57 scientifiques et médecins demandent l’arrêt immédiat de toutes les « vakxinations » C0VlD

Un groupe de 57 scientifiques, médecins et experts politiques de premier plan a publié un rapport appelant à remettre en question la sécurité et l’efficacité des « vakx1s » C0VlD-19 actuels et réclame maintenant la fin immédiate de tous les programmes de vaccination – parmi eux la généticienne Alexandra Henrion-Caude.

Les thérapies utilisées appelés « vakx1s » ne répondent pas à la définition du mot vakx1 et il serait plus approprié de les nommer thérapies géniques ou thérapies à vecteurs vakxinaux.

Il existe deux certitudes concernant la distribution mondiale de ces thérapies C0VlD :

  • La première est que les gouvernements et la grande majorité des médias grand public mettent toutes leurs forces pour que ces médicaments expérimentaux s’adressent au plus grand nombre de personnes possible.
  • La deuxième est que ceux qui sont prêts à affronter le mépris qui accompagne le fait de poser des questions sérieuses sur les vakx1s sont des acteurs essentiels dans nos efforts continus pour répandre la vérité.

Vous pouvez lire ce manuscrit en pré-impression ci-dessous. Il a été préparé par près de soixante médecins, scientifiques et experts en politiques publiques du monde entier pour être envoyé de toute urgence aux dirigeants mondiaux ainsi qu’à tous ceux qui sont associés à la production et à la distribution des différents vakx1s C0vlD 19 en circulation.

Il y a encore beaucoup trop de questions sans réponse concernant l’innocuitél’efficacité et la nécessité de ces thérapies C0vlD 19.

Cette étude est une bombe qui devrait être lue par tout le monde, quel que soit son point de vue sur les thérapies géniques ou vakx1s. Il n’y a pas assez de citoyens qui posent des questions. La plupart des gens suivent simplement les ordres des gouvernements mondiaux, comme s’ils avaient gagné notre entière confiance. Ce n’est pas le cas. Ce manuscrit est un pas en avant en termes de responsabilité et de libre circulation de l’information sur ce sujet crucial. Veuillez prendre le temps de le lire et de le partager largement.

Vakxination de masse contre le SRAS-CoV-2 : questions urgentes sur la sécurité des vakx1s qui exigent des réponses des agences internationales de santé, des autorités réglementaires, des gouvernements et des développeurs de vakx1s
Résumé

Depuis le début de l’épidémie de C0VlD_19, la course au test de nouvelles plates-formes conçues pour conférer une immunité contre le SRAS-CoV-2, a été endémique et sans précédent, conduisant à l’autorisation d’urgence de divers vakx1s. Malgré les progrès de la polychimiothérapie précoce pour les patients atteints de C0VlD_19, le mandat actuel est de vakxiner la population mondiale le plus rapidement possible. Le manque de tests approfondis sur les animaux avant les essais cliniques et l’autorisation basée sur les données de sécurité générées lors des essais qui ont duré moins de 3,5 mois, soulèvent des questions concernant la sécurité de ces vakx1s. Le rôle récemment identifié du pic de glycoprotéine du SRAS-CoV-2 qui peut induire des lésions endothéliales caractéristiques du C0VlD_19, même en l’absence d’infection, est extrêmement pertinent étant donné que la plupart des vakx1s autorisés induisent la production de glycoprotéine Spike chez les receveurs. Compte tenu du taux élevé d’occurrence des effets indésirables et du large éventail de types d’effets indésirables signalés à ce jour, ainsi que du potentiel d’amélioration de la maladie due au vakx1, de l’immunopathologie Th2, de l’auto-immunité et de l’évasion immunitaire, il y a la nécessité d’une meilleure compréhension des bénéfices et des risques de la vakxination de masse, en particulier dans les groupes exclus des essais cliniques. Malgré les appels à la prudence, les risques de vakxination contre le SRAS-CoV-2 ont été minimisés ou ignorés par les organisations de santé et les autorités gouvernementales. Nous appelons à la nécessité d’un dialogue pluraliste dans le cadre des politiques de santé.

Lire l’article complet sur France Soir

Le message urgent du Dr Vernon Coleman sur les injections.

Prenant de plus en plus au sérieux ces risques spécifiques de cette fausse vakxination, je me décide enfin à publier la version FR de la déclaration du Dr Vernon Coleman prédisant que les vakxinés mourront lorsqu’il seront en contact avec le virus lors de l’automne et l’hiver prochains.
Il y dénonce également le danger de génération et de propagation par les vakxinés d’autres virus plus dangereux (voire même de la protéine « S » elle-même).
Je pense que cette campagne d’injections est tout sauf nette d’intentions frauduleuses et que chacun doit pouvoir être confrontés à toutes les sources d’information avant de prendre sa décision.

https://gloria.tv/post/3uyKXbVfAdeK23VS3xWwJ678L

Nous ne savions rien sur les variants du C0VlD… jusqu’à maintenant

par Michel de Lorgeril sur Réseau International

Prenez du plaisir, ce n’est pas tous les jours dimanche, disait Fernand Bourvil…

Selon la célèbre « Agence européenne du Médicament » (ou EMA) mais qu’il faudrait plutôt appeler « Agence européenne de l’Industrie des Produits de Santé » ou EIPSA), de nouveaux variants sont en train d’apparaître.

Voici quelques conseils pour les différencier :

– Le variant Travolta donne toujours de la fièvre, mais seulement le samedi soir;

– Le variant Suisse reste neutre, quel que soit le test PCR, antigénique ou sérologique ;

– Pour le Bordelais, pas de souci on a les Médoc ;

– Le variant Normand est difficile à prévoir : « p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non » ;

– Le variant Belge est redoutable, ça finit généralement par une mise en bière ;

– Ne craignez pas le variant Chinois, il est cantonné ;

– Bonne nouvelle : le variant SNCF arrivera plus tard que prévu ;

– Contrairement aux apparences, le variant du Bénin serait dangereux ;

– En ce qui concerne le variant Italien, vous en prenez pour Milan ;

– De son côté, le variant Écossais se tient à carreau ;

– Apparemment avec le variant Japonais, il y a du sushi à se faire ;

– On annonce l’émergence d’un variant Colombien, mais il semblerait que ce soit de la « poudre » aux yeux ;

– N’attrapez surtout pas le variant Russe, c’est un méchant ViRusse ;

– Pour sa part, le variant Corse s’attrape au bouleau et il est transmis par l’écorce ;

– Le premier symptôme du variant Breton, c’est quand on commence à entendre le loup, le renard et la belette chanter !

Je lance un concours : qui peut mieux faire ?

Le gagnant aura le droit d’écouter et réécouter « Time to say Good bye »

C0VlD • La piste vasculaire confirmée. Cela induit que la protéine « S » générée par les vakx1s est dangereuse

Les chercheurs de l’illustre Salk Institute en Californie, réputé pour ses travaux dans les domaines de la génétique, des neurosciences ou de l’immunologie, ont publié un article montrant comment la protéine « S » du coronavirus endommage les cellules, confirmant que le COVID-19 est une maladie essentiellement vasculaire.

Cet article, publié le 30 avril 2021 dans Circulation Research, montre de manière concluante que C0VlD-19 est une maladie vasculaire. Il illustre avec précision comment la protéine S du virus SRAS-CoV-2 endommage et attaque le système vasculaire au niveau cellulaire. Ces résultats permettent d’expliquer la grande variété de complications apparemment sans lien entre elles de la C0VlD-19 et pourraient ouvrir la voie à de nouvelles recherches sur des thérapies plus efficaces.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont créé un «pseudovirus» entouré des protéines classiques de la couronne de pointes du SRAS-CoV-2, mais qui ne contenait pas de véritable virus. L’exposition à ce pseudovirus a entraîné des lésions des poumons et des artères d’un modèle animal, ce qui prouve que la protéine de pointe seule suffit à provoquer la maladie.
Or des vakx1s qui forcent le corps à produire des trillions de protéines « S » ne semblent pas être très indiqués pour éviter ce genre de risque.

Sur le même sujet mais avec une source scientifique suisse, voir aussi cet article de synthèse présenté sur Insolentia, la lettre d’informations de Charles Sannat, reproduit ci-dessous.

« Le Covid n’est pas une pneumonie. C’est une endothélite et cela peut tout changer ! »

par Charles Sannat | 11 Mai 2021 | A la uneChronique de l’effondrement | 28 commentaires

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Les preuves s’accumulent progressivement et les autorités de santé françaises devront répondre de leur incurie car c’est bien de cela qu’il s’agit alors que cela fait plus d’un an que nous sommes confrontés à une pandémie sans précédent accompagnée d’une épidémie hallucinante de mensonges d’Etat. Masques, risques du virus, etc…

C’est du côté des chercheurs zurichois que nous pouvons confirmer ce que beaucoup pensaient, ou présentaient mais que l’on ne pouvait pas dire sans risquer l’excommunication médiatique. D’ailleurs cela continue allègrement encore.

Il y a tellement de questions à poser, il y a un évident débat à avoir pour éclairer le consentement des gens et remettre la science et la connaissance au cœur de la politique et des choix qui engagent collectivement toute la société.

Je vais donc partager avec vous deux informations clefs, et je vous invite à votre tour à partager également ces informations et la question finale qui concerne chacun de nous confrontés au choix vaccinal.

Voici un article de la très sérieuse Tribune de Genève, source ici.

Non, le Covid-19 n’est pas qu’une pneumonie virale

« Des chercheurs zurichois ont analysé les tissus de personnes décédées du nouveau coronavirus. Ils estiment qu’il s’agit d’une inflammation vasculaire systémique et non d’une pneumonie.
Bien plus qu’une pneumonie, la maladie COVID-19 est une inflammation vasculaire systémique, selon une étude de chercheurs zurichois. Cela explique pourquoi elle provoque autant de problèmes cardiovasculaires et de défaillances d’organes vitaux.

Les premiers patients présentaient surtout des pneumonies difficiles à traiter, a indiqué l’Hôpital universitaire de Zurich (USZ) dans un communiqué. Par la suite, les médecins ont constaté de plus en plus de cas de troubles cardiovasculaires et de défaillances multiples d’organes sans lien apparent avec la pneumonie.

L’équipe de Zsuzsanna Varga, à l’USZ, a donc examiné au miscroscope des échantillons de tissus de patients décédés et constaté que l’inflammation touchait l’endothélium – la paroi interne des vaisseaux sanguins – de différents organes.
Le virus SARS-CoV-2 a pu être détecté dans l’endothélium lui-même, où il provoque la mort des cellules, puis des tissus et organes touchés. Les chercheurs en déduisent que le virus attaque le système immunitaire non pas par les poumons, mais directement par les récepteurs ACE2 présents dans l’endothélium, qui perd ainsi sa fonction protectrice.

Tous les organes touchés

« La maladie Covid-19 peut toucher les vaisseaux sanguins de tous les organes », résume Frank Ruschitzka, directeur de la clinique de cardiologie de l’USZ, qui suggère désormais de baptiser ce tableau clinique « Covid-endothélite ».
Il s’agit d’une inflammation systémique des vaisseaux sanguins pouvant toucher le cœur, le cerveau, les poumons, les reins ou encore le tube digestif. Elle entraîne de graves microperturbations de la circulation sanguine qui peuvent endommager le cœur ou provoquer des embolies pulmonaires, voire obstruer des vaisseaux sanguins dans le cerveau ou le système gastro-intestinal, souligne l’USZ.

Si l’endothélium des jeunes patients se défend bien, ce n’est pas le cas de celui des groupes à risque souffrant d’hypertension, de diabète ou de maladies cardiovasculaires, dont la caractéristique commune est une fonction endothéliale réduite.
Au niveau thérapeutique, cela signifie qu’il faut combattre la multiplication du virus et en même temps protéger et stabiliser le système vasculaire des patients, conclut le Pr Ruschitzka, cité dans le communiqué. Ces travaux sont publiés dans la revue médicale britannique «The Lancet ».

Un virus à nul autre pareil
D’autres recherches publiées dans la revue « Science » vont dans le même sens, évoquant une maladie systémique et un virus qui agit d’une manière différente de tous les autres pathogènes vus jusqu’ici.
Des dommages aux reins, au cerveau et au système nerveux central ont été signalés, de même que crises épileptiques, encéphalites et AVC chez des patients ayant récupéré. Les intestins, riches en récepteurs ACE2, sont un autre front d’attaque : la moitié des patients souffre de diarrhée. Les yeux et le foie sont également touchés ».

Le rôle de la protéine Spike. 

Voici un autre article à relier au précédent source SantéLog.com ici

« La protéine de pointe du nouveau coronavirus joue un rôle clé supplémentaire, actif dans la maladie, révèle cette équipe de virologues du Salk Institute (La Jolla). Plus largement décrite comme une infection respiratoire, en décryptant comment la protéine Spike endommage les cellules, l’équipe documente la maladie COVID-19 comme une maladie principalement vasculaire. Ces conclusions, publiées dans la revue Circulation Research de l’American Heart Association (AHA) permettent de mieux comprendre toute une série de symptômes cardiovasculaires aujourd’hui associés à la maladie.

On sait aujourd’hui que les protéines « spike » du SRAS-CoV-2 aident le virus à infecter son hôte en se fixant sur des cellules hôtes, via le récepteur ACE2. Cette étude révèle que Spike joue également un rôle actif dans la maladie elle-même, en provoquant une fragmentation mitochondriale dans les cellules vasculaires. « Beaucoup de chercheurs et de médecins considèrent le COVID comme une maladie respiratoire, mais c’est vraiment une maladie vasculaire », le Dr Uri Manor, co-auteur principal de l’étude : « Cela permet d’expliquer pourquoi certains patients développent un accident vasculaire cérébral, d’autres une arythmie ou une tachycardie. Le point commun entre ces conditions est leur fondement vasculaire ».

