« Ne faisons pas un remède pire que le mal » : l’entretien essentiel, avec Christian Vélot

 Publié le sur France Soir le 29/06/2021

Christian Vélot, l’entretien essentiel : maître de conférence en génétique moléculaire à l’université Paris-Sud, directeur scientifique du comité scientifique du Comité de recherche de l’information indépendante du génie génétique (CRIIGEN), il nous offre un exposé, au micro de Xavier Azalbert et revient sur la nature de ce virus qu’il qualifie de dangereux car présentant un grand nombre de symptômes différents.
Il se montre surpris de voir que pour lutter contre un virus qui nous réserve beaucoup d’incertitudes, on ait recours à des technologies pour lesquelles on n’a pas de recul. Il revient sur les traitements précoces, notamment ceux préconisés par le professeur Didier Raoult, un virologue d’une pointure exceptionnelle et regrette qu’on ait balayé l’hydroxychloroquine qui n’a jamais tué personne pour lui préférer le Remdesivir, une molécule toxique et mutagène. 

Le biologiste donne des explications très détaillées sur les différents types de vakx1s mis sur le marché, vakx1s qu’il divise en trois catégories selon la technique employée : vakx1s à virus inactivé, vakx1s à protéines recombinantes et vakx1s génétiques.

Christian Vélot revient également sur les autorisations de mise sur le marché conditionnelles beaucoup trop rapides puisqu’une phase 3 prend normalement plusieurs années pour connaître l’immunotoxicité, la génotoxicité et l’intéraction avec le génome humain. Il regrette ces décisions et rappelle que « la sécurité est incompatible avec l’urgence ».

https://videas.fr/embed/679fec7b-55c9-4acb-9bd5-0b0d598aa614/

S’ensuivent des explications sur la nature de ce virus qui ne fait pas beaucoup de mutations mais des recombinaisons avec des virus qui ne sont pas de sa famille, une particularité qui l’amène à s’interroger sur l’échappement immunitaire, au rapport bénéficie/risque de la vakxination et de son efficacité.  

Enfin il déplore l’absence de la diversité de pensée dans les instances de décisions et dénonce des erreurs de la part de certaines autorités notamment des propos scientiquement faux du « Monsieur vakx1 » Alain Fisher, responsable de la politique vakxinale pour la France.

Un entretien majeur : clair, pédagogue et iconoclaste, Christian Vélot nous ramène à l’essentiel.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE

Pour 3 décès évités par la vakxination, nous devons en accepter 2 infligés par la vakxination (données certifiées).

Publié le 25 juin 2021 par sur le blog de pgibertie

Une étude scientifique germano néerlandaise  remet en question le bénéfice risque  attendu de la vakxination.

« Nous avons calculé le nombre nécessaire à vakxiner (NNTV) à partir d’une grande étude de terrain israélienne pour éviter un décès. Nous avons accédé à la base de données des réactions indésirables aux médicaments (ADR) de l’Agence européenne des médicaments et du registre national néerlandais (lareb.nl) pour extraire le nombre de cas signalant des effets secondaires graves et le nombre de cas ayant des effets secondaires mortels.  Ce manque de bénéfice clair devrait amener les gouvernements à repenser leur politique de vakxination.


Les données néerlandaises, en particulier les cas mortels, ont été certifiées par des médecins spécialistes ( https://www.lareb.nl/media/eacjg2eq/beleidsplan-2015-2019.pdf (consulté le 29 mai 2021)), page 13 : « Tous les rapports reçus sont vérifiés quant à leur exhaustivité et aux éventuelles ambiguïtés. Le cas échéant, des informations complémentaires sont demandées au déclarant et/ou au médecin traitant. Le rapport est saisi dans la base de données avec toutes les informations nécessaires. Les effets secondaires sont codés selon les normes (internationales) applicables. Ensuite, une évaluation individuelle du rapport est effectuée. Les rapports sont transmis à la base de données européenne (Eudravigilance) et à la base de données du Centre collaborateur de l’OMS pour la pharmacovigilance internationale à Uppsala. Les titulaires d’enregistrement sont informés des signalements concernant leur produit . »).

Ainsi, nous devons accepter qu’environ 16 cas développeront des effets indésirables graves des vakx1s COVID-19 pour 100 000 vakx1s administrés, et qu’environ quatre personnes mourront des conséquences de la vakxination pour 100 000 vakx1s administrés

 En adoptant l’estimation ponctuelle de NNTV = 16 000 vakxination nécessaire pour éviter un décès supplémentaire lié au COVID-19, pour six décès évités par la vakxination, nous pouvons encourir quatre décès comme une conséquence ou associée à la vakxination. En termes simples : comme nous évitons trois décès en vakxinant, nous encourons deux décès.

Cependant, il faut considérer le simple fait juridique qu’un décès associé à une vakxination est différent en nature et en statut juridique d’un décès subi à la suite d’une infection accidentelle.

Enfin, nous notons que d’après l’expérience de la déclaration des effets secondaires d’autres médicaments, seule une petite fraction des effets secondaires est signalée dans les bases de données d’événements indésirables]. La sous-déclaration médiane peut atteindre 95 %

Compte tenu de ce fait et du nombre élevé d’effets secondaires graves déjà signalés, la tendance politique actuelle à vakxiner les enfants qui courent un très faible risque de souffrir de COVID-19 en premier lieu doit être reconsidérée.

La présente évaluation soulève la question de savoir s’il serait nécessaire de repenser les politiques et d’utiliser les vakx1s COVID-19 avec plus de parcimonie et avec une certaine discrétion uniquement chez ceux qui sont prêts à accepter le risque parce qu’ils se sentent plus exposés à la véritable infection qu’à la fausse infection. . Peut-être faudrait-il tempérer l’enthousiasme par des faits sérieux ? À notre avis, l’EMA et les autorités nationales devraient lancer un examen de la sécurité dans la base de données de sécurité des vakx1s COVID-19 et les gouvernements devraient examiner attentivement leurs politiques à la lumière de ces données. Idéalement, des scientifiques indépendants devraient effectuer des examens approfondis des cas très graves, afin qu’il puisse y avoir des recommandations fondées sur des preuves sur qui est susceptible de bénéficier d’une vakxination contre le SRAS-CoV2 et qui risque de souffrir d’effets secondaires

https://www.mdpi.com/2076-393X/9/7/693/htm

Harald Walach, PhD, est professeur à l’Université des sciences médicales de Poznan à Poznan, hôpital pédiatrique, Pologne et professeur invité au département de psychologie de l’Université Witten/Herdecke. Il est chercheur en santé avec environ 200 articles évalués par des pairs à son nom et une vaste expertise dans diverses méthodes de recherche clinique, expérimentale et secondaire.

https://harald-walach.de/

Rainer J. Klement est un physicien médical possédant une vaste expérience en analyse de données et en statistiques. Il est basé au service de radio-oncologie de l’hôpital Leopoldina à Schweinfurt, en Allemagne. Il est actif dans la modélisation médicale et l’évaluation de l’effet des régimes cétogènes chez les patients en oncologie.

Wouter Aukema Scientifique indépendant des données et des modèles, Brinkenbergweg 1, 7351 BD Hoenderloo, Pays-Bas

Après la vakxination : le nombre de décès dans les maisons de retraite allemandes a explosé !

Après la vakxination, le nombre de décès dans les maisons de retraite allemandes a explosé !

En bleu : le nombre de mort avant la vakxination sur l’année 2020.
En rouge : le nombre de mort depuis le début de la vakxination en …. 2 petits mois !

Vos médias en parlent-ils ?

Source: https://unser-mitteleuropa.com/62329-2/

EN COMPLEMENT: voir aussi cet article sur la situation dans les EHPADs français

Des médecins à travers le monde mettent en garde contre les « vakx1s » C0VlD19

De nombreux médecins à travers le monde témoignent de leur engagement et leur conviction par rapport à cette fausse pandémie, les tests et les vakx1s.
A partager largement.

https://odysee.com/@Miniver:4/meds:1

COVlD, corruption et naufrage de la science : qui sont les responsables ?

Pour ce 5ème numéro de « Science en Conscience » pour ReinfoCovid, Jérémie Mercier reçoit Denis Rancourt, ancien professeur de physique de l’université d’Ottawa et chercheur pour l’Association pour les Libertés Civiles de l’Ontario (Canada).
Ils évoquent la question du naufrage de la science, particulièrement visible depuis le début de la « crise C0VlD », et les raisons de ce naufrage. Une vision avec beaucoup de recul de ce qu’est devenu la science.

Lien alternatif sur Odysee au cas où …

► Retrouvez Denis Rancourt sur son site : https://activistteacher.blogspot.com/

► Retrouvez ReinfoCovid et inscrivez-vous à sa newsletter sur son site : http://reinfocovid.fr/

► Retrouvez Jérémie Mercier sur son site : https://www.jeremie-mercier.com/ et sur sa chaîne : https://bit.ly/YTJeremie

L’inventeur de la technologie des vakx1s à ARNm et ADN interviewé sur les dangers des injections

Source: Ciel Voilé

Dr Robert Malone à gauche

Dr Robert Malone à gauche

L’inventeur de la technologie des vakx1s à ARNm et ADN interviewé sur les dangers des injections

Analyse du 21 juin 2021 du Dr Mercola et vidéo (3h) en anglais

L’histoire en un coup d’œil

– Le Dr Robert Malone est l’inventeur de la technologie de base des vakx1s à ARNm et à ADN. Il est gravement préoccupé par le manque de transparence des effets secondaires, la censure de la discussion et l’absence de consentement éclairé qui en découlent.

– La protéine libre de la pointe du SRAS-CoV-2 est biologiquement active – contrairement aux hypothèses initiales – et pose de graves problèmes. Elle est responsable des effets les plus graves observés dans l’étude C0VlD-19, tels que des troubles de la coagulation, des caillots sanguins dans tout le corps et des problèmes cardiaques. Ce sont les mêmes problèmes que nous observons aujourd’hui chez un nombre stupéfiant de personnes ayant reçu le « vakx1 » C0VlD-19.

– La protéine spike est également toxique pour la reproduction, et les données de biodistribution de Pfizer montrent qu’elle s’accumule dans les ovaires des femmes. Les données suggèrent que le taux de fausses couches chez les femmes qui reçoivent le « vakx1 » C0VlD dans les 20 premières semaines de grossesse est de 82%.

– Des données israéliennes montrent que les garçons et les hommes âgés de 16 à 24 ans qui ont été vakxinés ont un taux de myocardite (inflammation cardiaque) 25 fois supérieur à la normale.

– Les injections de C0VlD-19 n’ont qu’une autorisation d’utilisation d’urgence, qui ne peut être accordée que s’il n’existe pas de remèdes sûrs et efficaces. De tels remèdes existent, mais ils ont été activement censurés et supprimés.

Dans la vidéo ci-dessus, l’animateur du podcast DarkHorse, Bret Weinstein, docteur en biologie évolutionniste, s’entretient avec le Dr Robert Malone, l’inventeur de la technologie de base des vakx1s à ARNm et à ADN1, et Steve Kirsch, un entrepreneur qui a mené des recherches sur les effets indésirables des thérapies géniques C0VlD-19.

Je suis conscient qu’il s’agit d’une interview de trois heures absolument épiques, mais si vous attachez de l’importance à ce que je diffuse, vous devez au minimum lire très attentivement l’intégralité de cet article.

