Désobéissance civile: mode d’emploi par Louis Fouché

Discussion sur la « désobéissance civile » et les bons moyens de la mettre en application de façon efficace, entre Jérémie Mercier et Louis Fouché, à l’occasion de la journée de réouverture des restaurants et autres lieux « non essentiels » le lundi 1er février.
Une bonne introduction au monde de demain que nous voulons.

Le grand complot contre l’humanité – Comment s’en sortir ?

Cette vidéo peut changer votre vie.
Le contenu de ce podcast de Frédéric Burri, réalisé à partir du texte diffusé le 29 novembre sur son site web, a pour but de démontrer en quoi le stratagème élaboré par les « marionnettistes » va beaucoup plus loin qu’une épidémie destinée à faire passer un vaccin. Il s’agit d’un HOLD-UP DE LA CONSCIENCE, et grâce aux explications vous comprendrez que l’expression est tout à fait appropriée puisqu’il s’agit de « BRAQUER » l’attention de la conscience de l’être humain hors de tout ce qui participerait véritablement à son Éveil spirituel et à l’harmonisation du Vivant.

A partager largement.

En complément dans le même esprit, une vidéo de David Icke, sur Odysee, à visionner jusqu’au bout:

L’avis très argumenté et pondéré de Xavier Bazin sur les vakx1

A partager largement avec vos connaissances qui hésitent encore ou qui se résigneraient à se faire vakxiner pour revenir à la vie normale.

Je ne suis pas anti-vakx1, mais j’ai un GROS problème avec les vakx1 à ARN de Pfizer et Moderna

Cher(e) ami(e) de la Santé,

C’est grave : il n’y a plus aucun esprit critique sur la vakxination anti-Covid. Beaucoup de gens croient que c’est LA seule solution pour en finir avec le semi-confinement et autres privations de liberté.
Mais c’est totalement faux : sans même parler ici des remèdes qui préviennent la Covid-19 plus efficacement que le vakx1 [1], il est clair que le vakx1 n’est pas une solution miracle.
Regardez plutôt ce qui se passe en Israël : 75 % des plus de 60 ans ont déjà reçu la première dose du vakx1, et l’épidémie n’a jamais fait autant de morts ! Dans ce pays, les personnes vakxinées semblent peu protégées : début janvier, 17 % des patients hospitalisés pour C0vid sévère avaient été vakxinés [2]. Ces premiers résultats sont tellement décevants que le Ministre de la Santé israélien a reconnu publiquement que la première dose du vakx1 est moins efficace que ce que les essais cliniques laissaient espérer [3]. Donc, l’exemple d’Israël, qui a vakxiné massivement et rapidement sa population, est la preuve qu’il ne faut pas compter sur le vakx1 pour stopper net l’épidémie. Peut-être faut-il attendre que la population israélienne ait reçu la deuxième dose du vakx1 pour en voir l’impact. Mais on voit bien que, dans le meilleur des cas, cela prend du temps.

Il est donc certain que la vakxination ne protégera pas les Français cet hiver, période pourtant la plus à risque. Le problème est que dans quelques mois, il n’est pas du tout acquis que ce vakx1 soit encore intéressant. Écoutez bien ce qu’a dit Axel Kahn, un généticien pourtant pro-confinement et pro-vakx1 :« Il est assez probable que lorsque les personnes seront vakxinées, cela créera une pression de sélection et que des virus qui résistent aux anticorps produits seront favorisés et qu’on soit obligé de revakxiner régulièrement tous les ans ou tous les deux ans comme on le fait pour la grippe » [4]. Axel Kahn avoue que la vakxination va conduire le virus à muter encore plus vite, ce qui rendra les vakx1 en circulation rapidement inefficaces.

Donc, je le dis à tous ceux qui croient que le vakx1 permettra ENFIN d’éviter les masques, le confinement et la vie insupportable qu’on nous fait subir depuis un an : ce n’est pas le cas !
Vu la vitesse de mutation du virus, ils n’hésiteront pas à continuer à vous forcer à mettre un masque et à vous confiner même si vous êtes vakxiné !

D’ailleurs, beaucoup d’états exigent, pour entrer sur leur territoire, un test PCR négatif à la Covid-19, y compris si vous êtes vakxiné – ce qui est la preuve qu’ils doutent de l’efficacité du vakx1 !
Et ils ont raison, car on sait déjà que le vakx1 ne protège probablement pas contre un nouveau variant venu d’Afrique du Sud (501Y.V2) [5]. Il est donc certain que le vakx1 n’est pas la solution miracle pour mettre fin à l’épidémie et retrouver une vie normale.
Je vous dis cela car je sais que beaucoup de gens sont prêts à tout pour sortir du cauchemar actuel. Mais il est très important de garder la tête froide et d’examiner objectivement les avantages et inconvénients du vakx1. Alors, devez-vous vous faire vakxiner, oui ou non, dans votre situation ?
Je vous donne immédiatement ma position, puis je vous explique pourquoi juste après, en détail:
– Si vous avez moins de 60 ans, vous avez une probabilité tellement infime d’avoir une forme grave en cas d’infection que la vakxination avec un produit expérimental me paraît comporter plus de risques que d’avantages ;
– Pour les plus de 80 ans, on sait de longue date que les vakx1 sont peu efficaces, faute d’un système immunitaire réactif, donc le bénéfice à en attendre est quasi-nul, alors que les risques sont réels (comme le montre le nombre de morts en Ehpad en Norvège juste après vakxination).
– Donc, avant 60 ans et après 80 ans, il semble y avoir plus de risques que de bénéfices à se faire vakxiner.
– Pour les personnes de 60 à 80 ans, et en particulier de 70 à 80 ans (l’âge de mes parents), c’est un peu différent. Au départ, je pensais que le vakx1 pourrait se justifier dans cette tranche d’âge. Mais entre-temps, vu ce que j’ai appris sur les risques de vakx1 ARN, je ne recommanderais pas à mes parents de se faire vakxiner. Je vais vous expliquer pourquoi en détail dans une seconde.

Mais avant de vous parler des risques de ces vakx1, il faut se poser la question du bénéfice. Quel risque réel avez-vous d’être infecté par le coronavirus, aujourd’hui fin janvier 2021 ? Pour moi, en France, Suisse et Belgique, et partout où il y a eu deux grandes vagues épidémiques, le risque est limité, car un début d’immunité collective s’est créé. Bien sûr, des milliers de gens continueront d’être infectés dans les mois qui viennent, mais une explosion du nombre d’hospitalisations et de décès est désormais peu probable (je vous renvoie à ma lettre sur ce sujet [6]). En ce moment, l’épidémie flambe surtout dans les pays qui ont confiné le plus longtemps, comme Israël et l’Irlande, pour une raison simple : comme le virus a peu circulé dans ces pays, les populations n’ont pas pu construire une immunité collective. Mais dans les pays qui ont eu deux gros épisodes épidémiques, comme en France, Suisse et Belgique, au moins 20 % de la population a déjà été contaminée, ce qui ralentit les contaminations ! Au total, dans nos pays, le risque d’être infecté n’est plus du tout aussi élevé qu’au printemps dernier ! Donc cela diminue le bénéfice espéré d’un vakx1…

Quant aux risques pour votre santé, il faut regarder les choses en face, sans préjugé.
Tout bien considéré, il y a pour moi 6 grandes raisons de se méfier:
Raison n°1 : déjà 23 morts en Norvège chez des patients très âgés, c’est INQUIÉTANT ! En Norvège, alors que la vakxination avait à peine commencé, on a recensé 23 morts suspectes chez des personnes fragiles et âgées, décédées très peu de temps après avoir été vakxinées. Les autorités de santé norvégiennes ont investigué les causes de 13 de ces morts. Leur première conclusion a été rapportée par le British Medical Journal :« L’agence a conclu que les effets indésirables classiques des vakx1 à ARNm, comme la fièvre, la nausée et la diarrhée, pourraient avoir contribué au décès de certains des patients fragiles » [7].C’est un vrai coup de tonnerre car les autorités ont toujours tendance à innocenter les vakx1. Quelques jours plus tard, d’ailleurs, les autorités norvégiennes se sont empressées de dire qu’aucun lien direct avec les vakx1 n’avait pu être prouvé. On a la même hypocrisie en France : un patient en EHPAD est mort deux heures après avoir reçu le vakx1… mais l’Agence du Médicament (ANSM) a déclaré que « rien ne permet de conclure que ce décès soit en lien avec la vakxination » [8] ! En réalité, il ne fait quasiment aucun doute que ces morts sont liées au vakx1 pour une raison simple : les vakx1 ARNm font partie des vakx1 les plus « réactogènes » qui existent. Cela veut dire qu’ils causent, dans les heures et jours qui suivent le vakx1, énormément d’effets indésirables sérieux, comme de la fatigue sévère, de la fièvre, des maux de tête, etc. Donc il est logique que, pour les personnes très âgées et très fragiles, une seule injection puisse suffire à les faire basculer dans l’au-delà – et c’est vraisemblablement ce qu’on a observé en Norvège. On a d’ailleurs observé le même phénomène en Allemagne, où l’Institut Paul Ehrlich est en train de se pencher sur 10 décès potentiellement causés par le vakx1, chez des personnes déjà gravement malades au moment de la vakxination [9]. Au total, cet Institut allemand a d’ailleurs reçu 51 cas suspects d’effets secondaires graves, soit 1 cas sur 10 000 vakxinés environ. C’est d’autant plus inquiétant que ces effets ont été observés après la première dose de vakx1 – sachant qu’on sait déjà que la seconde dose cause plus d’effets indésirables encore que la première ! A ce stade, il paraît évident qu’il faut impérativement éviter le vakx1 ARNm chez les personnes très âgées et très malades. Je rappelle que ces patients-là n’étaient pas inclus dans les essais cliniques. On les a donc vakxinés sans avoir la moindre information sur le rapport risque-efficacité pour eux. Pour le dire clairement, ce sont des cobayes. Dans le doute, il est préférable de ne rien faire, car je vous rappelle que la priorité de la médecine depuis Hippocrate est « d’abord ne pas nuire ». Je rappelle que les vakx1 (comme celui de la grippe) sont très peu efficaces chez les patients très âgés et très malades, car leur système immunitaire ne réagit pas ou peu au vakx1.Pour ces personnes, le bénéfice espéré de protection contre la C0vid-19 est donc quasiment nul.Et de toute façon, il n’y a aucune fatalité à être contaminé, surtout après deux vagues épidémiques, donc la prudence paraît préférable. Je trouve donc vraiment honteux qu’on ait pu commencer à vakxiner ces personnes hyper-fragiles, au mépris de la prudence la plus élémentaire. Car on sait depuis le début que c’est un vakx1 très réactogène ! La preuve :