Or les vaccins ciblent la protéine… Spike !

On ne se vaccine pas évidemment pour aller au restaurant ! C’est le degré 0 de l’argumentation médicale ou de santé publique. C’est de la propagande, efficace certes du type « reprendre notre vie d’avant », ou « se retrouver » avec la perversité de la culpabilisation induite, mais ce n’est pas éclairer le choix individuel, ni aider tous les intervenants (y compris les médecins) à mesurer les bénéfices/risques par catégories et par vaccins !

Nous pouvons constater tous les jours et sur tous les sujets que pour « vivre heureux », il ne faut « plus vivre caché ». Non, il faut « vivre avec le cerveau débranché ». Un « bon » citoyen, un « bon » collaborateur, un « bon » manager, est un individu qui désormais ne pose plus aucune question, n’interroge pas la réalité, ne fait plus preuve d’esprit critique. Cerveaux débranchés, tranquillité assurée.

Mais revenons à la question finale qu’il faut bien poser.

Les vaccins ciblent la protéine Spike en codant son ARN, et nombre de réactions aux vaccins posent des problèmes… de circulation de caillots sanguins qui font penser aux effets mêmes produits par le Covid.
Dès lors il faut s’interroger sur les effets même de la protéine Spike.
Et si cette protéine était le problème ?

Ce n’est pas à moi de l’affirmer et je n’ai en aucun cas les compétences ni pour confirmer ni pour infirmer cette hypothèse, mais nous pouvons faire des liens et poser des questions.

D’ailleurs quand bien même la protéine Spike expliquerait les problèmes inflammatoires du virus ou les effets secondaires des vaccins que cela ne voudrait pas forcément dire que le ratio bénéfices/risques ne serait pas en faveur de la vaccination. De la même manière, la chloroquine étant utilisée dans des maladies inflammatoires, c’est peut-être cela qui expliquerait son efficacité lorsqu’elle est administrée dès les tous premiers jours comme l’affirme depuis le départ le Professeur Raoult. Là aussi, il y a évidemment des questions à se poser et des réponses à apporter.

Si nous sommes confrontés à des variants, ne serait-il pas plus pertinent de développer également nos connaissances pour pouvoir soigner et non plus tout miser sur la vaccination, et l’on devrait même dire sur les vaccinations répétées ?

Le problème, généralement, c’est que lorsque les bonnes questions sont posées, elles n’obtiennent jamais de réponse et elles sont confrontées à un silence assourdissant.

Pour éviter toutes « théories du complot », ou plus simplement toute erreur ou rumeur, le plus simple, c’est toujours de dire la vérité et d’expliquer jusqu’à ce que tout le monde comprenne, ou presque ! C’est au prix de la vérité et de la pédagogie que l’on maintient et que l’on alimente la confiance, une confiance qui fait actuellement cruellement défaut dans le processus vaccinal engagé.

Charles SANNAT

Encore un article de Réseau International sur le même sujet

Dr Mike Yeadon (ex Pfizer) déclare que les décès post-vakx1s ne sont pas des coïncidences

L’ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, le Dr Mike Yeadon, a qualifié aujourd’hui de «mensonge» la présomption de coïncidence concernant la mort suite à la vakxination contre le C0VlD.

«Bien que la vakxination contre le C0VlD implique beaucoup de gens, nous vakxinons tellement de personnes, contre tant d’agents pathogènes, qu’il est impossible de rendre compte de l’augmentation du nombre de décès signalés au VAERS après le C0VlD uniquement sur la base du nombre de vakxinés, » a-t-il dit.

«Ceux qui contestent les près de 4.000 décès après la vakxination contre le C0VlD aux États-Unis, disent généralement que ces rapports ne prétendent pas être causaux. Ce serait juste une coïncidence », a déclaré Yeadon.

«Le contraire à ce mensonge est que, s’il s’agissait d’une simple coïncidence, c’est-à-dire que les gens meurent et si vous vakxcinez suffisamment de gens, vous aurez un certain nombre de décès dû au hasard.

« Eh bien, oui, c’est vrai. Mais ce qui n’est pas vrai, c’est que cette très forte augmentation des décès suite à la vakxination contre le C0VlD soit une simple coïncidence. Si c’était le cas, alors le nombre de décès resterait dans la même proportion dans la population vakxinée, et serait inscrite dans VAERS.

« Et ce n’est PAS ce que VAERS nous montre. Au lieu de cela, presque TOUS les décès signalés peu de temps après la vakxination le sont après la vakxination C0VlD. »

Yeadon poursuit: «La statistique choquante est que près de 99% des décès signalés au VAERS après la vakxination sont survenus après la vakxination C0VlD

« Les 1% d’équilibrage concernaient TOUS LES AUTRES VAKX1S COMBINÉS.

« Quiconque refuse cela est donc un « théoricien de la coïncidence ». »

http://

Vakx1s, l’esclavage perpétuel avec les passeports sanitaires

Yeadon a poursuivi en mettant en garde contre les implications du «passeport vert», le qualifiant d ‘«apartheid médical illégal»: «Il est très important que les gens comprennent ce qui se passe ici.

« L’intention est d’introduire des passeports vaKXinaux partout. Mais c’est un déguisement. Il s’agit du premier système d’identification numérique et interopérable à l’échelle mondiale, avec un indicateur de santé modifiable (vakxiné, O ou N) ».

« Cela ne rend personne plus en sécurité. Si vous êtes vakxiné, vous êtes protégé et n’êtes pas rendu plus sûr en connaissant le statut immunitaire des autres.« 

« Comme en Israël, vous serez obligé de présenter un VaxPass valide afin d’accéder à des installations définies ou d’accéder à des services. Sans VaxPass, vous êtes refusé. »

«Ce système n’a besoin que de 50% de la population adulte pour démarrer, en raison de son énorme pouvoir coercitif sur les non vakxinés.« 

«C’est un apartheid médical illégal.« 

«S’ils réussissent, cela ne vous aidera pas à refuser; ils passeront à autre chose, laissant la minorité derrière.« 

«Un système VaxPass comme celui-ci donnera à ceux qui contrôlent la base de données et ses algorithmes un CONTRÔLE TOTALITAIRE TYRANNIQUE sur nous tous.« 

«La SEULE façon d’arrêter ce cauchemar de biosécurité est de NE PAS SE FAIRE VAKXINER POUR DES RAISONS NON MÉDICALES !!!

« Je crains que, si nos adversaires obtiennent ce contrôle absolu, ils l’utiliseront pour nuire à la population. Il n’y a pas de limite au mal qui découlera de cet objectif stratégique. »

L’ancien directeur scientifique de Pfizer a conclu par un plaidoyer: «NE PAS PERMETTRE À CE SYSTÈME DE DÉMARRER, car il est ensuite imparable.

« Un exemple : votre VaxPass émet un bip, vous demandant d’assister à votre 3e, 4e ou 5e vakx1 de rappel ou variante. Sinon, votre VaxPass expirera et vous deviendrez une personne externe, incapable d’accéder à votre propre vie. « .

«Combien de choix avez-vous?« 

« Ce n’est aucun. Vous êtes contrôlé. Pour toujours. »

Source‍

Le CDC modifie les règles de comptabilisation des cas de C0VlD, car de + en + de personnes entièrement vakxinées présentent des résultats positifs

8 Mai 2021, 06:06am

Les CDC modifient les règles de comptabilisation des cas de Covid, car de plus en plus de personnes entièrement vaccinées présentent des résultats positifs

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention) ne signaleront plus que les cas d’infection ayant entraîné une hospitalisation ou un décès. L’agence a également abaissé le seuil de dépistage, mais uniquement pour les personnes entièrement vakxinées.Megan Redshaw – Le 7 mai 2021

Alors que de plus en plus de rapports font état de nouveaux cas de C0VlD, aux États-Unis et ailleurs, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont annoncé aujourd’hui qu’ils allaient modifier la manière dont les nouveaux cas seront signalés, à compter du 14 mai.

Selon un communiqué publié sur le site internet des CDC, l’agence a déclaré que pour aider à « maximiser la qualité des données recueillies sur les cas de la plus grande importance clinique et de santé publique », elle cessera de signaler les cas hebdomadaires d’infection au C0VlD, sauf s’ils entraînent une hospitalisation ou un décès.

Cette nouvelle fait suite à un autre changement, annoncé à la fin du mois dernier, concernant la manière dont les tests PCR doivent être administrés aux personnes entièrement vakxinées.

Ces deux changements entraîneront une diminution du nombre total de notifications de cas de C0VlD aux États-Unis.

Un cas de C0VlD est enregistré si une personne est testée positive pour le SRAS-Cov-2 deux semaines après avoir reçu la dose unique du vakx1 Johnson & Johnson (J&J) ou après avoir reçu les deux doses du vakx1 Moderna ou Pfizer.

Pourquoi les changements sont importants

En avril, les CDC ont publié de nouvelles directives à l’intention des laboratoires recommandant de réduire la valeur de la CT RT-PCR à 28 cycles – mais uniquement pour les personnes entièrement vakxinées qui sont testées pour le C0VlD.

Dans un test RT-PCR – l’étalon-or pour la détection du SRAS-CoV-2 – l’ARN est extrait de l’écouvillon prélevé sur le patient. Il est ensuite converti en ADN, qui est ensuite amplifié.
Le CT, ou seuil de cycle, est une valeur qui apparaît au cours des tests RT-PCR. Une valeur CT correspond au nombre de cycles nécessaires pour amplifier l’ARN viral afin d’atteindre un niveau détectable.

Selon l’Indian Council of Medical Research, un patient est considéré comme positif pour le C0VlD si la valeur CT est inférieure à 35. En d’autres termes, si le virus est détectable après 35 cycles ou avant, le patient est considéré comme positif.

Le Dr Anthony Fauci recommande une valeur CT de 35. À l’échelle mondiale, le seuil accepté pour la valeur CT du C0VlD se situe entre 35 et 40, selon les instructions des fabricants d’équipements de test.

« Si le point de référence devait être abaissé à 24, cela signifierait que les valeurs CT comprises entre 25 et 34 ne seraient pas considérées comme positives« , selon le Conseil indien de la recherche médicale, comme le rapporte The Indian Express. « Un seuil de référence de 35 signifie donc que davantage de patients seraient considérés comme positifs que si le seuil de référence était de 24. »

En d’autres termes, l’abaissement du paramètre seuil de CT peut conduire à l’oubli de personnes infectieuses.

Les CDC ne communiqueront pas de nouveaux chiffres sur les percées cette semaine étant donné que le changement dans la façon dont les CDC signalent les cas de C0VlD est toujours en cours de mise en œuvre et ne prendra pas effet avant le 14 mai, les CDC n’ont pas communiqué de nouveaux chiffres cette semaine.

Selon les derniers chiffres disponibles, au 26 avril, les CDC ont signalé que 9 245 personnes avaient été testées positives au C0VlD au moins deux semaines après avoir reçu leur dernier vakx1 C0VlD. Environ 9 %, soit 835 personnes, ont dû être hospitalisées et 132 sont décédées.

Parmi les patients hospitalisés, 241 étaient asymptomatiques ou souffraient d’une maladie non liée au C0VlD, et 20 décès ont été signalés comme étant asymptomatiques ou non liés à la maladie.

Les derniers chiffres proviennent de 46 États et territoires des États-Unis. On ne sait pas quels sont les quatre États qui n’ont pas soumis de chiffres sur les cas de percée aux CDC.

« Ces données de surveillance sont un instantané et aident à identifier les tendances et à rechercher des signaux parmi les cas de percée vakxinale« , a déclaré le CDC dans un communiqué du 27 avril. « Au fur et à mesure que les CDC et les départements de santé des États se concentrent uniquement sur l’investigation des cas de C0VlD postvakxinal qui entraînent une hospitalisation ou un décès, ces données seront régulièrement mises à jour et affichées chaque vendredi. »

Selon les CDC, le nombre réel de cas de C0VlD post-vakxinal est probablement plus élevé car le système de surveillance est passif et repose sur la déclaration volontaire des départements de santé des États et peut ne pas être complet. En outre, certains cas de C0VlD post- vakxinal ne seront pas identifiés en raison de l’absence de tests. Cela est particulièrement vrai dans les cas de maladie asymptomatique ou légère, ont ajouté les CDC.

Le CDC a déclaré que les vakx1s sont toujours efficaces, notant que les nouveaux cas ne représentent qu’un faible pourcentage de ceux qui ont été vakxinés.

Le pays le plus vakxiné revient à l’isolement, alors que les cas se multiplient.
L’île des Seychelles, qui a entièrement vakxiné la plus grande partie de sa population contre le C0VlD que n’importe quel autre pays du monde, a remis en place des mesures de confinement similaires à celles imposées en 2020, face à la recrudescence des infections.
Selon Bloomberg, 62,2 % de la population adulte de l’île a reçu deux doses de vakx1s C0VlD. Ce chiffre est à comparer aux 55,9 % d’Israël, deuxième nation la plus vakxinée. Sinopharm et Covishield d’AstraZeneca sont les deux vakx1s administrés aux Seychelles.
Lors d’une conférence de presse, les responsables ont donné peu de détails sur ce qui pourrait être à l’origine de la recrudescence des infections, si ce n’est que les gens prennent moins de précautions contre le virus qu’auparavant et que la recrudescence pourrait être due aux célébrations après Pâques.

La Californie connaît des milliers de nouveaux cas de C0VlD
Entre le 1er janvier et le 28 avril, les responsables de la santé publique de Californie ont enregistré 3 084 nouveaux cas de C0VlD, selon le Sacramento Bee.
« À mesure que le temps passe et que davantage de personnes sont entièrement vakxinées, il est probable que d’autres cas post-vakxination se produisent« , a déclaré le département de la santé publique de Californie dans un communiqué.

