

L’hypnose vakxinale de masse expliquée par le professeur Mattias Desmet

par Lucia Gangale (son site)

 Mattias Desmet est professeur de psychologie clinique à l’Université de Gand en Belgique. Il donne des cours de psychothérapie psychanalyse individuelle et aussi de psychologie de la foule. Il est expert en tyrannie, totalitarisme et hypnose de masse.

JPEG

 Dans un podcast publié en ligne, dans des articles et des interviews (par exemple ici), le professeur Desmet explique comment se forme l’hypnose de masse. Lorsque cette période dystopique finira dans les livres d’histoire, nous nous demanderons comment tout cela a pu se produire, mais l’analyse de Desmet nous donne déjà aujourd’hui des indications précises sur ce qui se déroule aujourd’hui sous nos yeux. Comment, c’est-à-dire, il est possible que la vie humaine se soit réduite à être enchaînée et asservie par un QR Code, avec la liberté accordée par les gouvernants à l’échéance des différentes piqûres vakxinales. Comment il a été possible d’échanger sa liberté contre un spritz au bar et de diviser la société entre si-vax et no-vax. Comment notre vie s’est réduite à être scannée par une application, comme si c’était un aliment acheté au comptoir du supermarché. Comment a-t-il été possible de justifier cette dérive au nom d’une urgence permanente, avec un État chantage qui, tout en se protégeant de toute responsabilité pénale et civile, nous dit quoi faire de notre corps au nom de prétendues exigences collectives et de la protection de la santé. Comment il a été possible d’ériger la science en religion et le totem vakxinal en panacée de tous les maux de l’humanité. Comment, tout cela a été possible, entre autres, dans une nation comme la France, au mépris de sa splendide Constitution, de son passé des Lumières et de ses saints principes de Liberté, d’Égalité, de Fraternité.

 Surtout, comme en seulement deux ans il a été possible d’effacer des décennies de luttes et de sang versé pour affirmer les libertés qui nous reviennent en tant qu’êtres humains.

 Le chercheur belge s’interroge depuis longtemps sur l’hypnose collective qui s’opère, même face à des mesures gouvernementales gouvernementales démentes et contradictoires. Une hypnose qui conduit les individus à sacrifier volontairement leur liberté, même maintenant que la variante Omicron, très contagieuse mais non mortelle, semble marquer le tournant vers la fin de la pandémie de Covid 19.

 Selon Desmet, il y a quatre conditions de base pour que la société soit vulnérable à l’hypnose de masse :

 1) Le manque de liens sociaux, l’isolement et la peur qui en résulte ;

 2) Ne pas concevoir un sens ou un but dans sa vie ;

 3) L’anxiété fluctuante (il suffit de voir le nombre de médicaments contre l’anxiété et la dépression prescrits chaque année) ;

 4) Niveaux élevés de frustration et d’agressivité.

 Des mensonges et des contradictions alimentés par le courant dominant ont été crus vrais par les masses, sans cesse tendues par un récit inspiré de la peur du virus et de la haine envers les réticents au vakx1 ou envers ceux qui se posent des questions contraires aux décisions gouvernementales. Ces derniers, considérés comme des parias dont il faut se moquer et qui sont exclus de la société, même s’ils sont médecins, scientifiques et des prix Nobel.

 Desmet dit : « Les parents qui font piquer si avidement leurs enfants entrent dans la conscience de la foule qu’on appelle « formation de masse ». Ce changement social se produit quand il y a ou il y a eu une période de peur fluctuante, et c’est un pas sur la route vers un état totalitaire. Le totalitarisme commence toujours par une formation de masse au sein de la population.

 Ce n’est pas la même chose qu’une dictature. Dans une dictature, les gens obéissent par crainte fondamentale du dictateur au sommet, mais le totalitarisme est le contraire. Les gens sont hypnotisés pour obéir « au bien de la collectivité ». (…) Ils ne sont plus rationnels ou critiques comme autrefois, ils ne suivent plus la logique ».

 La raison pour laquelle tant de gens sont disposés à participer à ce délire collectif, « est que dans ce récit ils trouvent un nouveau lien social. La science, la logique et l’équité n’ont rien à voir avec tout cela ».