Raison n°2 : « Je n’ai jamais vu une fréquence aussi élevée d’effets indésirables pour un vakx1 » (Pr Caumes). Les médias et autorités ne le crient pas sur les toits, mais les vakx1 ARN font partie des vakx1 qui causent le plus d’effets indésirables à court terme. Pour les personnes très fragiles et très âgées, comme on l’a vu, c’est un gros problème car cela peut suffire à causer la mort. Mais pour les personnes jeunes qui ne risquent quasiment rien avec le coronavirus, c’est aussi un problème. Pour eux, le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?Il faut écouter ce qu’a déclaré le Pr Éric Caumes le 9 décembre dernier, dans Le Parisien, après avoir épluché le rapport de l’agence américaine du médicament sur le vakx1 Pfizer :« En lisant les 53 pages, quelque chose m’a frappé. Je n’ai jamais vu une fréquence aussi élevée d’effets indésirables pour un vakx1 ! En dehors des réactions minimes dues à l’injection comme des rougeurs et douleurs locales, d’autres effets indésirables sont recensés à des taux relativement élevés surtout chez les jeunes et après la deuxième dose. Prenons l’exemple de la fièvre, elle peut survenir de manière passagère après une injection, c’est classique. Mais là, 15,8 % des 18-55 ans ont eu 38 °C ou plus dans les sept jours qui ont suivi la seconde injection. Et 45 % ont dû prendre un médicament contre la fièvre ou la douleur. On parle aussi de 55 % de maux de tête, 62 % de fatigue. Non mais là, c’est beaucoup trop, il y a peut-être un problème » [10]. Après avoir dit cette vérité éclatante, le malheureux Professeur Caumes s’est sans doute fait « rattraper par la patrouille », car il a dû préciser 5 jours plus tard qu’il se « ferait vakxiner », même si « la fréquence des effets secondaires est un peu plus grave que pour d’autres vakx1 » [11]. En fait, le Pr Caumes avait dit la vérité dans sa première intervention. Dans les essais cliniques, on a recensé près de 5 % d’effets indésirables de sévérité 3, qui conduisent à ne plus pouvoir travailler ni avoir la moindre activité pendant 24 heures en moyenne (en raison d’une fatigue invalidante ou de fièvre et maux de tête sérieux). Ce sont des chiffres très élevés, sans comparaison avec ceux qu’on observe avec le vakx1 contre la grippe, par exemple. Et je ne parle ici que des effets indésirables officiellement reconnus, sur la base des essais cliniques. Mais les essais cliniques n’ont porté que sur un petit nombre de gens relativement jeunes et en bonne santé, volontaires, triés sur le volet, et qui ne sont donc pas représentatifs de la population générale, et encore moins des personnes les plus à risques de mourir de la C0vid-19. Inévitablement, quand on vakxine à grande échelle, de nouveaux problèmes apparaissent.

– Raison n°3 : Des réactions allergiques graves 10 fois plus fréquentes que pour le vakx1 contre la grippe – attention si vous êtes cardiaque ! C’est la meilleure preuve que les essais cliniques ne disent pas tout : figurez-vous qu’ils n’avaient détecté aucun choc allergique grave après vakxination. Pourtant, dès le début de la vakxination en Grande-Bretagne, plusieurs soignants ont fait des chocs anaphylactiques – ce sont des réactions allergiques qui peuvent tuer si on ne vous injecte pas immédiatement de l’adrénaline. Depuis, les autorités du monde entier ont reconnu que c’était un effet indésirable rare mais réel du vakx1, et qu’il fallait donc impérativement avoir des seringues d’adrénaline prêtes, ainsi qu’un service d’urgence ou de soins intensifs à proximité. Aux États-Unis, la principale agence américaine a reconnu que ces chocs allergiques graves se produisent dans 1 cas sur 100 000 [12]. Cela peut paraître peu, mais c’est 10 fois plus que pour le vakx1 contre la grippe ! Et on sait d’où viennent ces réactions allergiques : d’une substance très controversée contenue dans le vakx1, appelée polyéthylène glycol (PEG). Le PEG est couramment utilisé dans des médicaments laxatifs, mais aussi des shampoings et dentifrices industriels ou des produits solvants. Au départ, comme souvent, on croyait cette molécule inoffensive… jusqu’à ce qu’on réalise que la plupart des gens développent des anticorps contre le PEG… et certains à des doses suffisamment élevées pour provoquer de graves réactions allergiques [13] ! Donc, les spécialistes savaient parfaitement qu’il y avait un vrai risque avec ces vakx1 contenant du PEG ! On le savait d’autant mieux qu’en 2014, on a dû arrêter un essai clinique portant sur un médicament contenant de l’ARN entouré de PEG (comme les vakx1 actuels !) car il a causé des réactions allergiques graves, ayant causé un mort [14]. Ces réactions allergiques liées au vakx1 sont d’autant plus inquiétantes que les vakx1 ARN avec PEG sont donnés en deux doses, ce qui augure de problèmes encore plus sérieux à la deuxième dose !
Conclusion : attention si vous êtes allergique… et attention aussi si vous êtes fragile et cardiaque ! Je rappelle qu’un choc allergique peut causer une chute de tension, une accélération du rythme cardiaque et donner le souffle court – ce qui est très dangereux si vous avez le malheur d’avoir le cœur fragile ! C’est probablement pour cette raison qu’un Israélien de 75 ans, ayant des antécédents cardiaques, est mort 2 heures après avoir reçu le vakx1 Pfizer [15]… d’une crise cardiaque. Même problème, vraisemblablement, pour ce patient américain de 68 ans, hypertendu, et décédé d’un infarctus immédiatement après la vakxination [16]. Mais nos autorités de santé n’ont pas anticipé ce problème et n’ont pas hésité à vakxiner des personnes fragiles et cardiaques. Faut-il encore leur faire confiance quand elles nous disent que ces vakx1 sont sans risque ? On essaie de vous rassurer en vous disant que ces vakx1 ont été testés sur des dizaines de milliers de personnes. Mais il faut bien comprendre que cela ne suffit pas pour évaluer les risques sur l’ensemble de la population ! Avec un essai clinique réalisé sur 30 ou 40 000 personnes, il est impossible de détecter un effet indésirable grave qui se produit sur 1 personne sur 10 000 ! Or 1 effet sur 10 000, cela représente tout de même 1 000 personnes gravement atteintes si on vakxine 10 millions de personnes ! C’est un gros problème, et les paralysies faciales liées au vakx1 en sont le meilleur exemple.