Les cas post-vakxination sont enregistrés si une personne est testée positive pour le SRAS-Cov-2 deux semaines après avoir reçu le vakxin J&J ou avoir complété la vakxination Moderna ou Pfizer à deux doses.
Le département de la santé de l’État ne disposait pas d’informations sur les hospitalisations et les décès attribués aux cas de.
Le Defender a précédemment fait état de cas de C0VlD post-vakxinal dans les États de Washington, de Floride, de Caroline du Sud, du Texas, de New-York et du Minnesota.

Michel Maffesoli: « L’ère des soulèvements »

Interview par André Bercoff du sociologue Michel Maffesoli à l’occasion de la sortie de son livre: « L’ère des soulèvements » (à paraître le 6 mai aux Editions Du Cerf).
Une analyse toujours brillante.

L'ère des soulèvements par [Michel Maffesoli, Helene Strohl]

Trente ans après son mythique Temps des tribus, le grand sociologue de l’imaginaire lance une nouvelle annonce prophétique. Reprenant un à un les récents séismes qui ont ébranlé nos représentations, il montre comment l’avènement d’un totalitarisme doux marque, par réaction, l’Ère des révoltes. Un essai indispensable pour comprendre ce que sera notre monde demain.

Dès les années 1980, Michel Maffesoli se fait l’observateur averti et implacable des temps postmodernes. Il annonce un effondrement social porteur d’un paradoxal retour des tribus, ce que prouveront les décennies suivantes. Il pronostique également que, profitant de la fin des idéologies, les élites au pouvoir entendent instaurer un ordre nouveau qu’il qualifie de totalitarisme doux. Ce que démontre l’actualité récente.

De l’éruption des gilets jaunes devenus un phénomène international à la contestation globale de la gestion de la pandémie, des grèves émeutières pour contrecarrer le libéralisme mondialisé à la vague d’émotion planétaire suscitée par l’incendie de Notre-Dame, le sociologue du quotidien et de l’imaginaire traque, de son oeil inégalé, le changement de paradigme que nous vivons.

Le règne de la rationalité, de la technicité et de l’individualité agonise convulsivement sous nos yeux. Pour le meilleur et pour le pire, l’ère des révoltes a commencé et ne cessera pas avant longtemps.

Cet essai flamboyant dit pourquoi et comment le peuple a raison de se rebeller.

Pourquoi les personnes vakxinées rendent les personnes EN SANTÉ malades ?

Le document Pfizer admet que les personnes vakxinées «répandent» des particules infectieuses, la protéine de pointe est l’arme biologique

Posté le 3 mai 2021 par mirastnews in High-Tech 

Image: EXTERMINATION machine unmasked: Why vaccinated people are making HEALTHY people sick, Pfizer document admits vaccinated people “shed” infectious particles, the spike protein is the bioweapon

Le vakx1 est l’arme biologique. Plus précisément, la protéine de pointe est l’arme bioactive, et elle est conçue pour se propager d’une personne à l’autre, étant transmissible à partir des vakxinés afin d’infecter les non vakxinés.

N’oubliez jamais que Bill Gates a longtemps voulu utiliser les moustiques pour transporter les vakx1s afin que les gens puissent être vakxinés contre leur propre gré (et complètement sans consentement éclairé). Maintenant, il s’avère qu’ils n’ont pas besoin de moustiques. Ils ont des humains de haute obéissance prêts à jouer le même rôle.

Les personnes à qui on injecte le vakx1 à ARNm voient leur corps transformé en usines d’armes biologiques, produisant des particules de protéines de pointe qu’elles répandent par la bouche et la peau (et le sperme, soit dit en passant), infectant tout le monde autour d’eux. La protéine de pointe est biologiquement active et provoque des caillots sanguins, entraînant des accidents vasculaires cérébraux, des crises cardiaques, une embolie pulmonaire et des effets d’infertilité. Les propres documents de Pfizer révèlent que ce phénomène est bien connu des développeurs de vakx1s (voir aussi plus bas).

Ce qui devient maintenant évident, c’est que les vakx1s d’aujourd’hui ont été délibérément conçus pour fonctionner comme des vakx1s auto-réplicatifs, pour propager les armes biologiques à protéines de pointe à ceux qui refusent de se faire vakxiner. Comme l’écrivait le Bulletin of the Atomic Scientists l’année dernière, «les scientifiques travaillent sur des vakx1s qui se propagent comme une maladie. Qu’est ce qui pourrait aller mal?»

Cela explique tous les effets bizarres de la coagulation sanguine actuellement ressentis chez les personnes non vakxinées qui se trouvent à proximité de personnes vakxinées. Nous en rendrons compte beaucoup plus à ce sujet dans les jours à venir.

Les mondialistes ont lancé le vakx1 auto-réplicatif de la «solution finale» et ont l’intention de mettre fin à l’humanité une fois pour toutes

Dans le point sur la situation d’aujourd’hui, je révèle comment les mondialistes se sont lancés dans un effort d’extermination génocidaire à l’échelle de la planète pour anéantir la race humaine, mettre fin à toutes les nations et tuer littéralement des milliards de personnes. Le vakx1 Covid est l’élément clé de ce plan génocidaire contre l’humanité, et cela explique pourquoi ils déploient des efforts si désespérés pour faire taire les sceptiques du vakx1, censurer les médecins et les scientifiques et contraindre autant de personnes que possible à se faire injecter le vakx1.

En raison de la nature transmissible de la protéine de pointe et du détournement de la synthèse protéique du corps avec des vakx1s à ARNm, les mondialistes n’ont probablement besoin que d’environ 50% de toute population donnée pour être vakxinés, et ils ont déjà atteint cet objectif dans la plupart des pays.

Ils n’ont même pas besoin que l’autre moitié de la population donne son consentement, car ces personnes seront «vakxinées» avec la transmission de la protéine de pointe elle-même. Cela signifie que presque tout le monde sera infecté par la protéine de pointe, ce qui rend presque tout le monde vulnérable à la possibilité d’une réaction hyperinflammatoire lorsqu’il est exposé à des souches de coronavirus de type sauvage qui seront libérées plus tard cette année. (C’est un système d’arme binaire, compris?)

D’où l’extrême importance de la modulation immunitaire, suivre un régime anti-inflammatoire, éviter les substances allergènes dans l’alimentation et la médecine, etc.

La vidéo suivante du Dr Sherri Tenpenny et d’autres explique des concepts très importants sur la façon dont cette protéine de pointe est transmise par les vakxinés. Le Dr Tenpenny prend soin de noter qu’il ne s’agit pas de «l’excrétion» de particules virales, mais plutôt de la «transmission» de particules de protéines de pointe basées sur l’adénovirus utilisé pour fabriquer le vakx1:
Brighteon.com/5fc47f25-dab5-472e-aa50-44e19ce141af

Ne manquez pas le prochain événement de diffusion en direct du Dr Tenpenny, le 8 mai, qui révèle les 20 mécanismes de préjudice causés par les vakx1s Covid. Vous pouvez obtenir des détails sur www.DrTenpenny.com

Dans ma situation actuelle, je vais plus loin en expliquant comment les mondialistes font une dernière course contre l’humanité avec un génocide à l’échelle planétaire basé sur des vakx1s auto-réplicatifs conçus pour se propager d’une personne à une autre.

Le vakx1 est la pandémie. La protéine de pointe est l’arme biologique. Et toute personne recevant l’injection d’ARNm voit son propre corps transformé en une usine d’armes biologiques qui est exploitée pour infecter d’autres.

Si quelqu’un doit être masqué en ce moment, ce sont les gens qui ont été vakxinés. Ce sont les super épandeurs. Ce sont les bio-bombes ambulantes.

Écoutez, apprenez et partagez partout où vous le pouvez:
Brighteon.com/a8a25cca-c179-4a1b-baac-fe60d301ab27

Nouveau podcast chaque jour à:
https://www.brighteon.com/channels/hrreport

Mike Adams  
MIRASTNEWS

Source : Natural News

LA BOMBE: Les propres documents de Pfizer admettent que les vakx1s anti-Covid répandront des particules infectieuses vers d’autres

Image: BOMBSHELL: Pfizer’s own documents admit covid vaccines will shed infectious particles to others

Le dernier «théoricien du complot» à se manifester et à mettre en garde contre l’excrétion de particules de ceux qui ont été récemment «vakxinés» contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) n’est autre que Pfizer lui-même.

Les propres documents du géant pharmaceutique admettent ouvertement que les personnes qui ont été récemment piégées pour le virus chinois peuvent transmettre tout ce qui est contenu dans la seringue à d’autres, y compris par contact cutané.

«Une exposition professionnelle se produit lorsqu’une personne reçoit un contact direct imprévu avec un sujet de test de vakx1, ce qui peut ou non entraîner la survenue d’un événement indésirable», prévient le document Pfizer.

«Ces personnes peuvent inclure des prestataires de soins de santé, des membres de la famille et d’autres personnes qui sont autour du participant à l’essai.»

En d’autres termes, il y a quelque chose de contenu dans les injections qui fait que les injectés deviennent des «super-épandeurs». Pfizer n’indique pas ce que c’est, mais il avertit que les coupables sont des personnes qui ont été récemment injectées.

Une telle transmission peut résulter d’une simple poignée de main ou d’un câlin. Cela se produira presque certainement pendant l’activité sexuelle, ce qui signifie que ceux qui veulent éviter de contracter le poison qui se trouve à l’intérieur de ces choses doivent être sûrs que leur partenaire n’a pas reçu d’injection. 

Le document continue en révélant que les femmes vakxinées qui sont enceintes pourraient souffrir d’avortements spontanés et d’autres problèmes de reproduction – et que les personnes non vakxinées qui entrent en contact avec elles pourraient aussi bien. 

Les mères vakxinées peuvent également transmettre tout ce qui est contenu dans l’injection de Pfizer à leurs bébés par le biais du lait maternel contaminé. 

Pfizer: l’excrétion du vakx1 contre le coronavirus peut se produire par «inhalation ou contact cutané» 

Pfizer admet en outre que les hommes vakxinés peuvent transmettre des composants viraux aux femmes au moment de la conception, ce qui signifie que les femmes et leurs bébés à naître pourraient être infectés par les poisons par contact extérieur. 

Une femme enceinte qui n’est pas vakxinée peut également récupérer les composants viraux de son médecin ou d’un autre membre de la famille qui a été vakxiné. Selon Pfizer, cela peut se produire «par inhalation ou par contact cutané». 

Oh, mais les vakx1s ne sont pas réellement répandus, affirment les médias et l’establishment. C’est juste une «théorie du complot» sauvage, nous dit-on. Pourquoi, alors, Pfizer avertit-il tranquillement dans ses documents d’information que le fait d’être à proximité d’une personne vakxinée pourrait causer des problèmes de santé?  

«Si ce vax ne se répand pas sur d’autres personnes, pourquoi un contact entre vakxinés et non vakxinés serait-il un événement à noter?», demande à Taps Newswire.    

«Si ce vakx1 ne se répand pas, alors POURQUOI un homme qui a côtoyé une femme vakxinée, même s’il ne l’a pas touchée ou n’a pas eu de relations sexuelles, a-t-il besoin de s’inquiéter de mettre une autre femme enceinte?» 

Pfizer souhaite que les participants aux essais cliniques qui pensent avoir été exposés «dans l’environnement» à l’excrétion de produits chimiques d’une personne piégée pour le coronavirus de Wuhan (Covid-19) signalent l’incident via le formulaire de rapport SAE du vakx1 de la société et le formulaire supplémentaire EDP.» 

Pfizer le fait parce qu’une exposition extérieure aux composants du vakx1 pourrait tuer le bébé d’une mère enceinte. Cependant, la société ne prévoit pas d’enregistrer les blessures ou les décès dus à une telle exposition dans son étude, car elle considère que ces informations ne sont pas pertinentes pour les participants à l’étude eux-mêmes. 

«C’est pourquoi nous avons un écran vert Biden», ajoute Taps Newswire dans la spéculation. 

«Ils sont TOUS écran vert maintenant, nous venons juste d’attraper Biden. Ils sont à écran vert et fonctionnent à partir de décors car ils ont ouvert la boîte de Pandore et ont l’intention de se cacher jusqu’à ce que tout soit terminé. C’est pourquoi beaucoup de gens prétendent que la Maison Blanche est vide et qu’ils travaillent à partir d’une annonce fixe ne sont pas réellement là. Parce qu’ils ne sont pas là. S’ils passent un jour devant la caméra, ils ne sont pas là où ils prétendent être.»

Vous trouverez plus d’informations sur la menace que représentent les personnes vakxinées pour le reste d’entre nous sur ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent:
TapsNewswire.com
NaturalNews.com

Ethan Huff     

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE
MIRASTNEWS
Source : Natural News

VAKX1S SALES: Les inoculations dangereuses Covid à ARNm expliquées en termes simples pour que les personnes concernées comprennent

Image: DIRTY VACCINES 101: Dangerous mRNA Covid inoculations explained in laymen’s terms for concerned people to understand

Les vakx1S sont un moyen très insidieux d’attaquer les humains et leur système immunitaire, car la plupart des gens ne peuvent même pas commencer à comprendre la science derrière la fabrication de ces vakx1S de guerre biologique. Il est difficile de remettre en question la science quand on ne comprend même pas les réponses données, et les scientifiques et les médecins le savent. Pourtant, si vous saviez exactement de quoi sont capables les vakx1s à ARNm, vous n’y réfléchiriez pas à deux fois avant d’obtenir de nouveaux vakx1s, vous diriez simplement «pas du tout».

