Blackrock est le virus !

BlackRock est le virus !

  Marc Gabriel Draghi

La pandémie du coronavirus proclamée à la face du monde au début de l’année 2020 a permis de mettre en lumière les grands acteurs et lobbyistes de l’industrie pharmaceutique. Avec le désormais célèbre Covid-19, les grandes firmes liées au secteur de la santé ont eu l’occasion de démontrer au grand public l’étendue de leur pouvoir corrupteur et leur capacité à mettre en œuvre diverses manipulations pour imposer un narratif favorable à leurs « actions ».

En effet, depuis maintenant deux années nous vivons sous l’égide d’une véritable dictature sanitaire mondiale. Cette pandémie pro-vakx1 était néanmoins prévue de longue date comme l’avait annoncé la revue Nexus ou comme l’avait encore « demandé »  Jacques Attali dans une tribune publiée à l’occasion de la grippe H1N1 en 2009.

Évidemment attirés par les profits colossaux, les géants de la santé n’ont pas hésité à jouer un rôle fondamental dans le récit que les grands médias et les gouvernements servent aux populations depuis maintenant 24 mois. En cette époque post-démocratique d’instauration du pass vakcinal en France, il nous est quand même encore permis de nous demander en quoi ces sociétés ont eu un intérêt à collaborer à ce nouveau paradigme (qui in fine décrédibilise une grande partie de leurs activités) au-delà de la seule question du profit.

Face à la colère populaire qui monte, ne sont-elles pas en train de scier la branche sur laquelle elles sont assises ?

On le voit chaque jour, la tyrannie sanitaire amène des gens éveillés à se questionner sur leur propre santé et sur un système immunitaire naturel. Nombreux sont ceux qui se tournent vers des réflexions et des connaissances historiques plus proches de la médecine traditionnelle ou l’humain avaient encore une place centrale.

D’ailleurs cette pandémie a également révélé qui étaient les véritables médecins et soignants, jetant un grand nombre de professionnels de santé du côté de la corruption et du mépris des populations à leur égard. Alors pourquoi les sociétés pharmaceutiques, au-delà de la logique des profits colossaux engendrés, perdurent à se vautrer dans la fange des manipulations et du mensonge autour du Covid-19 ?

La réponse est simple et vous la connaissez déjà ! Big Pharma, comme tous les autres secteurs, ne peut plus être pensée comme une industrie indépendante. Elle est en réalité l’une des têtes de l’Hydre du système oligarchique qui souhaite nous imposer le projet de Nouvel ordre mondial.

La santé : un marché colossal en pleine expansion

Avant la crise du coronavirus, en 2019, d’un point de vue financier, il est vrai que le marché pharmaceutique représentait déjà presque 1 000 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Les cinq premiers groupes à l’échelle mondiale par le chiffre d’affaires global étaient Johnson and Johnson, Roche, Pfizer, Bayer ou encore Novartis. Ces sociétés mastodontes du secteur pharmaceutique représentaient à elles seules environ un quart du marché, et seule une vingtaine d’entreprises de ce même secteur réussissaient à atteindre les 10 milliards de chiffres d’affaires.

Mais autant vous dire que l’année 2020 (début de la pandémie) – et 2021 (année du vakx1) écoulées, ont constitué un âge d’or pour l’ensemble de ces firmes. Évidemment, l’un des cœurs de l’industrie pharmaceutique, est le secteur des vakx1s qui est particulièrement concentré. Cela s’explique par le fait que sa production nécessite des investissements considérables (notamment des flux financiers importants vers la recherche et développement, qui représente à elle seule, bien souvent jusqu’à un cinquième voire un quart des chiffres d’affaires d’une société).

Les vakx1s, une affaire rentable

Avant la pandémie, cinq laboratoires se partageaient 80% du marché : Johnson & Johnson, Pfizer, Merck, GSK et le laboratoire français Sanofi. Au total 27 milliards d’euros en 2019, représentaient le secteur du vakx1 soit 3% du marché du médicament.

En 2020 le marché du vakx1 a évidemment explosé, l’ensemble des grands laboratoires et firmes de la santé s’est lancé dans une course pour produire des vakx1s contre le nouveau coronavirus. Elles ont dû adapter leurs productions industrielles à l’échelle planétaire, par conséquent le chiffre d’affaires de ces firmes composant Big Pharma a explosé.

La firme américaine Pfizer a logiquement atteint en 2021 un chiffre d’affaires proches des 36 milliards de dollars, porté évidemment par ses ventes de vakx1s anti-Covid. Le laboratoire start-up Moderna  a de son côté, vu ses ventes annuelles atteindre une somme proche de 20 milliards de dollars. Tandis que le grand groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson a engrangé 2,5 milliards de dollars de revenus issus de son vakx1 anti-covid.

Évidemment ces chiffres ont de quoi donner le tournis, quand avec le recul on constate une efficacité très médiocre, selon les spécialistes sans conflits d’intérêts. Bien sûr, à écouter les très crédibles Jean Castex Premier ministre et son ministre de la Santé Olivier Veran, les vakx1 à ARNm sont efficaces et ne sont pas dangereux. Il nous faut donc impérativement faire confiance à la vaccination de masse et à la «s sainte Science »…

D’ailleurs, on le constate avec les autres exécutifs des pays occidentaux (Mario Draghi, Biden, etc.), le combat contre le coronavirus (peu dangereux) n’est en réalité pas du tout l’objectif de nos dirigeants. Leur mission est relativement simple : vakxiner l’ensemble des peuples du monde avec une injection expérimentale sur plusieurs périodes répétées. Pour quels motifs me direz-vous (en dehors de la domestication des populations et des profits de Big Pharma) ? Nous ne le savons pas encore…

Ce « plan » pourrait être taxé de « complotisme », néanmoins il avait déjà été minutieusement décrypté dans une revue intitulée Nexus en avril 2019, soit quelques mois seulement avant la pseudo pandémie mondiale…

Une industrie aux nombreux scandales

Pourtant quand on s’y intéresse quelques instants, on pourrait quand même avoir quelques doutes légitimes sur les fabricants de ces injections expérimentales (contrairement à ce que dit notre Pinocchio national Oliver Véran) censées sauver le monde depuis plusieurs mois, d’une épidémie qui ne tue que peu de personnes (120 000 morts en 2 ans en France) et qui voit les cas flamber depuis la vakxination de la quasi intégralité de la population.

Dans cet article nous ne parlerons évidemment pas du scandale ayant impliqué l’entreprise pharmaceutique Johnson & Johnson accusée d’avoir favorisé la dépendance à des médicaments antidouleurs (Oxycontin) au moyen de campagnes de promotion trompeuses et qui a été déclarée coupable et condamnée par des tribunaux américains.

D’ailleurs dans cette affaire au retentissement médiatique important plusieurs laboratoires ont été poursuivis devant les juridictions US dont le célèbre Purdue Pharma, qui a dû régler quand même 270 millions de dollars avant le procès. Grâce à ce scandale, en 2019, l’opinion publique US et même Occidentale, a pris conscience de la responsabilité de l’industrie pharmaceutique dans la crise de santé publique qui a fait plus de 400 000 morts en 20 ans, selon les chiffres du centre américain de prévention des maladies (le fameux CDC du docteur Fauci).

Nous ne parlerons pas non plus du plan de faillite du laboratoire Purdue de septembre 2021 validé par la justice Américaine qui a fait que la famille Sackler, accusée d’avoir alimenté la crise des opiacés aux États-Unis, a proposé 4,3 milliards de dollars pour solder les poursuites, le plan prévoyant également d’accorder l’immunité aux membres de cette même famille.

Du côté des sociétés pharmaceutiques stars de la vakxination anti-covid-19, nous n’évoquerons pas non plus les condamnations de Pfizer qui s’est vu obligée à verser une amende record de 2,3 milliards de dollars aux autorités américaines pour avoir fait notamment la promotion abusive de plusieurs médicaments.

Ou encore une amende de 60 millions de dollars pour la corruption de médecins et de représentants de gouvernement, afin d’y accroître ses affaires et ses ventes. Ces dernières années de multiples condamnations concernant Pfizer ont été prononcées aux États-Unis, Grande-Bretagne, enquêtes portant sur des pots-de-vin en France (affaire Cahuzac-Rocard), Grande-Bretagne, Chine, République tchèque, Italie, Serbie, Bulgarie, Croatie, Kazakhstan et Russie… ce qui n’empêche pas notre gouvernement de mettre Pfizer sur un piédestal.

Pour ce qui des autres grands groupes nous ne citerons pas non plus une affaire vieille de plus de deux décennies, qui a vu en 1999, la société Hoffmann-Roche devenue Roche a plaidé coupable et a été condamnée à rembourser une amende de 500 millions de dollars pour entente illicite avec BASF et Rhône Poulenc. notamment sur les prix de diverses vitamines. Ou encore une affaire liant Roche au géant pharmaceutique Novartis, avec qui en mars 2014, elle fut condamnée par l’autorité de la concurrence italienne à des amendes de 182,5 millions d’euros également pour « entente illicite ».

Et enfin pour finir nous ne traiterons évidemment pas d’une enquête de février 2018, ou le parquet grec a lancé des poursuites pour corruption contre un dirigeant en Grèce de Novartis, et demander au Parlement d’éclaircir le rôle d’anciens ministres dans un dossier de pots de vin présumés. Ou encore le scandale Novartis-Michael Cohen sur les conflits d’intérêts et les informations autour de la politique de santé américaine de Donald Trump et son ancien avocat Michael Cohen.

