Selon une étude scientifique, le confinement et les mesures sanitaires strictes n’auraient aucun impact sur la mortalité du virus.

L’étude publiée le 19 novembre, sur Frontier in Public Health sur la mortalité du Covid19 dans 188 pays, confirme peut-être ce que beaucoup pensent tout bas : il n’existerait aucun lien entre le confinement, des mesures sanitaires strictes et la mortalité du virus.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont notamment étudié, pour chaque pays :
– l’espérance de vie ;
– le nombre de décès liés au cancer, aux maladies cardiovasculaires, chroniques et infectieuses ;
– les taux d’obésité, d’inactivité et de sédentarité ;
– la richesse économique ;
la sévérité des mesures anti-covid des gouvernements ; 

 Deux types de pays ont alors émergé  :
Les pays dits « riches », avec des taux élevés de maladies chroniques et cardiovasculaires et une population vieillissante et sédentaire : ils se situent en Amérique du Nord, en Europe et dans une partie de l’Asie ;
Les pays moins riches, avec des populations plus jeunes et des taux élevés de maladies infectieuses (dengue, malaria, etc.), plutôt localisés en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est. 

Et voici ce que conclut l’étude : les pays les plus riches ont payé le plus lourd tribut face au virus, sans lien avec la sévérité des mesures imposées.

Dans les pays riches, nous avons tendance à vivre plus longtemps mais aussi à être moins actifs que dans les pays moins développés.
Or, la sédentarité est une cause majeure de comorbidités : hypertension, diabète et troubles cardiovasculaires pour les principales. 

La mortalité élevée du virus dans nos sociétés est donc surtout liée à la vieillesse de la population, et à notre mode de vie.

Et les chiffres donnent raison aux chercheurs :

En France, depuis le 1er mars 2020,
– 91,7 % des décès du Covid avaient plus de 65 ans, avec un âge médian de 84 ans [i] ;
– 65 % des morts du virus souffraient d’une co-morbidité (une hypertension artérielle dans 24 % des cas, une pathologie cardiaque pour 35%) ;
– 44 % de ces décès ont eu lieu en maison de retraite, une proportion atteignant 59 % en Norvège et 72 % en Espagne[iii].

Au 5 novembre 2020, le taux de mortalité était de 0,05 %. Vous aviez donc 1 risque sur 2000 de mourir du virus… et 99,05 de chance d’y survivre!

À titre de comparaison, au cours de sa vie, une personne à 1 risque sur 6 de mourir d’un accident cardiovasculaire. Et cela ne nous empêche pas de vivre !

Le problème, c’est que l’incertitude dans laquelle nous plonge cette pandémie nous fait surestimer les risques.

Et les médias ou le gouvernement en profitent pour imposer des mesures de plus en plus décriées et pesantes pour beaucoup d’entre nous.

Abstract de l’étude:

Contexte

Les territoires de développement humain ont été sévèrement limités par la pandémie Covid-19. Une dynamique commune a été observée, mais sa propagation n’a pas été homogène sur chaque continent. Nous visions à caractériser les paramètres non viraux les plus associés au taux de mortalité.

Méthodes

Nous avons testé les principaux indices de cinq domaines (démographie, santé publique, économie, politique, environnement) et leurs associations potentielles avec la mortalité de Covid-19 au cours des 8 premiers mois de 2020, à travers une analyse en composantes principales et une matrice de corrélation avec un test Pearson de corrélation. Les données de tous les pays ou états des pays fédéraux, indiquant au moins 10 cas de décès, ont été extraites des sites publics officiels. Pour les pays qui n’ont pas encore terminé la première phase épidémique, un modèle prospectif a été calculé pour fournir des options d’évolution des taux de mortalité.

Résultats

Des taux de mortalité Covid plus élevés sont observés dans la latitude [25/65 °] et dans les plages de longitude [−35 / −125 °].
Les critères nationaux les plus associés au taux de mortalité sont l’espérance de vie et son ralentissement, le contexte de santé publique (charge des maladies métaboliques et non transmissibles (MNT) par rapport à la prévalence des maladies infectieuses), l’économie (croissance du produit national, soutien financier) et l’environnement (température , indice ultraviolet).
La rigueur des mesures prises pour lutter contre la pandémie, y compris le verrouillage, ne semble pas liée au taux de mortalité.

Conclusion

Les pays qui ont déjà connu une stagnation ou une régression de l’espérance de vie, avec des revenus élevés et des taux de MNT, avaient le prix le plus élevé à payer. Ce fardeau n’a pas été allégé par des décisions publiques plus strictes.
Des facteurs inhérents ont prédéterminé la mortalité Covid-19: leur compréhension peut améliorer les stratégies de prévention en augmentant la résilience de la population grâce à une meilleure forme physique et une meilleure immunité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s