Malone est le scientifique qui a inventé la technologie qui rend possible l’injection de C0VlD et il révèle comment cette introduction a été éthiquement compromise pour rendre le consentement éclairé absolument impossible pour la personne moyenne. Regardez l’interview si votre emploi du temps le permet, mais lisez attentivement cet article à coup sûr.

Kirsch a récemment publié l’article « Devriez-vous vous faire vakxiner ? » dans lequel il explique comment et pourquoi il a changé d’avis sur les « vakx1s » C0VlD-19. Et ce, après avoir reçu les deux doses du vakx1 Moderna, comme l’ont fait ses trois filles.

Si vous, ou l’une de vos connaissances, avez des doutes sur le vakx1 C0VlD, alors vous devez absolument lire l’article de Kirsh, car il s’agit clairement de l’un des meilleurs articles sur le sujet et il présente l’autre côté de l’histoire, qui n’est JAMAIS présenté dans les médias grand public. N’oubliez pas que sans une divulgation complète des risques du vakx1, il est impossible d’obtenir un consentement éclairé.2 Si vous lisez l’article de Kirsch, vous obtiendrez, de manière très détaillée, l’autre côté que les médias conventionnels refusent de partager. Il écrit :

« J’ai récemment appris que ces vakx1s ont probablement tué plus de 25 800 Américains (ce que j’ai confirmé de 3 façons différentes) et handicapé au moins 1 000 000 d’autres. Et nous ne sommes qu’à mi-chemin de la ligne d’arrivée. Nous devons suspendre ces vakx1s MAINTENANT avant que d’autres personnes ne soient tuées.

A partir de ce que je sais aujourd’hui des avantages minuscules des vakx1s (environ 0,3 % de réduction du risque absolu), des effets secondaires (y compris la mort), des taux actuels de C0VlD et du taux de réussite des protocoles de traitement précoce, la réponse que je donnerais aujourd’hui à toute personne me demandant conseil sur l’opportunité de prendre l’un des vakx1s actuels serait :  » Dites NON « .

Les vakx1s actuels sont particulièrement contre-indiqués si vous avez déjà été infecté par le C0VlD ou si vous avez moins de 20 ans. Pour ces personnes, je dirais « NON ! NON ! NON !

Dans cet article, je vais vous expliquer ce que j’ai appris depuis que je suis vakxiné et qui m’a totalement fait changer d’avis. Vous apprendrez comment ces vakx1s fonctionnent et les raccourcis qui ont conduit aux erreurs commises.

Vous comprendrez pourquoi il y a tant d’effets secondaires, pourquoi ils sont si variés et pourquoi ils surviennent généralement dans les 30 jours suivant la vakxination. Vous comprendrez pourquoi les enfants ont des problèmes cardiaques (pour lesquels il n’existe aucun traitement), perdent temporairement la vue et la capacité de parler. Vous comprendrez pourquoi jusqu’à 3 % d’entre eux peuvent être gravement handicapés par le vakx1. »

La protéine Spike est une cytotoxine bioactive

Comme l’explique Malone, il y a plusieurs mois, il a averti la Food and Drug Administration américaine que la protéine spike – que les « vakx1s » C0VlD-19 ordonnent à vos cellules de fabriquer – pourrait être dangereuse. La FDA a rejeté ses inquiétudes, affirmant qu’elle ne pensait pas que la protéine spike était biologiquement active. En outre, les fabricants de vakx1s ont spécifiquement conçu les injections de manière à ce que la protéine spike soit collée et ne flotte pas librement.

Eh bien, ils avaient tort sur les deux points. Il a depuis été bien établi qu’en effet, la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 se libère, qu’elle est biologiquement active et qu’elle cause de graves problèmes. Elle est responsable des effets les plus graves observés dans l’affaire C0VlD-19, tels que des troubles de la coagulation, des caillots sanguins dans tout le corps et des problèmes cardiaques.

Ce sont les mêmes problèmes que nous observons aujourd’hui dans un nombre stupéfiant de cas.

L’utilisation du mot « vakx1 » n’est pas vraiment appropriée ici, et je ne veux pas contribuer à l’utilisation abusive de ce mot. Ces injections ne sont clairement pas des vakx1s. Elles ne fonctionnent pas comme les vakx1s conventionnels précédents. Comme le dit clairement l’inventeur des vakx1s à ARNm dans l’interview, il s’agit de thérapie génique. Donc, comprenez bien que lorsque je parle de vakx1 ou de vakxination, je parle en réalité de thérapie génique.

La protéine spike se dissémine dans tout l’organisme

Dans une récente interview3 avec Alex Pierson, Byram Bridle, docteur en immunologie et chercheur canadien en vakxinologie, a parlé d’une recherche inédite obtenue de l’agence de réglementation japonaise grâce à une demande de loi sur la liberté d’information.

Il s’agit d’une étude de biodistribution réalisée par Pfizer, qui a montré que l’ARNm du vakx1 ne reste pas dans et autour du site de vakxination mais est largement distribué dans le corps, tout comme la protéine spike4.

Il s’agit d’un problème grave, car la protéine spike est une toxine dont il a été démontré qu’elle provoque des dommages cardiovasculaires et neurologiques. Une fois dans votre circulation sanguine, la protéine spike se lie aux récepteurs plaquettaires et aux cellules qui tapissent vos vaisseaux sanguins. Dans ce cas, elle peut provoquer l’agglutination des plaquettes, ce qui entraîne la formation de caillots sanguins, et/ou provoquer des saignements anormaux. J’ai détaillé ces résultats et d’autres dans « Chercheur : ‘Nous avons fait une grosse erreur’ sur le vakx1 C0VlD-19 ».

Des coins dangereux ont été coupés

La protéine spike est également toxique pour la reproduction, et les données de Pfizer sur la biodistribution montrent qu’elle s’accumule dans les ovaires des femmes. Kirsch cite des données suggérant que le taux de fausses couches chez les femmes qui reçoivent le « vakx1 » C0VlD au cours des 20 premières semaines de grossesse est de 82%.5 Le taux normal est de 10%, il ne s’agit donc pas d’une hausse mineure. Kirsch écrit:6

« Il est déconcertant que le CDC affirme que le vakx1 est sûr pour les femmes enceintes alors qu’il est si clair que ce n’est pas le cas. Par exemple, l’une de nos amies de la famille en est victime. Elle a fait une fausse couche à 25 semaines… Elle a reçu sa première injection il y a 7 semaines, et sa deuxième il y a 4 semaines.
Le bébé a eu une grave hémorragie cérébrale et d’autres défigurations. Son gynécologue n’avait jamais vu une telle chose de sa vie. Ils ont fait appel à un spécialiste qui a dit qu’il s’agissait probablement d’un défaut génétique (parce que tout le monde croit au récit selon lequel le vakx1 est sûr, il est toujours exclu comme cause possible).
Pas de rapport VAERS. Pas de rapport du CDC. Pourtant, les médecins à qui j’ai parlé disent qu’il est certain à plus de 99 % que c’était le vakx1. La famille ne veut pas d’autopsie de peur que leur fille découvre que c’était le vakx1. C’est un exemple parfait de la façon dont ces effets secondaires horribles ne sont jamais signalés nulle part.« 

Il est inquiétant de constater que l’ensemble des données de biodistribution de Pfizer révèle que l’on a pris des raccourcis dans l’intérêt de la rapidité, et que l’un des aspects de la recherche qui a été ignoré est la toxicologie de la reproduction. Pourtant, malgré l’absence d’une enquête initiale sur la toxicologie de la reproduction et un nombre rapidement croissant de rapports de fausses couches (qui est probablement un sous-dénombrement important), les Centers for Disease Control and Prevention continuent d’exhorter les femmes enceintes à se faire vakxiner. Comment cela se fait-il ?

Y a-t-il une suppression délibérée des données du VAERS ?

De plus, comme nous l’avons évoqué dans l’interview, il semble que les données du système de notification des effets indésirables des vakx1s (VAERS) soient manipulées, car des rapports qui avaient été déposés ont disparu. Pourquoi ont-ils été supprimés ? Et sans le consentement des déclarants ?

Des données israéliennes montrent que les garçons et les hommes âgés de 16 à 24 ans qui ont été vakxinés ont un taux de myocardite (inflammation du cœur) 25 fois supérieur à la normale.

Même avec cette manipulation, le nombre de décès signalés après la vakxination contre le C0VlD-19 dépasse tout ce que nous avons jamais vu. D’après Kirsch, le taux de mortalité lié aux injections de C0VlD-19 dépasse celui de plus de 70 vakx1s combinés au cours des 30 dernières années, et il est environ 500 fois plus mortel que le vakx1 contre la grippe saisonnière7, qui a toujours été le plus dangereux.

D’autres effets graves sont également hors normes. Par exemple, des données israéliennes montrent que les garçons et les hommes âgés de 16 à 24 ans qui ont été vakxinés ont un taux de myocardite (inflammation du cœur) 25 fois plus élevé que la normale.8 En outre, de nombreux jeunes gens meurent réellement des suites de cette myocardite.9

Malone souligne qu’en relisant la version la plus récente de l’autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) qui régit ces injections de C0VlD, il a découvert que la FDA a choisi de ne pas exiger une collecte et une évaluation rigoureuses des données post-vakxination, alors qu’elle avait la latitude de le faire.

Comme l’a noté Weinstein, il s’agit d’une autre anomalie à laquelle il faut répondre. Pourquoi ont-ils opté pour une saisie de données aussi laxiste, car sans elles, il n’y a aucun moyen d’évaluer la sécurité de ces produits. Vous ne pouvez pas identifier les signaux de danger si vous n’avez pas de processus de saisie des données sur les effets et d’évaluation de toutes ces données.

« Toute la logique de l’EUA consiste à substituer la saisie en temps réel d’informations clés à la saisie prospective de ces mêmes informations », explique M. Malone. « Mais pour cela, il faut obtenir l’information et celle-ci doit être rigoureuse.« 

Autres anomalies

En outre, comme l’a noté Weinstein, si vous diffusez un vakx1s dans le cadre d’une utilisation d’urgence – parce que vous dites qu’il y a une urgence sanitaire sans précédent et qu’il n’y a pas d’autres options, donc qu’il vaut la peine de prendre un risque plus grand que la normale – alors vous ne le donneriez toujours pas aux personnes qui ne présentent aucun risque ou un risque faible de la maladie en question.

Cela inclut les enfants, les adolescents et les personnes en bonne santé de moins de 40 ans, au minimum. Les enfants sont naturellement immunisés contre le C0VlD-1910 et il a été démontré qu’ils ne sont pas des vecteurs de la maladie,11 et les personnes de moins de 40 ans ont un taux de létalité de l’infection de seulement 0,01%.12 Cela signifie que leurs chances de survie sont de 99,99%, ce qui est aussi bon que possible.

Les femmes enceintes seraient également exclues car elles constituent une catégorie à haut risque pour toute expérimentation, et toute personne qui s’est rétablie du C0VlD serait exclue car elle possède désormais une immunité naturelle et n’a pas besoin d’un quelconque vax1s. En fait, une étude récente de la Cleveland Clinic13,14 a révélé que les personnes dont le test de dépistage du SRAS-CoV-2 avait été positif au moins 42 jours avant la vakxination ne tiraient aucun bénéfice supplémentaire des injections.