Gardez néanmoins tous ces noms de firmes en mémoire car nous allons retrouver la plupart d’entre elles à l’occasion des solutions anti-covid.

Suivre l’argent : trouver les ombres

Ce qui va davantage nous intéresser ici dans cet article, plus que les activités frauduleuses de Big Pharma en elle-même, que nous subissons quotidiennement à coup de propagande, de fausses informations, de mesures coercitives et attentatoires à nos libertés fondamentales depuis maintenant presque de 2 ans, c’est de savoir qui sont les acteurs derrière ces grandes sociétés du complexe pharmaco-chimique ?

Qui tire les ficelles ? Qui donne les consignes ? Qui sont les fondés de pouvoir et les valets ?

On a déjà évoqué la famille Sackler, mais si on mène une brève enquête on s’aperçoit très rapidement que les structures qui tiennent le secteur de la santé à l’échelle mondiale, sont exactement les mêmes que celles qui contrôlent les banques, les médias, le complexe militaro-industriel ou encore les grands groupes du secteur agroalimentaire.

Et parmi ces structures on retrouve évidemment les familles historiques du capitalisme transnational. En effet, derrière cette crise du coronavirus, se trouvent encore les mêmes acteurs du capitalisme financier nomade et apatride. Au-delà de la crise sanitaire (qui serait encore plus résiduelle si les malades avaient été soignés avec les traitements précoces notamment), la pandémie qui a lancé le « Great Reset est » en vérité l’un des points de départ de la plus grande opération de spoliation de l’histoire.

Certes le vakx1 est certainement là pour éliminer en qualité et ou quantité de potentiels rivaux de l’oligarchie (concernant la consommation de ressources et richesses) mais il n’est pas l’alpha et l’oméga, malgré le fait que les lettres grecques soient en ce moment très à la mode avec les variants (Delta- triangle) et (omicron- petit o- œil).

En effet, les acteurs de la Grande réinitialisation élaborant les consignes par l’intermédiaire notamment de Davos et de son Forum économique mondial, sont les mêmes qui siègent dans les conseils d’administration des grandes sociétés financières et qui susurrent à l’oreille de nos dirigeants.

En réalité depuis 2020, les dirigeants valets, les Macron, Draghi, Biden, Johnson et Cie sont désormais tenus d’un côté par la propagande médiatique covidienne et de l’autre par la logique financière de la dette qui n’a pas terminée de s’envoler et d’exploser notamment grâce à cette pandémie (atteignant maintenant 256% du PIB mondiale en 2020). La dette véritable instrument de coercition contre les nations (comme le passe sanitaire pour les populations) devra être remboursée quoi qu’il en coûte… comme l’a encore très bien rappelé l’employée de l’hyperclasse Christine Lagarde sur France Inter, il y a quelques jours.

Les gestionnaires d’actifs ou l’autre visage de Big Pharma

Pour comprendre cette mainmise et la toute-puissance des gestionnaires d’actifs dans le secteur pharmaco-chimique il nous suffit de procéder à une vérification non exhaustive des participations des grands gestionnaires d’actifs dans les firmes de santé dans cette crise covidienne.

Les deux plus connus sont évidemment BlackRock et Vanguard, mais il est également important de citer également leurs complices, notamment State Street Funds Management, Wellington Management Company, Capital Recherche and Management, Northern Trust Investements. On va le constater ces grands groupes par l’intermédiaire de participations croisées et d’influences tacites, possèdent en réalité presque l’intégralité du secteur pharmaceutique.

Mais alors en quoi ce lien entre les plus grandes firmes financières et les sociétés pharmaceutiques géantes est-il si important ? Tout simplement parce que les géants pharmaceutiques sont les protagonistes principales du narratif hystero-sanitaire et de la réponse formulée à cette crise du Covid-19.

Depuis quelques mois, les gouvernements (à l’image de notre ministre de la Santé Véran) sont simplement devenus des VRP de ces grandes sociétés. Celles-ci sont pourtant en train de mettre en danger par la vakxination de masse, l’ensemble des populations du monde par un récit officiel mensonger autour du coronavirus. Et pour faire avancer le dévoilement de la vérité autour de cette « mascarade pandémique » et espérer un jour traduire l’ensemble des responsables devant des tribunaux, il nous faut comprendre qui sont les décisionnaires véritables, qui ont poussé, conçu, un récit frauduleux pour accroitre leurs profits (financiers et politiques).

Car bien que les grands gestionnaires d’actifs indiquent avoir une gestion passive, en réalité ils ne se privent pas du tout d’imposer leur vision et stratégies aux sociétés dans lesquelles ils détiennent des parts importantes. Prenons l’exemple de BlackRock. Si le rocher noir estime que ses positions n’ont pas été suffisamment prises en compte, il vote contre la réélection des administrateurs jugés les plus responsables de la mauvaise stratégie de la société. La firme de Larry Fink a aussi de nombreuses fois, encouragé l’élection annuelle des administrateurs. D’ailleurs l’évaluation des conseils et le respect du principe « une action-une voix », que le rocher noir considère comme « démocratique », lui donne surtout une puissance colossale dans la prise des décisions à l’intérieur de ces firmes.

Évidemment, il est nécessaire de garder en tête que les ratios d’actionnariat changent fréquemment, car les BlackRock, The Vanguard Group achètent et vendent régulièrement. C’est pourquoi il ne faut pas s’attarder sur les différents pourcentages, mais se focaliser sur la présence de ces firmes dans les « tops actionnaires ».

Dans le paragraphe qui va suivre, nous nous sommes amusés à photographier les différentes participations des gestionnaires d’actifs au sein des géants pharmaceutiques composants Big Pharma (avant ou pendant cette crise pandémique covidienne). L’essentiel à comprendre est que les gestionnaires géants comme State Street, BlackRock et Vanguard, etc. individuellement et combinés représentent, comme vous allez le constater, un pouvoir d’influence colossale sur ces groupes et sociétés de l’industrie de la santé.

Ainsi, si par exemple on se penche sur la liste des principaux actionnaires de Pfizer au 22 novembre 2020 (au tout début du lancement du vakx1) on retrouve :

  1. The Vanguard Group – 7.74%
  2. State Street Funds Management 5.20%
  3. Capital Research and Management (World Ivestors) 4.66%
  4. Wellington Management Company. 4.51%
  5. Capital Research and Management 2.56%
  6. BlackRock Fund Advisors 2.42%
  7. Northern Trust Investements 1.24%
  8. Norges Bank Investement Management 1.07%

Pour les positions des actionnaires et participations actualisées, vous pouvez consulter ce lien du site zonebourse PFIZER INC.

Pour ce qui est de la société AstraZeneca dont le vakx1 n’a pas connu un grand succès en Europe, car rapidement catalogué comme responsable de thromboses à répétition, voici la liste des principaux actionnaires au début de la campagne mondiale de vakxination, le 29 mars 2021 :

  1. Wellington Management Company. 5.22%
  2. Capital Research and Management (World Ivestors) 4.27%
  3. BlackRock Investement Management (UK) 4.16%
  4. The Vanguard Group – 2.70%
  5. Norges Bank Investement Management 1,88%
  6. BlackRock Fund Advisors 1.72%
  7. BlackRock Advisors (UK) 1.20%
  8. State Street Funds Management 1.06%.

Les vakx1s de cette société sont désormais envoyés de manière prioritaire au pays du tiers-monde.

Pour les positions des actionnaires et participations actualisées, vous pouvez consulter ce lien : ASTRAZENECA-PLC.

Quant à Johnsson and Johnsson, sa liste des principaux actionnaires avant même la proclamation de la crise, le 12 janvier 2020 s’établissait de la manière suivante :

  1. The Vanguard Group – 8.45%
  2. State Street Funds Management 5.76%
  3. BlackRock Fund Advisors 2.53%
  4. Northern Trust Investements 1.31%

Pour les positions des actionnaires et participations actualisées, vous pouvez consulter ce lien : JOHNSON-JOHNSON.

De son côté la société GlaxoSmithKline (GSK), longtemps accusée d’être le propriétaire réel du laboratoire P4 de Wuhan, a bien dans ces tops actionnaires les groupes BlackRock et Vanguard. Cependant le lien entre GSK et le laboratoire P4 de Wuhan a été timidement démenti, mais il n’est pas du tout impossible qu’il existe bel et bien plusieurs connexions entre cette société et le laboratoire chinois (sous tutelle de l’État) responsable officieux de la plandémie, rien qu’en matière de recherche et de flux financiers.

Pour les positions des actionnaires et participations actualisées, vous pouvez consulter ce lien : GLAXOSMITHKLINE.

Il est à noter que GSK s’est, elle aussi, lancée dans un traitement contre le Covid-19.

Ensuite la société Merck qui était et est encore le plus gros producteur d’ivermectine (l’un des médicaments étant utilisé dans certains traitements précoces du Covid-19) bloqué par les grands gouvernements et les médias, est elle aussi sous contrôle :

Puisque la liste des principaux actionnaires de Merck au 1er novembre 2021 était composée de :

  1. The Vanguard Group – 8.49%
  2. Capital Research and Management (World Ivestors) 5.48%
  3. State Street Funds Management 4.51%
  4. BlackRock Fund Advisors 2.19%
  5. Wellington Management Company. 1.91%
  6. Northern Trust Investements 1.23%
  7. Capital Research and Management (World Ivestors) 1.14%.