-Raison n°4 : Le vakx1 risque de causer d’autres effets graves à court terme, comme les paralysies faciales. Dans l’essai clinique du vakx1 Pfizer, il y a eu 4 paralysies faciales dans le groupe vakxiné, 0 dans le groupe placebo. Dans l’essai du vakx1 Moderna, il y a eu 3 paralysies faciales dans le groupe vakxiné, 1 dans le groupe placebo. Pour quelqu’un de normalement constitué, c’est un signal très inquiétant, avec un risque sérieux que cette maladie (parfois incurable) frappe 1 personne sur 5 000 vakxinées. Mais pour nos grands « méthodologistes », cette différence n’est pas statistiquement significative, donc l’effet indésirable n’est pas officiellement reconnu. Voici par exemple ce que vous explique la grande société savante en infectiologie, largement financée et influencée par Big Pharma, la SPILF :« La fréquence de survenue de paralysie faciale parmi les volontaires vakxinés est proche de ce qui est attendu en population générale (15 à 30 pour 100 000 personnes). Il n’y a donc pas de signal en faveur d’un tel effet indésirable après vakxination » [17]. C’est de la mauvaise foi pure et simple. En Israël, déjà 13 personnes ont été victimes de cette paralysie faciale après la vakxination anti-Covid, et des experts recommandent déjà de ne surtout pas leur injecter la seconde dose prévue [18] ! En fait, avec cette affaire de paralysie faciale, l’histoire semble se répéter.Car ce n’est pas la première fois qu’on met un vakx1 sur le marché alors que le nombre de personnes testées n’était pas assez grand pour repérer tous les risques rares.
Ce n’est pas être anti-vakx1 que de dire cela : ce sont des scientifiques de l’Université Harvard qui l’ont expliqué dans un avertissement solennel, publié dans le très officiel magazine Science [19]. Ils donnent l’exemple très éclairant du vakx1 Rotavirus, mis sur le marché aux États-Unis, en 1998, malgré un signal inquiétant dans les essais cliniques. Dans ces essais, 5 000 bébés avaient reçu le vakx1, et 5 000 un placebo. Or on avait trouvé 5 cas d’invagination intestinale dangereuse dans le groupe vakx1, contre 1 seul dans le groupe placebo. Conclusion des autorités de l’époque : pas de problème, ce n’est pas significatif statistiquement ! Résultat : le vakx1 a causé des morts chez des bébés en bas âge, et a dû être précipitamment retiré du marché. Ces chiffres ne vous font-ils pas étrangement penser aux chiffres obtenus sur la paralysie faciale ? Il s’est passé la même chose aux États-Unis en 1976, après l’autorisation à la hâte d’un nouveau vakx1 anti-grippe. Là encore, après avoir été jugé « sûr » par les autorités, ce vakx1 a causé plus de 450 cas d’une maladie invalidante nommée syndrome de Guillain-Barré.Or avec les vakx1 anti-Covid aussi, il y a un vrai risque de provoquer des maladies de Guillain-Barré. C’est ce qu’a reconnu récemment Claire-Anne Siegrist, spécialiste vakxinale liée à l’Organisation mondiale de la Santé :« Ce qu’on ne sait pas encore, c’est si ces vakx1 pourraient déclencher des maladies auto-immunes tels que le syndrome de Guillain-Barré, ce qui peut se produire dans de très rares cas suite à une vakxination. » [20]. De fait, si ces vakx1 causent 1 cas de Guillain-Barré sur 20 000, les essais cliniques ne peuvent pas le détecter. Voilà pourquoi il faut être très prudent avec ces vakx1 expérimentaux, autorisés à la va-vite.
D’autant que je ne vous ai parlé jusqu’ici que des effets immédiats, juste après la vakxination. Mais le pire, c’est qu’on n’a aucun recul sur les effets de plus long terme !

– Raison n°5 : nous ne savons RIEN des effets indésirables graves qui peuvent survenir après plusieurs mois ! C’est un fait incontestable : les essais cliniques ne nous donnent aucune indication sur les effets indésirables retardés. Je rappelle que les essais cliniques sur les vakx1 Pfizer et Moderna sont encore en cours ; leur date de fin est prévue en 2022. C’est la première fois qu’on injecte massivement un produit (médicament ou vakx1) dont l’étude de phase III n’est même pas terminée ! Et c’est particulièrement inquiétant, surtout avec une technologie totalement nouvelle comme les vakx1 géniques à ARN. Souvenez-vous ce qui s’est passé en 2009, avec le vakx1 Pandemrix contre la grippe A (H1N1). Sous prétexte de menace pandémique, on a vakxiné des millions de personnes sans recul suffisant sur les nouveaux vakx1 fabriqués à la hâte. Résultat : un de ces vakx1, le Pandemrix du laboratoire GSK, a causé chez des adolescents français des centaines de cas de narcolepsie, une maladie invalidante [21]. A l’époque, les autorités ont encouragé les adolescents à se faire vakxiner, en leur disant que, s’il y avait un risque d’effet inhabituel rare, il était certainement moins élevé que le risque de la grippe H1N1 [22]. Mais c’était faux : ces enfants et adolescents n’avaient rien à craindre de la grippe… et sont devenus gravement handicapés à la suite du vakx1. Et le point crucial, c’est que cette maladie n’a été diagnostiquée qu’au bout de 3 à 4 mois en moyenne. Or je rappelle que les effets indésirables des vakx1 actuels contre la Covid-19 n’ont été étudiés que sur 2 à 3 mois tout au plus ! C’est inquiétant, car il est fréquent que les maladies auto-immunes causées par les vakx1 mettent du temps à se manifester ou à être diagnostiquées ! Et d’ailleurs, figurez-vous que Pfizer a décidé de vakxiner les patients des groupes placebo au bout de 6 mois… ce qui est le meilleur moyen d’effacer toute preuve scientifique de maladies apparaissant avec retard, causées par le vakx1.

-Raison n°6 : Ne croyez surtout pas que « s’il y avait un problème, les autorités de santé l’auraient vu et dit ! » Si vous êtes arrivés jusque-là, vous vous demandez peut-être comment on a pu autoriser ces vakx1, malgré ces risques et incertitudes. Si ce que je dis est vrai, pourquoi l’Agence européenne du médicament aurait-elle donné son feu vert à ces vakx1 ? Ne faudrait-il pas lui faire confiance, puisque cette Agence a examiné attentivement la question ?La réponse est clairement NON, et voici pourquoi.
D’abord, il faut dire et répéter qu’il n’existe aucune donnée sur l’efficacité et les dangers du vakx1 après 85 ans, et encore moins sur les personnes très fragiles qui peuplent nos Ehpad. Ces patients étaient exclus des essais cliniques, donc ni l’Agence européenne du médicament, ni même les laboratoires Pfizer et Moderna ne savent quoi que ce soit des avantages et inconvénients du vakx1 pour eux. Le fait d’avoir autorisé la vakxination de ces patients n’a donc rien à voir avec un examen raisonné des essais cliniques. C’est plutôt un pari risqué.
Ensuite, il faut savoir que les Agences du Médicament n’ont accès qu’aux chiffres que les laboratoires Pfizer et Moderna leur ont transmis. Le Dr de Lorgeril, grand épidémiologiste et chercheur au CNRS, l’a expliqué avec force :« Les médias, universitaires et politiques sont d’une naïveté extraordinaire, en croyant qu’il n’y a rien à craindre à partir du moment où les agences sanitaires ont examiné les données. Car ce qui se passe vraiment, c’est que ces agences sanitaires n’ont accès qu’aux chiffres que les laboratoires veulent bien leur donner. Or si vous êtes Pfizer ou Moderna, vous n’allez tout de même pas vous tirer une balle dans le pied en transmettant des données défavorables à votre vakx1 » [23].
Prenez ce chiffre très étrange, que l’on trouve dans l’essai clinique de Pfizer. Dans le groupe vakxiné, plus de 300 patients ont été exclus des résultats pour une raison floue (« déviation du protocole »), alors qu’ils n’ont été que 60 environ dans le groupe placebo. Si c’est une manipulation, sachez qu’elle aurait pu suffire à masquer certains effets secondaires graves du vakx1 ou même son inefficacité ! Car ce vakx1 a été autorisé sur la base de 8 cas positifs dans le groupe vakxiné, contre 172 dans le groupe placebo. Et seulement une dizaine de formes sévères au total, principalement dans le groupe non vakxiné. Mais imaginez que Pfizer ait exclu des résultats, soi-disant pour « déviation du protocole », 10 patients vakxinés ayant fait une Covid-19 sévère : cela aurait totalement inversé les résultats ! Je ne dis pas que c’est forcément ce qui s’est passé. Je dis simplement que ce serait une manière simple pour le laboratoire de manipuler ses données et d’obtenir un résultat favorable. Vu les milliards d’euros qui sont en jeu, n’est-ce pas envisageable ?Surtout quand on sait que le laboratoire Pfizer a été condamné à de multiples reprises ces dernières années, notamment pour « publicité mensongère », avec des amendes prononcées par les tribunaux américains atteignant près de 3 milliards de dollars au total ! Vous me direz peut-être que les Agences du Médicament connaissent le risque de ce genre de manipulation et poussent les laboratoires dans leurs retranchements pour en avoir le cœur net. Mais c’était mission impossible car ces Agences ont dû rendre un avis très rapidement, sous une énorme pression de l’opinion publique et des responsables politiques ! Grâce à un pirate informatique, le journal Le Monde a dévoilé les incroyables pressions subies par l’Agence du médicament pour approuver rapidement ces vakx1 [24]. Ainsi, Le Monde a découvert que l’Agence européenne formulait « trois objections majeures » vis à vis du vakx1 de Pfizer :« Certains sites de fabrication n’avaient pas encore été inspectés ; il manquait encore des données sur les lots de vakx1 commerciaux ; mais, surtout, les données disponibles révélaient des différences qualitatives entre les lots commerciaux et ceux qui avaient servi durant les essais cliniques. C’est sur ce dernier point que les évaluateurs semblent alors le plus préoccupés. »L’Agence européenne était « préoccupée » car le vakx1 testé n’est pas exactement le même vakx1 que celui qui a été mis sur le marché :« En effet, pour passer d’un stade clinique à un stade commercial, les fabricants ont dû changer leurs processus de fabrication, ils ont aussi investi dans de nouvelles lignes de production et de nouvelles usines. Autant de modifications qui expliqueraient des différences dans la composition exacte des vakx1, en particulier une diminution du degré d’intégrité de l’ARN (…) La question se pose de savoir si ce taux d’ARN plus faible pourrait non seulement impacter l’efficacité de la vakxination mais aussi sa sécurité, car qui dit moins d’ARN intègre, dit plus d’impuretés, notamment d’ARN tronqué. » Finalement, l’Agence européenne semble avoir été « rassurée » par les arguments de Pfizer sur la fabrication de ces vakx1, avec des niveaux d’ARN jugés « acceptables ». Mais ces niveaux « acceptables » n’étaient tout de même pas ceux utilisés dans les essais cliniques, ce qui peut créer un risque de moindre efficacité ou de dangerosité accrue. Et surtout, c’est sous une énorme pression que l’Agence européenne a fini par laisser passer ce problème. Un échange d’emails entre scientifiques de l’Agence, révélé au grand jour, montre parfaitement à quel point il aurait été difficile de ne pas approuver ces vakx1 :« Quoi que nous fassions, accélérer le processus pour s’aligner [sur les autres agences] ou prendre le temps nécessaire pour avoir une garantie robuste (…), l’Agence du médicament européenne devra faire face aux questions et aux critiques de diverses parties (Commission européenne, États membres, Parlement européen, médias, grand public). » Bref, c’était dans l’urgence et sous pression que les autorités ont approuvé ces nouveaux vakx1 expérimentaux.
Et bien sûr, il ne faut pas oublier que de nombreux experts liés à ces Agences sont en conflit d’intérêts, rémunérés par l’industrie pharmaceutique, et donc peu désireux de mordre la main qui les nourrit.
Au total, un médecin français éclairé, le Dr Maudroux, a parfaitement résumé la situation :« On vous explique que le vakx1 a été validé par les autorités médicales chargées d’étudier si on pouvait le mettre sur le marché ou non. Quels mensonges ! Cette commission s’est ridiculisée, car le produit a été acheté, la campagne organisée, avant que cette commission ne se réunisse. La décision n’a pas été médicale mais politique, et cette commission n’a pas émis d’avis médical, mais a entériné une décision politique. Rappelons que ces autorités médicales avaient validé le remdésivir avant que l’OMS ne le déclare dangereux. » [25].