Pourtant, tous ces groupes à risque incroyablement faible sont exhortés à se faire vakxiner, voire incités de manière inappropriée à le faire, ce qui constitue également un comportement anormal. L’analyse des risques et des avantages ne tient pas seulement compte du risque de conséquences graves et de décès liés à la maladie, mais aussi de la disponibilité de traitements alternatifs, ce qui constitue une troisième anomalie majeure.

Nous avons assisté à une suppression claire des informations montrant qu’il n’existe pas un seul mais plusieurs remèdes efficaces qui pourraient réduire à pratiquement zéro le risque de C0VlD-19 pour un certain nombre de cohortes. Les exemples incluent l’hydroxychloroquine et l’ivermectine, qui sont tous deux utilisés en toute sécurité depuis des décennies par des millions de personnes dans le monde.

Le principe de précaution veut que tant qu’un médicament ou une stratégie de traitement n’est pas nuisible, même si l’effet positif peut être faible, il doit être utilisé jusqu’à ce que de meilleures données ou de meilleurs traitements soient disponibles. C’est la logique qu’ils ont utilisée pour les masques (même si les données n’ont montré aucun avantage statistique et qu’il existe un certain nombre d’inconvénients potentiels).

Mais lorsqu’il s’agit de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine, ils ont supprimé l’utilisation de ces médicaments alors qu’ils sont extrêmement sûrs lorsqu’ils sont utilisés aux doses appropriées et que leur efficacité a été démontrée dans des dizaines d’études. Comme le note Kirsch dans son article :15

« Les médicaments réadaptés [comme l’hydroxychloroquine et l’ivermectine] sont plus sûrs et plus efficaces que les vakx1s actuels. En général, un traitement précoce à l’aide d’un protocole efficace réduit de plus de 100 fois le risque de décès. Ainsi, au lieu de 600 000 décès, nous aurions moins de 6 000 décès. REMARQUE : le vakx1 a déjà tué plus de 6 000 personnes et ce chiffre ne concerne que le vakx1 (et ne tient pas compte des décès dus à une découverte).« 

Les médecins sont également muselés et leurs avertissements supprimés et censurés. Le Dr Charles Hoffe a administré le « vakx1 » C0VlD-19 de Moderna à 900 de ses patients. Trois d’entre eux sont désormais handicapés à vie et un est décédé. Après avoir écrit une lettre ouverte au Dr Bonnie Henry, responsable provincial de la santé en Colombie-Britannique, dans laquelle il déclarait « être très alarmé par le taux élevé d’effets secondaires graves de ce nouveau traitement « 16, ses privilèges hospitaliers lui ont été retirés.

Les lois de bioéthique sont clairement violées

Dans un essai publié le 30 mai 202117, Malone a passé en revue l’importance du consentement éclairé, concluant à juste titre que la censure fait en sorte que le consentement éclairé ne peut tout simplement pas être donné. Le consentement éclairé n’est pas seulement une bonne idée ou un idéal. C’est la loi, tant au niveau national qu’international. L’actuelle campagne de vakxination viole également les principes bioéthiques en général.

« À titre d’information, sachez que je suis un spécialiste et un défenseur des vakx1s, ainsi que l’inventeur de la technologie de base du vakx1 à ARNm (et du vakx1 à ADN). Mais j’ai également reçu une formation approfondie en bioéthique de l’Université du Maryland, du Walter Reed Army Institute of Research et de la Harvard Medical School, et le développement clinique avancé et les affaires réglementaires sont des compétences essentielles pour moi« , écrit Malone.

« Pourquoi est-il nécessaire de supprimer la discussion et la divulgation complète des informations concernant la réactogénicité et les risques de sécurité des ARNm ? Analysons rigoureusement les données sur les événements indésirables liés aux vakx1s. Peut-on trouver des informations ou des modèles, comme la découverte récente de signaux de cardiomyopathie ou de réactivation de virus latents ?

Nous devrions faire appel aux meilleurs experts en biostatistique et en apprentissage automatique pour examiner ces données, et les résultats devraient – non doivent – être mis à la disposition du public rapidement. Suivez-nous et prenez le temps d’examiner la bioéthique sous-jacente de cette situation.

Sources et références

Quand Moderna et F*A*U*C*I présentent au père du virus un projet de Vakx1, 19 jours avant l’émergence officielle du C0VlD 19 ( décembre 2019)

pgibertieil y a 2 jours

Le biologiste JF Lesgard communique des informations capitales qui normalement devrait faire la une de la presse d’un pays libre…

Un accord de confidentialité montre que des candidats vakx1s potentiels contre le coronavirus ont été transférés de Moderna à l’Université de Caroline du Nord en 2019, dix-neuf jours avant l’émergence du prétendu virus provoquant le COVlD-19 à Wuhan, en Chine.

L’accord de confidentialité indique que les fournisseurs « Moderna » aux côtés de « l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses » (NIAID) de F*A*U*C*I ont accepté de transférer « les candidats vakx1s contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna aux destinataires « Le Université de Caroline du Nord à Chapel Hill’ le 12 décembre 2019.

Trouvé à la page 105 de l’accord


L’accord de transfert de matériel a été signé le 12 décembre 2019 par Ralph Baric, PhD, à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, puis signé par Jacqueline Quay, directrice des licences et du soutien à l’innovation à l’Université de Caroline du Nord le 16 décembre 2019.

Ralph BARIK c’est la mafia de la création du virus : Il sait, comme son pote Daszak, que « les coronavirus ne sont pas traitables avec les anticorps monoclonaux et vous ne pouvez pas vacciner contre eux avec un vaccin »

La télévision australienne dévoile en direct la plus grande escroquerie du siècle et les biologistes donnent tous les secrets de la covid


Toutes ces signatures ont été faites avant toute connaissance de l’émergence présumée du nouveau coronavirus. Ce n’est que le 31 décembre 2019 que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d’un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine. Mais même à ce stade, ils n’avaient pas déterminé qu’un nouveau coronavirus présumé était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de « cause inconnue ».

Ce n’est que le 9 janvier 2020 que l’ OMS a rapporté que les autorités chinoises avaient déterminé que l’épidémie était due à un nouveau coronavirus qui est devenu plus tard connu sous le nom de SRAS-CoV-2 avec la prétendue maladie résultante surnommée COVID-19. Alors pourquoi un candidat vaccin contre le coronavirus à ARNm développé par Moderna a-t-il été transféré à l’Université de Caroline du Nord le 12 décembre 2019 ?

Qu’est-ce que Moderna savait que nous ne savions pas ? En 2019, il n’y avait aucun coronavirus singulier constituant une menace pour l’humanité qui justifierait un vaccin, et les preuves suggèrent qu’il n’y a pas eu non plus de coronavirus singulier constituant une menace pour l’humanité en 2020 et 2021.

Autre source:

https://thetruedefender.com/confidential-docs-share-moderna-sent-mrna-covid-19-vaccine-candidate-to-uni-researchers-few-weeks

Psychopathologie du totalitarisme 3/3


Série en 3 épisodes.
Episode 3 publié par L’Antipresse, n°288 du 6 juin 2021 et sur le site de Ariane Bilhéran

Lien vers épisode 1
Lien vers épisode 2

Épisode 3. Contagion délirante et alliances psychiques, sortie du délire

Ariane Bilheran, normalienne (Ulm), philosophe, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie, spécialisée dans l’étude de la manipulation, de la paranoïa, de la perversion, du harcèlement et du totalitarisme.

« La liberté est ce qu’il y a de plus intime, et c’est à partir d’elle que s’élève tout l’édifice du monde de l’Esprit ».

Hegel, Principes de la philosophie du droit, « Cours de philosophie du droit de 1831 ».

Pour entrevoir une issue au totalitarisme, il nous faut comprendre comment les esprits ont été emprisonnés dans la folie paranoïaque. Cela suppose de rendre intelligible le phénomène de contagion délirante[1], et de mettre en lumière les interactions psychiques inconscientes qui s’allient pour promouvoir l’idéologie.

La paranoïa est une pathologie contagieuse, qui érode les liens traditionnels[2] pour soumettre les psychismes à de nouveaux liens, ceux de l’idéologie[3].

Il faut d’abord comprendre (et je ne pourrai rentrer ici dans le détail d’un processus psychique fort complexe) que le psychisme tend à se défendre face à la violence du harcèlement, de la propagande médiatique et de la terreur. Pour cela, il érige des remparts qui lui permettent de tolérer une réalité insoutenable, parmi lesquels : le déni, le refoulement, la banalisation, l’idéalisation, le clivage, la projection, la radicalisation, l’interprétation, l’isolation, la décharge dans le passage à l’acte, l’automatisation des faits et des gestes, l’anesthésie affective, le désinvestissement[4]… Ces « mécanismes de défense » érodent la lucidité de l’individu. En particulier, le déni est une impossibilité absolue de se représenter la violence de ce qui se passe, jusqu’à rendre hermétique à toute argumentation ou évidence des faits. Je précise que ce processus psychique n’a rien à voir avec l’intelligence, mais concerne les « plus fragiles » psychologiquement, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas les ressources internes suffisantes pour résister à une telle distorsion interprétative du monde : la majorité des êtres humains. Car il faut une force psychique hors du commun pour parvenir à garder un raisonnement sain dans un monde qui devient fou, où les repères sont inversés, la vérité travestie en mensonge, et les innocents désignés comme coupables, tandis que les coupables exercent une terreur indécente, au nom du bien du peuple, et de jolis idéaux tels que « la santé pour tous » ou « la protection de nos aînés. » La contagion délirante opère à partir de ces remparts, rendant l’individu perméable à l’idéologie, et désormais adepte inconditionnel de la secte totalitaire.

Il existe une hiérarchie des profils psychiques dans l’accès aux fonctions structurantes de civilisation que sont la symbolisation et la sublimation[5]. Nous pouvons déjà distinguer ceux qui ont structurellement intégré les tabous fondamentaux de l’interdit du meurtre et de l’inceste (et leurs dérivés : calomnie, envie, transgressions sexuelles etc.), et les autres. Ces derniers, qui ne sont plus tenus par une structure extérieure, sont alors « activés » par le délire paranoïaque, qui les autorise désormais à passer à l’acte, sans plus aucune répression légale, pourvu que l’action mortifère et transgressive s’inscrive dans la lignée dogmatique de l’idéologie. C’est ainsi que, sous propagande, des profils pervers peuvent torturer impunément (cf. Klaus Barbie), des profils paranoïaques peuvent disséminer la terreur[6], et des psychopathes, être utilisés comme des mercenaires du régime.

Les névroses ordinaires[7] sont fragilisées, c’est-à-dire qu’en temps « normal », des personnes se comportant de façon respectueuse des interdits fondamentaux, peuvent, à la faveur d’une idéologie totalitaire, régresser, et notamment sur un mode pervers. En clair, le système totalitaire, par sa dimension délirante massive, fait décompenser des pervers en paranoïa, et régresser des profils névrosés, en perversion, la perversion étant une sorte d’ultime digue psychique pour ne pas sombrer dans le délire (cf. Racamier). Le déploiement du système totalitaire entraîne donc la survenue de nombreux abus de pouvoir et actes sadiques, commis par des chefaillons qui se révèlent. Et l’on se demande alors comment ce bon père de famille, d’ordinaire si agréable, et connu depuis si longtemps, est devenu capable de tant d’atrocités… Je rappelle que la perversion[8] est l’exécutante consciencieuse et habile de la folie paranoïaque.