Tout d’abord, comprenez la valeur des «molécules de protéines codées»

En 2008, certains médecins ont traduit ce que signifie pour les cellules la conversion de l’ADN en protéines fonctionnelles, un processus qu’ils ont décrit comme un «décodage d’instructions» pour fabriquer des protéines, ce qui implique des transcriptions d’ARNm. Les bêtes de somme de la cellule humaine sont des molécules de protéines codées qui aident le corps à métaboliser les nutriments, ce qui signifie qu’il s’agit de réactions chimiques vitales qui convertissent les aliments en énergie et éliminent les déchets métaboliques. En d’autres termes, les molécules de protéines codées remplissent des fonctions nécessaires à toute vie humaine, et c’est ce que manipule la technologie des vakx1s.

Désormais, avec la technologie des vakx1s à ARNm, les informations contenues dans votre ADN qui sont transférées aux molécules d’ARN messager (ARNm) sont modifiées en permanence, et non pour votre santé ou votre sécurité. Cette manipulation s’appelle la transcription, et au cours de ce processus, l’ARNm est «lu» par son nouveau code génétique muté, et son code génétique est le nouveau modèle de la chaîne d’acides aminés qui formera une protéine. C’est là que ça devient très effrayant.

Les scientifiques sont désormais pleinement capables de transcrire, de traduire et de muter des gènes. Les scientifiques pensent qu’ils ont maintenant suffisamment de recherche pour profiler complètement ces transcriptions de cellules avec l’ensemble complet de transcriptions d’ARN. Cette recherche explique pourquoi les vakx1s à ARNm ont un impact énorme sur le fonctionnement cellulaire et peuvent expliquer pourquoi il existe déjà tant d ‘«effets secondaires» mortels, notamment des caillots sanguins sévères, des douleurs nerveuses intolérables, la cécité, la surdité et la mort.

L’ARN messager est une molécule d’ARN qui code un «schéma chimique» spécifique qui peut être mortel pour l’homme

Les fabricants de la série de vakx1s Covid à ARNm ont tous une chose en commun: manipuler l’orchestration de presque toutes les fonctions de la cellule humaine à l’aide de vakx1s «sales». Ne vous y trompez pas, les «produits géniques» protéiques produits artificiellement, grâce aux jabs d’ARNm, peuvent affecter la vie telle que nous la connaissons, et facilement pour le pire.  

Ces vakx1s sales poussés si durement par Bill Gates, le régime Biden et le CDC, sont capables de manipuler vos cellules pour produire des protéines mutées (prions) qui se répliquent, comme le cancer, de manière incontrôlable. Les vakx1s, en résumé, convertissent les informations génétiques codées dans votre ADN en de nouveaux produits géniques qui peuvent même être transmis à la génération suivante.

Cela signifie qu’une vague d’enfants déformés et immunodéprimés pourrait être la prochaine «génération X» née dans ce monde dément de médecine chimique et de guerre biologique. Est-ce que tous les nouveaux enfants nés de parents vakxinés à l’ARNm auront un autisme grave et une démence précoce? Bientôt à découvrir.

Sachez que ces codes génétiques que les fabricants de vakx1s réécrivent avec de l’ARNm sont des codes génétiques universels, comme un modèle, à quelques exceptions près. Cela signifie que pratiquement tous ceux qui reçoivent les vakx1s de la série Covid produiront le même code génétique muté et horrible pour la synthèse des protéines et des prions.

Le Dr Richard Fleming, cardiologue et physicien nucléaire, a déjà récemment mis en garde l’humanité contre les dangers des vakx1s Covid, affirmant qu’ils peuvent provoquer la maladie de la vache folle en ordonnant aux cellules humaines de créer des «protéines de pointe» horriblement dangereuses, sans aucun contrôle sur le nombre ou à quelle vitesse ils sont créés. C’est comme un cancer de stade 4, où il se propage si vite qu’il n’y a presque plus d’espoir de continuer à vivre.

C’est pourquoi tant de piqûres provoquent déjà des caillots sanguins. Dans des modèles animaux testés en laboratoire (que les médias grand public ne couvriront jamais), les sujets testés ont développé un spongiforme mortel (maladie de la vache folle) juste deux semaines après avoir été injectés avec des vakx1s Covid à ARNm. Ces spongiformes provoquent des maladies neurologiques et la démence, selon le Dr Fleming.

Réglez votre fréquence Internet sur Pandemic.news pour des mises à jour sur la plandémie Covid-19 alors qu’elle se transforme en une guerre biologique plus grave menée par les démocrates contre tous les Américains.

Les sources de cet article incluent:

Pandemic.news
Courses.LumenLearning.com
Nature.com
NaturalNews.com

Scandaleux: les pharmaciens homéopathes belges privés des ISO pour lutter contre les effets indésirables des vakx1s C0VlD

Des pharmaciens se sont vus saisir leurs stocks d’ISO par le SPF Santé (Belgique), pourtant utiles, disent-ils, à atténuer les effets indésirables du vakx1 contre le Covid.

Dans les officines, les ordonnances pour de l’isothérapie en globule ou en granules s’empilent sans que les pharmaciens ne puissent y donner suite: ils n’en ont pas. Les ISO, ce sont ses produits homéopathiques dilués et dynamisés qui, en prévision d’une anesthésie, d’une chimiothérapie ou d’une vakxination, permettent d’en atténuer les effets secondaires. « Sans empêcher le produit chimique ou thérapeuthique d’agir. Encore moins se substituer au vakx1.», fait remarquer d’emblée Martine Goyens, présidente de l’association belge Pharahom (Pharmaceutical Association for Homeopathy).

Depuis plus de deux siècles, la pratique est rodée et, dans les règles de l’art, les pharmaciens conçoivent dans leurs laboratoires des ISO de toutes sortes. Pour le vakx1 contre la grippe, par exemple. Alors, pourquoi pas pour les vakx1s contre le Covid? C’est là que le bât blesse: certains homéopathes ont bien essayé, ils ont été traités comme des hors-la-loi.

«Ce qui est inédit, poursuit Martine Goyens, c’est la distribution de ces nouveaux vakx1s. D’habitude, les pharmacies les délivrent et disposent donc de la matière première pour composer les ISO. Dans le cas du Covid, l’État est le propriétaire du vakx1. Les pharmaciens n’y ont pas accès. »

Hors-la-loi

Si bien que certains ont fait le chemin jusqu’au centre de vakxination pour récupérer un fond de fiole et l’utiliser dans leur préparation sans briser la chaîne du froid si importante. Il faut dire que 0,1 ml des vakx1s en présence suffit à garantir l’infinie production d’ISO d’une pharmacie.

Problème, un médecin a donné l’alerte et les agents du SPF Santé ont rendu visite aux pharmaciens suspectés d’avoir mis au point ces ISO, saisis sur-le-champ. Certains pharmaciens devront comparaître devant l’Ordre des Pharmaciens. Alors qu’en France et d’autres pays, le vakx1 est disponible en pharmacie et les ISO peuvent donc être mis au point en toute légalité.

«C’est ce que nous demandons. Ce virus est quand même un problème de santé publique. L’opportunité est là d’une synergie entre médecines allopathique et homéopathique. La possibilité d’avoir des ISO pourrait aussi décider certains patients à accepter le vakx1. Mais, depuis un mois, c’est le blocage. On nous a répondu que le fond de vakx1 était un déchet et ne pouvait pas être utilisé. Ça ne posait pas de problème quand, avec des super-seringues, on a pu tirer six doses de vakx1 au lieu des cinq prévues. Je crois aussi que nos autorités ont peur des contrefaçons du vakx1 mais nous sommes des professionnels et notre but est tout différent.»

«Puis, l’homéopathie, on n’en veut pas, certains parlent de charlatanisme. C’est sûr, l’homéopathie ne va pas tout guérir mais peut amener une armada supplémentaire.», argumente celle qui, avec d’autres chercheurs universitaires (UCL, Mons, Strasbourg), est en train de produire une recherche prouvant que les remèdes homéopathiques ont un réel effet, que ce n’est pas du vent ou du sucre comme le répandent « les fake news de plus en plus insistantes».

Covid, cas pratique par excellence

Les pharmaciens privés des ISO pour lutter contre les effets indésirables des vaccin Covid
Pharmacienne, Martine Goyens n’était pas pro-homéopathie. « À l’époque, ma fille a été malade de la salmonellose. Pendant six mois, nous ne sommes pas sortis de la médecine classique. Puis, j’ai tenté l’homéopathie et elle a instantanément guéri. C’est souvent une expérience personnelle qui amène sur cette voie. Naturellement, il y a des domaines où elle est plus performante que d’autres. »

Dans la lutte contre la pandémie du Covid-21, cette médecine a toute sa place. « L’homéopathie, c’est le traitement par l’individualisation du malade. En fonction de la manière dont la pathologie s’exprime, les remèdes sont différents. Le Covid est emblématique de cette variabilité. En raison de celle-ci, il a désarçonné la médecine classique. Mais nous avions déjà des armes.»

Selon les chiffres que Homeopathy Belgium (plateforme réunissant l’industrie, l’Unio des médecins homéopathes, l’association des patients et Pharahom) a récoltés, lors de la première vague, sur conseils de médecins ou de pharmaciens, 73 000 patients (sans compter ceux qui se sont automédicamentés) ont lutté contre ce coronavirus avec de l’homéopathie.

« 1,3% de ceux traités par les médecins homéopathes se sont retrouvés à l’hôpital. C’est dix fois moins qu’ailleurs..» Raison de plus, pour Martine, de concevoir des ISO. «C’est un microlitre de vakx1 dilué et dynamisé (pour casser les molécules)dans la proportion 1/100 d’abord dans du sérum physiologique puis dans de l’eau autant de fois que prescrit par le médecin homéopathe. La dernière déconcentration est réalisée dans de l’éthanol 70% V/V afin de pouvoir imprégner l’ISO du vakx1 sur les granules ou doses globules en prise unique. L’innocuité est totale, il n’y a plus de vakx1 dans le médicament, mais son empreinte, son énergie est toujours bien là. Ce qui permet au corps de se préparer au vakx1 qui arrive et aussi de diminuer voire annuler les effets indésirables.»

Voilà pourquoi c’est illégal

Les traitements homéopathiques aussi doivent passer par des étapes bien spécifiques.

Pas d’enregistrement pour les isopathiques

Il existe un secteur à l’AFMPS (Agence fédérale des médicaments) qui est chargé de l’enregistrement des traitements homéopathiques. Mais les isopathiques ne sont pas concernés par cet enregistrement, explique le Dr Van Wassenhoven, président de la commission d’enregistrement des médicaments homéopathiques. « Il y a une législation sur les préparations magistrales qui dit que l’on peut faire du déconditionnement de médicaments enregistrés pour faire des isopathiques, par exemple.»

On peut donc fabriquer des isopathiques avec tous les vakx1s présents en pharmacie. «Le problème des vakx1s Covid, en tant que médicaments, c’est qu’ils ont bénéficié d’une mise sur le marché conditionnelle: elle est conditionnée par une distribution directe par l’État, ce qui est exceptionnel, et n’est donc pas disponible en pharmacie

À partir d’un déchet

L’AFMPS ajoute que pour la fabrication d’un remède homéopathique, un pharmacien peut partir d’une partie de médicament ayant une autorisation de mise sur le marché, comme un vakx1, pour réaliser une préparation magistrale.

« Pour que cela soit possible, il faut qu’un médecin prescrive la préparation en deux lignes au moins, avec sur une ligne le médicament proprement dit et sur une autre ligne la formule magistrale reprenant le médicament comme substance active. Il faut ensuite que le médicament en question soit disponible dans son intégrité, pour éviter d’utiliser un médicament altéré

L’AFMPS rappelle que les vakx1s utilisés dans les centres de vakxination sont la propriété de l’État qui les a acquis dans un cadre légal très strict. Et ajoute: «Le “ reste ” des vakx1s est un déchet médical et n’entre pas dans le cadre de l’utilisation d’une matière première pour réaliser une préparation magistrale

Le cabinet de Frank Vandenbroucke n’envisage pas dans un avenir proche de mettre des doses à disposition des homéopathes.

«De la contrebande»

L’Association des pharmaciens (APB) est choquée de cette fabrication «sauvage» d’isothérapiques: «C’est de l’empirisme!, s’exclame Alain Chassepierre, porte-parole. Il y a des règles éthiques, on ne peut pas faire tout et n’importe quoi. »

Jean-Michel Dogné, directeur du département de pharmacie à l’Unamur abonde dans ce sens: «Faire une préparation à partir d’un reste de vakx1 cadré par une législation très stricte est problématique: surtout avec ce type de vakx1s, il faut éviter une utilisation hors circuit de distribution et hors de l’autorisation de mise sur le marché. C’est faire du commerce avec un approvisionnement parallèle. Cela revient à promouvoir de la contrebande et la pratique illégale de la médecine. Il peut y avoir des contaminations lors du transport… la qualité du produit n’est pas garantie.»

Paru dans le journal belge Vers l’Avenir le 5/5/21

Comment ne pas penser qu’il y a un complot pour justifier ces attitudes totalitaires ?

Les vakx1s C0VlD-19 ont-ils été conçus pour se répandre chez les personnes non vakxinées ?

Des documents de Pfizer, de l’Université Johns Hopkins et autres évoquent le potentiel des vakx1s C0VlD-19 à « s’auto-diffuser » aux personnes non vakxinées entrant en contact avec une personne récemment vakxinée.

En fait, un rapport de 2018 du Center for Health Security de l’école de santé publique Johns Hopkins Bloomberg a lancé l’idée d’utiliser ce type de vakx1 pour le propager intentionnellement à d’autres personnes afin de les « protéger » contre la maladie.