Vous voyez qu’il n’y a aucune raison d’être serein vis-à-vis de ces vakx1 expérimentaux.

Petit bilan risque/efficacité pour conclure 
Au total, on voit bien que l’efficacité de ces vakx1 est douteuse: On ne sait rien de son efficacité chez les plus de 80 ans et les plus vulnérables, qui n’étaient pas inclus dans les essais cliniques – alors que ce sont ceux qui risquent le plus de mourir du coronavirus s’ils sont infectés ;
Avec l’exemple israélien, on voit que les bons résultats observés dans les essais cliniques ne se retrouvent pas forcément dans la réalité, à court terme – et pour cause, les essais cliniques n’ont rien à voir avec la « vraie vie » : ce ne sont pas les mêmes personnes qui sont vakxinées… et comme on l’a vu, ce n’est même pas le même vakx1 qui est injecté ! ;

Je rappelle qu’il n’y a pas non plus de preuve formelle que la vakxination évite les formes graves de la Covid-19 (il y avait trop peu de cas dans les essais cliniques pour conclure) ;
Pour couronner le tout, les mutations du virus et ses nouveaux variants risquent de rendre le vakx1 totalement inefficace, très vite.
Et pour ceux qui parlent de vakxination « altruiste », n’oubliez pas une chose capitale : nous n’avons aucune preuve à ce jour que le vakx1 empêche la transmission du virus car ce n’était pas mesuré dans les essais cliniques – or, comme l’a reconnu « Monsieur vakx1 », le Dr Alain Fischer, « Il y a des cas connus de vakx1 où un vakx1 protège contre la maladie mais n’empêche pas qu’on soit toujours porteur d’un virus » [26].
Bref, les vakx1 actuels à ARN ne sont clairement pas la solution miracle qui pourraient mettre fin définitivement à l’épidémie.
En revanche, les risques de ces vakx1 ont beau être rares, ils sont réels : Risques à court terme : réactions allergiques, pouvant causer des infarctus chez les personnes fragiles ; effets indésirables divers (fièvre, maux de tête, diarrhée) risqués chez les personnes les plus malades et les plus fragiles ; et autres effets indésirables graves possibles comme les paralysies faciales ;
Risques à plus long terme : maladies auto-immunes graves (Guillain Barré, etc.) et autres risques imprévisibles avec ces nouveaux vakx1 ARN, encore jamais expérimentés.

Chacun doit prendre ses responsabilités, en conscience, mais de mon côté, il est clair que je ne recommanderais pas ces vakx1-là à mes proches. Ils ont été fabriqués à la hâte et approuvés précipitamment, sous la pression de Big Pharma et des responsables politiques qui avaient promis un peu trop rapidement que c’était la meilleure solution contre l’épidémie.
Et surtout, il existe des solutions alternatives au moins aussi efficaces que ces vakx1, et sans le moindre danger, comme la vitamine D et l’Ivermectine en prophylaxie.
Énormément de médecins partagent ce point de vue, mais ils ont peur de l’exprimer publiquement, vu les pressions énormes sur ce sujet.
En Suisse, où la liberté de parole des médecins est mieux respectée, le Dr Philippe Saegesser, porte-parole de 700 médecins et professionnels de santé, a demandé un moratoire sur les vakx1 ARN, avec ces arguments limpides :« Comment peut-on affirmer que le rapport bénéfice/risque est favorable alors que c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que des vakx1 à ARN messager (ARNm) sont utilisés ? Si ces vakx1 sont si sûrs, pourquoi les laboratoires qui les fabriquent ont-ils demandé et obtenu qu’ils soient déchargés de toute responsabilité en cas de problème? N’oubliez pas qu’un vakx1 est un traitement préventif contre une infection. La population qui y recourt n’est pas malade. Dès lors, nous pensons qu’eu égard aux questions que ces produits laissent encore ouvertes, il n’est pas licite, ni éthique, de faire prendre des risques alors qu’il existe un potentiel de progrès important pour un traitement donné précocement » [27].
Alors ne vous faites pas intimider par la pression politique et médiatique, prenez votre décision en toute liberté !

Bonne santé,
Xavier Bazin

PS : Je ne vous ai pas parlé ici d’un autre risque du vakx1, que j’aborderai dans une prochaine lettre.Ce risque, c’est celui des « anticorps facilitateurs ».Il faut savoir que certains vakx1 augmentent le risque d’avoir une forme grave de la maladie, au lieu de la diminuer (c’est ce qui s’est passé avec le vakx1 Sanofi contre la dengue).Or c’est ce qui risque de se passer avec les vakx1 Covid-19, avec un des nouveaux variants.

Sources

Article original sur le site santé-corps-esprit

[1] https://www.sante-corps-esprit.com/cela-commence-a-bouger-sur-livermectine-mais-pas-assez-vite/

[2] https://www.jpost.com/breaking-news/coronavirus-vaccine-campaign-to-expand-to-ages-50-and-up-655156

[3] https://www.timesofisrael.com/israels-virus-czar-says-1st-dose-less-effective-than-pfizer-indicated-report/

[4] https://fr.sputniknews.com/sante/202012221044970445-quel-avenir-pour-la-vaccination-face-a-de-nouvelles-souches-de-coronavirus—video/

[5] https://news.sky.com/story/covid-19-vaccine-may-be-less-effective-against-south-africa-variant-study-finds-12193660

[6] https://www.sante-corps-esprit.com/stop-a-la-peur-place-a-lespoir-et-a-la-liberte/

[7] https://www.bmj.com/content/372/bmj.n149

[8] https://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-COVID-192

[9] https://www.n-tv.de/panorama/Institut-prueft-zehn-Todesfaelle-nach-Impfung-article22292066.html

[10] https://www.leparisien.fr/societe/sante/vaccin-anti-covid-de-pfizer-je-n-ai-jamais-vu-tant-d-effets-indesirables-s-inquiete-eric-caumes-09-12-2020-8413376.php

[11] https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-rassure-par-les-resultats-du-produit-pfizer-eric-caumes-se-fera-finalement-vacciner-14-12-2020-8414150.php#:~:text=Confiant%20avoir%20%C2%AB%20pass%C3%A9%20le%20week,%C2%AB%20pas%20graves%20mais%20fr%C3%A9quents%20%C2%BB.

[12] https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-vaccin-biontech-pfizer-reactions-allergiques-ont-ete-constatees-85038/

[13] https://www.sciencemag.org/news/2020/12/suspicions-grow-nanoparticles-pfizer-s-covid-19-vaccine-trigger-rare-allergic-reactions

[14] https://www.jacionline.org/article/S0091-6749(16)30605-4/fulltext

[15] https://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/293865

[16] https://twitter.com/MartinFierro769/status/1347944693984858112

[17] https://www.infectiologie.com/UserFiles/File/groupe-prevention/covid-19/vaccins-covid-19-questions-et-reponses-spilf-24dec2020.pdf

[18] https://www.india.com/news/world/13-people-in-israel-suffer-facial-paralysis-after-taking-coronavirus-vaccine-shots-details-here-4337146/

[19] https://science.sciencemag.org/content/early/2020/11/16/science.abf0357

[20] https://www.letemps.ch/sciences/claireanne-siegrist-vaccinologue-normal-gens-se-posent-questions-vaccins

[21] https://www.lefigaro.fr/sciences/vaccines-contre-la-grippe-h1n1-ils-sont-devenus-victimes-de-crises-de-sommeil-incontrolables-20201218

[22] http://www.ffpneumologie.org/wp-content/uploads/2016/12/Grippe_H1N1_Forme_courte_21_11_09.ppt

[23] https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/video-debriefing-michel-de-lorgeril-vaccins

[24] https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/16/vaccins-ce-que-disent-les-documents-voles-a-l-agence-europeenne-des-medicaments_6066502_3244.html

[25] https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/12/31/traitement-du-covid-5-les-vaccins/

[26] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/video-effets-secondaires-mutation-du-virus-retour-a-la-vie-normale-les-choses-a-savoir-sur-le-vaccin-contre-le-covid-19_4237357.html

[27] https://www.illustre.ch/magazine/manquons-recul-face-aux-potentiels-effets-indesirables-vaccins

A diffuser à ceux qui commencent (seulement) à se poser des questions

Pourquoi je suis devenu un «Dénieur C0VlD»
Expliquer à un débutant en 15 minutes.