Le paranoïaque définit la stratégie, quand le pervers déploie la tactique.

Les autres profils névrosés, plus rares, sont tout de même fragilisés, jusqu’à nourrir des dépressions et des idées suicidaires, ou encore convertir leur angoisse en névrose obsessionnelle grave : l’individu fonctionne sur un mode automatisé, par des attitudes ritualisées, qui l’empêchent de penser sa fonction dans l’ensemble du système, comme Eichmann qui ne faisait que s’occuper de ce que les trains arrivent à l’heure. L’individu préfère en effet être entraîné dans la régression psychique collective, plutôt que d’affronter l’épreuve de la solitude, de la perte et de la séparation (épreuve à laquelle le philosophe traditionnel est généralement aguerri). Ainsi, dans des situations incitatives, hors normes, les auteurs d’actes barbares sont aussi des « honnêtes gens », aux profils obéissants.

Seuls trois types de profils résistent au déferlement totalitaire :

  • Des « anti-sociaux », déjà habitués à ne pas se soumettre aux règles du monde qu’ils interrogent toujours avec une grande vitalité,
  • Des personnes ancrées sur terre avec un bon sens paysan qui les vaccine contre toute idéologie hors sol
  • Quelques intellectuels et artistes.

Tous disposent d’une profondeur émotionnelle intérieure, d’une autonomie interne, et de références morales à l’autorité transcendante, suffisantes pour arrimer l’affirmation d’eux-mêmes dans une filiation temporelle verticale (anciens maîtres, généalogie, ancêtres…), ce qui les affranchit de l’adhésion horizontale au groupe et du collage à l’idéologie. Parmi ces profils, l’on peut trouver (mais pas obligatoirement), des personnes aux hautes valeurs morales, d’une grande intégrité, et d’autres (ou les mêmes), avec une forte sensibilité aux processus liberticides

Les rares qui ont compris dès les premiers signaux d’alerte, et n’ont pas besoin de l’expérience de la désolation pour mesurer le danger de la construction mentale délirante, incarnent le chemin étroit de la vérité et les résistants de la première heure.

Ils appellent à la désobéissance face à l’abus de pouvoir, et invoquent un idéal humain de liberté, contre le règne absolu de la contrainte. Il faudra néanmoins attendre le réveil des masses, pour que le totalitarisme s’effondre, ces masses qui réagissent favorablement à la suggestion hypnotique, et se laissent facilement séduire, par le cadeau empoisonné de l’idéologie et son apparente cohérence : la fuite d’une réalité vécue comme désagréable. La propagande totalitaire fonctionne, car elle promet de transformer radicalement un monde dont les masses ne veulent plus, parce qu’elles n’y trouvent plus leur place. Bien entendu, ce sentiment d’être perdu, sans racine, le totalitarisme a pu lui-même en être à l’origine, avant d’en tirer profit. La globalisation offerte par l’idéologie totalitaire rassure ; elle donne l’illusion de la prise en charge totale, peu importe que cette prise en charge soit le fruit d’une mère omnipotente qui peut changer d’humeur à n’importe quel moment, jusqu’à tuer sa progéniture si cela lui chante.

Les masses doivent cesser de collaborer et, partant, de croire. Et c’est inéluctable : l’expérience de la réalité totalitaire se chargera elle-même de la désillusion.

Les masses, en éprouvant le fait totalitaire dans leur chair, dans leurs familles, dans leurs individualités, confrontées à l’action mortifère de la secte, finiront par ouvrir les yeux. Il est donc essentiel que cette alliance provisoire entre les propagateurs politiques de l’idéologie (décideurs politiques et économiques/propagandistes et intellectuels collaborant à l’idéologie) et une grande partie du peuple cesse. La diffusion de l’information, ainsi que le bouche-à-oreille de ceux qui témoignent à ceux qui les relaient, est également un facteur essentiel dans la désillusion des masses.

Désobéir est vital. Faire partie des hérétiques au sens propre, de ceux qui font le choix de ne pas se plier à la croyance religieuse de l’idéologie totalitaire. Il y a autant de désobéissances que de spontanéités individuelles. L’artiste qui ne suit pas l’art totalitaire désobéit, et fait de la liberté sa foi. « L’initiative intellectuelle, spirituelle et artistique est aussi dangereuse pour le totalitarisme que l’initiative criminelle de la populace, et l’une et l’autre sont plus dangereuses que la simple opposition politique. La persécution systématique de toutes les formes supérieures d’activité intellectuelle par les nouveaux dirigeants de masse a des raisons plus profondes que leur ressentiment naturel pour tout ce qu’ils ne peuvent comprendre. La domination totale ne tolère la libre initiative dans aucun domaine de l’existence ; elle ne tolère aucune activité qui ne soit pas entièrement prévisible. Le totalitarisme, une fois au pouvoir, remplace invariablement tous les vrais talents, quelles que soient leurs sympathies, par ces illuminés et ces imbéciles dont le manque d’intelligence et de créativité reste la meilleure garantie de leur loyauté. »[9]

Ne pas se soumettre au dogme, l’interroger et conserver son esprit critique, créer en-dehors de ce qui est permis, emprunter les sentiers de traverse, mais aussi archiver, conserver cet ancien que le pouvoir totalitaire désire détruire, informer, tout ceci fait partie de la résistance. Le totalitarisme craint le primat de la subjectivité, la texture unique du témoin qui transcrit ses émotions, sa sensibilité, sa vie psychique et son humanité ; il redoute cette liberté de l’esprit contre la rigueur de la lettre, l’ironie ou « le trait d’esprit », le rire contagieux qui le détrône de sa toute-puissance. Penser est dangereux, mais « ne pas penser est encore plus dangereux. »[10]

Que nous reste-t-il lorsque tout est perdu ? Devenir, pour reprendre le titre du livre d’Imre Kertész, un « être sans destin ».

Cet auteur, déporté à Auschwitz à l’âge de 15 ans, et libéré du camp de Buchenwald en 1945, pose la question de savoir ce qu’il advient, lorsqu’un homme est privé de tout destin : « S’il y a un destin, la liberté n’est pas possible ; […] si la liberté existe, alors il n’y a pas de destin […], c’est-à-dire qu’alors nous sommes nous-mêmes le destin. » Peut-être devons-nous simplement accepter d’être dans la non-maîtrise des événements, et reprendre à l’inverse la devise de l’Abbaye de Thélème : « fais ce que dois ». Accomplir notre devoir humain, jusqu’au bout de ce dont nous avons la maîtrise, et au-delà, embrasser les affres de notre expérience humaine. Le ballon du délire paranoïaque collectif se dégonfle lorsque le langage trafiqué de l’idéologie perd de son charme envoûtant. C’est pourquoi notre liberté se conquiert dans le Verbe, qui nomme avec justesse l’expérience humaine, et ce fut depuis toujours le rôle des Humanités. Le « philosophe-médecin »[11] doit diagnostiquer, nommer le délire, et le caractériser.

Irrespectueux des lois du vivant, qui sont immuables, destructeur des lois transcendantes régissant la condition humaine, le système totalitaire est par essence voué à l’effondrement[12]. Il s’engraisse et survit par la collaboration de nombreux individus, la compromission des esprits et du langage, un renoncement à la vérité, et donc à la justice, le primat de la peur, donc de la haine. Je clôturerai ces trois épisodes avec Kertész : « […] je ne pense pas me leurrer en le disant, je me suis efforcé d’effectuer le travail existentiel, la tâche que m’a imposée le fait d’avoir survécu à Auschwitz. Je sais très bien à quel point j’ai été privilégié : j’ai vu le véritable visage de ce siècle monstrueux, j’ai regardé la Gorgone dans les yeux et j’ai survécu. Mais j’ai su dès lors que je ne me libèrerais jamais de ce spectacle, j’ai su que ce visage me garderait éternellement sous son emprise. […] Et, si vous me demandez maintenant ce qui me maintient en vie sur cette terre, je vous répondrai sans hésiter: l’amour. »[13]

Notes:
[1] Bilheran, A. 2019. « Contagion délirante et mélancolie dans la paranoïa », Revue Santé Mentale. Article en accès libre sur ce site.
[2] Collectif transgressé, clivage, division, délation, apartheid.
[3] Il est à souligner que tout ce qui contribuera à rompre les liens de l’idéologie contribuera à affaiblir le totalitarisme ; en ce sens la corruption traditionnelle au sens des petits arrangements entre des fonctionnaires et la population, par exemple, sera une épine dans l’ambition de domination totale du système totalitaire.
[4] Bilheran, A. 2017. Harcèlement. Psychologie et psychopathologie, Amazon. En vente sur ce site au format Pdf.
[5] Bilheran, A. 2020. Psychopathologie de l’autorité, Paris, Dunod.
[6] Bilheran, A. 2017. « Terrorisme, jeunesse, idéaux et paranoïa », Paris, Revue Soins, Elsevier. Article en accès libre sur ce site.
[7] Je rappelle que nous sommes tous a minima névrosés, car nous avons dû tous opérer un refoulement sur nos pulsions primaires agressives, ce qui est plutôt une bonne chose pour parvenir à vivre ensemble.
[8] La perversion est une pathologie du narcissisme, qui instrumentalise à son propre intérêt. La jouissance obtenue n’est ni partagée ni créatrice pour chacun : elle est sadique et destructrice. Le pervers prend tout et ne partage pas. Il capture ce qui est sain et constructif, pour le dévier, le détourner, le salir et le détruire. Cf. Bilheran, A. 2019. Psychopathologie de la paranoïa, Paris, Dunod.
[9] Le totalitarisme, Chapitre XI.
[10] H. Arendt, entretien du 06 juillet 1974. https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000001722/hannah-arendt-sur-la-liberte.html
[11] Terme emprunté à Nietzsche.
[12] Cela ne présage pas de sa durée, ni de l’ampleur des destructions.
[13] Kertész, I. 2000. « Discours prononcé au Renaissance-Theater de Berlin », in L’Holocauste comme culture, Paris, Actes Sud, 2009.

Psychopathologie du totalitarisme 2/3

Série en 3 épisodes.
Episode 2 publié par L’Antipresse, n°287 du 30 mai 2021 et sur le site de Ariane Bilhéran

Lien vers épisode 1
Lien vers épisode 3

Épisode 2. Méthodes, étapes, objectif du projet totalitaire

Ariane Bilheran, normalienne (Ulm), philosophe, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie, spécialisée dans l’étude de la manipulation, de la paranoïa, de la perversion, du harcèlement et du totalitarisme.

« Pour combattre le totalitarisme, il suffit de comprendre ceci : il représente la négation la plus absolue de la liberté. »
H. Arendt La nature du totalitarisme, 1953.

« Celui qui n’est pas intérieurement préparé à la violence est toujours plus faible que celui qui l’exerce. »
A.I. Soljenitsyne, L’archipel du goulag, 1973.

« Vaccination-évacuation », vaccinodrome d’Annecy et quais de Paris.