Dans la section « vakx1s auto-diffusés », le document de Johns Hopkins indique que « les vakx1s auto-diffusés sont génétiquement conçus pour se déplacer dans les populations comme les maladies transmissibles, mais plutôt que de causer une maladie, ils confèrent une protection. La vision est qu’un petit nombre d’individus dans une population cible pourrait être vakxiné, et la souche du vakx1s circulerait ensuite dans la population comme un virus pathogène, ce qui entraînerait une immunité rapide et généralisée. »

Le document admet que la mise en œuvre de l’autopropagation des vakx1s s’accompagnerait de défis, tels que le « consentement éclairé » et des contre-indications potentiellement mortelles.

« Les défis éthiques et réglementaires entourant le consentement éclairé, la prévention et la surveillance des effets indésirables seraient des défis critiques pour la mise en œuvre de cette approche, même dans un cas extrême », indique le document.

Le rapport de Johns Hopkins note également qu’ »il existe un risque non négligeable que le virus du vakx1 revienne à une virulence de type sauvage, comme cela s’est parfois produit avec le vakx1 oral contre la polio ».

Une étude de Pfizer sur l’innocuité du vakx1 C0VlD-19, contrôlée par placebo, décrit de la même manière le risque que le vakx1 provoque des effets indésirables chez les personnes en contact étroit avec des individus récemment vakxinés.

Cependant, dans l’étude Pfizer, l’auto-diffusion est abordé comme une possibilité non intentionnelle qui pourrait causer des dommages.

Dans la section « Exposition professionnelle », l’étude Pfizer explique : « Une exposition professionnelle se produit lorsqu’une personne reçoit un contact direct imprévu avec l’intervention de l’étude (une personne qui a récemment reçu le vakx1 Pfizer C0VlD-19 dans le cadre de l’étude), qui peut ou non entraîner la survenue d’un EI (événement indésirable ou une mauvaise réaction). Ces personnes peuvent être des prestataires de soins de santé, des membres de la famille et d’autres rôles impliqués dans les soins du participant à l’étude. »

Dans une section intitulée « Exposition pendant la grossesse », le document avertit que si « un membre féminin de la famille ou un fournisseur de soins de santé signale qu’elle est enceinte après avoir été exposée à l’intervention étudiée par inhalation ou par contact cutané », l’exposition doit être signalée dans les 24 heures.

Une autre façon dont quelqu’un pourrait être exposé est si « un participant masculin qui reçoit ou a interrompu l’intervention de l’étude expose une partenaire féminine avant ou autour du moment de la conception. »

Pfizer a même décrit un scénario dans lequel « un membre masculin de la famille ou un fournisseur de soins de santé qui a été exposé à l’intervention de l’étude par inhalation ou par contact avec la peau expose ensuite sa partenaire féminine avant / aux alentours de la conception / ou à peu près au moment de la conception ».

Un article publié en septembre 2020 par le chercheur post-doctoral Guy Reeves et le Dr Filippa Lentzos, un éminent spécialiste des sciences sociales de Norvège, était sarcastiquement intitulé « Les scientifiques travaillent sur des vakx1s qui se propagent comme une maladie. Qu’est-ce qui pourrait bien se passer ? »

Dans l’article, Lentzos pose la question suivante : « Et si, au lieu d’orchestrer des campagnes compliquées et gourmandes en ressources pour vakxiner les humains contre des maladies infectieuses émergentes comme le C0VlD-19, nous pouvions plutôt arrêter à leur source les zoonoses qui sautent parfois des animaux aux humains ? »

« Un nombre restreint, mais croissant, de scientifiques pensent qu’il est possible d’exploiter les propriétés d’autopropagation des virus et de les utiliser pour diffuser l’immunité au lieu de la maladie », écrit Lentzos.

Elle précise que les scientifiques expérimentent de tels vakx1s autopropagateurs depuis au moins 20 ans déjà et que ces recherches ont retenu l’attention de l’armée américaine.

Selon M. Lentzos, les vakx1s qui se propagent eux-mêmes trouvent leur origine dans les efforts de dépeuplement visant à éliminer les populations de nuisibles.

« Des chercheurs australiens ont décrit une immunocontraception à propagation virale, qui détournait le système immunitaire des animaux infectés – en l’occurrence une espèce de souris non indigène en Australie – et les empêchait de féconder leur progéniture », explique l’article.

L’article présente ensuite les utilisations néfastes possibles des vakx1s qui se propagent d’eux-mêmes, par exemple : « Vous pourriez créer des déclencheurs dans un virus qui provoquent des défaillances du système immunitaire chez les personnes ou les animaux infectés, un peu comme le fait naturellement le VIH. Ou vous pourriez créer des déclencheurs dans un virus qui provoquent une réponse auto-immune nuisible, où le corps commence à attaquer ses propres cellules et tissus sains. »

L’une des raisons pour lesquelles l’armée s’intéresse à cette technologie est qu’elle pourrait être utilisée pour créer une arme biologique dangereuse.

Un exemple fourni est un vakx1 anti-fertilité humaine, une idée lancée sur la côte sud-africaine du projet.

Aujourd’hui, des dizaines de milliers de femmes dans le monde font état de cycles menstruels anormaux, de fausses couches et d’autres problèmes de santé après avoir été à proximité de personnes récemment vakxinées.

Est-ce un signe que les vakx1s C0VlD-19 actuels se propagent et provoquent des effets indésirables dans la population non vakxinée, et si oui, était-ce intentionnel ou accidentel ?

L’ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, le Dr Michael Yeadon, a récemment déclaré qu’il pensait que les vakx1s « seront utilisés pour une dépopulation massive ».

« Je pense qu’il est tout à fait possible que cela soit utilisé pour une dépopulation à grande échelle », a-t-il déclaré.https://ad.a-ads.com/1625298?size=300×250

S’adressant au journaliste de LifeSite News, Patrick Delaney, Yeadon a déclaré: «Si vous vouliez introduire une caractéristique qui pourrait être nocive et pourrait même être mortelle, vous pouvez même l’ajuster pour dire ‘mettons-la dans un gène qui causera des lésions une période de neuf mois, ‘ou, provoquer une défaillance de vos reins, mais pas tant que vous ne rencontrez pas ce type d’organisme [ce serait tout à fait possible]. La biotechnologie vous offre des moyens illimités, de blesser ou de tuer des milliards de personnes. »

Une femme du nom de Leila Centner, de Miami, en Floride, a cofondé une école privée qui a fait les gros titres de la presse nationale cette semaine pour avoir dit aux enseignants récemment vakxinés contre le C0VlD-19 de rester à l’écart des élèves parce qu’ils « pourraient leur transmettre quelque chose ».

L’histoire est parvenue jusqu’au porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, lorsque le journaliste de CBS Ed O’keefe a demandé le commentaire de l’administration Biden sur la situation.

Mme Psaki a régurgité quelques points de discussion et a déclaré que les vakx1s étaient conçus « pour assurer la sécurité des enfants, des parents et des enseignants ».

Source: Divulgation.fr

Source originale: Newswars

18 raisons très documentées pour lesquelles il ne se fera pas vakxiner contre le C0VlD

Par Christian Elliot — Deconstructing Conventional – « Voici les raisons pour lesquelles je choisis de ne pas recevoir un de ces « vakx1s » anti-C0ViD. »

A LIRE ATTENTIVEMENT

N°1 — Les fabricants de ces « vakx1s » sont à l’abri de toute responsabilité

Les fabricants de vakx1s sont la seule industrie au monde qui n’assume aucune responsabilité pour les préjudices ou les décès résultant de leurs produits.

Établis en 1986 par la loi nationale sur les préjudices aux enfants causés par les vakx1s, et renforcés par la loi PREP, les fabricants de vakx1s ne peuvent être poursuivis, même s’il est démontré qu’ils ont été négligents.

Les fabricants de « vakx1s » anti-C0VlD sont autorisés à créer un produit unique, sans aucun test sur des sous-populations — c’est-à-dire des personnes présentant des problèmes de santé spécifiques — et pourtant ils ne sont pas disposés à accepter la moindre responsabilité pour les effets indésirables ou les décès causés par leurs produits.

Si une entreprise n’est pas disposée à garantir l’innocuité de son produit, surtout s’il s’agit d’un produit qu’elle a mis sur le marché à la hâte et sur lequel elle n’a pas effectué d’essais sur les animaux, je ne suis pas prêt à prendre le risque de recourir à son produit.

Pas de responsabilité. Pas de confiance.
Voici pourquoi…

N°2 — Le passé mouvementé des fabricants de ces « vakx1s »

Soit les quatre grandes entreprises qui fabriquent ces vakx1s anti-C0ViD,

  1. n’ont jamais mis de vakx1 sur le marché avant le C0VlD (Moderna et Johnson & Johnson) ;
  2. sont des criminels en série (Pfizer/BioNTech et AstraZeneca) ;
  3. cochent les deux points précédents (Johnson & Johnson).

Moderna a essayé pendant des années de « Moderniser notre ARN » — d’où le nom de la société — mais n’a jamais réussi à mettre AUCUN produit sur le marché — ce qui ne les empêche pas d’être ravis d’avoir obtenu du gouvernement une importante injection de fonds pour continuer à essayer.

En fait, tous les grands fabricants de vakx1s (à l’exception de Moderna) ont versé des dizaines de milliards de dollars en dommages et intérêts pour d’autres produits qu’ils ont mis sur le marché tout en sachant qu’ils pouvaient causer des préjudices et des décès — voir Vioxx, Bextra, Celebrex, Thalidomide et Opioïdes, pour ne citer que quelques exemples.

Si les entreprises pharmaceutiques choisissent délibérément de mettre sur le marché des produits nocifs, alors qu’elles peuvent être poursuivies, pourquoi ferions-nous confiance à un produit pour lequel elles n’ont AUCUNE responsabilité ?

Au cas où cela n’aurait pas été compris, laissez-moi répéter… Trois des quatre fabricants de vakx1s contre la coqueluche ont été poursuivis pour des produits qu’ils ont mis sur le marché alors qu’ils savaient qu’il en résulterait des préjudices et des décès.

Permettez-moi de réitérer ce point :

Compte tenu de l’exonération de responsabilité et du passé douteux de ces entreprises, pourquoi devrions-nous supposer que tous leurs « vakx1s » sont sûrs et fabriqués de manière complètement irréprochable ?

Dans quel autre domaine ferions-nous confiance à quelqu’un possédant ce genre de réputation ?
Pour moi, cela a autant de sens que d’attendre d’un amant sans remords, abusif et infidèle qu’il devienne une personne différente parce qu’un juge a dit qu’au fond, c’est une bonne personne.
Non. Je ne leur fais pas confiance.
Pas de responsabilité. Pas de confiance.
Voici une autre raison pour laquelle je ne leur fais pas confiance.

N°3 — L’histoire peu glorieuse des tentatives de fabrication de vakx1s contre les coronavirus

Dans le passé, de nombreuses tentatives de fabrication de vakx1s viraux se sont soldées par un échec total, ce qui explique pourquoi nous n’avons pas eu de vakx1 contre le coronavirus en 2020.
Dans les années 1960, des scientifiques ont tenté de fabriquer un vakx1 contre le VRS — virus respiratoire syncytial — destiné aux nourrissons.

Dans cette étude, ils ont évité les essais sur les animaux car ils n’étaient à l’époque pas nécessaires.

En fin de compte, lorsqu’ils ont été exposés au virus en milieu naturel, les nourrissons vakxinés ont été bien plus malades que les nourrissons qui ne l’avaient pas été, et 80 pour cent des nourrissons vakxinés ont dû être hospitalisés et deux d’entre eux sont morts.

Après 2000, les scientifiques ont fait de nombreuses tentatives pour créer des vakx1s contre les coronavirus.
Au cours des vingt dernières années, toutes se sont soldées par un échec car, tout comme les enfants des années 1960, les animaux participant aux essais cliniques sont tombés très malades et beaucoup sont morts.
Vous pouvez lire un résumé de cette histoire/science ici.
Ou si vous voulez lire les études individuelles, vous pouvez consulter ces liens :

  • En 2004, une tentative de vakx1 a provoqué une hépatite chez les furets ;
  • En 2005, des souris et des civettes sont devenues malades et plus sensibles aux coronavirus après avoir été vakxinées ;
  • En 2012, les furets sont tombés malades et sont morts. Et dans cette étude, les souris et les furets ont développé une maladie pulmonaire ;
  • En 2016, cette étude montre également que les souris ont développé une maladie pulmonaire.

Le schéma typique des études mentionnées ci-dessus est que les enfants et les animaux ont produit de belles réponses en anticorps après avoir été vakxinés.
Les fabricants pensaient avoir touché le jackpot.

Le problème est survenu lorsque les enfants et les animaux ont été exposés au virus en milieu naturel.

Lorsque cela s’est produit, il s’est produit un phénomène inexpliqué appelé « facilitation de l’infection par des anticorps » [acronyme ADE en anglais – NdT], également connu sous le nom de « maladie facilitée par le vakx1 » [acronyme VED en anglais – NdT] : le système immunitaire a produit une « tempête de cytokines » — ce qui veut dire que le système immunitaire a attaqué l’organisme de façon massive — et les enfants/animaux sont morts.

Le problème persistant est le suivant…

Les fabricants de vakx1s n’ont aucune donnée suggérant que leurs « vakx1s » faits à la va-vite ont surmonté ce problème.

En d’autres termes, aucune tentative de fabrication d’un vakx1 contre les coronavirus n’a jamais été couronnée de succès, et la technologie de thérapie génique que sont les « vakx1s » à ARNm n’a jamais été mise sur le marché en toute sécurité, mais comme ils ont reçu des milliards de dollars de financement public, je suis sûr qu’ils ont trouvé une solution.