Pour les positions des actionnaires et participations actualisées, vous pouvez consulter ce lien : MERCK-CO.

Enfin, pour en finir avec ces listes non exhaustives des principaux actionnaires, retenons celle de la société ROCHE  au 20 juillet 2021 :

  1. Norges Bank Investement Management 2.84%
  2. The Vanguard Group 2.63%
  3. BlackRock Fund Advisors 1.58%

Pour les positions des actionnaires et participations actualisées vous pouvez consulter ce lien : ROCHE-HOLDING-AG

Le grand public n’a peut-être pas encore entendu parler de cette société dans les médias à la différence des Pfizer, Johnson and Johnson, Moderna, etc. pourtant le rôle de l’ancienne Hoffman-Roche est fondamental car c’était tout simplement la première entreprise pharmaceutique du monde en 2020 en matière de chiffre d’affaires. Et on pourrait se dire naïvement qu’elle a loupé le coche de la course de la vakxination anti-covid.

Mais en réalité, il n’en est rien, c’est même elle, qui a décroché le premier « pactole » grâce à un autre outil de la pandémie. En effet, cette pandémie de Covid-19 ne repose concrètement que sur les tests– et les cas positifs. Ainsi pour entretenir un narratif de peur, les tests sont en réalité, l’un des éléments de base de cette crise sanitaire pilotée intégralement par Big Pharma.

À l’heure actuelle, les « tests covid » représentent une facture de plus de 6 milliards d’euros pour la France… Certains avancent même le chiffre de 10 milliards. Ainsi, au début de cette crise planifiée, en mars 2020, la division Roche Diagnostics avait déjà réalisé une étape importante avec l’approbation de son test de diagnostic du Sars-Cov-2 capable d’analyser 1 400 à 8 800 échantillons en 24 heures. Le 13 octobre 2020, Roche avait également communiqué sur le lancement d’un nouveau test antigénique, Elecsys SARS-CoV-2 Antigen, pour diagnostiquer la présence d’antigènes spécifiques à la Covid-19.

Nous ne relancerons pas le débat sur la qualité et le rôle des tests dans cette crise mais ce qui est certain c’est que tous les grands acteurs de Big Pharma étaient positionnés pour profiter de la crise. Et même s’il est vrai certaines start-up comme Moderna ou Biontech (BlackRock évidemment présent parmi leurs actionnaires) ont su tirer leurs épingles du jeu, en s’adossant à ces mastodontes., tous les poids lourds ont su se positionner.

On le constate donc tous les gestionnaires d’actifs se sont placés à l’occasion de la pandémie. Ce qui est étrange c’est de constater très souvent les mêmes noms dans l’actionnariat de Big Pharma. Dans cet article, la liste n’est évidemment pas exhaustive mais à chaque fois les mêmes noms des grands acteurs sont relativement peu nombreux et reviennent très souvent. Les grands gestionnaires d’actifs sont tous présents et ont des participations croisées dans ces sociétés.

Les grands gestionnaires d’actifs : un monopole qui ne dit pas son nom

Cependant le scandale ne s’arrête pas là. On pourrait se dire que le fait qu’il existe plusieurs grands groupes financiers qui contrôlent les laboratoires rend cet état de fait quand même acceptable et que ce n’est pas si étonnant. En réalité, il n’en est rien. Nous sommes bien devant l’un des plus gigantesques monopoles de l’Histoire de l’Humanité. La concentration financière et politique est presque totale. Même John D. Rockefeller s’il était encore de ce monde, pourrait rougir d’un tel niveau de monopolisation et d’opacité financière.

Car cette fois, à la différence du XIXème siècle, les quelques mains qui possèdent le grand capital mondial sont cachées derrière les paravents de sociétés écran, holding multiples, participations croisées entre rivaux et bénéficient du monde offshore parfaitement développé depuis les années soixante-dix. Mais n’en doutez pas, la consanguinité financière caractérise encore une fois ce grand monopole de l’ombre.

Il nous suffit d’étudier le cas du gestionnaire d’actif le plus connu, BlackRock, et sa liste des principaux actionnaires du 3 octobre 2020 pour s’en convaincre :

À la première place, on retrouve bizarrement son « grand rival » The Vanguard Group – avec 5.67%, puis en seconde position Capital Research and Management 5.27%, puis State Street Funds Management 3.34%, puis Wellington Management Company 2.95%, BlackRock Fund Advisors 1.84% ou encore Norges Bank Investement Management 1.80%

Pour les positions des actionnaires et participations actualisées, vous pouvez consulter ce lien : BLACKROCK-INC.

Quelle étrange conception de la concurrence libre et non faussée… En réalité, on comprend donc bien que toutes ces grandes firmes se tiennent entre elles, se contrôlent et s’entendent pour se partager le gâteau des richesses de l’économie mondiale. Évidemment pour ce qui est des véritables propriétaires de BlackRock, The Vanguard Group (mettons de coté la propagande qui explique que ce sont en fait Monsieur et Madame tout le monde), des indices et des articles émettent plusieurs suppositions, mais tout le monde sait d’instinct que ces firmes appartiennent et sont contrôlés par les mêmes grandes familles du capitalisme financier apatride et mondialisé dont les noms sont connus et reviennent épisodiquement sur le devant de la scène internationale depuis désormais presque 2 siècles.

Le groupe Vanguard est historiquement le principal actionnaire de BlackRock. Cependant contrairement à ce qu’on pourrait penser, Vanguard est très certainement plus important dans ce système opaque de pillage des richesses du monde. Tout simplement car cette société (qui existait bien avant BlackRock) a été la firme précurseur sur les ETF (Fonds négociés en bourse). De même que la Wellington Management Company fut historiquement le premier grand gestionnaire d’actifs.

The Vanguard Group (le groupe de l’Avant Garde) et la Wellington (du nom du bourreau de Napoléon à Waterloo) Management Company sont des « nœuds » d’un milieu que l’on pourrait désigner comme la finance de l’ombre car leurs structures et actions sont encore plus opaques que celle de BlackRock, ce qui rend difficile la lecture des liens avec les grands acteurs historiques et politiques du monde de la finance.

Cependant la plupart des experts ne se font guère d’illusions, bon nombre des familles les plus anciennes et les plus riches du monde sont concrètement liées aux fonds Vanguard ou encore State Street. Des noms dans les organigrammes des sociétés et les réunions des clubs privés trahissent parfois ces secrets de polichinelle.

Les noms Rothschild, Rockefeller, Dupont, OrsiniMedici, apparaissent quelques fois au sein des organes exécutifs de ces groupes.

Ces grandes familles n’ont évidemment pas abandonné leurs places dans les banques mais ont trouvé dans ces nouvelles structures du capitalisme parasitaire, des outils très opportuns pour mener à bien leur projet de captation d’une grande partie de l’épargne mondiale.

Avant les années 2000 et la révolution Larry Fink/BlackRock, les gestionnaires d’actifs n’étaient pas des structures attrayantes pour les businessmans aux dents longues de Wall Street ou de la City, au contraire, ces groupes étaient davantage perçus comme des sociétés aux capacités médiocres.

Ce sont la montée en puissance des ETF (fonds indiciels répliquant par exemple le SP 500 cotations boursières des 500 plus grosses entreprises américaines) et surtout la crise de 2008 qui vont avoir pour conséquence la consécration des The Vanguard Group, BlackRock, State Street…

Évidemment l’influence des gestionnaires d’actifs géants est de nos jours considérable. Non seulement ils détiennent une grande partie des actions de presque toutes les grandes entreprises du monde, mais ils possèdent aussi les actions des investisseurs de ces entreprises. Cela leur donne de facto un monopole tentaculaire sur les secteurs les plus importants de l’économie mondiale.

State Street, Blackrock, The Vangaurd Groupe et Cie, véritables paravents institutionnels sont en réalité les ombres du plus gigantesque monopole secret de l’histoire. Bloomberg écrivait deux années avant la crise du coronavirus qu’à eux deux Vanguard et BlackRock pourraient posséder 20 000 milliards de gestion en 2028. Juste pour information en ce début d’année 2022, BlackRock vient déjà de dépasser les 10 000 milliards sous gestion à lui seul !

Le rocher Noir et le groupe de l’avant-garde ont donc entre leurs mains l’ensemble des industries et des grands secteurs économiques (GAFAM/ Big Tech, Big Pharma, Automobile, Défense, agroalimentaire). Pour vous en convaincre il vous suffit de procéder de la même manière que ce qui a été transcrit plus haut dans cet article. Vous allez vite vous rendre compte que les grands gestionnaires d’actifs possèdent tout, de Facebook-Meta, à Alphabet (Youtube-Google), en passant par Microsoft, The Coca-Cola Company ou même encore Tesla.

Les State Street, Blackrock et Vanguard ont la propriété de plusieurs milliers d’entreprises américaines, européennes, françaises dont les chiffres d’affaires approchent plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Les trois géants de la gestion d’actifs sont en réalité les plus grands propriétaires mondiaux, ils représentent près de 90 % des sociétés cotées à la bourse américaine le S&P 500. Certains diront que c’est tout à fait logique puisqu’ils sont les maitres des ETF et de la gestion passive, et que c’est leur rôle d’être présent partout, dans tous les secteurs de la vie économique, mais ce constat est fondamentalement faux.