Le régime totalitaire vise « la domination totale » (H. Arendt), c’est-à-dire s’immisce dans la totalité des sphères sociales, privées et intimes, jusqu’au psychisme des individus. Pour y voir clair, il me semble impératif là encore de convoquer la psychopathologie. Un individu, ou un groupe d’individus, peut représenter et cristalliser l’expression de la paranoïa collective, dont l’essence est contagieuse, comme dans les sectes[1].

L’instrument clé de la mise en place du pouvoir totalitaire est d’abord le harcèlement des esprits qui doivent devenir perméables à l’idéologie. Il faut que la propagande médiatique obtienne la division du collectif, des clans traditionnels (familles, classes sociales, clans politiques) selon le clivage paranoïaque entre les « bons » et les « méchants » ; la ligne de désignation peut évoluer selon l’idéologie caméléon. Intervient rapidement la terreur, par la désignation de l’ennemi (ici, au départ, l’ennemi est un virus affreux qui entend décimer l’espèce humaine, et contre lequel « nous sommes en guerre », puis les ennemis deviennent les désobéissants qui ne veulent pas respecter les mesures dites sanitaires imposées par le champ politique). La propagande, souvent masquée derrière de subtiles manipulations (« c’est pour votre bien »), jubile à créer des chocs traumatiques collectifs (par exemple, la comptabilité mortifère répétée quotidiennement), qui lui permettront ensuite d’étendre tout son contrôle sur la population sidérée et terrorisée, laquelle, sous l’effet des injonctions paradoxales et de l’usure, appellera le pouvoir tortionnaire en sauveur, ignorant, pour son plus grand malheur, que ce prétendu sauveur est dans le même temps le persécuteur. La propagande se fera le reflet de l’ambition de « l’homme nouveau », niant le passé, les origines, les anciens repères, et toute forme d’altérité, par d’innombrables mensonges, paradoxes, incohérences et absurdités. L’idéologie, origine et principe de l’action totalitaire, doit annihiler l’existence du réel et les retours d’expérience. Hannah Arendt note que, dans le régime stalinien, « tous les faits qui ne concordaient pas ou qui étaient susceptibles de ne pas concorder, avec la fiction officielle – données sur les révoltes, la criminalité, les véritables incidences des activités « contre-révolutionnaires » par opposition aux ultérieures conspirations fictives – étaient traités comme irréels » (p. 18). C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui, et je renvoie aux travaux de Vincent Pavan[2], ou encore aux alertes régulières de Jean-Dominique Michel, pour mesurer le grand écart entre la réalité de l’expérience et de l’analyse, et le narratif officiel.

La terreur glisse rapidement sur les opposants qu’il s’agit de persécuter, à savoir ceux qui ne croient pas à l’idéologie, la mettent en doute, ou encore dénoncent les manipulations de masse. C’est la première phase, celle de la mise au pas par l’élimination des opposants. Mais le déferlement totalitaire se déchaîne bien davantage ensuite : la décompensation paranoïaque devient aveugle, et se cherche des ennemis potentiels (coupables en puissance, et non en acte), puisqu’il n’y a plus d’opposants réels. Pour soumettre les masses, tous les moyens sont permis, en particulier celui de la terreur par l’arbitraire. Tout allait « bien », en effet, lorsque les masses pouvaient se rassurer quant au harcèlement des opposants visibles, finalement, ils l’avaient bien cherché puisqu’ils n’obéissaient pas ! Il est indispensable ensuite que les représailles du pouvoir totalitaire tombent au hasard, afin d’assurer le contrôle total. L’arbitraire suscite l’incompréhension et la sidération (paralysie du psychisme et de la pensée). Croyant ainsi se couvrir, beaucoup deviennent délateurs, et sont encouragés à l’être par le délire de persécution paranoïaque : il s’agit de reconnaître l’ennemi, « si bien masqué soit-il »[3].

Le modus operandi du totalitarisme est le harcèlement. Il s’agit moins de détruire que de conduire à l’autodestruction[4], jusqu’au suicide, par les traumatismes réitérés sur la durée, engendrés dans la terreur et la violence. Les régimes politiques fonctionnant à l’idéologie utilisent la violence extrême, car il s’agit de transformer l’expérience du réel, de gré ou de force, pour faire régner l’idéologie, quoi qu’il en coûte. Ceux qui diffusent l’idéologie et l’organisent savent-ils que l’idéologie est fausse ? Ce n’est pas sûr, si l’on continue l’analyse sous l’angle de la psychopathologie. Ils peuvent y croire, et sont sans doute d’autant plus dangereux qu’ils y croient, d’une croyance religieuse transformée en fanatisme du dogme. Certains d’entre eux sont sans doute plus cyniques ; nous le voyons aujourd’hui avec les scandales d’hommes riches et/ou politiques, qui s’exonèrent des mesures sanitaires qu’ils imposent au peuple. Dans ce cas, l’illusion idéologique, elle est pour les autres, et non pour eux. D’ailleurs, pour H. Arendt, la force de l’idéologie ne tient pas à son contenu (lutte des classes, lutte des races, vaccinés contre non vaccinés, comploteurs contre « complotistes » etc.) mais à sa forme logique. Pour manipuler au mieux les individus, il faut les isoler. Le pervers ne fait pas autrement, lorsqu’il entend exercer son emprise sur sa proie : il l’isole. N’est-ce pas de ce tour de passe-passe dont il s’agit en prônant la nécessité des multiples confinements, dont le grand expert mondial en épidémiologie, John Ioannidis, récuse les bienfaits ? Le totalitarisme enlève aux individus les rapports sociaux, ou plutôt, il ne leur tolérera que certains rapports sociaux, ceux qui seront politisés par l’idéologie (par exemple, s’entasser dans le métro pour aller travailler, ne pouvoir voyager que pour des « motifs impérieux » dont le travail fait partie, mais pas la maladie d’un proche, ni la naissance d’un petit-fils etc.). Les liens familiaux sont attaqués, par la désunion que crée le fanatisme idéologique.

Le totalitarisme exige une loyauté « à la vie, à la mort » de l’individu, jusqu’à son sacrifice ultime. Pour cela, il faut capturer l’individu par une série de gestes obsessionnels aliénant le psychisme, comme dans les clans mafieux ou encore les sociétés secrètes : quiconque n’est pas inclus, est exclu ; le pouvoir totalitaire convoque l’utilisation de rituels, l’absence de factions, la suppression des opinions dissidentes, la centralisation absolue du commandement, l’exigence d’une loyauté totale, la promesse d’une protection et de davantage de quelque chose (bonheur, pouvoir, argent, liberté de mouvement, loisirs…) qui ferait de l’initié un privilégié. N’est-ce pas exactement ce dont il s’agit à propos du passeport sanitaire, qui est en tout point similaire au passeport aryen de 1933 quant aux prérogatives conférées (musées, théâtres etc.) : une communauté de privilégiés ? L’écrivain hongrois, déporté à Auschwitz à l’âge de 15 ans, Imre Kertész, dans son livre L’Holocauste comme culture indique que le totalitarisme ne peut exister sans la stigmatisation de certaines populations qu’il se donne pour mission idéologique de persécuter : « Au procès de Jérusalem, Eichmann affirmait n’avoir jamais été antisémite et, bien que la salle ait alors éclaté de rire, je ne trouve pas impossible qu’il ait dit vrai. […] Nous devons nous dire clairement qu’aucun totalitarisme de parti ou d’État n’est possible sans discrimination, or la forme totalitaire de la discrimination est nécessairement le massacre, la tuerie de masse. »

Ajoutons que la logique concentrationnaire est indissociable du totalitarisme, car elle est inséparable de l’enfermement psychique de la paranoïa. Depuis quelques mois, j’entends des murmures sur la création ou l’existence des camps de mises en quarantaine, dans différents pays[5]. Si l’idéologie n’est pas stoppée net (et elle ne le sera pas), par une incrédulité de masse, la logique concentrationnaire se déploiera, car elle est l’aboutissement du projet totalitaire : dans le camp ; la liberté n’est qu’un lointain souvenir, la liberté de se mouvoir, d’entreprendre, et la Loi comme protection de l’individu n’est plus opérante. Il faut nous souvenir que, pour le paranoïaque, la Loi c’est lui, selon son bon vouloir ; elle n’est plus l’expression de ce qui fait tiers entre les individus, pour protéger leur intégrité, mais devient un instrument de persécution des opposants et des plus vulnérables. Dans le camp, l’on perd son nom, son identité (l’on devient au mieux un numéro), ses racines, ses liens, voire toute forme de socialisation ; l’on perd toute représentation du temps ; c’est la négation de l’humain, le corps est soumis aux agressions, à la faim, au froid, aux maladies, aux maltraitances sexuelles, à la déshumanisation (par exemple, les femmes sont tondues, les hommes rasés, on récupère des bouts de corps…). L’objectif totalitaire de la domination totale est atteint par les camps de concentration. Dans la psychose paranoïaque, le sujet est psychiquement enfermé, et s’enferme sans cesse toujours davantage ; il existe une fuite en avant pour toujours davantage de contrôle, avant d’aboutir à l’extermination.

Pour Hannah Arendt, « le prisonnier d’un camp n’a pas de prix puisqu’on peut le remplacer »[6]. La logique concentrationnaire du totalitarisme en ce sens est pire que l’esclavage, parce que l’esclave possède une valeur marchande : il peut être vendu au marché aux esclaves. La valeur marchande sur le corps humain relève de la perversion : instrumentaliser à outrance ce qui en saurait l’être. Rappelons-nous que la perversion est l’instrument du déploiement du totalitarisme, mais elle n’en est pas le but : le but n’est plus l’aliénation (soumission) mais l’annihilation (la réduction au rien) du sujet humain, c’est un cap supplémentaire qui est franchi. La valeur marchande sur le corps humain peut encore conférer un statut de personnalité juridique mineure, bien sûr sous un mode pervers. Mais dans l’apogée du totalitarisme les corps sont remplaçables, interchangeables, n’ont plus aucune valeur sacrée, et plus aucune valeur, tout court, même matérielle ou marchande. La personne morale est détruite. Hannah Arendt appelle cela « l’assassinat de l’individualité ». Elle ajoute[7] : « Le dessein des idéologies totalitaires n’est donc pas de transformer le monde extérieur, ni d’opérer une transmutation révolutionnaire de la société, mais de transformer la nature humaine elle-même ». Mais encore, « Les États totalitaires s’efforcent sans cesse de démontrer que l’homme est superflu ». Le totalitarisme est quant à lui et par essence génocidaire : il n’a plus besoin de l’humain, ou plutôt, il prétend le créer de nouveau, à partir de zéro. C’est le projet de « l’homme nouveau » ; il faut à la fois supprimer la liberté humaine, et l’humain dans toutes ses aspérités, pour faire régner la notion de pureté. N’est-ce pas là le projet en cours du Grand Reset, et du transhumanisme qui l’accompagne ? Les privilégiés auront une « valeur marchande » et pourront continuer de vivre dans le monde marchand (voyager, consommer etc.). Quant aux autres ? La paranoïa fonctionne sur un mode binaire : les purs et les impurs, les forts et les faibles, les utiles et les inutiles, les essentiels et les non-essentiels… Et c’est cette notion de pureté qui la fait parquer dans des camps les éléments jugés indésirables car ces dits impurs ne sauraient venir souiller « l’espace vital ». La pureté est déjà présente dans l’idéologie sanitaire, où l’on fumige à tout va, y compris au Leclerc d’Ajaccio[8], comme si nous étions des cafards. Les populations nomades, apatrides, marginales, et pauvres sont toujours visées, car elles ne se laissent pas assujettir au contrôle. Il est fort à parier que c’est ce qui guette une partie de la population ; attendons de voir qui sera l’ennemi désigné : pour l’instant, l’on suppose qu’il s’agira des non-vaccinés, mais cela peut tout aussi bien s’étendre aux « islamo-gauchistes » (néologisme flou), à toute population désignée comme « terroriste » (sur quels critères ?), mais aussi pourquoi pas aux vaccinés estimés porteurs de variants, car l’ennemi désigné peut mouvoir, au gré de l’idéologie caméléon.