Sauf qu’ils ne savent pas s’ils ont trouvé une solution…

N°4 — Les « données manquantes » soumises à la FDA par les fabricants de ces « vakx1s »

Lorsque les fabricants de ces « vakx1s » ont soumis leurs documents à la FDA en vue d’obtenir une autorisation d’utilisation d’urgence — une autorisation d’utilisation d’urgence n’est pas la même chose qu’une approbation complète de la FDA — ils ont signalé, parmi les nombreuses « lacunes dans les données », que rien dans leurs essais ne permettait de penser qu’ils avaient surmonté le problème épineux de la maladie facilitée par le vakx1.

Ils ne savent tout simplement pas — c’est-à-dire qu’ils n’ont aucune idée si les « vakx1s » qu’ils ont fabriqués produiront également la même tempête de cytokines — et les mêmes décès — que les tentatives précédentes de l’usage de tels produits.

Comme le souligne le Dr Joseph Mercola…

« Les précédentes tentatives de développement d’un médicament à base d’ARNm utilisant des nanoparticules lipidiques ont échoué et ont dû être abandonnées parce que lorsque la dose était trop faible, le médicament n’avait aucun effet, et lorsque la dose était trop élevée, le médicament devenait trop toxique. Une question évidente se pose : qu’est-ce qui a changé pour que cette technologie soit désormais suffisamment sans danger pour une utilisation à grande échelle ? »

Si cela n’est pas assez alarmant, voici d’autres lacunes dans les données — c’est-à-dire qu’il n’existe aucune donnée suggérant l’innocuité ou l’efficacité en ce qui concerne :

  • les personnes âgées de moins de 18 ans ou de plus de 55 ans ;
  • les femmes enceintes ou allaitantes ;
  • les maladies auto-immunes ;
  • les personnes immunodéprimées ;
  • la transmission du C0VlD ;
  • la prévention de la mortalité due au C0VlD ;
  • la durée de la protection contre le C0VlD.

Difficile à croire, n’est-ce pas ?

Si vous pensez que j’invente tout cela, ou si vous voulez voir les documents réels envoyés à la FDA par Pfizer et Moderna pour leur autorisation d’utilisation d’urgence, vous pouvez consulter respectivement ceci et ceci. Les lacunes dans les données se trouvent à partir de la page 46 et 48, respectivement.

Pour l’instant, tournons nos regards vers les données brutes que les fabricants de ces « vakx1s » ont utilisées pour soumettre leur demande d’autorisation d’utilisation d’urgence.

N°5 — Aucun accès aux données brutes des essais

Vous aimeriez voir les données brutes à l’origine des affirmations tant vantées dans les journaux selon lesquelles il y aurait « 90 pour cent et 95 pour cent d’efficacité » ?
Moi aussi…
Mais ils ne nous laisseront pas voir ces données.

Comme le souligne le British Medical Journal, quelque chose dans les allégations d’efficacité des « vakx1s » de Pfizer et Moderna laisse franchement à désirer. Il y a eu

« 3 410 cas totaux de C0VlD-19 suspectés mais non confirmés dans la population globale de l’étude, 1 594 sont survenus dans le groupe vakxiné contre 1 816 dans le groupe placebo. »

Attendez… quoi ?
Ont-ils échoué dans leur étude scientifique en ne vérifiant pas une variable majeure ?
Ne pouvaient-ils pas tester ces cas « suspects mais non confirmés » pour savoir s’ils étaient atteints du C0VlD ?
Apparemment pas.

Pourquoi ne pas tester les 3 410 participants par souci d’exactitude ?

Pouvons-nous seulement supposer qu’ils n’ont pas fait de tests parce que cela aurait faussé leurs affirmations quant à leur « efficacité à 90-95 pour cent » ?
Que fait la FDA ?
Ne serait-il pas prudent que la FDA attende, voire exige, des fabricants de vakx1s qu’ils testent les personnes présentant des « symptômes de type C0VlD » et qu’ils publient leurs données brutes afin que des tiers puissent examiner comment les fabricants ont justifié ces chiffres ?

Après tout, on essaye quand même de convaincre chaque citoyen du monde de prendre ces produits expérimentaux…

Pourquoi la FDA ne l’a pas exigé ? N’est-ce quand même pas son objectif principal ?
Bonne question.
Serait-ce les renards qui gardent le poulailler ?
On dirait bien.
Pas de responsabilité. Pas de confiance.

N°6 — Aucun test d’innocuité sur le long terme

Il est évident qu’avec les produits qui ne sont sur le marché que depuis quelques mois, nous ne disposons d’aucune donnée quant aux effets — innocuité & nocivité — sur le long terme.

En d’autres termes, nous n’avons aucune idée des conséquences de ce produit sur l’organisme dans quelques mois ou années — et ce, quel que soit le type de population [vakxinée ou pas vakxinée, jeune ou vieux, sain ou malade – NdT].

Compte tenu de tous les risques susmentionnés — risques que présentent TOUS les produits pharmaceutiques — ne serait-il pas prudent d’attendre de voir si les pires scénarios ont effectivement été évités ?

Ne serait-il pas logique de vouloir combler ces « lacunes » avant d’essayer d’injecter ce produit à chaque femme, homme et enfant de la planète ?

Eh bien… ce serait logique, mais pour obtenir ces données, ils doivent procéder à des tests sur des personnes, ce qui m’amène au point suivant…

N°7 — Pas de consentement éclairé

Ce que la plupart des personnes qui se font vakxiner ne savent pas, c’est que, comme ces produits sont encore en phase d’essai clinique, toute personne qui se fait vakxiner fait désormais partie de l’essai clinique.

Ils font partie intégrante de l’expérience.

Ceux — comme moi — qui ne se font pas vakxiner font partie du groupe témoin.
Le temps nous dira ce qui ressortira de cette expérience.
Mais, me direz-vous, si ces « vakx1s » sont nocifs, ne devrait-on pas en entendre parler partout dans les médias ?
La FDA n’interviendrait-elle pas pour interrompre la distribution ?
Eh bien, si le système de signalement des effets indésirables fonctionnait, les choses seraient peut-être différentes.

N°8 — Les effets indésirables et les décès sont sous-déclarés

Selon une étude réalisée par Harvard — à la demande de notre propre gouvernement — moins de 1 pour cent de tous les effets indésirables de ces « vakx1s » sont effectivement soumis au National Vakxine Adverse Events Reports System (VAERS) [qui ne vaut que pour les États-Unis – NdT] — lire la page 6 du lien ci-dessus.

Bien que les problèmes du VAERS n’aient pas été résolus — comme vous pouvez le lire dans cette lettre au CDC — au moment où nous écrivons ces lignes [le 8 avril 2021 – NdT], le VAERS fait état de plus de 2 200 décès dus aux actuels « vakx1s » anti-C0VlD, et de près de 60 000 réactions indésirables.

Note du traducteur : En date du 27 avril 2021, selon le site officiel européen European Medicines Agency / EudraVigilance, on atteint déjà presque 10 000 morts et 2 millions d’effets secondaires, tous susceptibles d’être liés aux « vakx1s » anti-C0VlD-19, et pour la seule Union européenne ! Ces chiffres commencent à donner le tournis…

« Les données VAERS publiées aujourd’hui ont montré 50 861 signalements d’effets indésirables après les injections des « vakx1s » anti-C0VlD, dont 2 249 décès et 7 726 préjudices graves entre le 14 décembre 2020 et le 26 mars 2021. »

Et ces chiffres n’incluent pas les actuels 578 cas de paralysie de Bell.

Si ces chiffres ne représentent encore que 1 pour cent du total des effets indésirables — ou 0,8 à 2 pour cent de ce que cette étude récemment publiée dans le JAMA a trouvé — vous pouvez faire le calcul, mais cela équivaut à ce jour à environ 110 000 à 220 000 décès dus aux « vakx1s », et à un nombre ridicule d’effets indésirables.

Je parie que vous n’avez pas vu ça aux infos.

Ce nombre de décès serait actuellement encore inférieur aux 424 000 décès [aux seuls États-Unis – NdT] dus aux erreurs médicales qui se produisent chaque année — dont vous n’entendez probablement pas parler non plus — mais le déploiement de ces « vakx1s » a débuté il y a moins de six mois.

Si vous souhaitez approfondir les problèmes liés au système de signalement VAERS, vous pouvez consulter ce document ou celui-ci.
Mais il y a aussi mon prochain point, qui pourrait laisser à penser que ces « vakx1s » anti-C0VlD sont inutiles…

N°9 — Les vakx1s ne préviennent ni l’infection ni la transmission

Attendez, quoi ?
Ces vakx1s ne sont-ils pas censés constituer la solution tant attendue pour « revenir à la normale » ?
Non.
Pourquoi pensez-vous que nous recevons tous ces messages contradictoires sur la nécessité de pratiquer la distanciation sociale et de porter des masques même APRÈS avoir reçu un « vakx1 » ?

La raison en est que ces « vakx1s » n’ont jamais été conçus pour arrêter la transmission OU l’infection.

Si vous ne me croyez pas, je vous renvoie aux documents soumis à la FDA dont j’ai donné le lien ci-dessus.
L’objectif principal — ce que ces « vakx1s » sont censés accomplir — est de réduire vos symptômes.
Ça ressemble à tous les autres médicaments sur le marché, non ?
C’est ça… la réduction des symptômes est le grand bénéfice que nous attendions.
Est-ce que ça semble complètement inutile à quelqu’un d’autre que moi ?

  1. Il ne peut pas nous empêcher de propager le virus.
  2. Il ne peut pas empêcher le virus de nous infecter une fois injecté.
  3. Se faire vakxiner, c’est accepter tous les risques de ces produits expérimentaux et le mieux qu’il puisse faire, c’est de réduire les symptômes ?

Quoiqu’il en soit, il existe bien des moyens à ma portée pour réduire mes symptômes sans prendre ce qui semble être un produit très risqué.

Maintenant, en ce qui concerne la prochaine question logique :

Si nous sommes préoccupés par les disséminateurs asymptomatiques, le « vakx1 » ne rendrait-il pas plus probable la création d’une dissémination asymptomatique ?

S’il réduit effectivement les symptômes, les personnes qui le reçoivent peuvent ne pas savoir qu’elles sont malades et sont donc plus susceptibles de propager le virus, non ?

Pour ce que ça vaut, j’ai entendu beaucoup de gens dire que les effets secondaires du « vakx1 » — surtout la deuxième dose — sont pires que d’attraper le C0VlD.
Je n’arrive pas non plus à comprendre ce que cela signifie.
Prendre le risque.
Ne pas être protégé.
Subir les effets secondaires du « vakx1 ».
Continuer à porter son masque et à se distancier socialement…
Et continuer à être à même de propager le virus.
Quoi ?
Et ça devient de pire en pire.

N°10 — Certaines personnes sont infectées par le C0VlD après avoir été complètement vakxinées

Tu parles d’une poisse.
Tu es vakxiné et tu es quand même infecté par le C0VlD.

En réalité, ce phénomène se produit probablement partout, mais ce sont ces cas qui font l’actualité actuellement.
Compte tenu des raisons énumérées ci-dessus — et de celles qui suivent — cela ne vous surprend peut-être pas, mais si vous pensiez que le « vakx1 » était un bouclier pour vous protéger, vous allez être déçu.
Ce n’est pas le cas.
Cela n’a jamais été le but.

Si 66 pour cent des professionnels de santéde Los Angeles vont retarder ou ignorer le « vakx1 »… c’est qu’ils ne sont peut-être pas non plus emballés par une science bâclée.

Peut-être qu’ils observent la manière louche dont les décès et les cas sont communiqués…

N°11 — Le taux de mortalité globale dû au C0VlD

Selon les propres chiffres du CDC, le C0VlD a un taux de survie de 99,74 pour cent.
Pourquoi prendrais-je le risque de me faire injecter un produit qui n’empêche pas l’infection ou la transmission, tout ça pour m’aider à vaincre un rhume qui a 0,26 pour cent de chances de me tuer — en fait, dans ma tranche d’âge, c’est environ 0,1 pour cent, et 0,01 pour cent pour mes enfants — mais ne coupons pas les cheveux en quatre.

Avec une probabilité — taux de mortalité — aussi faible, nous serons enfermés chaque année… c’est-à-dire pour toujours.

Mais attendez, qu’en est-il des 500 000 morts et plus, c’est alarmant non ?
Je suis content que vous posiez la question.

N°12 — Les chiffres des morts dus au C0VlD sont surgonflés

Dans cette affaire, il y a vraiment quelque chose de bizarre.
Dans l’histoire des certificats de décès, c’est la première fois que notre propre gouvernement a changé la façon dont ces derniers sont déclarés.
Pourquoi déclarons-nous désormais que toutes les personnes qui meurent avec le C0VlD sont mortes du C0VlD, plutôt que des comorbidités qui sont réellement responsables de leurs trépas ?

Jusqu’à l’apparition du C0VlD, tous les coronavirus — rhumes courants — n’étaient jamais répertoriés comme la principale cause de décès lorsqu’une personne mourait d’une maladie cardiaque, d’un cancer, d’un diabète, d’une maladie auto-immune ou de toute autre comorbidité majeure.
La maladie était indiquée comme la cause du décès, et un facteur de confusion comme la grippe ou la pneumonie était indiqué sur une ligne distincte.

Pour gonfler encore plus le nombre des décès, l’OMS et le CDC ont modifié leurs directives de sorte que, et sans que cela ne nous soit jamais confirmé, les personnes probablement mortes ou suspectées de l’être à cause du C0VlD sont également incluses dans le nombre des décès.

Sérieusement ?
Si nous devons procéder ainsi, ne devrions-nous pas revenir en arrière et modifier les chiffres de toutes les saisons de rhume et de grippe passées afin de pouvoir comparer des pommes avec des pommes en ce qui concerne les taux de mortalité ?
Selon les chiffres mêmes des CDC — voir la section « Comorbidités et autres conditions » — seuls 6 pour cent des décès attribués au C0VlD sont des cas où ce dernier semble avoir été le seul problème en cause.