Traduction d’un article du Off Guardian du 18/1/21.

Tout ce qui s’applique dans cet article à la Grande Bretagne s’applique aussi dans nos autres pays occidentaux. Juste remplacer le nom de Piers Morgan par celui du présentateur de JT favori dans votre pays et Boris Johnson par celui de votre président ou premier ministre.

Kevin Smith

Il y a eu une large sélection d’ articles publiés ici au cours de l’année dernière sur COVlD-19 et les verrouillages. Depuis mars, la pensée de beaucoup d’entre nous a évolué, ce qui s’est reflété dans les articles au fil du temps.

En avril et mai, l’accent était mis sur la science, la présentation et l’interprétation des données scientifiques, les preuves pour ou contre les mesures. Maintenant, au fur et à mesure que les preuves et les nouvelles données ont émergé et ont été analysées, la conversation est passée davantage aux agendas et à la vue d’ensemble derrière les confinements.

Au milieu de l’année dernière, j’ai remarqué une forte augmentation des commentaires des lecteurs ici qui a été maintenue. Mais j’ai noté récemment, en dessous de la ligne, peut-être un afflux de nouveaux lecteurs, exprimant de graves doutes sur le récit officiel. Je pense que de plus en plus de gens recommencent à poser les questions de base, doutant du régime quotidien de la propagande dominante.

Pourtant, tout à fait compréhensible, ils ont des questions et des objections à l’égard des récits très différents ici.

Par conséquent, j’ai pensé à mettre en place quelque chose, en exposant les principaux récits concurrents, en expliquant mon parcours et comment je me suis progressivement efforcé de comprendre la crise qui se déroulait.

À première vue, cela peut ne pas sembler correctement adapté au niveau élevé de compréhension de COVlD-19 ici. Mais cela pourrait nous aider tous à mettre de l’ordre dans notre réflexion et à mieux structurer. En fait, je l’ai utilisé comme structure pour tout expliquer en détail à ma vieille mère.

Pendant de nombreux mois, lorsqu’elle regardait les journaux télévisés et Piers Morgan , elle n’arrêtait pas de me demander pourquoi j’avais remis en question chaque récit de C0VlD-19 à un moment donné. Alors, j’ai finalement décidé de me décharger et de la charger de toute l’histoire et je l’ai parcourue étape par étape en 15 minutes.

Peut-être qu’elle ne me croit toujours pas complètement, mais maintenant elle semble apprécier d’où je viens, ce qui est un début.

En gros, je dirais qu’il existe trois principaux récits de Covid-19 et de confinement, comme énumérés ci-dessous, dont certains se chevauchent et ont quelque peu évolué avec le temps. Il existe d’autres récits sur la 5G, l’origine du virus, son existence et autour du vaccin.

À mon avis, les preuves à ce sujet ne sont pas fermement enracinées pour le moment. Néanmoins, il y a certains éléments autour de ces points qui suscitent des inquiétudes supplémentaires sur lesquelles je vais également commenter.

Les principaux récits:

1. Le discours du gouvernement et des grands médias

En gros, c’est que C0VlD-19 est un grave danger pour la santé publique et le gouvernement suit la science. Le gouvernement a à cœur nos meilleurs intérêts et a réagi proportionnellement à la menace.

Les personnes qui acceptent ce large discours pourraient avoir des critiques sur la gestion de certains aspects de la crise et peut-être sur certaines des mesures. Ces gens en ont souvent marre de Piers Morgan et de ses déroutements ridicules du débat que nous devrions avoir. Mais dans l’ensemble, ils acceptent le récit général.

2. Le gouvernement n’a pas suivi la bonne science et a agi de manière disproportionnée.

C’est ce que j’appelle le récit «  cock-up  » de Peter Hitchens, qu’il a soutenu dès le début et auquel il souscrit toujours pour autant que je sache. Ce récit est que le gouvernement a paniqué et a basé sa prise de décision sur les confinements sur des hypothèses plutôt que sur des preuves. Le gouvernement essaie de trouver une stratégie de sortie qui sauve la face.

Ce point de vue s’est développé au fil du temps à mesure que la science est mieux comprise et de nombreux scientifiques ont publié des études de recherche montrant que les confinements et les masques ne fonctionnent pas ou présentent des avantages négligeables.

Un élément important de cet argument dès le départ était que, en grande partie indépendamment des arguments scientifiques, les mesures de confinement étaient complètement disproportionnées par rapport au risque et au taux de mortalité du virus. Et la prise de décision du gouvernement était basée sur la stupidité, la panique et la pensée de groupe.

Ce récit a été celui que j’ai soutenu au cours des premiers mois et j’accepte toujours la prémisse selon laquelle l’interprétation scientifique invoquée était incorrecte et incomplète. Mais maintenant, je ne suis pas d’accord sur la base que la conception délibérée, et non la stupidité non scientifique, est derrière la prise de décision.

3. C0VlD-19 est utilisé pour mettre en œuvre un nouveau programme social et économique

Il m’a fallu un certain temps pour accepter ce récit et ce n’est qu’il y a quelques mois que j’ai examiné correctement la grande réinitialisation et l’agenda du Forum économique mondial (WEF).

Cet agenda propose une réinitialisation économique et sociale, y compris un accent sur le changement climatique, la durabilité et la répartition des richesses. Il déclare que C0VlD-19 présente une fenêtre d’opportunité pour mettre en œuvre un nouveau monde courageux qui ressemble à un cauchemar totalitaire pour ses citoyens. Il dit que d’ici 2030, vous ne posséderez rien et serez heureux.

Le point à faire valoir du point de vue des preuves est que ce n’est pas parce qu’il y a un agenda mondial de Klaus Schwab du WEF, quelqu’un qui s’habille parfois comme un méchant de James Bond, que cela ne signifie pas nécessairement que c’est ce qui se passe.

Ma conclusion que C0VlD-19 était utilisé comme un véhicule pour apporter une effroyable réinitialisation sociale et économique n’a pas été atteinte avant que tous les autres aspects de la précédente chronologie de 5 mois ne soient pris en compte.

Bien sûr, au début, les mesures telles que le confinement, la distanciation sociale, le non-respect de la proportionnalité et, plus tard, les masques d’été post-pandémie inutiles n’avaient pas de sens. Mais ce n’est que lorsque cette folie a continué et après un examen du programme de réinitialisation, il est maintenant évident que c’est ce qui se passe.

Les blocages répétés et le port de masques, la propagande et la souffrance générale visent à créer les conditions nécessaires pour réinitialiser la société et presque repartir de zéro.

Un climat de peur, de destruction, de respect et de dépendance vis-à-vis de l’État sont tous nécessaires pour pouvoir introduire cet agenda. Ils ont besoin d’une crise continue pour nous pousser vers une acceptation et une conformité douces. Et une grande influence derrière cela et comment il est ensuite vendu est l’agenda du changement climatique, un lobby puissant.

Des dirigeants mondiaux tels que Johnson et Trudeau introduisent de manière subtile et non subtile le langage du WEF et répètent des slogans tels que «  reconstruire en mieux  ». On parle de passeports de santé et de sanctions pour ceux qui refusent les tests et les vaccins. Bon nombre des objectifs proposés tels que la répartition des richesses et la limitation des déplacements s’inscrivent dans la destruction économique et sociale que nous assistons actuellement.

Ces dirigeants sont régulièrement vus avec le WEF, l’OMS, l’ONU, le FMI, Bill Gates, Greta Thunberg, ceux qui dirigent le freak-show.

L’argent, l’influence et peut-être la coercition peuvent bien être la façon dont ce cancer s’est propagé et a convaincu les dirigeants enclins aux mondialistes de suivre l’ordre du jour maintenant.

Et pour ceux qui ont observé la politique américaine, ils auront vu la tentative coordonnée de longue date de destituer Trump qui s’oppose à une réinitialisation, du moins à court terme. Les résultats suspects des élections américaines, les manifestations et le calendrier du BLM s’inscrivent désormais également dans le grand plan et vont avec maintenant.

Le passé et l’histoire sont également des pièces importantes du puzzle. Les liens étroits présumés de Biden avec le Parti communiste chinois et les organisations mondialistes susmentionnées et certaines preuves possibles de tentatives de réinitialisation similaires avec les prévisions de la grippe porcine et aviaire semblent également correspondre au modèle qui émerge actuellement.

Et comme nous le savons, les tentatives de détruire le monde (Syrie, Irak, Libye) sont autant d’indicateurs que nous avons affaire à des criminels psychopathes. Mon seul doute précédent était qu’ils oseraient retourner ce mal à leur propre peuple.

En résumé, les moyens, le motif et l’opportunité sont là. À mon avis, un coup d’État mondial est clairement en cours.

Quelques inconnues et anomalies

Certains commentateurs ont déclaré que le virus n’existe pas, que la grippe et même les crises cardiaques ont été classées à tort comme C0VlD-19. Il existe également de nombreuses preuves que les décès de C0VlD-19 ont été exagérés avec des tests PCR défectueux et en attribuant frauduleusement les admissions et les décès à l’hôpital comme C0VlD-19. Vous devez vous demander pourquoi ils cherchent à chaque tour à exagérer et à déformer les données à la hausse. Pendant une crise, les politiciens cherchent historiquement à minimiser les risques.