Évidemment, nous pouvons souscrire en partie à ces arguments de bon sens, mais en l’occurrence ce n’est pas leur présence dans les grandes sociétés qui posent véritablement problème et question. C’est bel et bien leurs poids dans l’actionnariat de ces dernières et permanence de leurs poids. Leur capacité financière leur donne un rôle moteur dans notre économie mondiale, sous perfusion financière des banques centrales.

Le Big Three et la World Company

Comme on l’a déjà indiqué, c’est la crise de 2008 (qui n’est toujours pas terminée), qui a permis à ces grands gestionnaires d’actifs anglo-américains de prendre une place démesurée dans l’écosystème du capitalisme mondialisé.

Presque inconnus du grand public avant la crise des Subprimes, ces firmes financières ont ainsi capturé des pans considérables des intérêts économiques, politiques et monétaires et se trouvent désormais être le cœur nucléaire du système financier mondial.

Ces sociétés financières ont progressivement pris le pouvoir et l’influence des grandes banques depuis 2008 car elles permettent aux grands détenteurs de capitaux de contourner les règles prudentielles appliquées à ces dernières. Les banques sont loin d’avoir disparu, mais une partie de l’influence et du pouvoir financier a été concrètement transférée vers ces sombres structures.

Évidemment à force de se développer sans contraintes réglementaires et obstacles politiques, les grands gestionnaires d’actifs, BlackRock, Vanguard, ou State Street, sont certes devenus les colosses du système capitaliste parasitaire mais paradoxalement (malgré leur puissance) ces titans pourraient également être le talon d’Achille de la finance mondialisée, au regard du niveau de concentration de richesses qu’ils ont fini par atteindre en l’espace de moins de deux décennies.

Grâce au Covid-19, on l’a vu, BlackRock gère plus de 10 000 milliards de dollars depuis la fin 2021. On peut constater la même dynamique pour Vanguard (7 900 milliards en mai 2021) et State Street qui gère quant à lui plus de 3.100 milliards sous gestion officiellement. À eux seuls, les trois leaders mondiaux du secteur ont désormais entre les mains « autour de 10 % de la capitalisation boursière mondiale totale ». C’est d’ailleurs BlackRock qui avait indiqué ce chiffre délirant dans l’un de ses communiqués.

Le pouvoir de l’influence

Et comme pour Big Pharma, l’ensemble des grandes entreprises (Google, Meta, Apple, etc.) doivent se soumettre à la vision des nouveaux géants de la finance mondialisée. Cela peut aussi expliquer les vagues de censure médiatique aggravées depuis mars 2020 et la proclamation de la pandémie. Le marché et la censure sont désormais entre ces quelques mains.

BlackRock, Vanguard, State Street « ont atteint une telle taille critique, un tel degré de concentration que nulle entreprise cotée n’ose déroger aux objectifs financiers que ces fonds leur assignent », constate très justement l’économiste Olivier Passet.

La théorie et la doxa officielle concernant les grandes firmes de gestion d’actifs voudraient nous faire croire que ces géants investissent de manière minoritaire dans des entreprises par l’intermédiaire des fameux ETF (fonds indiciels), mais comme on l’a vu en raison de leur consanguinité et de leur poids colossal actuel, il n’en est rien.

Les médias spécialisés nous expliquent que BlackRock, The Vanguard Group n’interviennent quasiment pas dans la gouvernance des grandes entreprises, (la fameuse gestion passive) et les experts expliquent aussi que les gestionnaires d’actifs se « contentent de gérer leur participation comme un placement financier ».

Certains osent même analyser la montée en puissance du rocher noir en disant qu’il s’agit (comme pour Robinhood) « d’une démocratisation de l’investissement », et d’autres disent qu’il s’agit d’un « triomphe de la médiocrité ». Mais ce n’est bien évidemment, ni l’un ni l’autre. C’est une stratégie des « quelques mains » savamment mises en place et que l’on distingue plus précisément depuis 2020.

Si les State Street, Blackrock, Vanguard ne sont pas, il est vrai, techniquement propriétaires des actions qu’ils achètent, ils ont cependant un pouvoir d’ingérence et d’influence concret puisqu’ils votent en assemblée générale et sont potentiellement les interlocuteurs des états-majors des entreprises.

De plus, ces géants financiers se défendent maintenant ouvertement d’être des actionnaires passifs, en témoigne une déclaration de l’ancien patron de Vanguard, Bill McNabb en 2015 qui expliquait que : « par le passé, certains ont pu penser que notre gestion passive s’accompagnait d’une attitude passive en matière de gouvernance, mais en réalité, rien n’est plus faux ».

D’ailleurs depuis la crise du coronavirus, et mars 2020, Blackrock a voté contre les recommandations du management près d’une fois sur trois aux États-Unis.

Désormais comme les unes The Economist pour les complotistes, la lettre annuelle de Larry Fink aux PDG des grandes entreprises mondiales est désormais scrutée analysée et décortiquée par les grands dirigeants, analystes, traders, et journalistes…

Dans les faits ce sont ces fiduciaires hyper-influentes qui dictent aux grands patrons la bonne marche à suivre d’un point de vue stratégique. N’importe quel observateur de bon sens, comprend qu’au regard de leur taille, les entreprises n’ont plus vraiment le choix. D’ailleurs, même les ETF en eux-mêmes posent des problèmes de gouvernance, de démocratie actionnariale et d’antitrust.

Pour preuve, BlackRock a triplé « les effectifs de son service de surveillance des sociétés cotées ». Ainsi, ses fonds peuvent « peser davantage par leurs votes en assemblée générale sur la stratégie et les comportements des sociétés qu’ils avaient en portefeuille ».

Covid-19 et concentration totale de l’économie mondiale

« Nous assistons à une concentration de l’actionnariat inédite depuis l’époque de John P. Morgan et John D. Rockefeller », écrivent les auteurs du rapport de 2017 « Hidden Power of the Big Three ». En réalité les acteurs de cette concentration des richesses n’ont pas changé, les mêmes grandes familles sont à la manœuvre : Rockefeller, Vanderbilt, Rothschild, Oppenheimer, Orsini, Medici … Seuls les noms sur les vitrines ont changé.

Ils sont juste représentés par leurs fondés de pouvoir (Fink, Boggle, O’Hanley, etc.) du moment, et ont à leur disposition des dizaines de grands gestionnaires d’actifs couplés au pouvoir des Bigs Banks (JP Morgan, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Bank of America, etc.) et aussi les banques de conseil (Rothschild LCF, Lazard Frères chez nous, pour les fusions acquisitions lucratives des grandes sociétés dont ils sont actionnaires).

Pour cerner l’étendue du rôle majeur des gestionnaires d’actifs, dans l’économie mondiale, il nous suffit de décrire à nouveau la manœuvre de Blackrock à l’occasion de la pandémie débutée au début de l’année 2020.

Comme je l’ai indiqué il y plus d’un an dans mon livre Le Grand Reset en marche et dans mes articles, le 3 mars 2020 : alors que la bourse de Wall Street venait de subir une chute de 35 % en l’espace de quelques semaines, la Fed de Jérôme Powell a pris la décision de faire tapis : pour éviter le cataclysme financier qui devait logiquement se produire face à l’arrêt de l’économie réelle et les montagnes de difficultés et de dettes US et mondiales.

Le grand reset en marche (Géopolitique Profonde)

Ainsi, la banque centrale créée en 1913 a pris le parti de « soviétiser» complètement des pans entiers de l’économie US. Souvenons-nous, l’institution financière US a annoncé une intervention sans limite de montant ni de temps, via le rachat d’actions et d’obligations d’entreprises.

Pour simplifier la Réserve Fédérale a remplacé le « marché » (réputé libre et non faussé) pour faire remonter les cours de sociétés qui s’écroulaient. Et vous le savez bien, cette annonce a changé les cours et le cours de l’histoire comme par magie. Car, évidemment tous les cours de Bourse (qui avaient chuté de près de 30%) sont repartis à la hausse et ont même par la suite explosé leurs records.

Néanmoins pour maintenir et faire remonter les cours, l’institution de Jay Powell ne s’est pas gênée pour racheter massivement les fameux ETF des gestionnaires d’actifs, et en particulier ceux de BlackRock… Mais dans cette histoire il y a encore un plus gros scandale. Car pour racheter tous ces titres, la Réserve Fédérale a confié la responsabilité de tous ces milliards et de sa politique à Larry Fink et BlackRock…

L’ETF phare du rocher noir représentait même à la fin du mois de mai plus d’1/4 des achats de la Réserve Fédérale encadrée par le Trésor US d’après le journal les Echos. Ensuite toujours pour ne pas écrouler le système, la Réserve Fédérale a demandé à Pimco et à State Street de participer, eux aussi, à la fête. Ainsi la chose est simple les grands gestionnaires d’actifs depuis mars 2020 contrôlent réellement la politique monétaire américaine comme en témoignent les messages de BlackRock au bureau de Jay Powell et au Trésor US.

Ainsi la Réserve Fédérale a érigé en système les conflits d’intérêts colossaux de firmes financières avec les politiques monétaires. Et ce ne sont pas les nombreux scandales politico-financiers impliquant des membres de la Fed qui fleurissent ces derniers mois, qui vont nous faire changer d’avis. En réalité, l’organisation du vol, de la spoliation par la caste des 1%, est devenue « monnaie courante » au sein du Eccles Building.