En d’autres termes, réduisez de 94 pour cent le nombre de décès annoncés aux informations et vous obtenez ce qui est probablement le nombre réel de décès dus au seul C0VlD.
Même si l’ancien directeur du CDC a raison et que le C0VlD-19 est un virus amélioré en laboratoire — voir la raison n° 14 ci-dessous — un taux de mortalité de 0,26 pour cent reste conforme au taux de mortalité virale qui fait le tour de la planète chaque année.

Ensuite, il y a ce type, Fauci.
J’aimerais vraiment lui faire confiance, mais outre le fait qu’il n’a pas traité un seul patient atteint du C0VlD… vous devriez probablement savoir ce qui suit…

N°13 — Fauci et six autres personnes du Niaid possèdent des brevets du « vakx1 » Moderna

Grâce à la loi Bayh-Dole, les fonctionnaires sont autorisés à déposer des brevets sur toute recherche qu’ils effectuent avec l’argent des contribuables.

Tony Fauci possède plus de 1 000 brevets — voir cette vidéo pour plus de détails— y compris des brevets utilisés pour le « vakx1 » Moderna… dont il a approuvé le financement gouvernemental.

En fait, le NIH — dont le NIAID fait partie — revendique la propriété conjointe du « vakx1 » Moderna.
Suis-je le seul à considérer cela comme un conflit d’intérêt MAJEUR, voire criminel ?
Je dis criminel parce qu’il y a aussi ce problème pesant qui me rend encore plus méfiant à l’égard de Fauci, du NIAID et des NIH en général.

N°14 — Fauci est sur la sellette pour des recherches illégales sur les gains de fonction

Qu’est-ce que la recherche sur les « gains de fonction » ?
Les scientifiques tentent de faire en sorte que les virus acquièrent des fonctions — en gros, ils deviennent plus transmissibles et plus mortels.
Ça semble pour le moins un peu contraire à l’éthique, non ?
Quelle pourrait bien en être l’utilité ?
Notre gouvernement était d’accord et en a interdit la pratique.
Alors qu’a fait le NIAID dirigé par Fauci ?
Ils ont changé d’orientation et ont externalisé en Chine la recherche sur les gains de fonction — dans les coronavirus, rien de moins — pour un montant de 600 000 dollars.

Vous trouverez plus de détails, y compris l’importante chronologie de ces événements, dans ce film documentaire qui s’appuie sur une recherche extrêmement approfondie.
M. Fauci, vous avez des explications à fournir… et j’espère que les caméras enregistreront le moment où vous devrez défendre vos actions.
Pour l’instant, tournons notre attention vers le virus…

N°15 — Le virus continue à muter

Non seulement le virus — comme tous les virus — continue de muter, mais selon Geert Vanden Bossche, concepteur de vakx1s de renommée mondiale — que vous rencontrerez ci-dessous si vous ne le connaissez pas — il mute environ toutes les 10 heures.

Comment diable allons-nous continuer à créer des « vakx1s » pour suivre ce niveau de mutation ?
C’est impossible.
Cela pourrait-il également expliquer pourquoi des personnes entièrement vakxinées sont malgré tout infectées par le C0VlD ?
Pourquoi, alors que l’immunité naturelle n’a jamais failli à l’humanité, ne lui faisons-nous soudainement plus confiance ?
Pourquoi, si je pose des questions comme celles qui précèdent, ou si je publie des liens comme ceux que vous trouvez ci-dessus, mes réflexions seront supprimées de toutes les grandes plateformes de médias sociaux ?
Cela m’amène au prochain problème troublant que je rencontre avec ces « vakx1s ».

N°16 — La censure… et l’absence totale de débat scientifique

Arrivé là, je ne peux m’empêcher d’être sarcastique, alors d’avance, pardonnez-moi.
Avez-vous apprécié tous ces débats animés, retransmis à l’échelle nationale et mondiale, organisés par des responsables de la santé publique et diffusés en simultané sur toutes les grandes chaînes d’information ?
N’était-ce pas formidable d’entendre les meilleurs esprits en médecine, virologie, épidémiologie, économie et les spécialistes des vakx1s du monde entier débattre vigoureusement et respectueusement de sujets comme :

  • les confinements ;
  • le port du masque obligatoire ;
  • la distanciation sociale ;
  • les essais d’efficacité et d’innocuité des «vakx1s » ;
  • comment dépister la sensibilité aux préjudices causés par les « vakx1s » ?
  • les thérapies — à savoir les options non vakxinales.

N’était-ce pas formidable de voir la « science » des responsables de la santé publique — qui n’ont jamais traité personne atteint du C0VlD — remise en question ?
N’était-ce pas formidable de voir le comité de la FDA interroger publiquement les fabricants de vakx1s à une heure de grande écoute, alors qu’ils étaient sous le feu de questions difficiles quant à leurs produits pour lesquels leur responsabilité ne peut pas être engagée ?

Oh, attendez… vous n’avez pas vu ces débats ?
Non, vous ne les avez jamais vus… parce qu’ils n’ont jamais eu lieu.
En revanche, ce qui a bien eu lieu, c’est une censure autoritaire de toute information hormis celles concordant à l’unique narration officielle.
Ironiquement, Mark Zuckerberg peut remettre en question l’innocuité des « vakx1s », mais pas moi ?
Hypocrite ?
À quel moment le premier amendement est-il devenu une suggestion ?
Il s’agit du PREMIER amendement Mark — celui que nos fondateurs pensaient être le plus important.
Avec autant d’enjeux, pourquoi ne nous donne-t-on à entendre qu’une seule narration… ne devrait-on pas y avoir plusieurs points de vue qui seraient débattus de manière professionnelle ?

QU’EST-IL ARRIVÉ À LA SCIENCE ?
Qu’est-il arrivé à la méthode scientifique consistant à toujours remettre en question les hypothèses formulées ?
Qu’est-il arrivé au débat animé dans ce pays, ou du moins dans la société occidentale ?
Pourquoi quiconque est en désaccord avec l’OMS ou le CDC est-il si lourdement censuré ?

La science de la santé publique est-elle devenue une religion,
ou la science ne devrait-elle pas reposer sur le débat ?

Si quelqu’un dit « la science est établie », je sais que j’ai affaire à une personne qui a l’esprit fermé.
Par définition, la science — en particulier la science biologique — n’est jamais établie.
Si c’était le cas, ce serait un dogme, pas une science.
OK, avant de trop m’énerver, laissez-moi vous dire ceci…
JE VEUX ÊTRE UN BON CITOYEN.
Je le pense vraiment.
Si le confinement fonctionne, je veux faire ma part et rester chez moi.
Si les masques fonctionnent, je veux les porter.
Si la distanciation sociale est efficace, je veux m’y conformer.
Mais s’il est prouvé que ce n’est pas le cas — comme pour les masques par exemple — je veux aussi entendre cette preuve.
Si des scientifiques de renom ont des opinions différentes, je veux savoir ce qu’ils pensent.
Je veux avoir la possibilité d’entendre leurs arguments et me faire ma propre opinion.
Je ne pense pas être la personne la plus intelligente du monde, mais je pense pouvoir réfléchir.
Je suis peut-être bizarre, mais si quelqu’un est censuré, alors je veux VRAIMENT entendre ce qu’il pense.
Pas vous ?
À tous mes amis qui n’ont pas de problème avec la censure, aurez-vous la même opinion lorsque ce que vous pensez sera censuré ?

La censure n’est-elle pas la technique des dictateurs,
des tyrans et des personnes avides de pouvoir ?

N’est-elle pas le signe que ceux qui censurent savent que c’est le seul moyen de gagner ?

Et si un homme qui a passé toute sa vie à développer des vakx1s était prêt à mettre toute sa réputation en jeu et à demander à tous les dirigeants mondiaux d’arrêter immédiatement les « vakx1s » anti-C0VlD en raison de problèmes scientifiques ?

Et s’il plaidait pour un débat scientifique ouvert sur une scène mondiale ?
Voudriez-vous entendre ce qu’il a à dire ?
Voudriez-vous voir le débat qu’il demande ?

N°17 — Le plus grand spécialiste des vakx1s au monde tire la sonnette d’alarme…

Voici ce qui pourrait être la plus grande raison pour laquelle ce « vakx1 » anti-C0VlD n’a pas de sens pour moi.

Lorsqu’une personne très pro-vakx1s, qui a passé toute sa carrière professionnelle à superviser le développement de vakx1s, crie sur tous les toits que nous faisons face à un problème majeur, je pense que cet personne doit être entendu.

Au cas où vous l’auriez manqué, et au cas où vous auriez envie de savoir ce qu’il dit, voici les explications de Geert Vanden Bossche :

  1. Pourquoi le « vakx1 » anti-C0VlD pourrait exercer une telle pression sur le virus que sa capacité à muter et à devenir plus mortel s’en trouverait accélérée.
  2. Pourquoi les « vakx1s » anti-C0VlD pourraient créer des virus résistants aux vakx1s — comme les bactéries résistantes aux antibiotiques.
  3. Pourquoi, en raison de problèmes antérieurs liés à la facilitation de l’infection par des anticorps, nous pourrions être confrontés à une explosion de victimes dans les prochains mois ou années.

Si vous voulez voir/lire un deuxième entretien, plus long, avec Vanden Bossche, dans lequel des questions difficiles lui ont été posées, vous pouvez consulter ceci.

Si la moitié de ce qu’il dit se réalise, ces « vakx1s » pourraient être la pire invention de tous les temps.

Si vous n’aimez pas sa science, discutez-en avec lui.

Je ne suis que le messager.

Mais je peux aussi parler du C0VlD d’un point de vue personnel.

N°18 — J’ai déjà eu le C0VlD

Je n’ai pas apprécié.
J’ai eu un méchant rhume pendant deux jours :

  • des douleurs incessantes aux fesses et au bas du dos ;
  • une très faible énergie ;
  • une faible fièvre.

C’était bizarre de ne pas pouvoir sentir quoi que ce soit pendant deux jours.
Une semaine plus tard, le café avait toujours un goût « mauvais ».
Mais j’ai survécu.

Maintenant, il semble — comme cela a toujours été le cas — que j’ai une belle immunité naturelle, à vie
… et non pas quelque chose qui risque de s’estomper en quelques mois si je me fais vakxiner.
Pour mon organisme, comme pour ma famille, le C0VlD c’est du passé.
En fait, maintenant que je l’ai eu, il existe des preuves que le « vakx1 » anti-C0VlD pourrait être plus dangereux pour moi.
Ce n’est pas un risque que je suis prêt à prendre.

En résumé

Ce qui précède ne sont que mes raisons de ne pas vouloir le « vakx1 ».
Peut-être que mes raisons ont du sens pour vous, peut-être pas.
Quelles que soient celles qui ont un sens pour vous, j’espère que nous pourrons rester amis.
Pour ma part, je pense que nous avons beaucoup plus en commun que ce qui nous sépare.

  • Nous voulons tous vivre dans un monde de liberté.
  • Nous voulons tous faire notre part pour aider les autres et vivre bien.
  • Nous voulons tous avoir le droit d’exprimer nos opinions sans craindre d’être censurés ou vicieusement attaqués.
  • Nous méritons tous d’avoir accès aux faits afin de pouvoir prendre des décisions éclairées.

Que vous soyez d’accord ou pas avec moi, je ne vous traiterai pas différemment.
Vous êtes un être humain tout aussi digne d’amour et de respect que n’importe qui d’autre.
Pour cela, je vous salue et je vous souhaite vraiment le meilleur.
J’espère que vous aurez trouvé cet article utile.
Si oui, n’hésitez pas à le partager.
Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à me faire part — gentiment — de ce qui n’a pas eu de sens pour vous et je serais heureux d’entendre également vos réflexions.
Restez curieux et restez humble.
Jusqu’à la prochaine fois,

Christian

P.S. : Si vous pensez que j’ai bien étudié ce sujet, imaginez toutes les idées que je pourrais mettre en œuvre pour vous aider à préserver votre santé. Aider les gens à être en bonne santé, c’est ce que je fais toute la journée, tous les jours.

P.P.S. : La santé ne peut pas être injectée, mais elle peut être acquise.


Source de l’article initialement publié en anglais le 8 avril 2021 : Deconstructing Conventional
Traduction : Sott.net

Sommes-nous entrés dans un monde de fraude et de mensonges généralisés?

« Interférence absolue » Le documentaire en VF.
La suite de la Preuve Absolue, le documentaire exceptionnel de Mike Lindell sur la fraude aux élections américaines du 3 Novembre 2020. De nouvelles preuves et des intervenants exclusifs !

https://odysee.com/@quantumleaptraduction:2/X22-REPORT-LIVE-DEQ-23-04-21:0

La protéine spike n’est pas une chose naturelle, c’est une arme fabriquée par l’homme

Le Dr Larry Pavleski partage ses réflexions et ses observations sur le fait que le vaccin ARNm est une véritable arme biologique qui présente un danger réel pour les personnes non vaccinées.
Cette vidéo est le troisième extrait doublé de cet échange entre 5 médecins le 22 avril 2021 autour des conséquences de la vaccination ARNm sur les personnes non vaccinées.

https://odysee.com/@NeufdeCoeur:1/palevski:6

Les écouvillons des tests PCR, seraient-ils conçus pour implanter l’Hydrogel DARPA dans votre corps ???

A prendre avec prudence mais aussi avec attention: Des nouvelles très inquiétantes de la Slovaquie, où le personnel de l’hôpital de Bratislava a mené une enquête sur les tests PCR. Ils ont conclu que les tests de coton-tige, qui sont insérés par le nez jusqu’au cerveau, sont conçus pour implanter le DARPA Hydrogel dans votre corps.