Conclusion

Le totalitarisme est international dans son organisation, universel dans sa visée idéologique, et planétaire dans ses aspirations politiques. Il poursuit « l’expérience de domination totale. »[9]Le but est la disparition totale de toute spontanéité. Pour y parvenir, il faut à la fois l’endoctrinement idéologique (nous y sommes déjà), la terreur arbitraire et l’ambition concentrationnaire (c’est en route) pour briser ce que hait la paranoïa : toute forme de spontanéité. Les camps sont le lieu d’achèvement du processus de déshumanisation et de spoliation de la personne, par la soumission des corps incarnés, après la brisure des esprits.Hannah Arendt parle de désolation pour nommer cette épreuve d’une perte radicale des moyens de faire l’expérience du monde. Le mal est radical : à la racine. Dans un prochain et dernier épisode, j’analyserai la contagion délirante et les alliances psychiques inconscientes dans le collectif et les issues envisageables.

Notes

[1] Bilheran, A. 2019. « Contagion délirante et mélancolie dans la paranoïa », in Santé Mentale.
[2] https://sand-avocats.com/wp-content/uploads/2021/03/La-cecite-du-gouvernement-portee-devant-le-Conseil-dEtat.pdf
[3] Discours de Staline 29 juillet 1936
[4] Bilheran A. 2012. « Harcèlement et suicide au travail : quel rapport ? », https://www.arianebilheran.com/post/harcelement-et-suicide-au-travail-quel-rapport
[5] https://www.reuters.com/business/healthcare-pharmaceuticals/australian-state-considers-mining-camps-coronavirus-quarantine-2021-01-14/ https://www.ctvnews.ca/health/coronavirus/china-builds-massive-covid-19-quarantine-camp-for-4-000-people-as-outbreak-continue-1.5274898 Pour l’instant, ces camps sont présentés comme des « centres de vacances » en France : https://youtu.be/aDaxQK9Gqqw
[6] Ibid., p. 181.
[7] Arendt, H. Le système totalitaire.
[8] Sous le curieux nom de « tunnel de désinfection » : https://www.francebleu.fr/infos/societe/les-tunnels-de-desinfection-contre-la-covid-19-installes-a-leclerc-folelli-apres-baleone-et-avant-1605126994 [9] Arendt, H. Les origines du totalitarisme, p. 723.

Faire parler les vrais chiffres pour comprendre la réalité de cette crise

Extrait de la réunion publique du Conseil Scientifique Indépendant n° 10, au-cours de laquelle Pierre de la chaîne YT « Décoder l’éco » nous indique comment choisir et aller chercher les chiffres notamment de la mortalité, les analyser pour comprendre la réalité de cette crise.

Cet extrait ne reprend que l’analyse que lui-même a réalisée sur les chiffres de la mortalité et de leurs causes notamment en terme de pays, de politique de confinement, de type de population touchée et autres événements.


Une analyse super intéressante à ne pas rater et qui permet vraiment de voir clair dans ce que nous avons vécu.

https://odysee.com/@Eveilinfo:b/Analyse-des-vrais-chiffres-de-la-gestion-de-la-crise:0

Pour retrouver l’émission complète du CSI:
– sur la chaîne Odysee de RéinfoCovid
– avec un complément sur Crowdbunker pour éviter la censure de YT sur le sujet de la protéine Spike.

Affaire Fauci , « False flag » selon Reiner Fuellmich

Reiner Fuellmich, révèle le réel plan derrière l’affaire Fauci révélée par ses mails.

https://odysee.com/@LeFrexit:3/False-flag-fauci:e

EN COMPLEMENT: Révélations de Patrick Jaulent, docteur en électronique, lanceur d’alerte et auteur (qui vient de publier « Un monde de menteurs : la cybersurveillance au service de la vérité ») qui a été au coeur de l’acquisition et de l’analyse de ces mails de Fauci et qui en exposent les faits dans
cet extrait de l’Info En Question n°53 du 17 juin 2021 où il était invité.

Autre interview de Patrick Jaulent sur France Soir en avril 2021:

Comment votre cerveau va être contrôlé !

Les effets du vakx1 et de la 5G risquent être dramatiques d’ici peu et c’est pas faute de l’avoir dit depuis déjà très longtemps…
Difficile à croire ? Pourtant il est maintenant connu qu’il y a des particules magnétiques dans ces injections.
Écoutez quand-même ce que dit le journaliste Richard Boutry…

Voir aussi à ce sujet, l’étude sur l’électromagnétisme des personnes vaccinées, réalisée récemment au Luxembourg:

Le masque, l’une des plus grandes impostures de la pandémie.

Extraits de la tribune de François Pesty, pour FranceSoir

Principes de physique élémentaire pour comprendre les raisons de l’inefficacité des masques sur les virus respiratoires :

Très simples, et je pense bien expliqués à la fin de ma chronique N°49 qui décortiquait ce qui se cache dans les normes AFNOR applicables aux masques. Pour faire plus court ici :

– Les masques chirurgicaux ne sont pas testés sur des virus respiratoires, mais sur des aérosols (suspension dans l’air) de staphylocoques dorés, une bactérie dont le diamètre est de 17 à 27 fois plus grand que celui du SARS-COV-2. La norme est de ne pas laisser passer plus de 5% des staphylocoques présents dans l’échantillon testé.

– Les masques en tissus lavables et réutilisables de catégorie 1, ne sont pas non plus testés (toujours par l’AFNOR) sur des virus respiratoires, mais sur des particules de chlorure de sodium de 3 micromètres de diamètre, soit 50 fois plus grosses que le C0VlD. Idem, il ne faut pas que plus de 5% des particules traversent le matériau dans lequel est fabriqué ce type de masque. Imaginez quel serait le résultat avec des virus 50 fois plus petit !

La médecine fondée sur les preuves contredit par deux fois le physicien :

Prenons-donc le problème par le bon côté. Pour savoir si le masque chirurgical protège des nouvelles contaminations virales, il est nécessaire de réaliser des études randomisées (les participants sont tirés au sort pour être inclus dans un groupe masqué ou dans un groupe de contrôle ou groupe de comparaison, non masqué. Pour savoir si le masque FFP2 protège mieux des contaminations que le masque chirurgical, il faut également randomiser en deux groupes, l’un porte le masque FFP2, l’autre le masque chirurgical…)

Quand on dispose des résultats de plusieurs études cliniques, c’est encore mieux, car il est alors possible de réaliser ce que l’on appelle une méta-analyse d’essais cliniques randomisés. Les données de tous les essais sont « poolées » (mises en commun) et analysées ensemble. Ce qui permet d’avoir des conclusions plus robustes. C’est précisément ce qu’a fait et publié à 4 reprises (réactualisation au fur et à mesure des nouvelles études) la Collaboration Cochrane, une organisation internationale d’experts médicaux indépendants des firmes de la santé. La dernière version revue par les pairs a été publiée le 20 novembre 2020.

Méta-analyse des études randomisées ayant comparé le port du masque FFP2 (N95 en langue anglaise) au port du masque chirurgical, sur la totalité des participants inclus (soignants et grand public) :

Méta-analyse des études randomisées ayant comparé le port du masque FFP2 (N95 en langue anglaise) au port du masque chirurgical, chez les seuls soignants :

La conclusion générale de la Cochrane sur ces deux méta-analyses est que le port du masque FFP2 (N95) ne fait pas ou peu de différence avec le port du masque chirurgical pour réduire la transmission d’infections respiratoires virales, jugées sur les symptômes cliniques ou la positivité des tests de laboratoire.

Méta-analyse des études randomisées ayant comparé le port du masque chirurgical à l’absence de port, sur la totalité des participants inclus (soignants et grand public) :

Méta-analyse deux études randomisées ayant comparé le port du masque chirurgical à l’absence de port, chez les soignants :

La conclusion générale de la Cochrane sur ces deux méta-analyses est que le port du masque chirurgical ne fait pas ou peu de différence avec l’absence de port de masque pour réduire la transmission d’infections respiratoires virales (ici, grippales), jugées sur les symptômes cliniques ou la positivité des tests de laboratoire.

Conclusion : Je considère personnellement qu’avoir rendu le port du masque obligatoire, alors que les meilleurs niveaux de preuves scientifiques attestent de son inefficacité contre les virus respiratoires, est la plus grande imposture et l’archétype des mesures inutiles, délétères et liberticides prises dans la gestion de cette pandémie !

EN COMPLEMENT:

Une maman réalise une étude d’impact du port du masque à l’école auprès de 1826 enfants

C0VlD-19, prétexte pour mener une guerre psychologique mondiale contre les peuples

 Publié sur France Soir le 11/06/2021

« Osez jeter vos peurs au feu et soyez libres et souverains dans vos vies. »

Cette fois il ne s’agit pas de la redoutée guerre atomique, ni d’une guerre bactériologique qui n’a pas, à ce jour, produit de grandes dévastations. Il s’agit d’une guerre bien plus insidieuse et perverse, parce que sa cible est ce qui constitue l’essence même d’un être humain. Je veux parler de sa psyché ou de son âme, et il s’agit donc d’une guerre psychologique.


Le premier constat qui m’a stupéfait est qu’à aucun moment, depuis le début de cette pseudo-pandémie virale, il n’a été évoqué que la causalité de ce phénomène pourrait être imputée à autre chose qu’à un virus. D’une voix univoque et sans l’ombre d’un doute ou la pertinence d’un questionnement, scientifiques, chercheurs, politiques, journalistes, relayés par la redondance assourdissante des grands médias, papier ou numérique, ont clamé à l’unisson un coronavirus coupable. À la gloire de la médecine fondée sur les principes tronqués des conclusions d’un certain Louis Pasteur, l’ennemi ne pouvait être que le virus pathogène… Tout le reste n’étant que littérature ou déni.

 
Mais qu’est ce qui justifie et motive l’intervention d’un virus ou d’une bactérie dans un organisme, sinon que celui-ci est dégradé, détérioré par une souffrance dont la souffrance morale qui est la plus répandue chez les êtres humains. Et la souffrance morale, les troubles psychiques nous n’en avons pas manqué depuis l’annonce de la pandémie par l’OMS.
Antoine Béchamp s’opposait à Pasteur en disant : « Il faut qu’un organisme soit malade pour qu’un microbe s’y crée et s’y multiplie » et pas l’inverse. 
Cependant et comme par enchantement, tout questionnement était jugé impertinent, et tous les médias, y compris ceux du Web et des Gafams ont censuré systématiquement les propos de toutes celles et ceux qui émettaient un doute sur la version officielle de cette « pandémie ».
Toutefois ce qui était remis en question, était rarement sinon jamais la causalité de celle-ci.
Par ordre de profondeur des remises en cause vient en surface les moyens limités des soignants pour vaincre ce terrible ennemi viral, revendiqué par les soignants eux-mêmes et les politiques.
Puis viennent les questions sur l’origine du virus, naturel ou fabriqué, que se posent des généticiens et autres spécialistes, d’autres questions surgissent concernant la propagation du virus, sa contagion…
Des discussions apparaissent sur la réalité d’une deuxième vague que conteste bon nombre de médecins de différentes spécialités, plus près de mon propos d’aujourd’hui viennent des questions concernant la gestion ou les stratégies des comités de santé et des gouvernements, confinement, distanciation, gestes barrières, port du masque obligatoire, tests, traçage, utilisation d’applications numériques… 
Enfin et au plus près de mon propos d’aujourd’hui les conséquences de toutes ces mesures sur la santé des populations.