Une grande partie de cela devrait être gardée à l’esprit lors de l’examen de la situation dans son ensemble, mais un débutant devrait peut-être se concentrer sur ce que nous savons, pas sur ce que nous ne savons pas. Néanmoins, nous devons considérer les éléments suivants:

Origine de C0VlD-19

Les médias ont spéculé sans cesse sur l’origine et la manière dont ce virus est apparu. Des marchés de chauves-souris aux laboratoires. Au vu de tout ce que j’ai vu, je n’écarterais pas maintenant la possibilité qu’un virus ait été diffusé intentionnellement, avec la complicité de ce qui précède pour poursuivre la réinitialisation.

C’est impensable à bien des égards, mais cette possibilité doit maintenant faire partie de notre diligence à l’avenir.

Vaccins contre le C0VlD

Ce sera peut-être la clé de ce qui se passera à l’avenir. Si le grand plan de réinitialisation réussit – ou s’il conduit à sa perte et à la destitution forcée des dirigeants.

La préoccupation irrationnelle des vaccins est peut-être en grande partie liée au profit, mais elle pourrait être un élément majeur du programme en cours.

Les vaccins expérimentaux non testés en 2021, qui menacent de graves effets secondaires et la fertilité sont étonnants et terrifiants. Compte tenu en particulier du calendrier de 10 mois des déclarations inexactes du gouvernement et des médias, de la pseudoscience, de la peur et des mensonges.

Tout le monde devrait craindre ces vaccins.

Objections et questions au contre-récit.

Naturellement, en 10 mois, beaucoup de choses se sont produites. Les gens ont tendance à voir les événements de manière isolée, puis à oublier ce qui s’est passé auparavant. Les gens sont donc confus et ont des questions. Certaines de ces questions sont celles que je me suis posé au début et au cours de mon voyage.

« La plupart des gouvernements prennent des mesures anti-C0VlD-19 similaires, ils ne peuvent pas tous se tromper ou se lancer dans un complot? « 

C’est ce qui m’a troublé plus tôt. Nous savons qu’ils suivent la mauvaise science, ils détruisent leurs économies et leurs sociétés. Pourtant, il doit y avoir une limite à la stupidité absolue continue.

Mais étant donné le contexte, l’influence et l’argent des milliardaires et leur contrôle sur les institutions mondiales, il est possible de voir comment cela a, au fil du temps, infiltré les gouvernements, les médias contrôlés, les scientifiques et la justice en conflit.

Cet ordre du jour n’est pas nouveau et, comme je l’ai mentionné, il a peut-être été tenté à des moments antérieurs. Pour moi, en fin de compte, ce n’était pas si difficile d’accepter cette infiltration du mal qui dure depuis de nombreuses années et nous voyons maintenant la réalisation et la perfection de ce plan.

« La grande réinitialisation est juste une autre théorie du complot, sûrement? « 

Eh bien non, ce n’est pas le cas. Comme je l’ai dit plus haut, c’est un véritable agenda. La question est de savoir si c’est un «garé» ou un en cours. Toutes les preuves mentionnées ci-dessus suggèrent qu’il est maintenant fermement en jeu.

«Les gens n’accepteront pas que leur richesse soit confisquée ou redistribuée. Pourquoi nos gouvernements souhaiteraient-ils adopter des systèmes de crédit social et le communisme? « 

Si Boris Johnson annonçait à la télévision ce soir « vous ne posséderez rien et serez heureux », il y aurait bien sûr des émeutes. C’est pourquoi la réinitialisation se fait telle quelle, sous le couvert d’une crise.

Essentiellement, la plupart des dirigeants et politiciens mondiaux n’ont aucun principe ni aucune croyance. Dans ce contexte, avoir un agenda mondial comme celui-ci ne serait pas vraiment un énorme problème car les 1% les plus riches ne seraient pas sous le communisme. Nous le serions.

Il n’est donc pas difficile de voir après beaucoup de planification, avec l’entreprise qu’ils gardent, leurs tendances à la soif de pouvoir, diverses incitations, comment nos dirigeants ont cédé volontairement ou à contrecœur le pouvoir aux mondialistes.

« Il est impossible que le gouvernement, les médias, les scientifiques et les infirmières puissent tous mentir sur la pandémie actuelle. « 

Non, tous ne mentent pas. Certains sont complices, certains savent ou soupçonnent quelque chose, mais ont trop peur de s’exprimer et beaucoup sont susceptibles de ne pas savoir ce qui se passe et l’ordre du jour plus large. La grande partie de ceci est les conflits d’intérêts, tels que l’avancement ou la préservation de carrière.

Aussi peur, propagande générale, fausses données et distraction. Tout cela est source de confusion, de réflexion de groupe et de vision tunnel. Tous ces facteurs dans le mélange peuvent donner l’illusion que tout ce qui précède ment, ou pas du tout. Les gens sont contrôlés par une combinaison de ce qui précède. Essentiellement, c’est similaire à la façon dont l’Allemagne nazie a réussi à recueillir autant de soutien de sa population.

PCR et proportion – les principaux arguments

Soit quand quelqu’un à qui je parle a besoin de plus de conviction, soit juste pour arrondir, j’introduis deux arguments meurtriers.

Premier PCR , qui a été fait à mort ici. Le test est scientifiquement inutile pour détecter C0VlD-19 et compte tenu de toutes les mesures et toute l’approche est basée sur celui-ci et des «  cas  » et non des personnes hospitalisées ou mourant de C0VlD-19 directe, le château de cartes tombe en un tas.

Ainsi, vous pouvez dire à votre famille ou à un ami, bien que certaines parties du contre-récit puissent être contestées, comment pouvez-vous même avoir la moindre confiance dans le récit officiel lorsque vous avez une probabilité de diagnostic beaucoup plus forte en lançant une pièce?

De même, un autre facteur, la proportionnalité a été perdu dans la clameur pour semer la peur, distraire et induire en erreur. Proportionnalité, évidente pour tout résolveur de problèmes dès le départ comme base pour effectuer une évaluation de base des coûts par rapport aux bénéfices, une évaluation que le gouvernement n’a pas encore effectuée à ce jour.

Pensez à environ 60000 décès au Royaume-Uni (le total des «  décès dans les 28 jours suivant un test positif  » depuis mars est de 89860 à la publication, selon PHE – Ed.) , Avec un âge de mortalité moyen de 82 ans, de ou avec C0VlD-19, contre des millions de emplois disparus, économie vissée, écoles fermées ont annulé les traitements médicaux pour les cancers, etc. et les problèmes de santé mentale par dessus tout.

Lord Sumption, le plus grand esprit juridique du Royaume-Uni, l’a élaboré très tôt. Mais il ne faut vraiment pas un génie pour y arriver en janvier 2021.

Instinct

Enfin, si la personne à qui vous expliquez cela rejette les arguments basés sur les informations et les preuves, demandez-leur ce que leur instinct leur dit?

Pensent-ils que quelque chose ne va pas ou que quelque chose de sinistre se joue en arrière-plan? Sont-ils dans le déni, souvent l’une des émotions avant la réalisation? Posez la question et laissez-les travailler par eux-mêmes.

Résumé

Je ne suggérerais pas nécessairement que quiconque décharge tout cela sur des parents âgés et des jeunes.

Mais, si des proches ou des amis vous demandent constamment de réfuter des parties du récit officiel lorsqu’il apparaît à la télévision, l’expliquer de la manière ci-dessus, sans les interruptions de Piers Morgan , est une option.

Cela pourrait les aider à avancer enfin dans leur réflexion et à développer la réalisation et la colère – les deux ingrédients nécessaires pour démarrer la grande réinitialisation et en tant que bonus supplémentaire possible.

Morgan.

Doit-on s’inquiéter d’une vakxination obligatoire indirecte et déguisée à l’avenir ? Si oui, quoi faire ?

Un article de Réseau International

par Candice Vacle.

La vaccination contre le Covid-19 va commencer en France, comme dans l’Union Européenne, à compter du 27 décembre 2020, suite au feu vert de l’Agence européenne des médicaments1.

Les vaccins ARN tels ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna inquiètent des scientifiques et des avocats.

En effet, le Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie Génétique (CRIIGEN) a rendu un rapport d’expertise alarmant sur les vaccins ayant recours aux technologies OGM, tels ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna2.

Et, Maître Carlo Brusa, ainsi que son association d’avocats Réaction19, ont déposé une longue plainte pénale relative aux vaccins, dans laquelle sont, entre autre, expliqués les points suivants:

https://reaction19.fr/actualites/plainte-penale-relative-aux-vaccins/

– les études de Pfizer/BioNTech et de Moderna ont été réalisées en toute opacité, sans permettre la moindre vérification par un organisme indépendant (page 3) ;

– il est avéré qu’il n’y a aujourd’hui aucune preuve de l’efficacité de ce vaccin (pages 3 et 4) ;

– des essais cliniques ont alerté sur les effets secondaires constatés après avoir reçu le vaccin Pfizer contre le Covid-19.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire la plainte pénale relative aux vaccins, de 46 pages, déposée par Réaction19.