La preuve avec les cas présidents des antennes régionales de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, et de Boston, Éric Rosengren, qui ont annoncé leur démission en septembre dernier suite à des transactions boursières frauduleuses, et en ce début d’année 2022 c’est maintenant autour de Richard Clarida vice-président de l’institution de présenter sa démission !

Pour ce qui est des délits d’initiés affichés au grand jour, la Réserve Fédérale a fait très fort en 2021… Mais évidemment le contrôle de BlackRock ne s’arrête pas à la Réserve fédérale (qui reste cependant, encore pour quelques mois, la plus importante banque centrale du monde.)

Non l’influence de ces mastodontes se matérialise également  en Europe, comme on l’a déjà plusieurs fois énoncé, notamment avec le rôle de la firme de Wall Street auprès de la Commission Européenne.

D’ailleurs, pour faire un lien avec le Big Pharma, dont il était question au début de cet article, il n’est pas anodin de constater que la Commission Européenne d’Ursula Von der Leyen (dont le mari médecin travaille pour Orgenesis, firme spécialisée dans la biotechnologie et plus spécifiquement les thérapies cellulaires et géniques) s’est docilement pliée aux exigences de l’industrie pharmaceutique quand ces dernières ont imposé une confidentialité quasi totale sur les aides accordées pour la recherche et sur le coût des achats de vakx1s contre le Covid-19, tout en étant conseillé par BlackRock dans plusieurs domaines.

En France, n’oublions pas, que le seul Blackrock, possède de nombreuses actions des grandes entreprises françaises,  Total, Sanofi, Publicis, Danone… en gros entre 5% et 10% du CAC40, ce qui peut expliquer pourquoi Larry Fink et ses acolytes ont été invités à déjeuner à l’Élysée il y a quelques mois…

Grandes entreprises et banques centrales sous contrôle

La crise du coronavirus (An I du Nouvel ordre Mondial) n’a fait que renforcer la mainmise des gestionnaires d’actifs qui ont récolté l’épargne de leurs clients fébriles face à la conjoncture.

Désormais, « banques centrales et États marchent main dans la main pour éliminer le risque de sinistralité qui serait coûteux pour la finance. Et les fonds de gestion (…) ont plus que jamais la main sur les choix d’investissement, autrement dit sur la construction du monde de demain », comme l’a très bien résumé Olivier Passet.

Les slogans Build Back Better et le Monde d’Après prennent ainsi tous leurs sens. Passet avance même très explicitement que « c’est le contribuable des générations futures qui paiera pour l’immunité de la finance d’aujourd’hui ». En résumé, même les spécialistes « sérieux » et mainstream décrivent une prise de pouvoir réel des gestionnaires d’actifs au détriment des populations. La crise du Covid a été un colossal écran de fumée, un instrument de domestication des populations et la plus grande opération de spoliation de l’histoire (et elle n’est pas terminée).

Ces derniers mois, BlackRock a fait sauter littéralement tous les records, tout cela dans l’indifférence médiatique générale (trop occupé à vendre la propagande des injections expérimentales inefficaces). Sauf quelques rares médias se penchent actuellement sur la question soulevée par le rocher noir.

On l’a dit plusieurs fois le portefeuille de la firme de Fink dépasse désormais les 10 000 milliards de dollars. Son partenaire Vanguard va dépasser les 8 000 milliards et tous les autres gestionnaires d’actifs restent derrière à des places honorables avec plusieurs centaines de milliards de dollars chacun.

En ce début d’année 2022, la Réserve fédérale entièrement dans les mains de BlackRock et des gestionnaires d’actifs est donc en train, d’écrire le chapitre final de la grande phase monétaire et financière commencée en 1971 avec les accords de changes flottants de Nixon et la décorrélation de la création monétaire avec un système de change or.

En effet, en 2022 la Fed n’a déjà plus le choix. Elle est obligée d’écrire ce dernier chapitre. Soit elle laisse l’inflation galoper et le système financier actuel (roi Dollar) sera dévoré par l’hyperinflation. Soit elle remonte en effet ces taux et/où ralentit sa politique de tapering (rachat d’actifs) et elle provoquera la plus gigantesque contraction monétaire de l’histoire de l’humanité.

Comme d’habitude, l’institution présidée par Powell va essayer de gagner du temps comme elle l’a fait de 2008 à aujourd’hui, en essayant d’adopter des rôles différents en fonction des semaines (Good cop, Bad Cop) mais le temps s’accélère et l’heure des choix importants arrive pour l’Hyperclasse.

Quoi qu’il arrive, le retour au réel semble être acté depuis l’année 2021 (arrivée officielle de l’inflation), et les mois qui viennent risquent d’être assez mouvementés en matière d’actualité financière et monétaire.

Les prochains grands acteurs le FMI, la BRI et les CBDC attendent eux patiemment dans l’ombre pour proposer un remède (le vakx1 des monnaies numériques de banques centrales), pendant que l’avant-garde et le rocher noir écrasent et tuent les derniers restes de l’économie mondiale, comme le virus et ses variants étaient censés le faire avec les populations durant cette fausse pandémie du Covid-19.

À coup sûr, la pandémie financière arrive, et peut-être partira elle également de Chine avec la chute programmée du géant de l’immobilier Evergrande. Mais cette fois il y a fort à parier que les dégâts seront cataclysmiques.

Néanmoins cet effondrement annoncé ne doit pas une nouvelle fois nous enfoncer dans la peur, au contraire nous devons croire enfin à une sortie de crise positive pour les peuples. Face à un narratif sanitaire mensonger qui s’étiole de jour en jour, il n’est pas du tout impossible que nous transformions les quelques tremblements populaires en véritable « révolte des nations » face à la Grande réinitialisation.

Comme dirait le golem sortant Emmanuel Macron en période de campagne : « pensons Printemps ».

L’année 2022 et la bataille pour notre liberté ne font que commencer…

Marc Gabriel Draghi

Source: géopolitique-profonde

EN COMPLEMENT:

30 faits que vous DEVEZ connaître : Votre fiche d’information C0VlD

par Kit Knightly.

Vous l’avez demandé, alors nous l’avons fait. Une collection de tous les arguments dont vous aurez besoin.

Nous recevons beaucoup d’e-mails et de messages privés du genre « avez-vous une source pour X ? » ou « pouvez-vous m’indiquer des études sur les masques ? » ou « je sais que j’ai vu un graphique sur la mortalité, mais je ne le trouve plus ». Nous comprenons que ces 18 mois ont été longs et qu’il y a tellement de statistiques et de chiffres à essayer de garder en tête.

Alors, pour faire face à toutes ces demandes, nous avons décidé de dresser une liste par points et par sources de tous les points clés.

Voici les principaux faits et sources concernant la prétendue « pandémie », qui vous aideront à comprendre ce qui est arrivé au monde depuis janvier 2020, et à éclairer tous vos amis qui seraient encore prisonniers du brouillard de la nouvelle normalité.

*

Partie I : « Morts du Covid » et mortalité

1. Le taux de survie du « Covid » est supérieur à 99%. Les experts médicaux du gouvernement ont fait tout leur possible pour souligner, dès le début de la pandémie, que la grande majorité de la population ne courait aucun danger avec le Covid.https://www.youtube.com/embed/adj8MCsZKlg

Presque toutes les études sur le taux de létalité (IFR) du Covid ont donné des résultats compris entre 0,04% et 0,5%. Ce qui signifie que le taux de survie du Covid est d’au moins 99,5%.

*

2. Il n’y a eu AUCUNE surmortalité inhabituelle. La presse a qualifié l’année 2020 d’« année la plus meurtrière depuis la Seconde Guerre mondiale» au Royaume-Uni, mais cette affirmation est trompeuse car elle ne tient pas compte de l’augmentation massive de la population depuis cette époque. Une mesure statistique plus raisonnable de la mortalité est le taux de mortalité standardisé sur l’âge (TMS) :

Selon cette mesure, 2020 n’est même pas la pire année pour la mortalité depuis 2000. En fait, depuis 1943, seules 9 années ont été meilleures que 2020.

De même, aux États-Unis, le TMS pour 2020 n’est qu’au niveau de 2004 :

Pour une analyse détaillée de l’impact du Covid sur la mortalité en Europe occidentale et aux États-Unis, cliquez ici. Les augmentations de la mortalité que nous avons observées pourraient être attribuées à des causes non liées au Covid [faits 7, 9 et 19].

*

3. Le nombre de « décès dus au Covid » est artificiellement gonflé. Les pays du monde entier définissent le « décès dû au Covid » comme un « décès, quelle qu’en soit la cause, dans les 28/30/60 jours suivant un test positif ».

Des responsables de la santé d’Italie, d’Allemagne, du Royaume-Uni, des États-Unis, d’Irlande du Nord et d’autres pays ont tous admis cette pratique :https://www.youtube.com/embed/Tw9Ci2PZKZg

La suppression de toute distinction entre le décès dû au Covid et le décès dû à autre chose après un test positif au Covid entraînera naturellement un surdénombrement des « décès dus au Covid ». Le Dr John Lee, pathologiste britannique, a mis en garde contre cette « surestimation substantielle » dès le printemps dernier. D’autres sources grand public l’ont également signalé.

Compte tenu de l’énorme pourcentage d’infections « asymptomatiques » par le Covid [fait 14], de la prévalence bien connue de comorbidités graves [fait 4] et de la possibilité de tests faussement positifs [fait 18], le nombre de décès dus au Covid est une statistique extrêmement peu fiable.