Et c’est à partir de ces derniers questionnement et constats relevés par de nombreux praticiens de santé que je vais tenter de remettre les choses dans l’ordre. Je pars donc de ce constat pour soumettre à votre intelligence que ces effets relevés par des médecins ne sont pas des conséquences ou des dommages collatéraux des mesures prises en réponse à cette pseudo pandémie mais les véritables causes, des maladies et des décès qui sont imputées à cette dernière. De nombreux psychiatres et psychologues ont pu vérifier les effets délétères de ces mesures sur les personnes les plus vulnérables, surtout le confinement, la distanciation, les gestes barrières et le port du masque. Bien sûr ils en notent surtout des impacts sur la santé psychique, c’est leur spécialité.
Pourtant il devrait être notoire aujourd’hui qu’une bonne compréhension de la maladie et de la médecine ne devrait pas séparer la santé psychique de la santé biologique.
Les stress continus, l’anxiété, l’angoisse, les peurs, la confusion mentale, en bref tous les chocs traumatiques soudains ou durables, s’ils ne sont pas pris en compte dans une approche psychologique, deviennent la plupart du temps somatiques et résultent en maladies organiques. Or la grande majorité des humains d’aujourd’hui vit dans une temporalité de plus en plus en plus accélérée, une accumulation de stress et de conflits psychiques qu’ils n’ont plus guère le temps de résoudre, ce que permettait une temporalité plus lente. D’où il résulte une augmentation des somatisations et donc des maladies dans le monde humain. Ces considérations posées, et à partir de celles-ci, reprenons l’histoire de la pseudo pandémie de la C0VlD19. Considérant l’évènement de la grippe saisonnière qui affecte les populations du monde tous les ans à la même période, je ne dirais pas ici pourquoi mais ultérieurement, ce nouveau coronavirus, puisqu’il mute tous les ans, a bénéficié d’un colossal coup de projecteur, comme une star sur la scène, en mondovision, dès que l’organisation mondiale de la santé a décrété la pandémie. Toutes les attentions se sont inévitablement portées sur l’événement annoncé, tant il est difficile de ne pas être focalisé sur la star mise en scène quand elle est seule sous les feux des projecteurs et que le public demeure dans l’ombre. Dès lors, l’événement est devenu la propriété d’une population de gens censées détenir le savoir pour les uns, le pouvoir pour d’autres et à toute fin instrumentalisable.

A cet instant de mon propos il est encore difficile de retenir la saisie d’une opportunité, ou une réelle intention, une préméditation dans l’instrumentalisation qui a été faite de cette épidémie de grippe. Je vous laisse en juger en écoutant la suite. Dès lors donc, et dès ce moment, une multitude de décisions sont prises par les gouvernements et leur conseils scientifiques… Vous les connaissez toutes puisque vous les avez subies. Pour rappel, au moment de la déclaration de pandémie par l’OMS rien de plus qu’un début d’épidémie, ne se produisait. Mais le mot pandémie est si lourd de gravité qu’il a suffi à lui seul à créer une sourde inquiétude chez les soignants, aux premières loges, et chez les personnes psychologiquement vulnérables. Cette inquiétude s’est rapidement transformée en vent de panique selon les lieux et les circonstances. Lorsque j’affirmais, dès le début du mois de mars que le virus n’était pas le coupable, dans les pas du biologiste et chimiste Antoine Béchamp, et du docteur Geerd Hamer, je n’avais alors qu’une intuition de qui il pouvait être.

Mais dans toute enquête policière sur une mort suspecte ; cherchant à en découvrir le responsable, viennent toujours les questions du mobile et de savoir à qui profite le crime… Je me suis posé la même question et vous le savez peut-être déjà, les principaux bénéficiaires et gagnants de cette “pseudo pandémie” sont les plus puissants financièrement, de même que les gouvernements dont les pouvoirs discrétionnaires et de contrôle se sont considérablement augmentés, en réduisant de manière drastique l’exercice de la liberté des populations.

Cependant une compétition effrénée se joue entre les plus puissants laboratoires pharmaceutiques pour gagner le jackpot du vaccin pour une clientèle de 7 milliards de consommateurs. Depuis je n’ai plus eu qu’à observer jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, les stratégies mises en œuvre pour la réalisation du crime.

Voici le fruit de mes observations qui constitue le mobile à l’origine de mon propos. Quant au profit, je souhaite qu’il bénéficie au plus grand nombre pour qu’enfin cesse ce qui pourrait être un crime contre l’humanité. 
Voici donc ce qui a été mis en œuvre par les donneurs d’ordre pour mener à bien (je devrais dire à mal) cette guerre annoncée par le chef de l’état non contre un virus mais contre le peuple d’un pays et le pays lui-même, en créant toutes les conditions pathogéniques de la maladie et de la mort. 
– La distanciation et les gestes barrières : génèrent des conflits psychiques de séparation, d’isolement contraint, ou d’abandon selon les sensibilités. Ils peuvent se manifester dans la biologie par des maladies de l’épiderme, eczéma, psoriasis, ou par une augmentation de l’obésité. 
– Le confinement : génèrent des conflits psychiques de menace dans le territoire aérien, des situations de disputes, d’étouffement, d’isolement et se manifestent en biologie par une affection des bronches, plus précisément une ulcération de l’épithélium de la muqueuse des bronches. 
– Le port du masque obligatoire : Correspond à une uniformisation, une réduction de l’identité, un déni de personnalité et d’originalité et se manifeste par un état dépressif induit par ce sentiment de dépréciation. Plus, il crée une gêne respiratoire, diminue l’apport d’oxygène, augmente la captation de co2 et des micro-organismes évacués en expirant et fragilise le système immunitaire. 
– La surmédiatisation de la pandémie qui maintient un climat quotidiennement anxiogène avec pour conséquences une multitude de peurs, des états de confusion qui, s’ils ne sont pas exprimés et solutionnés psychiquement, donnent lieu à une grande variété de somatisations et de maladies selon la sensibilité propre à chaque personne L’annonce elle aussi surmédiatisée des soi-disant conséquences catastrophiques de la pandémie génèrent un sentiment paranoïaque ou des comportements phobiques, contre un ennemi qui peut surprendre à tout moment.
– Les menaces et les pertes réelles d’emploi ou les faillites d’entreprises qui créent d’énormes stress de perte dont la somatisation entraine des maladies cardio-vasculaires. 
– La peur de mourir pour ceux qui sont porteurs du virus (testés positifs) ou malades, parce que c’est ce qu’on leur dit, affecte les voies respiratoires profondes que sont les alvéoles pulmonaires, dont la fonction est, entre autres de capter l’oxygène, ce sont ces personnes qu’on retrouve en détresse respiratoire et qu’on met sous respirateur. 
Et ce ne sont là que quelques causes et leurs conséquences parmi les plus remarquables, mais il en existe d’autres, bien plus insidieuses et peut être plus profondément dommageables:
– Le sentiment de culpabilité essaimé à tout vent par les gouvernements et les médias pour stigmatiser celles et ceux qui ne se plient pas aux ordres. Dont un des pires moments est cette vidéo de cette famille heureuse autour de son aïeule et dont les baisers de tendresse et d’affection vont la conduire sur son lit de mort. Difficile d’imaginer plus grande violence que de transformer un geste d’amour en faux de la mort.

Commencez-vous à vous interroger sur les intentions d’un tel gouvernement ?  La pratique du discours paradoxal que l’on perçoit dans la violence de cette guerre sinon douce mais doucereuse comme le sont les intonations du chef de l’état alternant fausse compassion et fermeté menaçante… Comme le sont la plupart des injonctions provenant de ce même gouvernement : “Si vous aimez vos proches, restez éloignés” “Les gestes barrières pour se protéger les uns des autres”, lapsus du chef de l’état ou message subliminal ? Au lieu de dire “les uns les autres” …
Et encore “soyez solidaires, ne vous rencontrez pas” et tant d’autres mots qui créent une véritable dissociation cognitive, empêchant tout esprit non entraîné à l’analyse critique dans un état de grande confusion. 

Il est une autre stratégie qui consiste à faire appel aux sentiments les plus nobles des personnes pour acquérir leur consentement : Comment ne pas répondre positivement à des appels à la protection d’autrui, des êtres chers, des plus faibles. Si l’appel émane d’une personne honnête avec une bonne intention, y répondre est peut-être salutaire, mais si ce n’est pas le cas, y répondre risque d’être catastrophique. On joue à quitte ou double ?
Cela s’appelle la fabrique du consentement dont nous parle Noam Chomsky et fonctionne souvent en binôme avec la stratégie du choc, si bien décrite par Naomi Klein.
Créer le chaos pour imposer la solution du rétablissement de l’ordre. C’est exactement ce à quoi nous assistons aujourd’hui. Même si certains hommes politiques n’ont pas la langue de bois quand ils s’expriment, ils doivent avoir quand même un peu de sciure sur la langue en dénonçant un régime autoritaire…
Il ne serait pas impudent aujourd’hui de dénoncer haut et fort un régime qui prépare le totalitarisme ou une dictature.
Opération réussie pour l’heure : des clivages se sont figés dans le corps social entre les pro et les anti masques, entre les pro et anti confinement entre les irresponsables pro et anti… Des guerres il y en a entre des amis, dans des familles et tout cela est extrêmement pathogène…

Alors oui la deuxième vague appelée de tous leurs voeux par les gouvernements et les comités scientifiques est bien là, mais elle n’a rien à voir avec un virus sinon sa détection douteuse par un test aux performances tout aussi douteuses. La deuxième vague est bien là, créée de toutes pièces par les mesures pathogènes que ces gens ont imposées aux populations. La constante et déroutante variété des symptômes et des maladies qu’observent les soignants n’a pas fini de les surprendre parce que chacun interprète selon sa sensibilité et sa fragilité propre les fracas de ce chaos. 

Que faire ? Quelles solutions ?