Peut-être vous demandez-vous : en dépit de ces incertitudes et alertes, me ferai-je vacciner contre le Covid-19 ? Suis-je obligé de me faire vacciner ? Le Président Macron disait dans sa dernière allocution télévisée du 24 novembre 2020 que le vaccin ne serait pas obligatoire. Pourtant, un projet de loi, déposé le 21 décembre 2020 ressemble bien à une obligation vaccinale déguisée3 :

« Le Premier ministre peut […] subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage établissant que la personne n’est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif »4.

Ce projet de loi a été retiré de l’agenda parlementaire, sans doute car de « nombreuses personnalités se sont mobilisées pour alerter » sur le sujet, et car « une pétition a recueilli près de 33 000 signatures en 24 heures », écrit France Soir. Ce recul « n’est que temporaire », dit l’avocat Me Emmanuel Ludot5,6.

Puisque l’avenir est incertain, et que l’on peut d’ores et déjà s’inquiéter d’une vaccination obligatoire indirecte et déguisée; et puisque bien des incertitudes enveloppent les vaccins ARN de Pfizer/BioNTech et de Moderna, voici un conseil juridique de Maître Carlo Brusa et de son association Réaction19 :

avant toute vaccination, exiger du personnel médical qui va vous vacciner de signer la Déclaration d’engagement de responsabilité civile et pénale pour l’administration du vaccin Pfizer/BioNTech et de Moderna dans le cadre de la Covid-19:

https://reaction19.fr/actualites/declaration-de-responsabilite-civile-et-penale-du-medecin/

Dans ce document, certains droits du patient et certains devoirs du médecin (et indirectement du personnel médical) sont rappelés. Les lignes ci-dessous sont fondamentales dans le cas d’un acte vaccinal mais aussi pour tout autres actes médicaux.

« Une intervention dans le domaine de la santé ne peut être effectuée qu’après que la personne concernée y a donné son consentement libre et éclairé.

Cette personne reçoit préalablement une information adéquate quant au but et à la nature de l’intervention ainsi que quant à ses conséquences et ses risques. »

« Le consentement de l’intéressé doit être recueilli préalablement hors le cas où son état rend nécessaire une intervention thérapeutique à laquelle il n’est pas à même de consentir. »

« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. »

« Le médecin doit à la personne qu’il examine, qu’il soigne ou qu’il conseille une information loyale, claire et appropriée sur son état, les investigations et les soins qu’il lui propose. Tout au long de la maladie, il tient compte de la personnalité du patient dans ses explications et veille à leur compréhension. »

« Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé. Toute pratique de charlatanisme est interdite. »

En toute logique, pensez-vous qu’un médecin (ou personnel médical), ayant connaissance de ce qui est écrit ci-dessus, signera cette déclaration ?

Il est important d’avoir de la mémoire. Ça sert, entre autres, à ne pas répéter les mêmes erreurs. C’est dans les heures les plus sombres de notre histoire que le consentement éclairé n’a pas été respecté. Ce fut le cas lors de la seconde guerre mondiale, dans les camps de concentration. Le Tribunal de Nuremberg a jugé des médecins qui n’en tenaient pas compte. Ce tribunal a entendu de telles horreurs qu’il en a conclu l’extrême nécessité d’un consentement volontaire d’un sujet libre et éclairé, en dehors de toute situation de contrainte, pour que les atrocités médicales de la seconde guerre mondiale ne se reproduisent plus. Ceci donna lieu au point suivant du  « Code de Nuremberg » de 1947, reconnu internationalement7 :

« Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne concernée doit avoir la capacité légale de consentir ; qu’elle doit être placée en situation d’exercer un libre pouvoir de choix, sans intervention de quelque élément de force, de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes sournoises de contrainte ou de coercition ; et qu’elle doit avoir une connaissance et une compréhension suffisantes de ce que cela implique, de façon à lui permettre de prendre une décision éclairée »8.

Le gouvernement passera-t-il outre le Code de Nuremberg ? Et si oui, qu’est-ce que cela dira de notre gouvernement ? Quel droit cela donnera-t-il au peuple ?

Candice Vacle

Réseau International

Les docteurs Wodarg et Yeadon demandent l’arrêt de toutes les études sur la vaccination contre la corona et appellent à cosigner la pétition

Le Dr Michael Yeadon, ancien chef du département de recherche sur les maladies respiratoires chez Pfizer, et le Dr Wolfgang Wodarg, pneumologue et ancien chef du département de santé publique, ont déposé le 1er décembre 2020 auprès de l’EMA, l’Agence européenne des médicaments responsable de l’approbation des médicaments à l’échelle de l’UE, une demande de suspension immédiate de toutes les études sur le vaccin CoV-2 contre le SRAS, en particulier l’étude BioNtech/Pfizer sur le BNT162b (numéro EudraCT 2020-002641-42).

Les docteurs Wodarg et Yeadon demandent que, pour la protection de la vie et de la santé des volontaires, les études ne soient pas poursuivies tant que l’on ne disposera pas d’un plan d’étude adapté pour répondre aux préoccupations importantes en matière de sécurité exprimées par un nombre croissant de scientifiques de renom à l’encontre du vaccin et du plan d’étude.

D’une part, les pétitionnaires demandent qu’en raison du manque connu de précision du test PCR, une étude sérieuse doit utiliser un séquençage dit de Sanger. C’est la seule façon de faire des déclarations fiables sur l’efficacité d’un vaccin contre le Covid-19. Sur la base des nombreux tests PCR de qualité très différente, ni le risque de maladie ni un éventuel bénéfice du vaccin ne peuvent être déterminés avec la certitude nécessaire, c’est pourquoi tester le vaccin sur l’homme est en soi contraire à l’éthique.

En outre, ils exigent qu’il soit exclu, par exemple par le biais de l’expérimentation animale, que des risques déjà connus par des études antérieures, qui découlent en partie de la nature des virus corona, puissent être réalisés. Les préoccupations portent notamment sur les points suivants:

La formation d’anticorps dits “non neutralisants” peut entraîner une réaction immunitaire exagérée, surtout lorsque la personne testée est confrontée au vrai virus “sauvage” après la vaccination. Cette amplification dite dépendante des anticorps, l’ADE, est connue depuis longtemps grâce à des expériences sur les vaccins corona chez les chats, par exemple. Au cours de ces études, tous les chats qui avaient initialement bien toléré la vaccination sont morts après avoir attrapé le virus sauvage.

Les vaccinations devraient produire des anticorps contre les protéines de pointe du SRAS-CoV-2. Cependant, les protéines de pointe contiennent également des protéines homologues de la syncytine, qui sont essentielles à la formation du placenta chez les mammifères tels que l’homme. Il doit être absolument exclu qu’un vaccin contre le SRAS-CoV-2 déclenche une réaction immunitaire contre la syncytine 1, car sinon une stérilité de durée indéterminée pourrait entraîner la vaccination des femmes.

Les vaccins à ARNm de BioNTech/Pfizer contiennent du polyéthylène glycol (PEG). 70% des personnes développent des anticorps contre cette substance – cela signifie que de nombreuses personnes peuvent développer des réactions allergiques, potentiellement mortelles, à la vaccination.

La durée beaucoup trop courte de l’étude ne permet pas une estimation réaliste des effets tardifs. Comme pour les cas de narcolepsie après la vaccination contre la grippe porcine, des millions de personnes en bonne santé seraient exposées à un risque inacceptable si une autorisation d’urgence était accordée et la possibilité d’observer les effets tardifs seulement à ce moment-là.Néanmoins, BioNTech/Pfizer a apparemment soumis une demande d’autorisation d’urgence le 1er décembre 2020.

APPEL À L’AIDE : le Dr Wodarg et le Dr Yeadon demandent au plus grand nombre possible de citoyens de l’UE de cosigner leur pétition en envoyant le courriel préparé ici à l’EMA.

Nachtrag: Wegen teilweiser Überlastung der Server hier der Inhalt der E-Mail und die Kontaktadressen zum späteren Selbst-Versenden: 

An: press@ema.europa.eu; petitionEMA@corona-ausschuss.com

Betreff: Co-signing the petition of Dr. Wodarg, Germany, and Dr. Yeadon, UK (submitted on 1-Dec-2020)

Dear Sir or Madam, I am hereby co-signing the petition of Dr. Wodarg and Dr. Yeadon to support their urgent request to stay the Phase III clinical trial(s) of BNT162b (EudraCT Number 2020-002641-42) and other clinical trials. The full text of the petition of Dr. Wodarg and Dr. Yeadon can be found here: https://2020news.de/wp-content/uploads/2020/12/Wodarg_Yeadon_EMA_Petition_Pfizer_Trial_FINAL_01DEC2020_EN_unsigned_with_Exhibits.pdf I hereby respectfully request that EMA act on the petition of Dr. Wodarg and Dr. Yeadon immediately. Regards 

Pour lire l’article sur le site 2020News.de…

Un décryptage des techniques de communication qui nous manipulent

Dans une communication, l’émotionnel est touché avant le rationnel. Il est facile alors de faire peur, de faire culpabiliser, de valoriser ou de dévaloriser quelqu’un pour le relier à sa cause. 
Mais quelles sont ses stratégies ? 
Comment les repérer, comment conserver notre discernement, notre libre arbitre ?
Comment écouter notre cœur, notre bon sens, pour agir non pas à partir de notre peur, mais à partir de ce qui réellement nous semble cohérent? 
Car le cœur est une véritable intelligence. Le cœur sait. C’est un véritable cerveau. C’est un centre de compréhension dont le rayonnement électromagnétique est plus large que celui du cerveau. 
Cela nous demande d’être calme, de ne pas excessivement réagir, de faire preuve de discernement.  D’écouter la situation dans son ensemble, surtout d’écouter notre intuition et de faire confiance. Car je crois que profondément, comme un animal dans la nature sait repérer les herbes et les plantes qui sont bonnes pour lui, qu’il sait reconnaître les prédateurs, les pièges et les partenaires avec lesquels il peut cheminer, une partie de nous sait. 
Elle s’appelle l’intuition. Encore faut-il l’écouter. Cette situation m’a donné envie de vous offrir cette vidéo. Puisse t’elle vous éclairer dans cette période ou plus que jamais. Nous avons besoin de développer notre discernement.
Arnaud Riou

Les différentes techniques évoquées par Arnaud Riou:
diviser, valoriser vs dévaloriser, culpabiliser, fustiger, infantiliser, simplifier de façon excessive, ironiser, liens subjectifs de causalité, stratégie de la grenouille, rumeurs, …

Merci à Francis de m’avoir transmis cette vidéo.