 Desmet met en évidence la différence entre une dictature montante et le totalitarisme : « En règle générale, dans une dictature classique, le dictateur devient plus doux et moins agressif une fois que les voix dissidentes, son opposition, sont réduites au silence. Une fois qu’il a pris le pouvoir complet, il n’a plus besoin d’être agressif et peut recourir à d’autres moyens pour garder le contrôle. Dans un état totalitaire, c’est le contraire qui se produit. Cela est fondamental à comprendre, parce que dans une société totalitaire, une fois que l’opposition est réduite au silence, c’est alors que l’État commet ses atrocités les plus grandes et les plus cruelles ».

 Ces deux dernières années, les idées dissidentes sur le Covid et les vakx1s ont été ponctuellement réduites au silence. On se demande alors quand la science est devenue définitive et incontestable et lorsqu’elle est fermée à tout dialogue. Et pourquoi, après deux ans, la propagande martele-t-elle de plus en plus sur le vakx1 unique pour tous, en arrivant à de véritables formes de persécution à l’égard de personnes saines, coupables seulement de refuser un traitement médical imposé ? Comment se fait-il qu’après ses années, on compte le plus grand nombre de contaminations parmi les détenteurs du pass sanitaire, puisque les non vakxinés ont été, de fait, empêchés même de vivre et de se déplacer librement ? Où est la logique de toutes ces mesures qui sont politiques et, bien sûr, non sanitaires ?

 De fait, aujourd’hui, la politique s’est emparée de la vie biologique. Le fameux code de Nuremberg et le « consentement éclairé » naquirent précisément comme défense de l’individu face à certaines extensions dangereuses du pouvoir politique.

 L’histoire nous enseigne que les masses ont toujours cru au dictateur de quart et que l’erreur a duré jusqu’à ce que les nations soient plongées dans l’abîme des guerres et de la spoliation des droits fondamentaux des peuples.

 Aujourd’hui, à l’époque numérique, nous vivons une forme inédite de coup d’État déguisé en politique sanitaire, entre des décrets sortis en un court laps de temps et une inoculation perpétuelle érigée en nouvelle forme de foi salvifique. Le tout assailli par la hâte et l’arrogance du Léviathan sanitaire, toujours plus nerveux et toujours plus dévorant les vies de chacun, vakxinés ou non vakxinés, désormais plus “humains”. L’histoire nous apprend que même les sorts se cassent, peu importe le temps que ça prend. C’est une période de vigilance que d’attendre que le rideau tombe sur cette comédie de l’absurde, avec tous ses tristes personnages, et que la Vie qui, malgré toute la violence à laquelle elle se heurte cycliquement, gagne sur tout, alors que cette fausse bonne gouvernance finit par se dévorer elle-même. 


Sur le même thème

Du Covid à la formation psychotique des masses
6 millions de non-vakxinés: le seul parti politique qui décidera de l’élection présidentielle de 2022
2022, on dystopie ou on dit stop?
Nous sommes sous hypnose : la preuve par le nucléaire !
Le miracle Pfizer, ou comment envoyer discrètement et massivement les vakxinés au Paradis

Historique: la démystification officielle de la virologie

Au cours d’une première phase, le Dr Lanka a montré que ce que les virologues attribuent à la présence d’un virus pathogène – la mort des cellules en éprouvette – peut être obtenu sans l’utilisation d’un quelconque matériel infectieux, car la technique qu’ils utilisent tue les cellules d’elle-même. Une vidéo très détaillée et simple qui explique la première phase des expériences de contrôle peut être trouvée ici (VF disponible ci-dessous  et vidéo sur le même sujet en VOSTFR)

https://odysee.com/@olya:b/VirologyFraud:0

Dans la deuxième phase, le Dr Lanka a montré que ce que les virologues appellent un « matériel génétique viral » peut provenir d’un tissu humain sain.
Vous trouverez plus de détails sur la 2ème phase ci-dessous.

https://odysee.com/@cv19:b/Stefan-Lanka—2e-phase-des-exp%C3%A9riences-t%C3%A9moins:e

Dans la troisième phase, il montrera qu’en appliquant la même technique que celle utilisée par les virologues, en utilisant les acides nucléiques qui ne proviennent pas de matériel supposé infectieux mais de tissus humains, d’animaux et de plantes sains, vous pouvez construire le génome de n’importe quel « virus ».

https://odysee.com/@cv19:b/Stefan-phase-3-VOSTFR:c

https://odysee.com/@katie.su
Transcrit FR
via : https://cv19.fr