*

4. La grande majorité des morts covid avaient des comorbidités sérieuses. En mars 2020, le gouvernement italien a publié des statistiques montrant que 99,2% de leurs « décès Covid » avaient au moins une comorbidité grave.

Celles-ci comprenaient le cancer, les maladies cardiaques, la démence, la maladie d’Alzheimer, l’insuffisance rénale et le diabète (entre autres). Plus de 50% d’entre eux présentaient au moins trois pathologies graves préexistantes.

Ce schéma s’est maintenu dans tous les autres pays au cours de la « pandémie ». Une requête FOIA d’octobre 2020 auprès de l’ONS britannique a révélé que moins de 10% du décompte officiel des « décès dus au Covid » à cette époque avaient le Covid comme seule cause de décès.

*

5. L’âge moyen des décès dus au Covid est supérieur à l’espérance de vie moyenne. L’âge moyen des morts « Covid » au Royaume-Uni est de 82,5 ans. En Italie, il est de 86 ans. En Allemagne, 83 ans. En Suisse, 86 ans. Au Canada, 86. Aux États-Unis, 78, en Australie, 82.

Dans presque tous les cas, l’âge médian d’un « décès Covid » est supérieur à l’espérance de vie nationale.

Ainsi, pour la majeure partie du monde, la « pandémie » n’a eu que peu ou pas d’impact sur l’espérance de vie. À titre de comparaison, la grippe espagnole a entraîné une baisse de 28% de l’espérance de vie aux États-Unis en un peu plus d’un an.

*

6. La mortalité covid reflète exactement la courbe de mortalité naturelle. Des études statistiques menées au Royaume-Uni et en Inde ont montré que la courbe des « morts Covid » suit presque exactement la courbe de la mortalité attendue :

Le risque de décès « dû au Covid » suit, presque exactement, le risque de décès naturel en général.

La légère augmentation pour certains des groupes d’âge plus élevés peut être expliquée par d’autres facteurs [faits 7, 9 et 19].

*

7. Il y a eu une augmentation massive de l’utilisation de NPR « illégaux ». Les organismes de surveillance et les agences gouvernementales ont signalé une augmentation considérable de l’utilisation des Ordres de ne pas réanimer (NPR) au cours des vingt derniers mois.

Aux États-Unis, les hôpitaux ont envisagé des « NPR universels » pour tout patient testé positif au Covid, et des infirmières dénonciatrices ont admis que le système de NPR était utilisé de manière abusive à New York.

Au Royaume-Uni, on a constaté une augmentation « sans précédent » du nombre de NPR « illégaux » pour les personnes handicapées. Les cabinets de médecins généralistes ont envoyé des lettres aux patients en fin de vie pour leur recommander de signer des Ordres de ne pas réanimer, tandis que d’autres médecins ont signé des Ordres de ne pas réanimer généraux pour des maisons de retraite entières.

Une étude réalisée par l’Université de Sheffield a révélé que plus d’un tiers de tous les patients « suspectés » de Covid avaient un NPR joint à leur dossier dans les 24 heures suivant leur admission à l’hôpital.

L’utilisation généralisée de NPR forcés ou illégaux pourrait expliquer toute augmentation de la mortalité en 2020/21 [Faits 2 & 6].

*

Partie II : Confinements

8. Les confinements n’empêchent pas la propagation des maladies. Il n’y a que peu ou pas de preuves que les confinements ont un quelconque impact sur la limitation des « décès Covid ». Si l’on compare les régions qui ont procédé à un confinement à celles qui ne l’ont pas fait, on ne voit aucune tendance.

« Décès dus au covid » en Floride (pas de confinement) et en Californie (confinement).
« Décès dus au Covid » en Suède (pas de confinement) vs Royaume-Uni (confinement).

9. Les confinements tuent les gens. Il existe des preuves solides que les confinements – à travers les dommages sociaux, économiques et de santé publique – sont plus mortels que le « virus ».

Le Dr David Nabarro, envoyé spécial de l’Organisation mondiale de la Santé pour le Covid-19, a décrit les confinements comme une « catastrophe mondiale » en octobre 2020 :

« Nous, à l’Organisation mondiale de la Santé, ne préconisons pas les confinements comme principal moyen de lutte contre le virus […] il semble que nous pourrions avoir un doublement de la pauvreté mondiale d’ici l’année prochaine. Nous pourrions bien avoir au moins un doublement de la malnutrition infantile […] C’est une catastrophe mondiale terrible, épouvantable ».

Un rapport de l’ONU datant d’avril 2020 prévient que des centaines de milliers d’enfants seront tués par l’impact économique des confinements, tandis que des dizaines de millions d’autres risquent la pauvreté et la famine.

Le chômage, la pauvreté, le suicide, l’alcoolisme, la toxicomanie et d’autres crises sociales et de santé mentale sont en hausse dans le monde entier. Les opérations chirurgicales et les dépistages manqués ou retardés vont entraîner une augmentation de la mortalité due aux maladies cardiaques, au cancer, etc. dans un avenir proche.

L’impact du confinement expliquerait la légère augmentation de la surmortalité [Faits 2 & 6].

*

10. Les hôpitaux n’ont jamais été exceptionnellement surchargés. Le principal argument utilisé pour défendre le confinement est que « l’aplatissement de la courbe » empêcherait un afflux rapide de cas et protégerait les systèmes de santé de l’effondrement. Mais la plupart des systèmes de santé n’ont jamais été proches de l’effondrement.

En mars 2020, il a été rapporté que les hôpitaux espagnols et italiens débordaient de patients, mais cela se produit à chaque saison de grippe. En 2017, les hôpitaux espagnols étaient à 200% de leur capacité, et 2015 a vu des patients dormir dans les couloirs. Un article du JAMA de mars 2020 a révélé que les hôpitaux italiens « fonctionnent généralement à 85-90% de leur capacité pendant les mois d’hiver ».

Au Royaume-Uni, le NHS est régulièrement mis à rude épreuve pendant l’hiver.

Dans le cadre de sa politique Covid, le NHS a annoncé au printemps 2020 qu’il allait « réorganiser la capacité des hôpitaux selon de nouvelles méthodes pour traiter séparément les patients Covid et non Covid » et que « par conséquent, les hôpitaux connaîtront des pressions de capacité à des taux d’occupation globaux inférieurs à ce qui aurait été le cas auparavant ».

Cela signifie qu’ils ont supprimé des milliers de lits. Pendant une prétendue pandémie mortelle, ils ont réduit le taux d’occupation maximal des hôpitaux. Malgré cela, le NHS n’a jamais ressenti de pression au-delà de la saison de grippe typique, et a parfois eu quatre fois plus de lits vides que la normale.

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, des millions de dollars ont été dépensés pour des hôpitaux d’urgence temporaires qui n’ont jamais été utilisés.

*

Partie III : Tests PCR

11. Les tests PCR n’ont pas été conçus pour diagnostiquer les maladies. Le test RT-PCR (Reverse-Transcriptase Polymerase Chain Reaction) est décrit dans les médias comme le « standard or » pour le diagnostic Covid. Mais l’inventeur de ce procédé, lauréat du prix Nobel, n’a jamais eu l’intention de l’utiliser comme outil de diagnostic, et l’a dit publiquement :

« La PCR n’est qu’un procédé qui vous permet de produire une grande quantité de quelque chose à partir de quelque chose. Il ne vous dit pas que vous êtes malade, ou que la chose que vous avez obtenue va vous faire du mal ou quoi que ce soit d’autre ».

*

12. Les tests PCR ont un historique d’imprécision et de manque de fiabilité. Les tests PCR pour le Covid sont connus pour produire beaucoup de résultats faussement positifs, en réagissant à des matériaux d’ADN qui ne sont pas spécifiques au Sars-Cov-2.

Une étude chinoise a montré qu’un même patient pouvait obtenir deux résultats différents avec le même test le même jour. En Allemagne, on sait que des tests ont réagi à des virus du rhume. Une étude de 2006 a révélé que les tests PCR pour un virus réagissaient également à d’autres virus. En 2007, le recours aux tests PCR a entraîné une « épidémie » de coqueluche qui n’a jamais existé. Aux États-Unis, certains tests ont même réagi à l’échantillon de contrôle négatif.

L’ancien président de la Tanzanie, John Magufuli, a soumis des échantillons de chèvre, de papaye et d’huile de moteur à des tests PCR, qui se sont tous révélés positifs au virus.

Dès février 2020, les experts ont admis que le test n’était pas fiable. Le Dr Wang Cheng, président de l’Académie chinoise des Qciences médicales, a déclaré à la télévision d’État chinoise : « La précision des tests n’est que de 30 à 50% ». Sur le site web du gouvernement australien, on peut lire : « Les données disponibles pour évaluer la précision et l’utilité clinique des tests COVID-19 disponibles sont limitées ». Et un tribunal portugais a jugé que les tests PCR étaient « peu fiables » et ne devaient pas être utilisés pour le diagnostic.

Vous pouvez lire des analyses détaillées des défaillances des tests PCR iciici et ici.

*

13. Les valeurs CT des tests PCR sont trop élevées. Les tests PCR sont exécutés en cycles, le nombre de cycles que vous utilisez pour obtenir votre résultat est connu comme votre « seuil de cycle » ou valeur CT. Kary Mullis a déclaré : « Si vous devez effectuer plus de 40 cycles […], il y a quelque chose qui ne va pas du tout avec votre PCR».