Voici d’abord des solutions pragmatiques qui m’apparaissent à cet instant.
-Cesser immédiatement de parler de pandémie, laisser l’ordre des choses tel qu’il était l’instant d’avant se rétablir de lui-même, et
– très vite repenser la santé et la maladie autrement. Restituer au corps social sa capacité à s’autogérer et à s’autoréguler et surtout réinventer notre rapport au monde sur la base que la compétition n’est qu’un aspect d’une réalité plus grande qui s’appelle, comme l’ont justement nommé Pablo Servigne et Gauthier Chapelle ;
– L’entraide. C’est aussi ce à quoi participent les virus et les bactéries. 
– D’autres solutions plus utopiques ont ma préférence : libérez les gens de toutes contraintes, organisez des fêtes. Proclamez la joie comme traitement et essaimez-la par tous les moyens.
Permettez à chacune et chacun de vivre selon son propre sentiment de dignité…Et en peu de temps nous ne manquerons plus de lits dans les hôpitaux. Nous avons depuis si longtemps, modélisé nos comportements et nos sociétés, sur une interprétation erronée de ce que nous avons observé dans la nature : la loi du plus fort dont est issue l’esprit de compétition n’existe pas dans la nature, sauf à servir un équilibre à chacune et chacun nécessaire.

Aussi afin d’établir une paix durable, il est urgent de la rétablir entre nous et avec tous les acteurs de la vie végétale, animale et microbienne. La mise en joie de la vie est à ce prix. Sinon les plus forts qui tiennent tant à cet ordre des choses erroné vont faire de ce monde un enfer pour esclaves. Osez jeter vos peurs au feu et soyez libres et souverains dans vos vies. 

Francis Cance est psychologue clinicien.

Bientôt des cartes de transports ou des comptes bancaires bloqués en cas de désobéissance aux mesures sanitaires ?

Source: NEXUS 9 JUIN 2021

Le 3 juin 2021, le Sénat présentait un rapport qui préconise des outils numériques autorisant la récolte de nos données en cas de crise sanitaire, ainsi que le partage de ces données entre plusieurs applications d’ordinaire non reliées. La plateforme numérique qu’ils envisagent de mettre en place permettrait d’informer, de rappeler à l’ordre, ou de sanctionner. Si ce rapport était validé tel quel, gare par exemple à ceux qui ne respecteraient pas la quarantaine selon Public Sénat : leur titre de transport ou leur compte bancaire pourraient se voir bloqués.

Un article de Public Sénat intitulé « Covid-19 : un rapport du Sénat préconise la collecte de données personnelles pour prévenir les crises sanitaires » laisse songeur… Il rapporte les intentions et propos de sénateurs travaillant pour  « anticiper la survenue de nouvelles crises sanitaires, en recourant plus intensément aux outils numériques, en assumant si nécessaires des mesures plus intrusives, mais aussi plus ciblées et limitées dans le temps ».

◆ Des mesures intrusives annoncées ouvertement

Le sénateur René-Paul Savary s’étonne que les Français acceptent la récolte de données par les grands groupes comme Amazon, et refusent de confier leurs données à l’État « pour protéger les autres ». L’outil majeur envisagé pour parvenir à ce but ? Une plateforme numérique activable en période de crise, qui permettrait le partage de données entre des sites d’ordinaire non reliés : « Sur un portable, les applications comme Tous Anti Covid, Ouisncf, Waze ou l’application de vaccin ont des données. Il n’y a pas d’interopérabilité entre ces différentes applications. » Sans oublier l’application SI-DEP qui permet de savoir si nous avons fait un test ainsi que son résultat, évoquée par René-Paul Savary. « Nous proposons simplement qu’en cas de crise il y ait cette interopérabilité qui permette de cibler les personnes vulnérables, prendre des mesures qui les concernent et qui évitent des mesures de confinement global, qui protègent beaucoup mieux et qui fait qu’au global on aurait moins de morts ». La SNCF  pourra-t-elle  nous indiquer si on a été en contact avec une personne positive ou un cas contact pendant l’un de nos trajets et nous inciter à nous faire vacciner ? Ou peut-être nous refuser l’accès à un train si on n’a pas été vacciné ou testé ?

◆ Les désobéissants privés de transports et de comptes bancaires

Cela ne serait pas surprenant quand on lit ce que les rapporteurs du Sénat, « très attaché aux libertés individuelles » selon la sénatrice Véronique Guillotin, envisagent comme sanctions pour des personnes qui désobéiraient à des mesures sanitaires. La sénatrice admet tout de même que les rapporteurs se sont inspirés entre autres des mesures asiatiques très intrusives. Public Sénat précise que « Les rapporteurs imaginent ainsi plusieurs scénarii selon l’ampleur de l’épidémie : des outils d’information et de coordination face à une crise « modérée », des outils de rappel à l’ordre (type envoi d’un SMS) en cas de situation plus grave, et des mesures plus fortes pour les cas extrêmes, avec par exemple la désactivation du titre de transport ou des comptes bancaires d’une personne qui violerait la quarantaine.

« Nous ne proposons pas de limiter les libertés, nous cherchons un moyen de les retrouver », déclarent les rapporteurs du Sénat.

Véronique Guillotin se veut rassurante lorsqu’elle dit qu’un tel outil permettrait de confiner  « une petite partie de la population plutôt que l’intégralité ». Mais étant donné que c’est actuellement le nombre de cas positifs qui est pris en considération pour déterminer le seuil épidémique, et non pas le nombre de victimes, à combien de reprises l’état d’urgence sanitaire sera-t-il encore décrété et ce genre de mesures censées être exceptionnelles autorisées ? Et qui sera confiné ? Les personnes dites à risques ? Ou les personnes récalcitrantes au test, à la vaccination et/ou au pass sanitaire ? Et après l’interdiction forcée de circuler, ou d’avoir accès à son argent pour les réfractaires à ces mesures, quelle sera l’étape d’après ? Quelles autres  libertés seront supprimées au motif officiel de pouvoir en retrouver d’autres ? Ne sommes-nous pas des grenouilles en train de se faire petit à petit ébouillanter les libertés, croyant ainsi les regagner ?

Le sénateur René-Paul Savary propose de débattre de ce rapport « en temps de paix, et pas en temps de crise ». Ce débat aura-t-il lieu, ou les mesures préconisées par ce rapport seront-elles imposées sous le prochain régime d’état d’urgence ?

« Cette crise peut changer l’histoire de l’humanité », selon Philippe Guillemant

Dans son dernier livre, Le grand virage de l’humanité, publié aux éditions Guy Trédaniel, Philippe Guillemant revient sur la crise sanitaire et sur ses conséquences à l’échelle planétaire en proposant un éclairage original et inspirant à travers le prisme de la physique de l’information.
S’appuyant notamment sur la théorie du temps dont il est l’auteur et qui postule que notre futur est déjà réalisé mais pas de façon définitive, fluctuant en permanence en fonction de notre état de conscience, Philippe Guillemant analyse la crise sanitaire comme une opportunité de basculer vers un éveil de la conscience collective et de rejeter le futur transhumaniste qui nous était promis. Selon Philippe Guillemant, l’épidémie a en effet agi comme un révélateur en faisant « la démonstration magistrale du diktat des multinationales sur nos médias, nos gouvernements et nos modes de vie », ce qui a permis d’amener « le peuple à s’informer par lui-même et à mieux comprendre ce qui est en jeu ». Pour Philippe Guillemant, l’irruption de cette crise sanitaire sonne le glas du système matérialiste sur lequel repose le transhumanisme et doit permettre à l’humanité de faire le choix d’un autre avenir en constituant le point de départ d’un nouveau futur : plus juste, plus solidaire, plus respectueux, où l’homme retrouvera toute sa dignité et tout son potentiel en se reliant à sa véritable nature profonde et spirituelle.

Retrouvez les travaux de Philippe Guillemant : http://guillemant.net/

Vakx1s: le film reportage d’Armel Joubert des Ouches

Le film-enquête « Tous vakxinés » du réalisateur Armel Joubert des Ouches

En introduction, une courte vidéo du coup de gueule du réalisateur:

La vidéo YouTube (avant censure ??)

Le lien alternatif vers Odysee: https://odysee.com/@LeMaquis:4/Tous-vaccin%C3%A9s-Le-Film:a

Pour visionner l’enquête A*t*a Z*n*c*: https://bit.ly/3uLX0da (ou https://www.laffaireastrazeneca.fr/)

L’idéologie Woke, un nouveau totalitarisme ?

Et si le totalitarisme du XXe siècle n’avait pas vraiment disparu et était en train de renaître sous de nouvelles formes, bien plus subtiles ? Le journaliste américain Rod Dreher nous exhorte à la vigilance dans l’entretien ci-dessous :

Né en 1967, Rod Dreher est journaliste pour le magazine The American Conservative. Il a collaboré auparavant au New York Times. Originaire d’une famille méthodiste, il se convertira au catholicisme en 1993 puis à l’orthodoxie en 2006. Son invitation à suivre la voie de saint Benoît rencontre un puissant écho outre atlantique.

Son livre Résister au mensonge vient d’être édité en Français, chez Artège, voici comment il est présenté :

Après son brillant essai sur le « pari bénédictin », Rod Dreher développe une réflexion aussi puissante que féconde autour du soft totalitarisme occidental. Pas d’interdiction officielle d’opinion, pas de déploiement d’un État policier, mais l’émergence insidieuse d’une tyrannie douce qui, sous l’égide d’un credo progressiste, annihile tout esprit critique et paralyse jusqu’au plus indépendant des libres penseurs. Qu’est-ce que le soft totalitarisme ? Comment l’homme moderne en vient-il à renoncer à sa liberté d’expression et aux lumières du bon sens ? Pourquoi l’Occident est-il gagné par le novlangue et la réécriture de l’histoire ?

C’est en s’appuyant sur les précieux témoignages d’anciens dissidents des régimes communistes que le penseur américain répond aux interrogations de notre époque. Incisif et lucide, il place le chrétien devant le vertige des temps d’aujourd’hui et de demain et l’appelle à la foi profonde, à la résistance familiale, à la soif de la vérité, seules à même de fissurer les fantasmes d’une époque qui nous infantilise et nous noie dans les paradis artificiels.
Aiguillé par l’exigence de vérité, cet essai magistral nous donne les moyens de résister au mensonge qui ronge et liquéfie l’âme.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

En complément: il y en avait qui avaient vu les choses venir depuis longtemps …

Interview choc : vakxination, un Holocauste mondial !

Holocauste 2.0, une interview choc de Vera Sharav diffusée par Reiner Fuellmich dans le cadre de l’enquête pour le procès Nuremberg 2.

Avec son témoignage émouvant et son expérience de militante médicale à la tête de l’Alliance for Human Research Protection, elle alerte sur les similitudes de la situation actuelle avec le règne de la terreur nazi.

Un témoignage très fort, dû à son expérience et une remise en contexte de la situation actuelle avec les similarités de l’holocauste nazi. Les mêmes acteurs, les mêmes cartels bancaires, les mêmes multinationales et les gouvernements corrompus collaborent pour éliminer une grande partie de l’humanité.

Ecoutez car cette interview c’est une bombe atomique !

https://mediazone.zonefr.com/videos/interview-choc-vaccination-un-holocauste-mondial-346

Voici l’enquête en anglais dont Vera parle:
https://unlimitedhangout.com/2021/02/investigative-reports/schwab-family-values/

Interview très pédagogique de Christian Velot

L’équipe de BAM! (Belgian Alternative Media) rencontre Christian Vélot, Docteur en biologie, généticien moléculaire à l’Université Paris-Saclay et Président du Conseil scientifique du CRIIGEN (Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie génétique). Connu pour son expertise dans les OGM, Christian Vélot avait produit une vidéo y a 6 mois avec le CRIIGEN pour expliquer les différents mécanismes de vaccins contre la Covid-19. (https://www.youtube.com/watch?v=tYwCx…)