L’hypothèse de la bouffée délirante collective : interview du pédopsychiatre Thierry Gourvénec

Très, très éclairante cette interview du pédopsychiatre Thierry Gourvénec par Eric Remacle pour décoder ce que nous vivons et nous aider à nous y positionner.
A visionner jusqu’au bout.

Quelle est votre limite?

Ce que nous vivons actuellement n’est qu’un début, et comme dans la série Matrix, nous allons vivre le covid 20 et le covid21. Et vous savez pourquoi ? Tout le monde attend NEO… plutôt que de devenir NEO ! Les mauvaises pensées, les sentiments de haine, de jalousie, de colère, de peur, moisissent et pourrissent l’essence même de l’être humain, elles nous asphyxient. le monde est déjà divisé, écartelé, apeuré et la seule manière de garder sa justesse et sa liberté, c’est de refuser catégoriquement les ordres qui ne reposent sur aucune logique claire et précise. On vous a mis des croyances en tête et comme vous n’avez pas encore assez de recul et découvert d’autres angles de vue, il vous est difficile de vous questionner et de remettre en cause ces croyances ! Cependant je vous pose une question : quelle est votre limite ?

Il existe un meilleur test que le PCR pour contrôler l’épidémie

Pour contrôler l’épidémie il vaut mieux un test moins sensible, moins coûteux mais utilisable par chaque personne avec résultat immédiat. Cela permettrait à chacun de pouvoir agir en responsabilité par rapport à sa contagiosité. Cette vidéo de Stéphane Guay vous l’explique comme toujours avec beaucoup de pédagogie.

Action de sensibilisation à partager.

Maintenant, la vraie question à se poser, c’est : “Ou est passée la liberté d’opinion en France” ?
On constate depuis le début de cette crise que tous ceux qui osent défier les décisions du gouvernement ont presque tous été bannis des grands médias et censurés sur les réseaux sociaux. Comment peut-il y avoir une telle Omerta et si peu de débat dans ce pays sur un sujet aussi grave ?

Si l’on suit les conflits d’intérêts, qui sont avérés (comme nous l’avons vu plus haut), des médias et scientifiques invités sur les plateaux télé, on comprend pourquoi ce discours est tenu depuis le début. Mais en ce qui concerne ces milliers de médecins à travers le monde qui contestent la version officielle, qu’ont-ils à y gagner eux ? Si ce n’est se faire retirer le droit d’exercer la médecine et se faire censurer et traiter de complotistes par tous les grands médias…

On fait quoi du coup ?

Peut-on encore avoir un espoir que les choses bougent enfin ?
Au fond de mon coeur, je sais et sens que ce n’est qu’une question de temps !
Les gens paraissent endormis car le mensonge est tellement énorme qu’ils sont dans la dissonance cognitive comme jamais ils ne l’ont été auparavant.
Mais le mensonge est tellement énorme justement qu’en prendre conscience décoincera d’un coup pleins de blocages dans le cerveau des gens. Donc plus le mensonge est gros, et plus le réveil sera brutal et massif !
Donc continuons à éveiller les gens, à informer, à dénoncer…
Et quand la goutte d’eau fera déborder le vase, et on n’en est plus très loin, un réveil massif des gens se fera en très peu de temps ! Leur pouvoir est en place comme jamais il ne l’a été auparavant !!! Les gens obéissent comme Jamais…
Tout semble perdu pour nous…
Mais à votre avis, pourquoi se donnent-ils autant de mal pour décrédibiliser et attaquer les lanceurs d’alerte ? La censure n’a jamais été aussi virulente, Pourquoi à votre avis ?
Ils savent très bien que leur pouvoir ne tient plus qu’à un FIL aujourd’hui plus que jamais !
Tous ces gens qui se réveillent chaque jour, et qui vont bientôt se réveiller massivement, il va falloir les accompagner car pour beaucoup, ça va faire mal, très mal !
Et c’est à cela que nous devons nous préparer…

SOYONS LE CHANGEMENT QUE NOUS VOULONS VOIR DANS LE MONDE !
Ghandi

Comme nous l’avons évoqué, dire ces vérités sur les réseaux sociaux devient extrêmement compliqué aujourd’hui, plus que jamais. Nous vous invitons donc à contourner cette censure en envoyant directement ce texte à vos contacts via Messenger, Whatsapp ou par mail :

Bonjour [prénom],
J’aimerais vraiment que tu prennes quelques minutes de ton temps pour lire cet article et regarder la vidéo. C’est très important pour moi, et j’aimerais que l’on puisse en discuter par la suite.
https://cutt.ly/RgeR1Z0
Je te remercie par avance.
[Signature]

Ou vous pouvez bien-sûr rédiger votre propre texte, ou utiliser directement les boutons de partage en dessous de l’article (privilégiez mail ou whatsapp car il sera très certainement censuré sur facebook et twitter)

Voir la vidéo ainsi que toute information complémentaire sur le site de Quartier Libre

Je suis médecin, j’ai 74 ans et je ne me vaccinerai pas contre la grippe cette année !

Le conflit entre partisans des obligations vaccinales et défenseurs des libertés individuelles ressemble trop souvent à une guerre de religion où chacun récite son crédo sans fournir les preuves de ce qu’il avance. Pour sortir de cette confrontation stérile, lutter contre les « fake news » et la désinformation de certains responsables, et permettre de faire le tri entre foi et savoir, il faut rappeler les faits scientifiques reconnus, en citant ses sources pour que chacun puisse en vérifier l’exactitude.

 C’est ce que nous essayons, chez France Soir, de faire dans toutes nos publications, livres et articles et que nous souhaiterions retrouver chez les apôtres de la vaccination, « qui ne se discuterait pas », comme un dogme au temps de l’inquisition!

Cet article récapitule la base scientifique des principales données concernant la grippe et les vaccins antigrippaux, afin de déterminer si la propagande effrénée pour la vaccination des seniors et l’obligation vaccinale du personnel de santé contre la grippe, proposée périodiquement, est motivée par l’état actuel de la science.

 La qualité, l’exhaustivité et l’objectivité des analyses réalisées sur le sujet en 2010[1] et 2014 [2]par l’institut Cochrane, en 2016 par l’Institut national de santé du Québec [3], méritent d’être soulignées. Nous leur avons fait de larges emprunts.

La suite dans la tribune de France Soir

Virus et immunité: questions de vibrations ?

  • Le virus covid a une vibration de 5,5hz et meurt au-dessus de 25,5hz.
    Pour les humains ayant une vibration plus élevée, l’infection virale est un irritant mineur qui disparaîtra bientôt !
  • Les raisons pour lesquelles il n’y a pas de vibration élevée pourraient être :
    • Fatigue
    • Peur
    • Tension nerveuse.
    • Rage
    • Haine
  • Nous devons vibrer à haute fréquence pour que la fréquence ne diminue pas notre système immunitaire.
  • La fréquence de la terre aujourd’hui est de 27.4hz. mais il y a des endroits qui vibrent très bas comme :
    • Hôpitaux
    • Centres d’assistance.
    • Prisons
    • Métro, etc.
  • C’est là que la vibration tombe à 20hz ou moins.
    Pour les humains à faible vibration, le virus devient dangereux.
    • Douleur 0,1 à 2hz.
    • Peur 0,2 à 2,2hz.
    • Irritation 0,9 à 6,8hz.
    • Bruit 0,6 à 2,2hz.
    • Fierté 0,8hz.
    • Supériorité 1,9 hz.
  • Une vibration plus élevée, en revanche, est le résultat du comportement suivant:
    • Générosité 95hz
    • Gratitude 150 hz
    • Compassion 150 hz ou plus.
    • Amour et compassion pour tous les êtres vivants 150 Hz et plus.
    • Amour inconditionnel et universel à partir de 205hz
  • Qu’est-ce qui nous aide à vibrer plus haut ?
    • Aimer, sourire, bénir, remercier, jouer, peindre, chanter, danser, méditer, faire du yoga, du tai-chi, marcher au soleil, faire de l’exercice, profiter de la nature.
    • Manger les aliments que la Terre nous donne : graines – céréales – légumineuses -fruits et légumes – l’eau potable.
  • Ils nous aident à vibrer haut.
    La vibration d’une seule prière passe de 120 à 350hz
    Alors chantez, riez, aimez, méditez, jouez, remerciez et vivez !

    La source originale de cette information est tirée du livre Power Vs Force.

Basé sur la thèse de doctorat de M.David R. Hawkins