Les directives de la MIQE en matière de PCR sont d’accord, puisqu’elles stipulent ce qui suit : « Les valeurs de [CT] supérieures à 40 sont suspectes en raison de la faible efficacité implicite et ne doivent généralement pas être rapportées », le Dr Fauci lui-même a même admis que tout ce qui dépasse 35 cycles n’est presque jamais cultivable.

Le Dr Juliet Morrison, virologue à l’Université de Californie, Riverside, a déclaré au New York Times : « Tout test dont le seuil de cycles est supérieur à 35 est trop sensible… Je suis choquée que les gens puissent penser que 40 [cycles] puissent représenter un positif… Un seuil plus raisonnable serait de 30 à 35 ».

Dans le même article, le Dr Michael Mina, de l’école de santé publique de Harvard, a déclaré que la limite devrait être de 30. L’auteur poursuit en soulignant que la réduction du CT de 40 à 30 aurait réduit les « cas de Covid » dans certains États jusqu’à 90%.

Les propres données du CDC suggèrent qu’aucun échantillon de plus de 33 cycles ne peut être cultivé, et l’Institut Robert Koch d’Allemagne affirme que rien de plus de 30 cycles n’est susceptible d’être infectieux.

Malgré cela, on sait que presque tous les laboratoires aux États-Unis effectuent leurs tests à au moins 37 cycles et parfois jusqu’à 45. La « procédure opérationnelle standard » du NHS pour les tests PCR fixe la limite à 40 cycles.

Sur la base de ce que nous savons des valeurs CT, la majorité des résultats des tests PCR sont au mieux douteux.

*

14. L’Organisation mondiale de la Santé a admis (deux fois) que les tests PCR produisaient des faux positifs. En décembre 2020, l’OMS a publié une note d’information sur le processus de PCR indiquant aux laboratoires de se méfier des valeurs CT élevées qui entraînent des résultats faussement positifs :

« Lorsque les échantillons renvoient une valeur Ct élevée, cela signifie que de nombreux cycles ont été nécessaires pour détecter le virus. Dans certaines circonstances, la distinction entre le bruit de fond et la présence réelle du virus cible est difficile à établir ».

Puis, en janvier 2021, l’OMS a publié un autre mémo, avertissant cette fois que les tests PCR positifs « asymptomatiques » devaient être retestés car il pouvait s’agir de faux positifs :

« Lorsque les résultats du test ne correspondent pas à la présentation clinique, un nouvel échantillon doit être prélevé et retesté en utilisant la même technologie NAT ou une technologie différente ».

*

15. La base scientifique des tests Covid est discutable. Le génome du virus Sars-Cov-2 a soi-disant été séquencé par des scientifiques chinois en décembre 2019, puis publié le 10 janvier 2020. Moins de deux semaines plus tard, des virologues allemands (Christian Drosten et al.) auraient utilisé ce génome pour créer des essais pour les tests PCR.

Ils ont rédigé un article intitulé « Détection du nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV) par RT-PCR en temps réel », qui a été soumis pour publication le 21 janvier 2020, puis accepté le 22 janvier. Cela signifie que l’article a été prétendument « examiné par les pairs » en moins de 24 heures. Un processus qui prend généralement des semaines.

Depuis lors, un consortium de plus de quarante spécialistes des sciences de la vie a demandé le retrait de l’article, en rédigeant un long rapport détaillant dix erreurs majeures dans la méthodologie de l’article.

Ils ont également demandé la publication du rapport d’examen par les pairs du journal, afin de prouver que l’article a réellement été soumis au processus d’examen par les pairs. Le journal ne s’est pas encore exécuté.

Les tests de Corman-Drosten sont à la base de tous les tests PCR de Covid dans le monde. Si l’article est douteux, chaque test PCR l’est aussi.

*

Partie IV : « Infection asymptomatique »

16. La majorité des infections Covid sont « asymptomatiques ». Dès mars 2020, des études réalisées en Italie suggéraient que 50 à 75% des tests Covid positifs ne présentaient aucun symptôme. Une autre étude britannique datant d’août 2020 a révélé que 86% des « patients Covid » ne présentaient aucun symptôme viral.

Il est littéralement impossible de faire la différence entre un « cas asymptomatique » et un résultat de test faussement positif.

*

17. Il existe très peu de preuves à l’appui du prétendu danger de « transmission asymptomatique ». En juin 2020, le Dr Maria Van Kerkhove, chef de l’unité des maladies émergentes et des zoonoses de l’OMS, a déclaré :

« D’après les données dont nous disposons, il semble encore rare qu’une personne asymptomatique transmette effectivement le virus à un individu secondaire ».

Une méta-analyse des études Covid, publiée par le Journal of the American Medical Association (JAMA) en décembre 2020, a révélé que les porteurs asymptomatiques avaient moins de 1% de chances d’infecter les personnes de leur foyer. Une autre étude, réalisée sur la grippe en 2009, a trouvé :

« … des preuves limitées pour suggérer l’importance de la transmission [asymptomatique]. Le rôle des personnes asymptomatiques ou présymptomatiques infectées par la grippe dans la transmission de la maladie a peut-être été surestimé… »

Étant donné les défauts connus des tests PCR, de nombreux « cas asymptomatiques » peuvent être des faux positifs [fait 14].

*

Partie V : Respirateurs

18. La ventilation n’est PAS un traitement pour les virus respiratoires. La ventilation mécanique n’est pas, et n’a jamais été, un traitement recommandé pour les infections respiratoires, quelles qu’elles soient. Dans les premiers jours de la pandémie, de nombreux médecins ont remis en question l’utilisation des respirateurs pour traiter le « Covid ».

Dans The Spectator, le Dr Matt Strauss a déclaré :

« Les respirateurs ne guérissent aucune maladie. Ils peuvent remplir vos poumons d’air lorsque vous êtes incapable de le faire vous-même. Dans la conscience du public, ils sont associés aux maladies pulmonaires, mais ce n’est en fait pas leur application la plus courante ou la plus appropriée ».

Le Dr Thomas Voshaar, pneumologue allemand et président de l’Association des cliniques pneumatologiques, a déclaré :

« Nous avons lu les premières études et les premiers rapports sur le sujet : Lorsque nous avons lu les premières études et rapports en provenance de Chine et d’Italie, nous nous sommes immédiatement demandé pourquoi l’intubation y était si courante. Cela contredisait notre expérience clinique de la pneumonie virale ».

Malgré cela, l’OMS, les CDC, l’ECDC et le NHS ont tous « recommandé » de ventiler les patients atteints de Covid au lieu d’utiliser des méthodes non invasives.

Il ne s’agissait pas d’une politique médicale visant à traiter au mieux les patients, mais plutôt à réduire la propagation hypothétique du Covid en empêchant les patients d’expirer des gouttelettes d’aérosol.

*

19. Les respirateurs ont tué des gens. Mettre une personne sous respirateur qui souffre de la grippe, d’une pneumonie, d’une maladie pulmonaire obstructive chronique, ou de toute autre condition qui restreint la respiration ou affecte les poumons, ne soulagera aucun de ces symptômes. En fait, il est presque certain que cela les aggravera, et que beaucoup d’entre eux en mourront.

Les tubes d’intubation sont une source potentielle d’infection connue sous le nom de « pneumonie associée au respirateur », qui, selon les études, touche jusqu’à 28% de toutes les personnes placées sous respirateur et tue 20 à 55% des personnes infectées.

La ventilation mécanique endommage également la structure physique des poumons, entraînant des « lésions pulmonaires induites par le respirateur », qui peuvent avoir un impact considérable sur la qualité de vie, voire entraîner la mort.

Les experts estiment que 40 à 50% des patients ventilés meurent, quelle que soit leur maladie. Dans le monde entier, entre 66 et 86% de tous les « patients Covid » placés sous respirateur sont morts.

Selon « l’infirmière sous couverture », les respirateurs étaient tellement mal utilisés à New York qu’ils détruisaient les poumons des patients :https://www.youtube.com/embed/UIDsKdeFOmQ

Cette politique était au mieux une négligence, au pire un meurtre délibéré. Cette mauvaise utilisation des respirateurs pourrait expliquer toute augmentation de la mortalité en 2020/21 [Faits 2 & 6].

*

Partie VI : Les masques

20. Les masques ne fonctionnent pas. Au moins une douzaine d’études scientifiques ont montré que les masques ne font rien pour arrêter la propagation des virus respiratoires.

Une méta-analyse publiée par les CDC en mai 2020 n’a trouvé « aucune réduction significative de la transmission de la grippe avec l’utilisation de masques ».

Une autre étude portant sur plus de 8000 sujets a révélé que les masques « ne semblaient pas être efficaces contre les infections respiratoires virales confirmées en laboratoire ni contre les infections respiratoires cliniques ».

Il y en a littéralement trop pour les citer toutes, mais vous pouvez les lire :  [1][2][3][4][5][6][7][8][9][10], ou lire un résumé par SPR ici.

Alors que certaines études ont été faites prétendant montrer que le masque fonctionne pour le Covid, elles sont toutes sérieusement défectueuses. L’une d’entre elles s’appuyait sur des enquêtes autodéclarées comme données. Une autre était si mal conçue qu’un panel d’experts a demandé son retrait. Une troisième a été retirée après que ses prédictions se soient révélées totalement erronées.

L’OMS a commandé sa propre méta-analyse dans The Lancet, mais cette étude ne portait que sur les masques N95 et uniquement dans les hôpitaux. [Pour un compte rendu complet des mauvaises données de cette étude, cliquez ici].