Au vu de toutes les références évoquées sur les recherches de la DARPA* (militaires US) il y a en tous cas, lieu d’être inquiet sur ce que ces fous aux moyens financiers énormes ont comme projets !

L’analyse a été réalisée au cours des mois de novembre 2020 à mars 2021 sur des écouvillons de test en sets: SD Biosensor, Abbott et Nadal, dans un laboratoire hospitalier sans nom à Bratislava, en Slovaquie, pour des raisons de sécurité. Voici le lien vers l’étude complète et approfondie au format PDF. Même un profane comme moi peut le comprendre.

Et quiconque possède au moins un microscope scolaire standard et un microscope de test peut vérifier les informations concernant les écouvillons de test publiés ici. Toutes les informations sur les bâtonnets de test, l’hydrogel DARPA et le lithium sont accessibles au public dans les travaux scientifiques et commerciaux. Voir les liens au bas du document PDF et au bas de cet article.

Il ressort clairement de ces informations que les bâtons de test sont un outil criminel pour le génocide du peuple slovaque. Cependant, il s’agit d’un événement global, réfléchi et soigneusement préparé!

Fibres de nylon creuses à la fin des tests PCR

Écouvillon de test PCR teint à l'iode montre des fibres creuses de nylon sous microscope

Ces extrémités de fibres de forme cassée ont pour tâche de perturber l’épithélium, la couche superficielle de vos muqueuses. En raison de leur cassure à la pointe et de la lixiviation** et de la perte de leur teneur en fibres – c’est DARPA Hydrogel et Lithium – ces substances se retrouvent dans votre corps… près du cerveau! Ces fibres ou fils creux sont brevetés par, vous l’aurez deviné, DARPA.

** Lixiviation: opération qui consiste à faire passer lentement un solvant à travers un produit convenablement pulvérisé et déposé en couche épaisse, pour en extraire un ou plusieurs constituants solubles (parfums, alcaloïdes, etc.).

Fibre ouverte longitudinalement avec extrémité cassée et billes contenant du Darpa Hydrogel

Cette image montre une fibre ouverte longitudinalement avec une extrémité cassée et montre des billes d’hydrogel DARPA. Voir également les autres images dans le PDF pour plus de précisions.
Ce «matériau» reste maintenant après vidange à l’arrière de votre cavité nasale!
Après contact du DARPA Hydrogel avec vos liquides organiques, tels que la salive, ils commencent à former des structures cristallines rectangulaires en quelques minutes . Ceux-ci grandissent et se multiplient. Voir le résultat après 24 heures dans le PDF!

Cible principale: votre glande pinéale

Ces «  cristaux  » d’hydrogel DARPA créent une structure 3D spatiale et se développent à travers les tissus de votre corps.
Les cristaux de DARPA Hydrogel se sont développés sous le microscope dans la direction du champ magnétique… Cela signifie qu’il se développe dans la cavité nasale vers la glande pinéale. La glande pinéale crée un champ magnétique localement plus fort que le champ magnétique externe de la terre.

Vous devez comprendre que la cristallisation naturelle de la salive, sans DARPA Hydrogel, crée des cristaux qui ne forment pas de modèles spatiaux 3D ou de structures rectangulaires; ils ne poussent pas non plus de manière fractale, ils se multiplient donc.

Ivermectine utilisée comme test …

Comme une sorte de test, l’ivermectine a été ajoutée à la cristallisation non naturelle. Cela a provoqué une disparition immédiate, complète et permanente des structures cristallines de l’hydrogel DARPA. L’ivermectine a donc un effet incroyablement fort contre ce que DARPA Hydrogel produit dans nos organismes! L’ivermectine est un médicament antiparasitaire efficace contre la plupart des vers intestinaux, des acariens parasites et des poux.

L’effet de DARPA Hydrogel sur les cellules sanguines humaines

L’ajout de DARPA Hydrogel à partir du bâtonnet de test PCR a entraîné, ne vous inquiétez pas, un massacre total de globules rouges! De plus, DARPA Hydrogel forme des caillots sanguins en quelques secondes. Ces caillots endommagent et obstruent les vaisseaux sanguins!

Résumé

Après avoir délibérément dilaté un mélange de fragments de fibres de nylon dans votre nez, DARPA Hydrogel avec du lithium reste sur la muqueuse nasale, sous les glandes pituitaire et pinéale. Ce mélange réagit immédiatement avec les structures vivantes pour former des cristaux qui ciblent la glande pinéale, qui possède son propre champ électromagnétique. Après tout, l’homme est un être bioélectrique. La forme des cristaux en dit long sur le type d’hydrogel utilisé. Les cristaux sont conducteurs, à cause du lithium qu’ils contiennent! Les cristaux peuvent recevoir le signal de l’émetteur vers la cellule et inversement, envoyer des signaux de la cellule vers l’émetteur.
Ce sont donc en fait des nano-antennes !

Le lithium est un élément (référence au Li) qui n’est pas naturellement présent chez l’homme. Il est hautement toxique pour l’influence de notre glande pinéale! À faibles doses, il bloque la glande pinéale et à des doses plus élevées, il peut la détruire complètement.

L’aluminium et le mercure ont également des effets toxiques sur la glande pinéale, qui sont largement utilisés dans les vaccins. La glande pinéale produit de la sérotonine, également appelée «hormone du bonheur», et elle contrôle le biorythme humain. Cette glande dans notre cerveau est cruciale pour une activité cérébrale plus élevée (créativité, prévoyance) et pour les interactions sociales humaines. Il joue même un rôle dans la santé de notre système immunitaire!

DARPA Hydrogel est une substance artificielle qui crée un transducteur entre le signal électromagnétique et les cellules, tissus et organes vivants. Il convertit un signal électromagnétique d’un émetteur en un signal qu’une cellule vivante comprend et auquel répond.

Pourquoi une photo d’un scarabée?

Dans une expérience DARPA, DARPA Hydrogel a été injecté dans ses structures nerveuses, et le coléoptère est devenu radiocommandable. L’hydrogel et le lithium DARPA bloquent et détruisent la glande pinéale, transformant la personne pensante en un bio-robot contrôlable!

Les vaccins contiennent de l’hydrogel DARPA, du lithium et des informations génétiques

Un hydrogel est un porteur d’une substance active, pour amener cette substance à un endroit précédemment souhaité dans le corps. Les vaccins contiennent de l’hydrogel DARPA, du lithium et des informations génétiques exclusives. L’ARN messager ou l’ARNm n’est pas une nouveauté non testée! Dans l’élevage et pour les sportifs de haut niveau, ce type est utilisé comme dopage depuis des années. Pour les sportifs de haut niveau, ce type de dopage raccourcit considérablement la durée de vie.

Les informations génétiques contenues dans le vaccin conduisent à la création d’un mutant breveté. En d’autres termes, en tant qu’être humain, vous êtes alors breveté et votre ADN est progressivement modifié après la vaccination. Le rêve des forces obscures entourant Bill Gates est de forcer ces mutants à se mettre à niveau régulièrement, tout comme un programme informatique. Et cela se fait, par exemple, grâce à des vaccinations régulières.

PS: L’analyse se termine par:

Par exemple, les fibres de nylon creuses de DARPA Hydrogel remplissent également les bouchons en plastique de la norme FFP2. Cet hydrogel DARPA maintenant, avec des additifs, est lentement libéré de ces masques. Et en respirant, il pénètre dans les voies respiratoires humaines.
Les cotons-tiges utilisés pour les tests PCR sont également composés de fibres de nylon creuses avec DARPA Hydrogel.

Technologies et capacités DARPA | DARPA.mil

* DARPA est la Defense Advanced Research Projects Agency, une agence de recherche et développement du département américain de la Défense. La DARPA est responsable du développement des technologies émergentes destinées aux militaires. Initialement connue sous le nom d’Advanced Research Projects Agency, l’agence a été fondée le 7 février 1958 par le président Dwight D. Eisenhower, États-Unis.

1  https://www.copan.com

2  https://www.DARPA.mil/work-with-us/covid-19

https://www.forbes.com/sites/forbestechcouncil/2020/05/18/technology-in-a-time-of-crisis-how-darpa-and-ai-are-shaping-the-future/?sh = 61f4d3a14e47

https://www.nature.com/articles/s41598-019-48874-y

http://techfinder.stanford.edu/technologies/S18-354_nanoparticle-hydrogels-for

https://asymmetricd.wordpress.com/2018/04/17/7-ambitious-darpa-projects-that-will-help-out-the-military-of-the-future-4/

https://www.inverse.com/article/22675-DARPA-cyborg-insects

https://www.forbes.com/sites/kelseyatherton/2020/08/25/locust-bomb-sniffers-just-the-latest-military-insect-cyborg/?sh=6ca80ccb3efa

https://journalbipolardisorders.springeropen.com/articles/10.1186/s40345-020-00191-4

https://www.thelancet.com/journals/lanpsy/article/PIIS2215-0366(20)30564-2/fulltext

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7307055/

3  Ochorenia endokrinného systému Ochorenia endokrinného systému

https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-1-4612-3524-8_27

https://www.semanticscholar.org/paper/PINEAL-RESPONSE-TO-LITHIUM1-DeviRao/b7238dc6e7574492ca62a44b13b36fac4ce7f76b

4  https://www.antidoping.sk/data/files/511_zoznam-zakazanych-latok-2020.pdf

 https://tech.sme.sk/c/4289532/kobylky-ficia-na-droge-stastia.html

La source:

Source : Eindtijdnieuws.com    

Here is a link to full study in PDF format.

Références complémentaires:

Profusa, Inc. Awarded $7.5M DARPA Grant to Develop Tissue-integrated Biosensors for Continuous Monitoring of Multiple Body Chemistries

Injectable Body Sensors Take Personal Chemistry to a Cell Phone Closer to Reality

https://odysee.com/@QuadrillageTraduction:1/Test–PCR-DrButtar:c

Amazing Polly nous fait part de quelques recherches sur le contrôle mental, la magnétosphère, l’optogénétique, la magnetofection, la magnétite, la magnétogénétique et leur utilisation.

Mensonge des autorités sanitaires : l’appel urgent du Dr Bhakdi

L’article de France Soir dans lequel vous pourrez visionner l’interview du dr Bhakdi en anglais ou en doublée en français (comme ci-dessous).

Le Dr Sucharit Bhakdi, médecin spécialiste en infectiologie et microbiologiste, a travaillé en tant qu’enseignant-chercheur pendant de nombreuses années, notamment au « Max Plank Institute », avant de prendre sa retraite. Depuis le début de la crise sanitaire, il appelle à l’éthique de la part des médecins et dénonce les mensonges de l’EMA (Agence européenne du médicament) et de la FDA (Federal drug agency).

En mars 2020, il écrit le livre « Corona fausse alerte ? », où il s’interroge sur le bien-fondé des mesures sanitaires et notamment du confinement. Il y évoque la crise, les tests PCR, le dosage d’hydroxychloroquine et son surdosage dans certaines études. Il parle aussi de la vaccination de masse et des risques liés aux effets secondaires pris par les autorités. Pour lui, les faux tests PCR ont engendré des décisions de politiques sanitaires erronées.

https://odysee.com/@JeanneTraduction:a/BhakdiFS:8

Le site de Doctor4CovidEthics où vous pourrez trouver d’autres vidéos mais aussi la lettre adressée à l’EMA

Un des écrits du Dr Bhakdi:

« Nous sommes actuellement au milieu de la pandémie de COVID-19 (SARS-CoV-2), une catastrophe mondiale, apparemment causée par un nouveau virus mortel. Le monde entier tente d’y faire face depuis l’avertissement de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), selon laquelle la maladie provoquerait une mortalité de 3,4%. D’un autre côté, trois éminents spécialistes des maladies infectieuses, Wolfgang Wodarg, Sucharit Bhakdi et John PA Ioannidis, affirment que nous interprétons mal les statistiques et que, par ailleurs, nous sommes confrontés à une campagne de désinformation et non à un nouveau virus dangereux. L’OMS compte mal les décès, ignore la nature des personnes infectées et fait fi de tout ce que nous savons sur le coronavirus, de toutes les statistiques sur le rhume et la grippe, auxquelles nous avons accès, en plus des statistiques sur la mortalité de la population. Nous sommes aussi face à la création d’une « fausse image » d’une pandémie mortelle. Malheureusement, les politiciens du monde entier ont réagi à la campagne de l’OMS comme si elle était vraie, créant une peur massive de la population, qui en vient à croire que nous combattons une autre infection mortelle. La peur généralisée augmente considérablement les symptômes des patients de Corona chez l’individu sensible, pour des raisons psychosomatiques : si vous pensez que vous avez une infection mortelle et que tout le monde, y compris votre propre médecin et l’hôpital, réaffirme cette croyance, il est naturel que vous vous sentiez mal. Si vous vous sentez mal à l’hôpital, vous recevrez un traitement. L’hospitalisation et les médicaments peuvent provoquer des infections à l’hôpital, des effets secondaires et augmenter la mortalité en soi. De cette manière, le monde s’est affirmé dans l’illusion d’une pandémie mortelle, qui en premier lieu n’existe même pas. Le COVID-19 a un taux de mortalité d’environ 0,01%, selon les statistiques de décès de nombreux pays. » Le Dr Bakhdi a créé l’association « Doctor4CovidEthics », constituée de plusieurs centaines de scientifiques et médecins, qui se battent contre les expérimentations sur les vaccins faites par l’Agence européenne du médicament (EMA). Ils ont alerté sur le risque de thrombose et expliquent pourquoi l’EMA ne peut pas continuer à faire prendre de tels risques aux personnes avec cette vaccination. Il explique que pour des motifs qui dépassent la science, ces risques sont inacceptables.

A partager de manière urgente et le plus largement possible