En dehors des preuves scientifiques, il existe de nombreuses preuves concrètes que les masques ne font rien pour arrêter la propagation des maladies.

Par exemple, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud ont enregistré des chiffres de cas presque identiques, bien que l’un d’entre eux ait imposé le port du masque et l’autre non :

Au Kansas, les comtés sans obligation de porter un masque ont en fait enregistré moins de « cas » de Covid que les comtés avec obligation de porter un masque. Et bien que les masques soient très courants au Japon, ce pays a connu en 2019 sa pire épidémie de grippe depuis des décennies.

*

21. Les masques sont mauvais pour la santé. Porter un masque pendant de longues périodes, porter le même masque plus d’une fois, et d’autres aspects des masques en tissu peuvent être mauvais pour votre santé. Une longue étude sur les effets néfastes du port de masque a récemment été publiée par l’International Journal of Environmental Research and Public Health.

Le Dr James Meehan a signalé en août 2020 qu’il constatait une augmentation des pneumonies bactériennes, des infections fongiques, des éruptions cutanées sur le visage.

Les masques sont également connus pour contenir des microfibres de plastique, qui endommagent les poumons lorsqu’elles sont inhalées et peuvent être potentiellement cancérigènes.

Les enfants qui portent des masques respirent par la bouche, ce qui entraîne des déformations faciales.

Des personnes du monde entier se sont évanouies en raison d’un empoisonnement au CO2 alors qu’elles portaient leur masque, et certains enfants en Chine ont même subi un arrêt cardiaque soudain.

*

22. Les masques sont mauvais pour la planète. Des millions et des millions de masques jetables ont été utilisés chaque mois pendant plus d’un an. Un rapport de l’ONU a révélé que la pandémie de Covid-19 entraînera probablement un doublement des déchets plastiques au cours des prochaines années, et la grande majorité de ces déchets sont des masques.

Le rapport poursuit en avertissant que ces masques (et d’autres déchets médicaux) vont obstruer les systèmes d’égouts et d’irrigation, ce qui aura des répercussions sur la santé publique, l’irrigation et l’agriculture.

Une étude de l’Université de Swansea a révélé que « des métaux lourds et des fibres de plastique étaient libérés lorsque des masques jetables étaient immergés dans l’eau ». Ces matériaux sont toxiques pour les personnes et la faune.

*

Partie VII : Vakx1s

23. Les « vakx1s » Covid sont totalement inédits. Avant 2020, aucun vakx1 réussi contre un coronavirus humain n’avait jamais été développé. Depuis, nous en avons prétendument fabriqué 20 en 18 mois.

Les scientifiques tentent de développer un vakx1 contre le SRAS et le MERS depuis des années, sans grand succès. Certains des vakx1s ratés contre le SRAS ont en fait provoqué une hypersensibilité au virus du SRAS. Cela signifie que les souris vakxinées pouvaient potentiellement contracter la maladie plus gravement que les souris non vakxinées. Une autre tentative a provoqué des lésions hépatiques chez les furets.

Alors que les vakx1s traditionnels fonctionnent en exposant l’organisme à une souche affaiblie du micro-organisme responsable de la maladie, ces nouveaux vakx1s Covid sont des vakx1s à ARNm.

En théorie, les vakx1s à ARNm (acide ribonucléique messager) fonctionnent en injectant l’ARNm viral dans l’organisme, où il se réplique à l’intérieur des cellules et encourage l’organisme à reconnaître et à fabriquer des antigènes pour les « protéines spike » du virus. Ils font l’objet de recherches depuis les années 1990, mais avant 2020, aucun vakx1 à ARNm n’a jamais été autorisé.

*

24. Les vakx1s ne confèrent pas d’immunité et ne préviennent pas la transmission. On admet volontiers que les « vakx1s » Covid ne confèrent pas l’immunité contre l’infection et n’empêchent pas de transmettre la maladie à d’autres. En effet, un article du British Medical Journal a souligné que les études sur les vakx1s n’étaient pas conçues pour essayer de déterminer si les « vakx1s » limitaient la transmission.

Les fabricants de vakx1s eux-mêmes, lors de la mise sur le marché des thérapies géniques à ARNm non testées, ont clairement indiqué que « l’efficacité » de leur produit était basée sur la « réduction de la gravité des symptômes ».

*

25. Les vakx1s ont été fabriqués à la hâte et leurs effets à long terme sont inconnus. Le développement de vakx1s est un processus lent et laborieux. Habituellement, il faut de nombreuses années pour passer du développement à l’essai et enfin à l’approbation de l’utilisation publique. Les différents vakx1s contre le Covid ont tous été développés et approuvés en moins d’un an. Il est évident qu’il ne peut y avoir de données de sécurité à long terme sur des produits chimiques qui ont moins d’un an.

Pfizer admet même que c’est vrai dans la fuite du contrat de fourniture entre le géant pharmaceutique et le gouvernement albanais :

« Les effets à long terme et l’efficacité du vakx1 ne sont actuellement pas connus et il peut y avoir des effets indésirables du vakx1 qui ne sont actuellement pas connus ».

En outre, aucun des vakx1s n’a été soumis à des essais appropriés. Nombre d’entre eux n’ont pas fait l’objet d’essais précoces et les derniers essais sur l’homme n’ont pas été évalués par des pairs, n’ont pas publié leurs données, ne se termineront pas avant 2023 ou ont été abandonnés après des « effets indésirables graves ».

*

26. Les fabricants de vakx1s se sont vu accorder une indemnité légale en cas de préjudice. Le Public Readiness and Emergency Preparedness Act (PREP) des États-Unis accorde une immunité jusqu’en 2024 au moins.

La loi européenne sur l’homologation des produits fait de même, et l’on signale l’existence de clauses de responsabilité confidentielles dans les contrats que l’UE a signés avec les fabricants de vakx1s.

Le Royaume-Uni est allé encore plus loin, en accordant une indemnité légale permanente au gouvernement, et à tout employé de celui-ci, pour tout préjudice causé lorsqu’un patient est traité pour le Covid19 ou « suspecté d’avoir le Covid ».

Une fois encore, la fuite du contrat albanais suggère que Pfizer, au moins, a fait de cette indemnité une exigence standard de la fourniture des vakx1s Covid :

« L’acheteur accepte par la présente d’indemniser, de défendre et de dégager de toute responsabilité Pfizer […] en cas de poursuites, de réclamations, d’actions, de demandes, de pertes, de dommages, de responsabilités, de règlements, de pénalités, d’amendes, de coûts et de dépenses… »

*

Partie VIII : Déception et prescience

27. L’UE préparait des « passeports vakxinaux » au moins un an avant le début de la pandémie. Les contre-mesures proposées par le COVID, présentées au public comme des mesures d’urgence improvisées, existent depuis avant l’émergence de la maladie.

Deux documents de l’UE publiés en 2018, « L’État de la confiance dans les vakx1s en 2018 » et un rapport technique intitulé « Conception et mise en œuvre d’un système d’information sur la vakxination » ont discuté de la plausibilité d’un système de surveillance de la vakxination à l’échelle de l’UE.

Ces documents ont été regroupés dans la « Feuille de route pour la vakxination » de 2019, qui (entre autres) a établi une « étude de faisabilité » sur les passeports vakxinaux devant commencer en 2019 et se terminer en 2021 :

Les conclusions finales de ce rapport ont été rendues publiques en septembre 2019, un mois seulement avant l’Événement 201 (ci-dessous).

*

28. Un « exercice d’entraînement » a prédit la pandémie quelques semaines seulement avant son déclenchement. En octobre 2019, le Forum économique mondial et l’Université Johns Hopkins ont organisé l’Événement 201. Il s’agissait d’un exercice d’entraînement basé sur un coronavirus zoonotique déclenchant une pandémie mondiale. L’exercice était parrainé par la Fondation Bill et Melinda Gates et GAVI, l’alliance pour les vakx1s.

L’exercice a publié ses conclusions et recommandations en novembre 2019 sous la forme d’un « appel à l’action ». Un mois plus tard, la Chine a enregistré son premier cas de « Covid ».

*

29. Depuis le début de l’année 2020, la grippe a « disparu ». Aux États-Unis, depuis février 2020, les cas de grippe auraient chuté de plus de 98%.

Il n’y a pas que les États-Unis, la grippe a apparemment presque totalement disparu dans le monde.

Pendant ce temps, une nouvelle maladie appelée « Covid », qui présente des symptômes identiques et un taux de mortalité similaire à celui de la grippe, affecte apparemment toutes les personnes normalement touchées par la grippe.

*

30. L’élite a fait fortune pendant la pandémie. Depuis le début du verrouillage, les personnes les plus riches se sont considérablement enrichies. Forbes a rapporté que 40 nouveaux milliardaires ont été créés « en combattant le coronavirus », dont 9 sont des fabricants de vakx1s.

Selon Business Insider, « les milliardaires ont vu leur valeur nette augmenter d’un demi-billion de dollars » d’ici à octobre 2020.

Il est clair que ce chiffre sera encore plus important à l’heure actuelle.

*

Ce sont les faits essentiels de la pandémie, présentés ici comme une ressource pour aider à formuler et à soutenir vos arguments avec des amis ou des inconnus. Merci à tous les chercheurs qui ont rassemblé ces informations au cours des vingt derniers mois, en particulier Swiss Policy Research.

source : https://off-guardian.org
traduction Réseau International